Sur les électrostimulateurs…

Un lecteur nous demandait récemment de parler sur LFR des nouvelles technologies dans le monde du cyclisme. Les électrostimulateurs en font très certainement partie et ces appareils sont peu connus et utilisés au Québec. En Europe, ils ont déjà gagné un nombre important de pratiquants, notamment les cyclosportifs qui y voient un outil complémentaire d’entrainement. Nous ne sommes certes pas des spécialistes de ce genre d’appareil. Mais nous en détenons un depuis 2 ans, un Cefar Mio2, que nous utilisons régulièrement. Voici un condensé de nos connaissances et de notre expérience avec cet outil. Premièrement, nous demeurons convaincus que ce genre d’appareil ne peut remplacer un entrainement concret en cyclisme. Nous restons sceptiques quant aux gains de puissance qu’un tel appareil permettrait de faire. C’est important car le gain potentiel de puissance est souvent utilisé dans la stratégie de marketing de ces appareils. Nous y voyons plutôt un outil de maintien de cette puissance musculaire lors des périodes ou il est difficile de s’entrainer à l’extérieur. On y voit surtout un outil permettant d’accélérer la récupération après les efforts, ces appareils pouvant servir à reproduire partiellement les effets bénéfiques d’un bon massage. Notre utilisation personnelle de cet appareil nous permet d’affirmer que c’est vraiment dans ce domaine que l’électrostimulateur vaut l’investissement. Après un dur entrainement et une douche, l’électrostimulation pendant une trentaine de minutes permet en effet d’éliminer des toxines et, sans avoir des jambes totalement nettes, d’accélérer la récupération. Quelles sont les qualités de tels appareils ? Il faut selon nous d’abord regarder le nombre d’électrodes qui sont offertes. Notre appareil en comporte quatre branchées sur deux pôles. Chaque électrode couvre donc une assez grande partie du corps. Notre avis est que l’idéal serait d’en compter huit, branchées sur quatre pôles. La zone de couverture de chaque électrode étant plus petite, le travail est de meilleure qualité. Autre qualité qu’il faut rechercher, les programmes offerts. Certains appareils sont limités dans ce domaine. Il faut prévoir des programmes variés, particulièrement dans les domaines de la récupération, du drainage lymphatique, de la capillarisation et des massages anti-douleur pouvant être utile en cas de blessure. Le marché compte plusieurs compagnies commercialisant ce genre de produits: le nec plus ultra vient de "Compex":http://www.compex.info/index_inter.php et ses électrostimulateurs avec le système MiSensor, un outil permettant de personnaliser la séance d’électrostimulation en fonction des caractéristiques des muscles à stimuler. "Cefar":http://www.cefar.se/start.asp, une compagnie médicale, offre également des appareils adaptés à la pratique cycliste. Est-il nécessaire d’investir dans un appareil d’électrostimulation pour être un bon cycliste aujourd’hui ? Notre réponse est non, comme il n’est pas forcément nécessaire de rouler avec du Campagnolo Record pour avoir un vélo efficace même au plus haut niveau. Mais les électrostimulateurs sont un autre outil permettant assurément de tenir compte des moindres détails pour atteindre de hauts objectifs personnels de performance.

2 Commentaires

  1. Daniel Simard
    Soumis le 29 novembre 2006 à 5:17 | Permalien

    Serait-ce benefique pour sauver du temps d’utiliser un de ces appareils sous la douche pour simuler un entrainement sous la pluie?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. Daniel Simard
    Soumis le 29 novembre 2006 à 5:17 | Permalien

    Serait-ce benefique pour sauver du temps d’utiliser un de ces appareils sous la douche pour simuler un entrainement sous la pluie?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 2 votes)

Fouillez nos archives!