Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Stephen Roche au Québec

Stephen Roche sera de passage au Québec les 9 et 10 décembre prochain, le temps de venir rencontrer un public passionné de cyclisme et de parler de ses stages de vélo qu’il organise depuis un bon moment déjà sur l’île de Majorque, site d’entrainement de nombreux cyclistes professionnels en janvier et février en raison de la douceur du climat qui y règne. Pour les cyclistes du Québec, on peut s’inscrire à ces stages via l’agence Ekilib.

Rappelons que Stephen Roche est le seul cycliste hormis Eddy Merckx à avoir remporté la même année ce qu’on appelle "la triple couronne", c’est à dire le Giro, le Tour et les Championnats du Monde. C’était en 1987, une année de grâce pour le cycliste irlandais qui a dû affronter de coriaces adversaires, notamment son équipier Roberto Visentini chez Carrera sur le Giro et un Pedro Delgado déchaîné sur le Tour. Son étape de La Plagne, où il a comblé presque une minute de retard sur l’Espagnol en quelques kilomètres seulement, demeure un morceau d’anthologie de l’Histoire du cyclisme.

Pour les érudits du cyclisme, Roche reste également comme un des plus purs stylistes sur un vélo. Doté d’une souplesse naturelle, son coup de pédale était fluide et sa puissance semblait venir de nulle part. Roche, c’était l’expression de la classe sur un vélo, point final.

Pour se faire plaisir, revoyons le final de l’étape de La Plagne tel que couvert par la télé américaine avec, aux commandes du commentaire, un Phil Liggett comme je l’aimais.

Partager

Précédent

L’UCI abolit les radios étape par étape

Suivant

Lake CX236

  1. BIRD

    « Pour les érudits du cyclisme, Roche reste également comme un des plus purs stylistes sur un vélo. Doté d’une souplesse naturelle, son coup de pédale était fluide et sa puissance semblait venir de nulle part. Roche, c’était l’expression de la classe sur un vélo, point final. »

    On sent la passion là-derrière. Et on la partage également. J’aime!

    0
    0
  2. G.Lambert

    Et on peut dire qu’il n’a pas perdu de sa fluidité.
    Souvent présent à ses camps, il aime bien pousser le challenge. Sans doute le meilleur bluffeur que je connaisse. Un sourire et une étincelle toujours présent dans l’effort. Que de souvenirs dans les col de Galiléa

    0
    0
  3. Batrick P

    Au Giro comme au Tour, l’avance de Roche au classement final est inférieur au temps gagné au clm par équipes sur son meilleur adversaire. Juste comme ça (inutile d’écrire que sans ces épreuves il aurait peut-être gagné quand même, c’est fait).
    Par ailleurs, il avait aussi gagné le fameux clm en descente au Giro et réalisé une descente de Joux Plane extraordinaire.
    Beaucoup d’humour aussi chez ce gars.

    0
    0
  4. Cyclick

    Le video YOUTUBE où l’on voit Roche à La Plagne, cela nous fait connaître un autre Phil Ligget, avant l’époque des superlatifs énormes et exagérés, du type « What a supeb rider! », « What a maginificient rider! », « What an incredible rider! »… 🙂

    Dommage qu’aujourd’hui il ne commente plus les courses de cette facon.

    0
    0
  5. Batrick P

    Excellent, Bertrand.
    Louis Caput, « ma tête sur le billot », Zoetemelk qui jure ses grands dieux, Géminiani qui nous fait du boniment, Thévenet la vierge effarouchée qui marchait aux corticos, Kuiper qui tombe des nues, et pour finir Robic au calva! Un grand moment de télé.

    0
    0
  6. alain39

    Très certainement l’un des plus beaux stylistes que j’ai eu le plaisir de contempler.
    Sa fluidité dans les chronos n’avait que peu d’égal. Peut être Breukink l’égalait quelque part.
    Indéniablement il avait une classe exceptionelle et elle a crevé l’écran dès sa 1er année chez les pros.
    Son seul point faible était son relatif manque d’explosivité (notamment au sprint) qui l’handicapait sur les courses d’un jour.
    Qui plus est, le mec était super sympa et toujours plein d’humour.
    Plus qu’un grand coureur un grand monsieur.
    Ce gars là chez Guimard aurait eu plus d’un tdf dans son sac.
    Une époque où le cyclisme se conjuguait avec défaillances et était tout sauf une science exacte.
    Son tdf de 87 était plein de tactique et de finesse loin des tdf de Indurain et autres coureurs au sang survitaminé.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.