Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Puerto: une parodie de justice

L’Affaire Puerto a été un des plus grands scandales de dopage de l’histoire du sport, et a touché de près le cyclisme.

Ivan Basso, Tyler Hamilton, Alejandro Valverde, Jan Ullrich, Roberto Heras, Jorg Jaksche, Francisco Mancebo, Franck Schleck, pour ne nommer que ceux-là, étaient tous dans le collimateur de cette affaire. Certains, comme Basso ou Valverde, ont été suspendus 2 ans, d’autres ont mis fin à leur carrière sur ce scandale (Ullrich, Jaksche), enfin d’autres ont été blanchis, mais tous ont vu leur nom terni par le mot « dopage ».

La justice espagnole a rendu hier son verdict: un an de prison pour Eufemiano Fuentes, quatre mois pour José Ignacio Labarta un préparateur physique, et le reste des accusés, y compris Manolo Sainz, sont acquittés.

Fuentes est condamné pour avoir porté atteinte à la santé des coureurs, le dopage n’étant pas criminel en Espagne au moment des faits.

Il faut cependant préciser qu’en Espagne, les peines de prison de moins de deux ans ne font pas l’objet d’une détention. Fuentes n’ira donc jamais en prison.

De plus, la juge a décrété que les poches de sang saisies devront être détruites, point final.

Il s’agit bien évidemment d’une parodie de justice qui confirme sans l’ombre d’un doute la position plus que douteuse de l’Espagne dans la lutte contre le dopage actuellement.

D’une part, Fuentes et ses collaborateurs méritaient une sanction plus sévère qu’un an de prison et quatre ans d’interdiction de pratiquer la médecine. Une telle sanction permettra à Fuentes de reprendre son travail auprès de sportifs en… 2017 ou 2018 au plus tard. Scandaleux considérant l’ampleur de l’Affaire.

C’est également une parodie de justice car la juge n’a donné aucun nom des sportifs à qui appartiennent les poches de sang saisies. En clair, cela signifie que le cyclisme aura morflé plus que les autres sports, qu’on vise évidemment à protéger d’un scandale. Il était pourtant évident que les poches de sang saisies n’appartenaient pas toutes à des cyclistes. Des noms? Des sports? Oubliez ça!

À mots voilés, le Comité Olympique International (CIO) a lui aussi exprimé des regrets dans la conduite de ce procès, ré-affirmant que la lutte contre le dopage « nécessite la coopération et l’implication d’un large éventail d’acteurs, y compris les autorités publiques »L’Espagne étant candidate à l’organisation des JO de 2020, espérons que le message sera reçu clairement.

L’Agence Mondiale Antidopage s’est également dit très déçue du fait que la juge ait ordonné la destruction des échantillons sanguins, estimant qu’elle privait ainsi la communauté antidopage de moyens pour poursuivre les tricheurs.

Seul point positif dans cette parodie, l’Agence antidopage espagnole veut porter en appel la décision de la juge (qu’on s’explique par ailleurs mal autrement qu’une volonté de protéger certains sportifs…) de détruire les poches de sang. Même si les faits remontent à plusieurs années, leur analyse et comparaison avec l’ADN de certains sportifs pourraient nous permettre de mieux mesurer l’ampleur du dopage dans les sports, et pas seulement dans le cyclisme.

Quoi qu’il en soit, il est extrêmement décevant de constater que ceux qui sont supposés être les garants d’une société juste et équitable rendent parfois des décisions qui apparaissent poursuivre d’autres buts que la vérité.

Voilà un procès qui n’aura rien fait pour redorer l’image de l’Espagne qui, plus que jamais, apparait comme un pays où on se traine les pieds à lutter contre le dopage.

Vive Gérone!

Partager

Précédent

Pas facile d’être pro en Europe!

Suivant

Giro: on déneige le Galibier

  1. delirium89

    et tout sera oublié dans quelques mois

    0
    0
  2. Tout cela va tres surement donner matiere a un livre ou on en apprendra plus qu’a ce proces…on s’est habitue a voir que les medias permettent de faire l’equilibre avec la Justice quand celle-ci a des faiblesses…!

    0
    0
  3. schwartz patrick

    @ Jean-Michel
    je ne crois plus aux médias, leur but n’est plus d’informer en juste et en concret, mais de surinformer,
    de déformer, de prétendre au conditionnel, souvent sans preuves aucunes, bref de taper un grand coup dans le nid de guêpes puis de se barrer vers un autre nid
    de guêpes pour exciter les gens, les émouvoir et grâce
    à leurs scoops, se faire un maximum de blé …
    Au final, tellement d’articles ont été écrits, nous avons tellement débattu ,les journaux vendus, les
    reportages « télé » vus et revus ; au final, qu’est ce
    qu’il reste ? Comme le dit très justement Laurent,une
    parodie de procès, à pleurer , à hurler,à désespérer !
    Et les poches de sang ? Comme par hasard,une personne
    « secrete,inconnue » aura omi de respecter les bonnes
    conditions de conservation, juste une « imprudence maladroite » commise après le procès et la composition
    de ce sang s’en trouvera altérée et non plus conforme!
    A quoi bon croire,pourquoi se réjouir ? Ceux qui sont
    honnêtes sur ce site, sont-ils vraiment dans le vrai ?
    Le monde marche à l’envers et tout çà se paiera un jour,mais au prix fort , vraiment …!

    0
    0
  4. D’accord avec toi Patrick, mais ce livre a propos d’Armstrong ecrit par ces 2 journalistes il y a quelques annees avait quand meme fait des vagues…et bien-sur, ensuite, il y a exageration , tout le monde s’engouffre dans la breche…
    Bon , de toutes facons, cote dopage, il y aura toujours du blabla, mais c’est foutu..
    Tout ce que je souhaite, c’est que des jeunes qui meritent d’etre pros ne tombent pas…trop, pas trop vite…la-dedans…

    0
    0
  5. Pour ne pas parodier quelqu’un de malheureusement célèbre: « La justice espagnole est l’ennemi du cyclisme (et du sport en général) »

    0
    0
  6. thierry mtl

    En conclusion… Celui qui se fait prendre pour dopage a tout intérêt à nier, à s’opposer légalement et à s’exprimer publiquement le moins possible (profil bas). À moyen et long terme, c’est la bonne façon de s’en sortir en pouvant continuer sa carrière.

    0
    0
  7. @Thierry,
    En effet, c’est une des conclusions qu’il faut en tirer. Basso a avoué de son propre chef, et a perdu deux ans de ses plus belles années, suspendu. D’autres n’ont rien lâché et sont toujours dans le peloton, comme Franck Schleck (bien qu’il soit actuellement suspendu pour une autre affaire de dopage, prouvant bien la culture du milieu…).
    Tout cela est désespérant. Au lieu d’avancer, j’ai parfois l’impression qu’on recule et que les tricheurs ont encore de beaux jours devant eux!

    0
    0
  8. dg

    Vu ce qui circule actuellement, les dopés auront besoin d’un bon cancérologue plutôt que du docteur Fuentes d’ici trois ans

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.