Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Solidaire dans le drame

De retour d’un camp d’entrainement de plusieurs jours à Lake Placid, La Flamme Rouge reprend le service normal.

Ce soir, le service sera toutefois maintenu anormal. Comment en effet de pas dire un mot sur l’effroyable drame survenu vendredi dernier sur la route 112, entre Montréal et Granby, une route que j’emprunte moi-même régulièrement lors de mes Montréal-Sherbrooke ?

Le Giro, le Tour de Californie et les autres actualités cyclistes pourront attendre. 

J’ai appris la nouvelle au camp, à Lake Placid. Nos entraineurs, Pierre Lemay et André Breton de Performance de Pointe, étaient sous le choc, deux des personnes décédées ayant récemment séjourné à leur camp d’entrainement à Cuba. Habituellement en contrôle de ses émotions, Pierre lâchera cette phrase témoignant de son affliction : "je commence à en avoir plein le cul, c’est au moins le 8e décès de cyclistes proches de moi au cours des 10 dernières années…".

Quoi qu’il en soit, en reprenant ce soir le fil de l’actualité, j’ai un peu l’impression que tout a déjà été dit sur le drame. Inutile d’en rajouter. Mais je tiens à écrire ces quelques lignes en solidarité envers la communauté cycliste du Québec, durement éprouvée au cours du week-end avec pas moins de quatre morts sur les routes.

J’ai apprécié le communiqué plein de bon sens émis par la Fédération

J’ai apprécié le papier de Foglia, pas inutile notamment pour expliquer à matante pourquoi un cycliste ne peut utiliser les pistes cyclables. Effectivement, parce qu’elle y est.

J’ai apprécié l’intervention de Jean-Marie de Koninck, un homme qui jouit d’une crédibilité énorme au sein de la population québécoise quant aux enjeux reliés à la sécurité routière. Si j’ai souvent trouvé ses propos réducteurs au cours des dernières années, la vitesse comme mère de tous les maux m’apparaissant un raisonnement un peu facile, son récent discours prêchant pour un plein partage de la route entre automobilistes et cyclistes est particulièrement sensé.

Alors, que dire de plus ? Peut-être une chose: vous, amis cyclistes, qui que vous soyez, ou que vous soyez mais qui lisez ces lignes, soyez prudents sur la route. Les drames peuvent survenir. Parfois, comme ce week-end, ils surviennent alors que les cyclistes observaient un comportement exemplaire. La fatalité, il faut croire. Cependant, il convient de rappeler que les automobilistes n’ont parfois pas tous les torts. Roulez intelligemment. Ne prenez pas de risques simplement pour vous accrocher à une roue, à l’entrainement, alors que ca bordure. Ne prenez pas pour idoles tous ces connards qui gagnent peut-être parfois des courses, mais en transgressant les règles les plus élémentaires de sécurité, notamment l’interdiction pourtant formelle des officiels de la course de dépasser la ligne jaune au centre de la route lors des compétitions. Ils sont peut-être applaudis à l’arrivée. Les officiels sont peut-être mous à les disqualifier comme ils avaient pourtant promis de le faire sur la ligne de départ. Mais vous avez votre conscience pour vous. Et votre famille à retrouver le soir. Elle compte sur vous. Sur votre intelligence, votre conscience d’autrui et de vous-même. 

J’adresse toutes mes sympathies aux familles éprouvées ce soir et j’invite tous les cyclistes qui peuvent prendre part au Tour du silence de le faire sans hésitation

Partager

Précédent

Nibali en rose !

Suivant

Le Tour du silence – édition Gatineau

11 Commentaires

  1. Mitch

    On nous a annoncé lors du départ des maitres à St-Raymond que la Sureté du Québec allait être moins présente lors des courses sur route cette année.

    Le circuit de St-Raymond dans ces conditions m’apparaît bien dangereux. Le règlement de la ligne jaune? Un peu difficile à soutenir lorsque le peloton est gros et les routes étroites. Pire à Ste-Martine! Alors que faire?

    Le vélo de route est vue comme une plaie par la population. On est pas les bienvenues et on nous le fait remarquer constamment! Michel Jean, cycliste d’expérience, l’a prouvé dans son reportage.

    http://tva.canoe.ca/cgi-bin/player/player_preroll.pl?titre=Reportage%20J.E.&emission=je&video=44985119001&reseau=TVA&sectionlevel=&sectionvaleur=&player=43787007001&publisher=43787007001&width=480&height=306

    0
    0
  2. Marmotte

    Bonjour Laurent,

    Personnellement, je ne connaissais aucun des cyclistes happés, ni personne ne connaissant ces cyclistes. Et pourtant, je suis choqué par ces accidents. J’offre d’abord toutes mes sympathies aux familles et amis, pour ce que ça vaut… ils ne liront certainement pas ce commentaire.

    Ceci dit, NON, Laurent (et les autres, tout n’a pas été dit sur ces accidents! Non, les automobilistes n’ont pas tous les torts. Non, la vitesse n’est pas toujours en jeu. Non, les cyslistes ne sont pas tous des dangers publics. Mais (excusez-moi) merde, je me souviens avoir écrit en toutes lettres sur ce forum il y a quelques mois que le problème est tout autre. Il y a pas de routes roulables au Québec. Ça prend un gros 2 pieds d’asphalte pour assurer la sécurité de tout le monde, voitures comme cyclistes. Il me semble que ce n’est pas trop demandé?! Bordel, la Slovénie (allez-voir la taille du pays sur une carte, et rappelez-vous qu’il y a 15 ans ils étaient en guerre) compte plus de voies/routes cyclables que le Québec au complet.

    Oublie ça, Laurent, la fatalité. Dans un cas comme dans l’autre, cruise control ou non, alcool ou non, ça ne serait probablement pas arrivé avec un petit 2 pieds d’asphalte de plus.

    Là où je vis (cantons de l’Est), les paysages sont superbes. Collines, vallées, paysages ruraux, un paradis pour le vélo. Et pourtant, 80% des routes ne sont pas pavées en partant, et celles qui le sont, et bien elles ont un beau 3 pieds de grosse gravelle sur les côtés, même pas roulables en cyclo-cross, alors encore moins sur un vélo de route. Et comble de stupidité (je peux vous fournir des photos édifiantes), à certains endroits, il y a des panneaux rappelant aux automobilistes de partager la route avec des cyclistes… routes secondaires sur lesquelles l’accotement est bien présent mais pas pavé. Come on ! Je ne veux pas être « protégé » par un panneau jaune tous les 10 kilomètres. Juste un petit accotement. Ça coûte cher faire une piste cyclables pour matantes, comme le dit Foglia, mais paver l’accotement quand on pave déjà le reste de la route et que la base est déjà faite. Qui plus est, sur un vélo, on ne défonce pas les routes, et pas besoin de refaire le travail tous les 5 ans…

    Non, ce n’est pas la fatalité, mais alors là vraiment pas. C’est tout simplement un risque évitable. Moi aussi je fais des Montréal-Sherbrooke sur la 112. C’est une belle route, dangereuse par endroits, mais il n’y a pas 50 alternatives. Quoi qu’il en soit, s’il y avait eu un accotement, on ne serait pas en train d’en parler, point à la ligne.

    Je vous laisse, dans les deux commentaires suivants, un copier/coller de ce que j’écrivais ici il y a des mois… c’est navrant, mais je ne croyais pas si bien dire.

    0
    0
  3. Marmotte

    Bonjour Laurent,

    Personnellement, je ne connaissais aucun des cyclistes happés, ni personne ne connaissant ces cyclistes. Et pourtant, je suis choqué par ces accidents. J’offre d’abord toutes mes sympathies aux familles et amis, pour ce que ça vaut… ils ne liront certainement pas ce commentaire.

    Ceci dit, NON, Laurent (et les autres, tout n’a pas été dit sur ces accidents! Non, les automobilistes n’ont pas tous les torts. Non, la vitesse n’est pas toujours en jeu. Non, les cyslistes ne sont pas tous des dangers publics. Mais (excusez-moi) merde, je me souviens avoir écrit en toutes lettres sur ce forum il y a quelques mois que le problème est tout autre. Il y a pas de routes roulables au Québec. Ça prend un gros 2 pieds d’asphalte pour assurer la sécurité de tout le monde, voitures comme cyclistes. Il me semble que ce n’est pas trop demandé?! Bordel, la Slovénie (allez-voir la taille du pays sur une carte, et rappelez-vous qu’il y a 15 ans ils étaient en guerre) compte plus de voies/routes cyclables que le Québec au complet.

    Oublie ça, Laurent, la fatalité. Dans un cas comme dans l’autre, cruise control ou non, alcool ou non, ça ne serait probablement pas arrivé avec un petit 2 pieds d’asphalte de plus.

    Là où je vis (cantons de l’Est), les paysages sont superbes. Collines, vallées, paysages ruraux, un paradis pour le vélo. Et pourtant, 80% des routes ne sont pas pavées en partant, et celles qui le sont, et bien elles ont un beau 3 pieds de grosse gravelle sur les côtés, même pas roulables en cyclo-cross, alors encore moins sur un vélo de route. Et comble de stupidité (je peux vous fournir des photos édifiantes), à certains endroits, il y a des panneaux rappelant aux automobilistes de partager la route avec des cyclistes… routes secondaires sur lesquelles l’accotement est bien présent mais pas pavé. Come on ! Je ne veux pas être « protégé » par un panneau jaune tous les 10 kilomètres. Juste un petit accotement. Ça coûte cher faire une piste cyclables pour matantes, comme le dit Foglia, mais paver l’accotement quand on pave déjà le reste de la route et que la base est déjà faite. Qui plus est, sur un vélo, on ne défonce pas les routes, et pas besoin de refaire le travail tous les 5 ans…

    Non, ce n’est pas la fatalité, mais alors là vraiment pas. C’est tout simplement un risque évitable. Moi aussi je fais des Montréal-Sherbrooke sur la 112. C’est une belle route, dangereuse par endroits, mais il n’y a pas 50 alternatives. Quoi qu’il en soit, s’il y avait eu un accotement, on ne serait pas en train d’en parler, point à la ligne.

    Je vous laisse, dans les deux commentaires suivants, un copier/coller de ce que j’écrivais ici il y a des mois… c’est navrant, mais je ne croyais pas si bien dire.

    0
    0
  4. Marmotte

    Initialement posté le 24 février dernier…:
    ___________________

    La nouvelle du jour est triste, mais une discussion sur le sujet tombe à propos. En effet, le début de la saison sur route approche et les conducteurs de voitures ne sont plus « habitués » à croiser des cyclistes. Personnellement, sur le lot de kilomètres, je passe proche de me faire ramasser par un véhicule motorisé une à deux fois par saison, et c’est inmanquable, c’est au printemps que ça arrive.

    Je vous pose la question, Laurent et les autres, pcq on ne cesse de se dire navrés de tels incidents (cf. nouvelle du jour), et rien ne se passe. La question donc: qu’est-ce qu’on fait pour éviter ce genre d’incident ? Au Québec, en particulier, où les routes sont archi-dangereuses.

    J’ignore ce qui s’est passé dans le cas du cycliste français, l’histoire ne dit pas à qui la faute. Et je ne sais pas quels sont les problèmes de sécurité pour les cyclistes en France.

    Pour ce qui est du Québec en tout cas, la sécurité de tous serait bien mieux assurée si l’on se mettait à investir quelques dollars pour paver 2 pieds d’accotement sur le bord des routes. C’en est ridicule. Les routes sont superbes (je parle du paysage…), mais impraticables car très passantes et sans accotement. À tel point que les cyclistes du sud du Québec vont souvent rouler au au sud de la frontière la fin de semaine… un endroit où, en plus d’avoir de beaux accotements, les gens savent conduire…

    Il y a beaucoup d’offensives de prévention chez les automobilistes sur le contrôle de la vitesse et le partage de la chaussée. C’est une bonne idée. Il y a une partie de l’audience qui répond à de tels messages. Mais le problème, c’est qu’il y a une autre partie des automobilistes qui sera toujours insensible et qui va continuer de se foutre de tout ce qui n’est pas propulsé par un moteur. Peu importe les millions qu’on mettra en campagnes de prévention, rien ne vaut un petit investissement de rien du tout : paver un accotement de 2 pieds plutôt que de s’arrêter tout bêtement à la ligne blanche… Non, ça ne coûte pas bcp plus cher… c’est la fondation de la route, pas le revêtement qui est dispendieuse.

    Y a-t-il quelqu’un qui se bât pour ça au Québec ? Pas des trucs compliqués comme des pistes cyclables dédiées au centre-ville (oui, c’est très utile une piste cyclable en milieu urbain, mais ça coûte très cher d’aménagement et ça finit toujours par devenir des pistes de marche alors qu’il y a un trottoir à 2 pieds, ou mieux, des lieux de prédilection pour la promenade du chien dont la laisse est tendue au-dessus de la piste). Il y a bien la route verte, une belle initiative. Mais qui veut aller de Montréal à Gaspé en vélo le dimanche matin ? C’est bon pour les vacances en cyclotourisme, et encore, pour le cyclotourisme, je vais ailleurs… Ce qu’il faut est simple. Juste un petit 2 pieds d’asphalte sur le bord de la route. La base est là. La gravelle est là. Tout ce qui manque, c’est un petit 2 pieds d’asphalte. Pas un gros effort financier. Ça va sauver pas mal plus de vies que bien des campagnes de sensibilisation, et ça va faire pas mal plus de cyclistes que la route verte ou autres projets complexes.
    ______

    D’ailleurs, je vous cite l’un de mes amis qui fait de la descente en vélo de montagne. Je lui proposais de se mettre au vélo de route et de venir rouler avec moi.

    Sa réponse ?

    – « Ça m’intéresse, mais je trouve ça trop hasardeux. »

    C’est une mauvaise traduction de l’anglais (hazard), mais le mot traduit une réalité.

    Le gars descend des montagnes en ligne droite. Il trouve le vélo de route trop « hasardeux ». Ce n’est pas le danger qui le dérange. Le danger, il y en a partout. En vélo de montagne, en voiture, en camion. Ce qui le dérange, c’est qu’en vélo de route, le risque n’est pas géré par lui-même. Il ne peut pas doser le risque, ni le contrôler. Il ne peut rien faire contre l’éventuel chauffard qui va sortir de nulle part et le percuter. Au moins, quand il descend une montagne, il n’y a pas de SUV pour lui rouler dessus par derrière, ni de voiture qui « oublie un stop » pour le frapper de côté. Il y a du danger, certes, mais il peut exercer un certain contrôle sur ce danger et le réduire. C’est dangereux, mais pas hasardeux.

    En vélo de route, au Québec, à moins de rouler dans la gravelle ou le gazon, c’est impossible. Le niveau de danger ne dépend que de la prudence et de la courtoisie des automobilistes derrière soi, automobilistes que l’on ne voit pas venir. Et quand bien même l’on aurait des miroirs, que ferions nous de plus pour nous protéger ? D’où la nécessité, je crois, de sortir quelques dollars lorsqu’on repave une route, et d’en profiter pour mettre un petit 2 pieds d’asphalte sur l’accotement. Qui plus est, nos vélos ne défoncent pas la route, donc pas besoin de répéter l’opération très souvent…

    Bon, maintenant que j’ai écrit tout ça, à qui est-ce qu’il faut que j’écrive pour qu’il se passe quelque chose ?

    0
    0
  5. alain

    J entendais Louis Garneau tout a l heure proné pour des circuits fermé pour les cyclistes et comme il passe pour une sommité,bein il est entrain de rentré ca dans la tete des gens,qui ne souhaite que ca nous voir disparaitre de route
    je me demande s il est tombé sur la tete le Louis,qui s occupe de sa business s il a rien compris dans le probleme!

    0
    0
  6. Louis

    Bien d’accord avec alain. Par contre, un point avec lequel je suis d’accord avec M. Garneau c’est qu’il faudrait que des efforts soit fait pour que le circuit Gilles-Villeneuve et éventuellement les plaines à Québec soit réservé ou du moins partagé pour les cyclites, parce qu’en ce moment, pendant que des gens décédaient sur la route, la société du Parc Jean-Drapeau à Montréal décidait de mettre des bâtons des les roues des cyclistes qui s’entrainent sur le circuit….

    Malgré tout, je crois que le gros du problèmes au Québec est la mentalités des automobilistes qui préfèrent mettre en danger les cyclistes en les dépassant plutôt que de ralentir.

    0
    0
  7. Andy Lamarre

    Merde, la loi 3.4.3 (je crois) mentionne que le vélo a autant le droit d’utiliser la route qu’une voiture.
    Qu’on mette cette loi en vigueur, c’est pas trop demandé.
    Ah le Québecois et son char…..
    Après plus de 50 années de vélo et le nombre d’histoire que j’aurais a contés sur mes accidents et proches accidents entre mon vélo et des voitures
    Ah le Québecois et son char………..

    0
    0
  8. Vincent

    D’accord avec Marmottte. C’est pas la Fatalité.

    Mais je rajouterais que c’est la TOTALE incompétence du Ministère des Transports depuis des lustres qui non seulement est pas capable de gérer ses budgets (30% de plus que ça devrait nous coûté normalement à cause de la /%?&?/ de corruption dans la construction) mais aussi par la vision unilatérale pour l’automobile en terme de développement des infrastructures. (la fameuse 30 à Montréal elle va tu finir par être finie une bonne fois pour toute? Le nouvel échangeur Turcot était pas supposer d’être au sol? Et que dire de l’affreuse Autoroute Métropolitain qui surplombe Montréal et qui toujours bouchée?)

    Toujours pareil depuis l’étalement urbain des années 50, l’AUTO, l’AUTO, l’AUTO. Notre Loi sur la Sécurité Routière est désuette, elle date des années 70. Elle est totalement dépassée, inappropriée, dangereuse. J’ai aucune pitié de ne pas la respecter, pour ma sécurité.

    Un ti-exemple ben simple:
    On a pas le droit de se promener avec un baladeur mais en auto on a le droit de parler au cellulaire avec le main libre avec un café entre les jambes dans un gros char bien insonorisé avec la musique à tue-tête pis le main-libre dans un oreille et c’est moi qui ne devrait pas entendre les voitures venir? C’est de ma faute si on me voit pas dans mon kit rouge-pêtant?

    L’auto est une arme blanche contre un cycliste. C’est un fait. Quand on lit les articles dans le journal à propos d’un accident vélo-auto, on dit que le cycliste est entre la vie ou la mort ou qu’on ne craint pas pour sa vie mais on dit aussi tout le temps que l’automobiliste à rien… J’ESPÈRE!!!YÉ DANS UN CHAR BÂTARD!!

    Tout comme Pierre, je suis vraiment écœuré de voir des cyclistes mourir de la sorte. Écœuré de me « pogner » à chaque sortie de vélo avec un automobiliste sans dessin. La loi de la file indienne un-par-un je l’emmerde, à deux de large on se protègent. Même à deux on est moins large qu’un tracteur et souvent plus vite qu’un tracteur pourtant les automobilistes « pognent » pas les nerfs après les fermiers à ce que je saches! Alors la cohabitation j’y crois pas tant et aussi longtemps que la loi ne changera pas en notre faveur et que les mœurs ne se seront pas adoucis du côté des automobilistes. Arnaud Papillon disait avec justesse en fin de semaine: « une auto ça plusieurs vie, pas l’humain ». Priorité aux piétons et aux vélos. POINT FINAL.

    0
    0
  9. Mitch

    Je sais pas si c’est moi mais j’ai l’impression que Louis Garneau est en train de nuire à la cause des cyclistes. Il veut nous clôtrer dans des parcs industriels ou des circuits fermés. Je comprends pas trop où il veut en venir:

    http://veloptimum.net/velonouvelles/10/ART/5mai/JrQc18C.htm

    0
    0
  10. JOCELYN

    Pour ma part je roule souvent seul en ce moment, pas longtemps, des sorties de 2 heurs, 2 fois par semaine, cela suffit pour ne pas passer une seule sortie sans me faire froler, tellement le cycliste dérange les autos, tellement l’égoisme est élevé dans notre sociétee, pratiquement aucune voiture met son clignotant quand elle me double, aucune ne lève le pied avant de doublé-je ne parle pas de freiné- aucune n’attend une ligne droite pour doublé si un virage ou une courbe se profile à l’horizon, et chaque fois que je reviens de mes sorties, je me dis que cela n’a pas été pour cette fois…Il vaut mieux rouler en groupe -meme énorme- le peloton emmerde les autos mais l’effet de masse fait qu’elle ne peuvent pas doublé d’un coup et que les irrascibles sont plus intimidés par 10,20 voir jusqu’a 40 gars quand il fait beau que par un solitaire.Voila, tout cela dit en vrac sous le coup de la colère, et pourquoi un grand champion-je pense souvent à JALABERT pour ce role- ne ferait pas le tampon entre les pouvoirs publics, notemment sur la formation des jeunes conducteurs et les usagers des 2 roues. Pourquoi quand quelqu’un passe le permis, il n’y a pas obligatoirement 1 heure de vélo en ville et 1 en campagne, simplement pour démontrer l’éffet que cela fait d’etre dépasse par une auto.

    0
    0
  11. alain39

    La faute à pas de chance à la connerie, l’erreur enfin c’est un tout.
    Difficile de faire coexister sur nos routes les cyclistes et les voitures ou encore moins les camions.
    C’est sûr bon nombre de conducteurs sont des « meutriers » en puissance. Soit pas leur inconscience, leur comportement à risque ou encore par une simple erreur de conduite.
    Bon nombre de cyclistes prennent des risques inconsidérés.
    La fatalité reste de mise et c’est bien malheureux.

    Bon courage aux familles car c’est dur de perdre un être cher subitement.
    Mes amis faites bien attention, la route est un lieu hostile.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.