Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Rio: quelle course!!!

Que ça fait du bien! Je me suis littéralement régalé en regardant la course sur route des JO de Rio.

Quelle course!

Ca restera dans les annales du sport cycliste. Une vraie course à la pédale, très difficile, avec seulement 63 classés au final sur 144 partants.

Et sans les oreillettes…

C’est pas compliqué, dans les 30 derniers kilomètres, il y avait des coureurs partout sur la route, preuve que c’était chacun pour soi, et sauve qui peut.

Et à la clé, un bien beau champion olympique en Greg Van Avermaet, issu d’un pays qui a déjà tellement donné au sport cycliste. Récit d’une course fabuleuse…

On a d’abord eu droit à tout un numéro de Michal Kwiatlowski, un dur de dur celui là, qui a fait plus de… 230 bornes devant. Repris par un petit groupe dans le final, il trouvait encore la ressource pour quelques relais afin de placer son compatriote Rafal Majka au pied de la dernière ascension. Grandiose, et ce type-là n’a pas été champion du monde par hasard.

On a ensuite eu droit à une sacré démonstration de la science de la course de la part de l’équipe d’Italie. En trois actes: d’abord Caruso qui s’échappe dès la première ascension du circuit final, amenant avec lui quelques coureurs dont Henao et Van Avermaet. Ensuite Nibali et Aru qui reviennent à la faveur de la descente avant d’aborder le dernier tour. Enfin Caruso (ce dernier avait deux raisons de rouler avant la dernière bosse, d’une part pour son leader italien Nibali et d’autre part pour son leader d’équipe de marque – BMC – Van Avermaet aussi dans le groupe!) et Aru qui préparent l’attaque finale de Nibali, attaque qui intervient sur le haut de la dernière bosse et qui réduit la tête de course à deux seuls autres hommes, soit Henao et Majka.

La tactique des Italiens était parfaite, et ils ont pris beaucoup de monde à contre-pied, en premier lieu les Espagnols, les Français et les Néerlandais. Nibali avait le titre à portée de main avec cette dernière descente technique qui devait lui convenir. Il est malheureusement parti à la faute, entrainant avec lui un Henao très costaud lui-aussi, ruinant ainsi les espoirs italiens. La déception peut être grande ce soir pour les Transalpins. La fatigue, peut-être?

Du coup, Majka se retrouvait seul en tête avec une belle chance pour le titre. On a eu toutefois droit à tout un numéro de Greg Van Avermaet, bien épaulé par Jakob Fuglsang, qui est revenu avec seulement deux petits kilomètres à faire dans l’épreuve. Van Avermaet a fait toute une course, sortant d’abord avec Caruso dans la première ascension du circuit final, puis résistant de belle façon aux coups de butoir de ses adversaires dans les montées. Quel coureur! Quel métier! C’était inspirant de le voir ainsi évoluer et il y a là des leçons de cyclisme à tirer…

Aux 300m, l’affaire était pliée, Van Avermaet n’ayant aucun mal à prendre de vitesse un Majka sur le bord des crampes et un Fuglsang qu’on savait moins rapide.

Un bien beau champion olympique si vous voulez mon avis, et un coureur qui présente une saison d’enfer cette année: déjà vainqueur du Het Nieuwsblad et de Tirreno-Adriatico au printemps dernier, il terminait 5e de Milan San Remo, puis 3e du Championnat de Belgique avant de remporter une étape du Tour de France et de passer quelques jours en jaune. Le voilà champion olympique! Assurément de quoi changer cette image de « serial loser » qui lui collait au train depuis quelques années, étant abonné aux places d’honneur plutôt qu’aux victoires jusque l’an dernier.

Et Van Avermaet est bien connu au Québec, il est déjà monté deux fois sur le podium du Grand Prix cycliste de Québec (2012 et 2013).

Les coureurs en vue sur cette course de Rio

Sergio Henao. Il était assurément l’un des tous meilleurs hier. La chute de Nibali devant lui vient ruiner les espoirs colombiens. Dommage.

Vicenzo Nibali. Probablement l’homme fort de cette course sur route. Son attaque dans le final ne laissait aucun doute. Vraiment dommage de perdre le titre olympique sur une chute dans une descente, lui l’excellent descendeur.

Julian Alaphilippe. La façon dont il est revenu sur l’avant de la course dans la dernière ascension laisse peu de doutes sur les ressources physiques et mentales de ce coureur exceptionnel. Je suis admiratif de son numéro dans les 25 derniers kilomètres. Il termine finalement 4e en faisant selon moi une erreur dans les derniers hectomètres en n’accompagnant pas Van Avermaet et Fuglsang à la poursuite de Majka devant. Là encore, dommage. Il déclare à l’arrivée « encore une place de con« , ce qui en dit long sur sa volonté de gagner!

Fabian Cancellara. Il était encore présent devant à tirer le groupe de chasse juste avant la dernière bosse. Il a donc passé les deux premiers tours du circuit final avec les meilleurs. Un signe qui ne trompe pas sur sa condition physique. Il sera à surveiller sur le chrono plus tard cette semaine, et j’aimerais bien qu’il le remporte: ce serait une bien belle sortie pour Spartacus!

Joaquim Rodriguez. Avec Alaphilippe, l’autre auteur du plus beau rapproché dans la dernière ascension, au métier. Wow!

Les coureurs qui ont été courts

Chris Froome. Un figurant durant toute la course. Sa sortie dans la dernière ascension n’a été qu’un faible pétard mouillé.

Romain Bardet. Pas bien hier.

Alejandro Valverde. Pas dans un grand jour, il a eu le professionnalisme de se mettre au service de son compatriote Joaquim Rodriguez avant la dernière ascension. Ces deux-là ne se sont pas toujours aussi bien entendus dans le passé lors de Mondiaux…

Rui Costa. On attendait plus de ce coureur qui affectionne tout particulièrement les courses en circuit.

Bauke Mollema (et tous les Néerlandais). Victimes de malchance, les coureurs du plat pays n’ont pas été très visibles hier. Mollema n’a pu être un acteur du final.

Dan Martin. On attendait sa giclette dans la dernière ascension, mais on n’a rien vu. Il est disparu tout simplement du traffic.

Philippe Gilbert. Lâché dès les premières rampes de la première ascension des trois tours du circuit final, ça ne s’améliore pas pour le coureur belge ces temps-ci. Par chance, la victoire de son compatriote Van Avermaet fera passer sous silence ce mauvais état de forme.

Les Canadiens

Antoine Duchesne et Hugo Houle ont très bien faits leur travail hier, soit de placer Mike Woods en bonne position au pied de la première ascension des trois tours du circuit final. Irréprochables. Mike Woods s’est fait lâché dans la deuxième ascension, mais a tenu à terminer l’épreuve (en 55e position, à 20min du vainqueur). C’est une déception et je persiste à croire que Woods a payé son manque de compétition au cours des dernières semaines.

Partager

Précédent

Rio: une course sur route compliquée!

Suivant

Rio: même course chez les femmes que chez les hommes!!!

13 Commentaires

  1. Le Pitre

    Effectivement, une course magnifique dont on se souviendra, avec un beau vainqueur même si d’autres auraient aussi fait un beau vainqueur (signe d’une grande course). Avec pour ma part une gêne: toutes ces chutes, toute cette souffrance. Tiens, au milieu de ton analyse des beaux protagonistes de l’épreuve, Ritchie Porte, dont on va oublier qu’il en était, alors qu’il était là et bien là quand il est sorti de la route.
    Enfin, il me semble qu’il a manqué un coureur qui je crois aurait eu ses chances: Peter Sagan. Pour le coup il s’est peut-être raté (ça ne l’aurait pas empêché de participer au VTT). Restons donc sur les présents.
    Une seule fois la bosse pour les femmes cet après-midi. Deux fois aurait été plus respectueux mais on va quand même regarder (si c’est bien diffusé, à espérer que Ferrand Prévot soit devant et que les autres français engagés dans d’autres sports soient éliminés avant!).

    0
    0
  2. mica

    Oui, quelle course, certes, mais quelle loterie, quel jeu de massacre,(chutes) combien cela a failli tourner au jeu du poker menteur, si Purito n’ avait pas exalté ses « compagnons » à l’ action en fin de course, ils n’ auraient jamais revu Majka avant la ligne!
    Loterie d’ abord au moment des sélections des équipes (pourquoi, par exemple en Belgique, Gilbert à la place de De Gent, en France,Barguil à la place de Gallopin…..etc etc )
    Loterie des chutes (qui deviennent décidemment un ingrédient du cyclisme « moderne », il ne manquait plus que l’ orage)
    Poker menteur de coureurs qui se regardent dans le blanc des yeux. (cela à bien failli se reproduire)
    Les plus forts collectivement étaient les Italiens, et le plus fort individuellement était Alaphillipe, et au bout du compte aucun de ceux ci n’ est sur le podium!
    Que dire de ces hurluberlus qui courent à coté des cyclistes, j’ en ai un peu marre de ces passages à 15% qui dénaturent un peu le cyclisme. je pense que des pentes a 6 ou 8% feraient une aussi belle sélection, et quid de la sécurité surtout dans un pays aussi sensible que le Brésil.
    Encore une fois une densité de véhicules motorisés préts à fausser la course
    Bref, belle course avec tous les « ingrédients » du cyclisme!

    0
    0
  3. Le Pitre

    Oui, ces imbéciles à pied qu’on retrouve même au milieu d’un groupe de coureurs (!), ça en devient insupportable. Je vois deux solutions: fermer le parcours au public, éviter les grandes pentes. A ce stade, je suis pour la première. Peut-être y en a-t-il d’autres. On peut toujours demander aux réalisateurs d’éviter de diffuser les images avec ces gogos narcissiques, mais bon…
    En passant, on dit a posteriori que untel ou untel était le plus fort. Mouais. Pas facile quand même.
    « NIbali aurait gagné sans sa chute ». Peut-être. Qui peut affirmer qu’il aurait battu Henao? Et Porte? Et Alaphilippe, tombé aussi? On disait il y a 2 mois que Nibali avait gagné le Giro en poussant Kruizwijk à la faute, et la chute. Double discours. D’ailleurs, Nibali fait une faute, chute, et il emmène Henao par terre avec lui. Nibali fait perdre Henao. Le cyclisme est un sport magnifique, avec de gros défauts. Le mieux reste de le pratiquer tout seul dans ses campagnes, avec ou sans chrono.

    0
    0
  4. Le Pitre

    Et non, Mica, des pentes à 6-8% ne font pas la même sélection. Malheureusement peut-être mais c’est un fait. Question de vitesse et d’abri, de lois physiques. D’ailleurs, il est remarquable de constater que lorsque les pros grimpent un col qu’on connait, on sait exactement quand ça va attaquer, et céder, selon les variations de pente.

    0
    0
  5. Résumé excellent. J’avais parlé de loterie avant le départ, d’abord en tenant compte du petit nombre de coureurs par équipe – course difficilement contrôlable – et de la descente dont Bardet avait souligné la dangerosité. Le même Bardet (à l’analyse toujours précieuse, un futur directeur sportif celui-là !) fait remarquer à l’arrivée que, parmi les leaders du dernier Tour de France, seuls Rodriguez et Meintjes accèdent à une place d’honneur sur ces JO (on aurait pu avoir Porte également sans sa chute). Les trois semaines passées à défendre une place au général ont pesé bien lourd dans les jambes. Du coup, on retrouve des baroudeurs de talent à l’avant, ceux qui ont brillé au mois de juillet notamment, des gars qui ont une sacrée science de la course, Majka et Van Avermaet en premier lieu (+ Fuglsang limité à un rôle d’équipier en juillet).
    Autre élément qui devient plus que jamais crucial dans le cyclisme d’aujourd’hui, c’est le fait que les courses se décident surtout en descente. Il est devenu très difficile de faire des écarts significatifs en montée (on l’a vu sur le dernier TDF), du coup, la montée vise surtout à aborder la descente dans les meilleures conditions. La sélection a tendance à se faire sur les risques qu’on est prêt à prendre dans la descente, et ça me laisse un peu dubitatif : la tactique consiste autant à lâcher les adversaires qu’à les mettre sous pression afin de les voir commettre une faute. Il ne faudrait pas que les organisateurs de course se lancent dans la surenchère avec ces descentes hyper techniques de manière à assurer un spectacle de mauvais goût à mon sens.

    0
    0
  6. Robert

    Très belle course, pas d’oreillettes et surtout des équipes réduites ce qui oblige les leaders à se découvrir. On a ainsi vu un Froome à sa juste valeur, sans équipiers,faire seul une contre attaque pour tenter de revenir sur la tête de la course… et finalement se planter. S’il avait eu toute une équipe sky à son service pour contrôler et bloquer cette course il aurait peut être pu l’emporter. Donc comme tant d’autre je plaide pour une limitation du nombre de coureurs par équipe.

    0
    0
  7. Martin Desbiens

    2The Belgian Cycling anti-doping prosecutor has officially requested a two-year ban for Greg Van Avermaet following an investigation into his links with Dr. Chris Mertens and suspected anti-doping offences. »

    http://www.cyclingnews.com/news/belgian-federation-requests-two-year-doping-ban-for-greg-van-avermaet/

    Un beau gagnant….non désolé.

    0
    0
  8. Vincent C

    ahaha j’adore quand il n’y a pas d’oreillettes!

    Armitstead qui fait une crevaison au pied d’une bosse et Emma Pooley qui tire le peloton dans la même bosse! Pas de coéquipières pour venir l’aider.

    Ils ne savent plus courir sans ça!

    L’échec de Froome sans une équipe qui cadenasse tout, aussi c’est génial.

    0
    0
  9. p'tit lucien

    tout ça est bien joli, mais, et le coureur iranien que vous nous aviez promis, il est où ? hein ?

    0
    0
  10. Le Pitre

    Un avis: l’UCI ne devrait pas autoriser une descente avec de tels trottoirs.
    Surtout: les coureurs doivent demander à l’UCI de faire appel à des gens très intelligents (hors du milieu!) pour réflechir à la question de leur sécurité.

    0
    0
  11. Fore

    « Fabian Cancellara…/…et j’aimerais bien qu’il le remporte: ce serait une bien belle sortie pour Spartacus! »

    Purée, je me demande si je vais continuer à venir ici si c’est pour lire des horreurs pareilles, Cancellara c’est:

    – le coureur le plus soupçonné de dopage mécanique, certains comme TheSecretPro ne prennent même pas de pincettes tellement c’est connu dans le milieu

    – un ancien client du Dr Cecchini et probablement d’Eufemiano Fuentes (« classicamano Luigi »), les analyses ADN des poches Puerto le prouveront peut-être bientôt

    – un habitué des équipes où le dopage était le plus implanté, et maîtrisé : Fassa Bortolo et CSC

    – un des supposés positifs à l’EPO CERA après les retests du Tour 2008, même Godart à la TV française a balancé son nom, il est notoire que l’affaire a été étouffée devant le nombre de cas (des dizaines)

    – enfin et surtout, Cancellara est connu dans le peloton pour être un sale type, tout le contraire de son image médiatique, il a une réputation de tyran qui a arrangé plus d’une course à son bon vouloir parce que les plus jeunes avaient peur de lui, beaucoup de coureurs s’annoncent (comme the secret pro) soulagés de le voir partir…

    0
    0
  12. Le Pitre

    Robert (6).
    Tes conclusions sur Froome à partir d’une course (d’un jour) sont celles d’un passionné. Ca craint, la passion, ça écervelle. D’ailleurs, quelles conclusions tirent du Tour de France de Bardet suite à sa course de Rio?

    0
    0
  13. Robert

    Le Pitre(12), je suis certainement passionné par le cyclisme lorsqu’il n’est pas cadenassé par certaines stratégies. Je ne suis ni pour ni contre Froome, en fait je ne suis supporter de personne. Que la course soit belle et que le meilleur gagne. Puisque tu évoques la course de Bardet saches que je n’ai aucune conclusion à tirer. Bardet est un très bon coureur/ grimpeur et sa victoire d’étape autant que la manière m’a fait plaisir. J’allais oublier, lorsque Bardet a attaqué contre l’avis de son D.S. il a prétendu que son oreillette ne fonctionnait pas.
    P.S. Si la lecture de mon post précédent te fait dire que je suis un écervelé c’est que tu est mauvais psychologue et vrai grossier personnage.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.