Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Tour 2009: un premier bilan

1 – Très belle victoire du Français Fédrigo aujourd’hui sur l’étape pyrénéenne qui franchissait le Tourmalet, mais à plus de 60 bornes de l’arrivée. Fédrigo a battu au sprint un Pellizotti que je donnais, à tort, pourtant vainqueur de l’étape. Pour le reste, status quo entre les ténors du peloton.

2 – À l’aube du premier jour de repos sur le Tour, quatre mots viennent à l’esprit lorsque vient le temps de dresser un premier bilan : coureurs français et équipe Astana.

Coureurs français car ces derniers ont beaucoup mieux performé que prévu: Voeckler, Brice Feillu et Fédrigo ont gagné chacun de belles étapes, Sandy Casar est venu bien près sur la route de St-Girons et Romain Feillu ainsi que Cyril Lemoine ont tous deux terminé 3e d’une étape. Comme feuille de route sur les premiers 8 jours de course, c’est plutôt pas mal pour le cyclisme français.

Équipe Astana ensuite parce qu’elle monopolise à elle-seule jusqu’ici l’intérêt du Tour avec la guerre ouverte que se livrent Alberto Contador et Lance Armstrong. C’est d’ailleurs loin d’être terminé entre ces deux là, Armstrong ayant déclaré aujourd’hui que si on lui garantissait dès maintenant une 3e place sur le podium à Paris, il refuserait… Le message est clair pour Contador  ! Armstrong estime également que c’est entre Colmar et le Mont Ventoux que ce jouera le Tour, soit au cours de 6 étapes cruciales. Je suis plutôt d’accord, surtout que les autres favoris, les Sastre, Schleck, Evans, Menchov et autres Kreuziger n’ont pas bougé le petit doigt jusqu’ici, exception faite de Evans qui a attaqué deux fois sur la route d’Andorre-Arcalis vendredi dernier.

3 – Mardi, le Tour fera étape vers Issoudun et ce, ô première depuis des années, sans oreillettes. Évidemment, les coureurs ne sont pas contents et appuyés par leurs directeurs sportifs, ils ont déposé une pétition auprès d’ASO pour que cette décision soit renversée.

Raison évoquée par les coureurs: la sécurité. Au coeur de la fronde, Johan Bruyneel (lisez Lance Armstrong) ainsi que Bjarne Riis. Pire, Julien Jurdie, directeur sportif chez AG2R, a déclaré : "En 2009, le vélo serait donc le seul sport qui interdirait à l’entraîneur de coacher ses sportifs ! A peu près comme si l’entraîneur de foot était obligé de rester aux vestiaires…"

Évidemment, on peut condamner avec vigueur de telles propos, une telle position en faveur des oreillettes. D’une part, si la sécurité est en jeu, qu’on permette aux coureurs le port d’une oreillette unidirectionnelle, les reliant à radio-Tour et qui leur signaleraient les obstacles sur la route. Tous les coureurs seraient ainsi logés à la même enseigne.

Quant à la soit-disant interdiction de coacher ses sportifs, voilà un exemple d’exagération éhontée. Car il ne s’agit évidemment pas de ca ! Les directeurs sportifs peuvent encore coacher les coureurs, mais pas les transformer en robot. En interdisant les oreillettes, ASO tente de redonner au coureur cycliste toute sa gloire, toute son autonomie, estimant que la prise de décision stratégique fait partie intégrante du sport cycliste.

Les oreillettes en vélo, c’est un peu comme l’assistance électronique au pilotage en F1, cela dénature l’essence même du sport.

Les petits commentaires trouvés sur CyclisMag au sujet des oreillettes sont par ailleurs rigolos.

4 – Inquiétants propos d’un homme crédible, Éric Boyer, manager de l’équipe Cofidis, un homme chez qui la langue de bois n’existe pas. Si tout ce qu’il raconte décrit avec justesse la réalité, il y a de quoi se faire du souci pour l’avenir du cyclisme…

5 – J’oubliais: Lance Armstrong a annoncé aujourd’hui que le Tour 2009 ne serait probablement pas son dernier.

6 – Couverture télé du Tour. L’honnêteté intellectuelle exige qu’on reconnaisse la grande amélioration de la couverture offerte par le Canal Évasion. Louis Bertrand, en particulier, a su évoluer du "qui" des dernières années au "qui et pourquoi" cette année. Dieu que ca fait du bien de pouvoir constater que M. Bertrand peut reconnaître et décrire les plusieurs courses ayant lieu au même moment sur le Tour ! Bernard Vallet "et tout" est toujours aussi sympathique, à la nuance que j’estime ses propos un peu trop proche, par moment, de la rectitude politique en vigueur dans le milieu ; c’est un ancien coureur après tout ! Encourageons néanmoins ces deux commentateurs à poursuivre, le travail gagne constamment en qualité et c’est une bonne nouvelle pour tous les amateurs de cyclisme du Québec.

Mention très mauvaise en revanche pour OLN-Versus, la chaine américaine avec les "absolutely magnificient" Phil Liggett et Paul Sherwen. J’ai écouté l’étape de vendredi sur cette chaine et ce fut une longue agonie: des pauses commerciales aux 4 minutes, des commentaires pro-américains déplacés, une rengaine pro-Armstrong, pro-LiveStrong, pro-Trek et pro-Tour de Californie-Amgen écoeurante, un commentaire sportif dégradé. Imaginez, ni Liggett, ni Sherwen n’ont évoqué Nocentini dans le final d’Andorre-Arcalis vendredi comme un possible maillot jaune ! Alors que Louis Bertrand en parlait déjà sur Évasion, Liggett et Sherwen ont attendu au moins 5 minutes après l’arrivée d’Armstrong – en plus d’une pause commerciale – pour enfin parler du nouveau maillot jaune, estimant juste avant la pause ne pas savoir qui le porterait. Lamentable !

7 – J’oubliais: savez-vous pourquoi Contador n’a pas besoin d’Astana pour gagner le Tour ? Parce qu’il aura l’aide de l’équipe Caisse d’Épargne. Pourquoi ? Parce qu’il a aidé leur leader, Valverde, à gagner le Dauphiné Libéré en juin, notamment dans le Ventoux. Malin, Alberto, il a su prévoir ses alliances bien à l’avance. Et avec Pereiro en fin de contrat chez Caisse d’Épargne et un Valverde qui a une épée de Damoclès au dessus de sa tête depuis plusieurs mois déjà, l’équipe va se chercher un nouveau coureur de grand tour…

8 – Des images du nouveau Pinarello Dogma 60.1. Le savoir-faire italien au paroxysme. Ca, c’est du vélo !

Partager

Précédent

Astana: c’est la guerre !

Suivant

Nouveau leader au départ du Tour

10 Commentaires

  1. jmax

    pour ma part, ce qui m’étonne, c’est la relative impuissance des saxo bank cette année alors que l’année dernière, ils arrivaient à tout faire péter. Les observateurs avertis (et il n’en manque pas sur ce site) auront remarqué que dans les Pyrénées, Cancellara et Voigt ont tenté de se glisser dans des échappées matinales. Si les commentateurs de France2 relevaient ce fait de course comme une volonté de gagner l’étape, je penchais pour ma part vers l’hypothèse du gros rouleur servant d’appui dans la partie plate finale au leader ayant réussi à s’extraire du peloton. Or, à chaque fois, Voigt et Cancellara ont coincé malgré de bons résultats récents. Je trouve cela étonnant de voir ces deux coureurs retomber à un niveau somme toute moyen alors que ces dernières années, un grand col même comme le Tourmalet ne leur faisait pas peur.

    0
    0
  2. thomalphonse

    tout a fait
    je dirais meme plus, voigt allait servir de pint d’appui pour une attaque dans le tourmalet
    or rien, ils ont meme pas pointé le bout de leur nez
    je suis persuadé que c’est parce qu’ils sont plus surveillés que l’an dernier (ils sont moins forts, plus fatigués?), ou ils osent moins, vu que kohl a ete attrapé à l’epo

    0
    0
  3. Alain

    Je suis écoeuré par le cirage de pompes de France télévisions vis à vis d’Armstrong. Ca a commencé par Drucker et hier soir à Stade 2 notre Gégé national a servi la soupe appuyé par le dégoulinant Chamoulaud ! Et revenez quand vous voulez cher M. Armstrong ! et toute l’équipe FT a le bracelet jaune et les Français vous aiment, etc, etc,
    C’est vraiment pitoyable ! Tous ces gens ont la mémoire courte.

    0
    0
  4. bikelarue

    Eric Boyer dit exactement ce qui se passe dans le sport présentement. Pas seulement en cyclisme.

    Des morts il va en avoir et pas chez les stars car eux ils ont les bons médecins ce qui fait en sorte qu’ils ne dépassent pas les limites.

    0
    0
  5. Erik Zabel

    J’interprète le succès du cyclisme français sur ce Tour comme une spécialisation de plus en plus marquée du peloton tricolore (y compris ses plus grandes vedettes) sur les victoires d’étapes. Plus compétitifs ni en montagne ni dans les sprints, ils tendent maintenant clairement à tout miser sur ces dernières. Le leader ou coleader français type est un baroudeur qui passe correctement la montagne et détient une pointe de vitesse intéressante ; par exemple : Voeckler, Fédrigo, Casar, Geslin, Chavanel ou autres.

    Quant aux oreillettes, je suis mitigé : si leur suppression est susceptible d’apporter un spectacle plus « intéressant » (ou cahotique ?), je suis assez d’accord avec Armstrong quand il dénonce une vision un peu romantique du cyclisme. Pour ce qui est du « téléguidage » du directeur sportif sur ses coureurs, ça ne me pose pas vraiment un problème, il ne me semble pas que ça amoindrit le mérite du coureur. Pour ce qui est des informations diverses que le directeur sportif livre à ses hommes (écarts avec l’échappée, position d’untel au général,…), je pense que ces derniers ont les moyens de se les procurer au cours même d’une course (ardoises, voiture de l’équipe) mais que la suppression des oreillettes aurait juste pour effet de les rendre plus lentes et pénibles d’accès, ce qui n’a aucun intérêt selon moi.

    A ce sujet, j’ai presque envie de faire une comparaison avec ceux qui, tout un moment, sont restés nostalgiques des équipes nationales dans le cyclisme.

    0
    0
  6. Bark

    Vous avez vu le joli bracelet de Fédrigro en Une de l’Equipe? Comme quoi, LA n’a pas que des ennemis dans le peleton français.
    L’Equipe en ce moment se tue à faire le grand écart à chaque numéro (Un papier pro-LA, des articles Anti-LA pour « équilibrer »).

    Boyer, Madiot et Mondenard représentent-ils la France, à priori non si on en juge par ces chiffres
    « Durant le premier week-end, France Télévisions a rassemblé en moyenne 3 millions de téléspectateurs, soit 29,3 % de parts d’audience (PDA), contre 27,5 % l’année précédente. Avec un pic d’audience à 34,7 %, samedi, lorsque l’américain s’est élancé, rapporte le blog de Jean-Marc Morandini ».

    0
    0
  7. Bark

    Eric Boyer me fait rire.
    C’est bien lui qui nous disait qu’un directeur sportif ne peut ignorer ce que font les courreurs, aujourd’hui il ne tient plus le même discours depuis l’affaire Moreni.
    Ainsi Kohl dit globalement la vérité sauf…quand il s’agit des courreurs français. Ridicule…
    Ainsi ce serait une arnaque si LA fait le Tour pour une histoire d’argent. Ca ressemble au discours de ces sportifs qui nous parlent « d’amour du maillot ».
    J’ai l’impression que même après une retraite de 10 ans, LA aurait encore battu toute l’équipe Cofidis.

    0
    0
  8. Bark

    Je vois déjà les commentaires de ASO and Co.
    Si la suppression des oreillettes est un fiasco, alors ce sera encore la faute de LA et ASTANA.
    Ils auront l’air fin si un leader se crasche sans pouvoir être soutenu rapidement par son équipe…surtout si c’est schleck, Sastre, Evans. Tout le monde a bien compris que ce sera un succès si c’était un leader Astana qui était concerné. Et un méga-succès si c’était LA.

    0
    0
  9. Pierre Dumais

    Bonjour.

    Article écrit dans Marianne 2

    Les coureurs du Tour ne sont pas des chiens!
    L’Antidote – Blogueur associé – | Lundi 13 Juillet 2009 à 07:01 | Lu 4490 fois

    Une pétition circule dans la caravane du Tour contre la suppression des oreillettes. Non contents d’avoir chargé comme des mules les coureurs durant des décennies, au péril de leur santé, les managers souhaitent désormais les tenir en laisse électronique.

    Le Figaro.fr nous apprend que Johann Bruyneel, directeur sportif de l’équipe cycliste Astana, a déposé une pétition contre la suppression des oreillettes sur deux étapes du Tour de France les 14 et 17 juillet prochains.
    Treize de ses collègues le soutiendraient dans cette entreprise. Les dirlos veulent continuer à contrôler les faits et gestes de leurs coureurs et ils ne souhaitent pas que les téléspectateurs aient la moindre occasion de s’apercevoir de ce que le sport cycliste a perdu depuis que ces satanés appareils ont fait leur entrée dans les orifices auditifs des participants de la Grande Boucle. Qu’est ce qu’il est devenu chiant, le Tour de France, depuis que les coureurs sont munis de cette laisse, devenant les animaux dociles de leurs manageurs. Non contents de les avoir chargés pendant des années, et de les avoir contraints, de ce fait, à un système anti-dopage assimilable à du contrôle judiciaire puissance dix1, les patrons d’équipe souhaitent continuer d’utiliser l’oreillette afin de se servir de leurs pions comme ils l’entendent.
    On me dira :« il faut vivre avec son temps ! Encore une fois, tu refuses la modernité ! Archaïque ! Nostalgique ! Ringard ! Passéiste ! ». Admettons. Mais alors, pourquoi obliger encore les coureurs cyclistes à grimper des cols hors-catégorie sans le concours du moindre moteur à explosion ? Par souci écologique ? On peut très bien interdire des innovations technologiques si on considère qu’elles apportent plus d’inconvénients que d’avantages. Et c’est le cas en l’espèce. Les sportifs sont bridés. Il n’y a presque plus d’initiatives personnelles. Tout est sous contrôle.
    Pourquoi aborder ce thème dans un carnet politique, alors ? Parce que c’est un sujet éminemment politique. Cette société sous contrôle, beurk ! Imagine t-on que ce procédé soit étendu dans l’entreprise ? Et ne remarquons-nous pas que les présentateurs télé2 en sont munis depuis quelque temps déjà ? A quand le tour des personnalités politiques ? Vous imaginez un débat de finalistes à la présidentielle, en 2017 ou même dès 2012, où les principaux protagonistes utiliseraient des oreillettes ? Sommes nous si éloignés de cette perspective ?
    J’espère donc que la direction du Tour mettra cette pétition à sa juste place, c’est à dire au panier. Mais par dessus tout, j’ai envie que, par la suite, appréciant ces deux jours sans laisse-de-chienchien, les cyclistes fassent avaler les oreillettes, et sans condiment, à Bruyneel et consorts. Mais je rêve, sans doute.

    Les coureurs cyclistes doivent donner aux autorités sportives tout leur agenda afin d’être contrôlable n’importe où, n’importe quand ↑
    Je n’ose appeler journaliste une personne affublée de cet appareillage humiliant ↑

    0
    0
  10. Yann

    Bark, l’hypocrisie ne me semble pas uniquement du côté des opposants aux oreillettes. Je ne suis pas toujours d’accord avec Vasseur, mais là, il vise juste:
    « What amazes me is that most of the managers say their opposition is for the safety of the riders, » Vasseur told Cyclingnews yesterday. “None of those managers ever spoke up for the safety of the riders when they raced on dangerous courses at the Giro or some races in Belgium.”
    http://www.cyclingnews.com/news/vasseur-questions-managers-opposition-to-tour-radio-ban

    La technique, c’est bien, mais qu’elle ne prenne pas le pas sur l’humain. Avant, on arrivait très bien à compter sans calculatrice ou se donner rendez-vous sans portable. C’est inimaginable aujourd’hui. Ce sont d’excellents outils mais qu’ils restent des outils, qu’ils ne servent pas à remplacer l’intelligence humaine et sa capacité d’analyse. Pour les oreillettes, c’est pareil.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.