Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Schumacher replonge

L’homme est une insulte à l’intelligence.

Déjà positif à la CERA lors du dernier Tour de France, voilà qu’un contrôle antidopage rétroactif montre que Stefan Schumacher était également positif à la CERA lors des JO de Pékin quelques semaines suivantes.

Il n’y pas plus vraiment de doute quant au fait que Schumacher "tapait dedans".

Rappelons que Schumacher nie tout en bloc et a même intenté une poursuite contre l’AFLD en vue de contester son contrôle positif lors du Tour. Il a également entrepris des actions en justice contre son ex-futur employeur, Quick Step, pour non respect d’un contrat signé l’an dernier et qui stipulait pourtant qu’en cas de contrôle positif, un licenciement serait immédiatement en vigueur.

Avec ce nouveau contrôle positif, ca sera difficile pour Schumacher de poursuivre sa ligne de défense, ou alors ce sera un cas comme Tyler Hamilton ou Floyd Landis, ou il perdra argent, temps et… crédibilité. En ce sens, il est intéressant de noter que les coureurs s’étant, au cours des dernières années, le mieux sorti d’affaires de dopage sont ceux qui ont eu le courage d’avouer, notamment David Millar, Ivan Basso et prochainement, Riccardo Ricco.

En terminant, un mot pour dire que les commentaires se déchainent récemment sur La Flamme Rouge, à mon grand bonheur je dois dire puisqu’il est passionnant de suivre vos réactions. Certains voient dans la présence des motos sur les courses, dans les oreillettes et dans le dopage des éléments qui décrédibilisent le cyclisme. Je partage cette opinion. D’autres voient un signe d’optimisme dans le relatif succès des procédures en place pour lutter contre le dopage. Je suis également de ceux-là, mesurant tout le chemin parcouru à ce chapitre depuis 10 ans. J’ajoute cependant que la vigilence reste de mise, même parmi les jeunes coureurs qui ne nous prouvent pas vraiment en ce moment avoir une éthique de travail tellement différente des anciens.

La performance de Casar hier sur le prologue ? Remarquable ! Je refuse cependant d’y voir matière à soupçonner l’usage de produits interdits, le prologue étant très court (à peine plus de 3 kms) et en début d’épreuve, alors que tout le monde est frais. Casar s’est simplement sorti les trippes avec, à la clef, un magnifique résultat. Je dis bravo !

Partager

Précédent

Au tour de Rebellin ?

Suivant

Vos commentaires sont un régal !

14 Commentaires

  1. marten

    Basso a avoué s’être dopé???? Ça c’est la dernière nouvelle. Il a dit qu’il avait été sur le point d’eventuellement de se doper pour le tour 2006. Mais sa victoire juste avant dans le Giro avait été realisé à l’eau claire……
    Il a très bien été conseillé par son avocat.
    Il avait avoué s’être dopé puis il avait retiré sa première déclaration un jour après.

    0
    0
  2. Marmotte

    Laurent, je trouve la formulation de ton commentaire quelque peu ridicule. Tu dis :

    « La performance de Casar hier sur le prologue ? Remarquable ! Je refuse cependant d’y voir matière à soupçonner l’usage de produits interdits, le prologue étant très court (à peine plus de 3 kms) et en début d’épreuve, alors que tout le monde est frais. Casar s’est simplement sorti les trippes avec, à la clef, un magnifique résultat. Je dis bravo ! »

    Non pas que je ne sois pas d’accord avec le fond : Casar a sorti une grosse performance dans une épreuve où on ne l’attendait pas nécessairement, et tant mieux pour lui, il travaillé fort et l’a mérité. Bravo.

    Ce qui me tape sur les nerfs, c’est l’espèce de présomption de dopage que l’on semble s’entêter à attribuer à tout résultat un tant soit peu différent de ce qu’on voit d’habitude (et même à tout enchaînement de bonnes performances, aussi habituelles soient-elles). Laurent sent le besoin de justifier pourquoi la performance de Casar ne serait PAS du dopage. Come on… Non, ce n’est pas nécessaire de débuter chaque commentaire sur la prémisse que le dopage pourrait tout expliquer, et ce n’est pas nécessaire d’expliquer pourquoi dans ce cas-ci la prémisse du dopage est à rejeter. C’est en quelque sorte spéculer sur de la spéculation. À ma connaissance, il n’y a jamais eu le moindre indice en faveur du dopage chez ce coureur, donc je ne vois pas du tout la pertinence de le défendre de dopage « par défaut », afin de soutenir sa performance. Il a bien performé. That’s it. Ce n’est aucunement pertinent de tenter de se convaincre que ce n’est pas du dopage. Il n’y a rien qui sous-tend cette hypothèse en partant…

    Bref, Laurent, sens-toi libre de nous parler des bonnes performances sans chercher à justifier ton appréciation de leurs performances. Tu (et nous) as le droit d’apprécier le vélo sans constamment te demander qui est propre et qui ne l’est pas. Les tests anti-dopages font le travail à notre place. Sont-ils parfaits ? Certainement que non. Mais infiniment meilleurs que la spéculation que l’on peut faire…

    0
    0
  3. michel legendre

    Super commentaire Marmotte. Je suis d’accord avec toi.
    Cependant je voie le commentaire cité de laurent comme une réponse à la présomption de dopage de Casar présente dans les commentaires sur l’autre post…!!!

    mleg

    0
    0
  4. Hugo

    > Ce qui me tape sur les nerfs, c’est l’espèce de
    > présomption de dopage que l’on semble s’entêter à
    > attribuer à tout résultat un tant soit peu différent
    > de ce qu’on voit d’habitude

    Malheureusement, Marmotte, la presque totalité des performances hors de l’ordinaire des 15 dernières années ont été réalisées par des cyclistes dopés. C’est dommage pour les cyclistes honnêtes, puisqu’ils sont comdamnés au soupçon lorsqu’ils performent au-delà de ce qu’on attendait d’eux.

    0
    0
  5. Marmotte

    En effet, après avoir lu le post précédent, sur Rebellin, je vois bien pourquoi Laurent formule son commentaire de cette façon. Il n’en demeure pas moins ridicule que l’on en soit rendu à devoir traiter l’information de cette façon.

    0
    0
  6. Testocarbone

    Et si vous vous entendiez une fois pour toute, que le peloton est pourri

    -si certains ont encore besoin de preuves, qu’ils lèvent le doigt –

    et qu’il y a d’un côté ceux qui veulent que ça change, ne regardent plus, ne commentent plus les courses plus aussi longtemps que les moeurs n’ont pas évolués et de l’autre,

    les adeptes du jeux de crique, de la télé-réalité, du casino, bingo, loto, toto, qui s’en foutent de la performance sportive et qui regardent parce que le spectacle est à leur convenance.

    C’est fatiguant, en effet de se demander qui prend, qui prend pas et prend peut-être, peut-être pas etc..etc…

    Pour ma part, c’est fait, c’est pourri, ils en prennent tous, certains, c’est clair, de meilleurs produits que d’autres, et pour une infime minorité en haut de la pyramide, carrément la mutation génétique. J’en suis convaincu, et j’ai de bonnes raisons de le croire.

    Et là pour une fois, Laurent je ne suis pas trop d’accord avec tes tergiversations sur Casar. Comme il y a une majorité de dopés au départ, je ne vois pas comment, un mec sain peut leur mettre la pâtée, même sur trois kilomètres.

    0
    0
  7. Dave

    Ouais, enfin, si on a tendance à voir du dopage à chaque performance inhabituelle c’est aussi parce que depuis 20 ans des dizaines d’exploits ont été ternis.

    J’avais un peu lâché le cyclisme depuis 7-8 ans, je m’y intéresse de nouveau grâce à d’excellents vecteurs d’info comme LFR, et quand je vois le palmarès de certaines courses dans les années 2000, j’ai la nausée devant tous ces palmarès faussés. Regardez Liège-Bastogne-Liège : de 1999 à 2008 huit vainqueurs sur 10 ont étés cités dans des affaires de dopage lourd ou contrôlés positif au dopage sanguin. Le seul rescapé est Bettini… « suspect à mort » comme dit colt seevers dans un autre post, ne serait-ce que pour son tir au fusil de Stuttgart…

    Ceci sur une classique très sélective, peut-être la plus dure. Sur un clm de 3 km, je pense aussi qu’un coureur propre peut égaler les dopés. David Millar a bien remporté le prologue du TdF 2000 devant Armstrong, il a juré ensuite qu’à cette époque il n’utilisait pas encore d’EPO. J’ai tendance à le croire.

    Lorsque le dopage sanguin était encore rare et pas optimisé, certains coureurs connus comme propres arrivaient à suivre les dopés : Lemond 1er du TdF 90, Mottet, Hampsten, Mejia 4èmes en 91, 92, 93.
    Bon, après ça s’est gâté… à l’époque du scandale Festina, l’enquête a montré que 1994 avait été l’année de la généralisation du dopage.

    0
    0
  8. Tiphaine

    C’est la période Indurain-Armstrong qui m’avait éloignée du cyclisme… Puis j’avais éprouvé un regain d’intérêt en 2004 avec l’odyssée de Voeckler sur le Tour – un bol d’air frais ! -, le départ en retraite d’Armstrong l’an d’après, les contrôles qui avaient l’air de commencer à donner des résultats, l’intéressante progression saisons après saisons du p’tit Gilbert au caractère bien trempé… Mais depuis septembre dernier (voyez ce que je veux dire…), l’affaire Puerto étouffée par tous le moyens jusqu’à prescription, les coureurs toujours aussi dopés qui persistent à faire mine de tomber des nues quand ils sont pourtant pris la main dans le sac, les coureurs éventuellement pas-dopés qu’on continue à spolier de leurs succès, bref, rien qui change… La lassitude est installée, plus le goût ni la foi de suivre les courses, d’y prendre un plaisir quelconque.

    Je remarque aussi, au passage & sauf erreur, que de tous les sportifs contrôlés positifs lors des derniers J-O, seul le nom du coureur cycliste a été livré en pâture à la foule… On s’est bien gardé de révéler le nom des sportifs des autres disciplines, une fois de plus…

    0
    0
  9. Louis

    Bien d’accord avec le dernier commentaire: ce qui est le plus fachant c’est de voir qu’il y a presque seulement le cyclisme qui écope de la mauvaise presse même si d’autres sports sont aussi touchés par le dopage…

    0
    0
  10. bikelarue

    Tout a fait en acord avec Louis et Tiphaine.

    Présentement il y a dans le baseball majeur un gros bras qui gâgne 100 millions et qui pourtant a été piqué pour dopage. AUCUNE SANCTION!!!

    Le débat doit tourner autour du fait que les sanctions sont présentes presque uniquement en cyclisme.

    0
    0
  11. colt seevers

    Chez les jeunes de cette génération de 1985 mon préféré c’est quand même Di Gregorio. Il n’a pas eu sa langue dans sa poche devant les caméras dès le direct de l’arrivée pour dénoncer le rythme inhumain du vainqueur de l’étape du tourmalet pau hautacam en 2008. Ce jour là il ne faisait pas le poids contre les premiers de l’étape, piepoli, cobo, kohl et ricco tous convaincus de dopage à l’epo depuis… à mon avis, Casar, dessel et goubert freinent beaucoup trop dans les virages en montée. A force de « se sortir les tripes » comme disent les plus optimistes le premier arrive même à monter sur le podium des prologues alors que c’est vraiment un exercice de spécialiste, aussi bien techniquement que tactiquement comme dirait l’autre. On a pas le droit de dire d’un coureur qu’il est dopé seulement parce que les pupilles avaient l’air bien dilatées sur la ligne d’arrivée mais s’il grimpe vraiment trop vite on peut commencer à espionner ses poubelles et frapper à sa porte à l’improviste au petit matin. En guise de conclusion, c’est vrai qu’expliquer a priori certains phénomènes par du dopage est une idée farfelue puisqu’on est tenus de présumer les gens innocents. Seuls ceux qui lisent dans la pisse et le sang ont congelé la vérité à leur sujet et elle nous sera sûrement communiquée en temps voulu…

    0
    0
  12. Testocarbone

    Je partage l’opinion de Tiphaine et Louis, et bien que convaincu que le cyclisme est très atteint par le fléau d’autres sports n’y échappent pas, bien au contraire.

    Je me suis fait allumer récemment sur le site du journal libération.fr, par une hordes de nationalistes dans la démesure à la simple idée d’évoquer un possible dopage de notre nageur national, Alain Bernard, qui, faut bien l’admettre, n’a plus rien d’humain dans son apparence. Il est mi-homme mi-poisson, avec une envergure de raie manta et des muscles, des mâchoires, des mains, des pieds qui fleurent bon l’acromégalie, c’est à dire l’abus d’hormones de croissance.
    Le reste, epo etc..doit bien faire parti du package « record » qui, officiellement, ne s’explique que par cette combinaison révolutionnaire.
    Ca me rappelle le retour de Lance. En un mot ça pue, fort!!

    0
    0
  13. Roger13

    Il n’y a pas égalité de traitement dans tous les sports d’un pays donné.
    Je crois qu’ Alain Bernard et les autres nageurs français qui « carburent » sont protégés politiquement à haut niveau de l’état français mais utilisent aussi un « coktail » qui passe tranquillement les contrôles de base internationaux.

    Il n’y a pratiquement dans aucun sports, au plus haut niveau, d’athlètes qui gagnent « proprement » les grandes épreuves.

    En cyclisme professionnel, les valeurs morales socialement dominantes obligent quasiment un coureur doué à « faire le métier » pour une vraie réussite professionnelle car il y va du bien être de sa famille dont il est responsable. Et le choix est entre une carrière courte et anonyme avec une reconversion difficile ou une carrière courte et pleine de succès qui assure l’avenir. Il y a de quoi culpabiliser à choisir d’être « fier et con » dans un tel système.
    Le sens de l’honneur, l’esprit chevaleresque et tout ça sont forcément étrangers au professionalisme et au sport de très haut niveau en général.
    Augmenter les sanctions comme la suspension à vie ?
    Peut être que ça diminuerait effectivementla prise de risque. Mais je ne suis pas sûr que les mieux organisés prennent de grands risques à se doper actuellement. C’est la question.

    0
    0
  14. Alphonse

    Je crois que Rebellin était un cador très bien organisé. Mais sa fortune est effectivement faite, et en ce sens tu as raison, Roger, c’est un winner, dopage inclus.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.