ProCycling en janvier 2008: un numéro exceptionnel

Une des sources d’information la plus importante pour La Flamme Rouge est les revues de vélo. En effet, depuis 1986, nous en achetons en moyenne 5 ou 6 par mois: ce fut naguère Winning et Miroir du Cyclisme entre autres. Au cours des 15 dernières années, ce fut surtout Cycle Sport, Vélo Magazine, VeloNews, CycloSport, Le Cycle, Top Vélo et L’Acheteur Cycliste. Nous lisons également chaque mois ProCycling grâce à un ami. Au cours des trois dernières années cependant, nous avons souvent été déçu de la qualité générale de plusieurs de ces revues, pour deux raisons majeures. D’une part, on retrouve de plus en plus souvent les mêmes reportages d’une revue à l’autre, comme si elles achetaient auprès de pigistes des reportages bouclés, photos incluses. C’est ainsi qu’au cours de l’automne dernier par exemple, on a retrouvé un reportage quasiment identique sur le cyclisme britannique dans plusieurs revues toutes distribuées en Europe et en Amérique du Nord! Très décevant. D’autre part, le contenu de ces magazines est de plus en plus pauvre, surtout depuis 10 ans considérant toutes les affaires de dopage. Par exemple, on a cru, un moment, que Cycle Sport allait enfin parler des "vraies" choses en publiant, en octobre 2006, son numéro spécial "The clean issue". Cycle Sport y prenait des engagements fermes pour lutter contre le dopage dans le cyclisme. Le ton nous semblait également différent, davantage dénonciateur des vrais problèmes du cyclisme. Deux ans plus tard, force est de reconnaître qu’il n’en est rien, le magazine ayant fait la part belle aux Contador et autres DiLuca de cette saison. Les journalistes maison ont même voté en faveur de Contador pour le Vélo d’Or mondial en 2007! Bref, nous sommes de plus en plus blasés par ces revues de vélo qui n’offrent rien de bien tangible pour quiconque veut être un observateur éclairé du cyclisme. Parfois cependant, il y a des numéros qui sont de véritables perles. "Le numéro de janvier de ProCycling est à loger parmi les numéros exceptionnels qu’on retrouve une fois tous les 10 ans selon nous":http://www.bikeradar.com/blogs/article/lemond-guest-editor-for-procycling-13777. L’éditeur invité de ce numéro n’est nul autre que Greg LeMond. De la première page à la dernière, le numéro est passionnant. Greg fait des retours sur sa carrière, donne des conseils sur l’entrainement cycliste, se prête au jeu "si j’étais président de l’UCI", nous donne son avis et ses solutions quant au problème du dopage et surtout, se livre entier en tant qu’homme et père de famille. Il raconte, dans un article poignant, ses problèmes familiaux, notamment avec son fils Geoffrey. Plus encore, Greg nous instruit sur le cheminement difficile d’un homme qui, coureur, n’a pensé qu’à son sport 24h sur 24h et qui est capable d’en mesurer maintenant les conséquences que cela aura eu sur sa famille. Le ton est sincère, boulversant, vrai. En contrastant le champion cycliste qu’il a été et l’homme et père de famille qu’il est devenu aujourd’hui, on se rallie à lui une fois le numéro spécial lu: il y aura eu, dans sa vie, des victoires qui valent plus que toutes ses victoires sur la route, en tant que champion cycliste. Bref, "ce numéro de ProCycling":http://www.bikeradar.com/blogs/article/lemond-guest-editor-for-procycling-13777 se distingue nettement par rapport à tout ce qu’on a pu lire depuis des années dans les revues de cyclisme. On le recommande à tous, pour peu que Greg LeMond et que la condition humaine vous intéressent.

9 Commentaires

  1. Dan Voy
    Soumis le 11 février 2008 à 8:00 | Permalien

    J’achetais beaucoup de revues de cyclisme auparavant, elles ne m’intéressent plus aujourd’hui. Trop de bullshit.
    J’ai remarqué qu’après le Tour 2007, on a cessé de distribuer Vélo magazine dans ma région.
    J’ai découvert dernièrement le site cyclisme-dopage.com par un lien sur LFR. J’ai réalisé à quel point j’ai été naif de croire la propagande écrite dans ces magazines.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. patrick B
    Soumis le 12 février 2008 à 1:03 | Permalien

    Greg Lemond a toujours porté une sincérité remarquable (encore exprimée dernièrement lors de l‘épisode du procès de Floyd Landis et de son accusation du coup de téléphone d’Armstrong menaçant de révéler son affaire d’inceste), depuis son arrivée au firmament du cyclisme dès l‘âge de 19 ans (3ème du Dauphiné). Sa fraîcheur qu’on retrouve parfois chez les Etats-uniens, beaucoup plus rarement en Europe, ces yeux qui brillent, il a su garder une part d’enfance dans une vie adulte marquée de nombreuses pressions. J’aime. Donc, Laurent, merci pour le conseil.
    En France, Vélo magazine, Top vélo, Cyclo passion, Le cycle ne sont plus que des publicités déguisées destinées à rapporter du fric à des “journalistes” sans aucune épaisseur. Qu’on songe à ce “professeur Casterot” dans Vélo magazine, quelle tristesse.
    Il reste Sport et Vie, très peu de pub, de bons journalistes tels Denis Riché, Gilles Gothgebuer, Jean-Pierre de Montdenard, où on prend pas les lecteurs pour des cons. Je te retourne un conseil, Laurent, procure-toi Sport et Vie.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  3. testocarbone
    Soumis le 12 février 2008 à 5:11 | Permalien

    Je suis tout à fait d’accord avec l’ensemble des commentaires. Personnellement je ne “PEUX PLUS” lire les revues dédiés à notre passion. Le ton est faux, les textes formatés, sans personnalités. La cerise sur le gâteau, pour moi ce sont les essais du matériel. Là c’est carrement du foutage de gueule dans toute sa splendeur. J’ai toujours aimé ces types capable de ressentir à la pédale, que la roue arrière est 100gr plus légère qu’une autre où la plus grande rigidité d’un pédalier qui va retransmettre 99% de l’energie produite par le cycliste. (dans le cas du pédalier concurrent, ce n’est que 95%)
    Quel talent! Quel sensibilité! Moi l’artiste, je m’incline!
    Non, c’est du magnifique foutage de gueule dans lequel se vautrent, malheureusement trop de cyclos techno-freak qui consomment comme des cochons en batterie et ne peuvent pas rouler si leur vélo n’est “state of the art”.
    Logique marchande oblige.
    Qu’en s’entende bien. Moi aussi, j’aime bien les beaux vélos. Mais beau vélos ne veut pas dire forcément dire, vélo dernier cri.
    De toute façon, aujourd’hui à plus de 50 balais, je suis bien incapable de faire ce que je faisait à la fin des année 60 avec un Motobécane de 13 kgs ou je passais des cols à 5% en 50-16.
    Aujourd’hui avec un carbon haut module de 7 kilos je les passe en 38-23.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  4. patrick B
    Soumis le 12 février 2008 à 7:19 | Permalien

    Bien dit.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  5. Bark
    Soumis le 12 février 2008 à 9:06 | Permalien

    Comdamner Contador à chaque post et ensenser Lemond. En dehors de toute logique. Le seul fait d’arme qui lui vaut surement toute cette sympathie, c’est son opposition à LA. Un journal qui “traite” bien Contador serait subitement mauvais. La haine contre LA est en train de se déporter sur Contador…le pauvre.
    S’il gagne encore cette saison, surement dû à un dopage hyper pointu, indétectable.
    S’il se plante, vive le passport sanguin. Le pauvre…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  6. patrick B
    Soumis le 12 février 2008 à 9:57 | Permalien

    «Soumettre l’avenir des coureurs et de leurs équipes au bon vouloir, voire à l’arbitraire de quelques organisateurs ne constitue pas une situation saine. En l’absence de règles claires, ce seront toujours les coureurs qui au final seront perdants», estime le CPA présidé par le Français Cédric Vasseur. Fragiliser les équipes en laissant toujours planer un doute quant à leur sélection n’est pas de nature à attirer les sponsors qui, de leur côté, ont besoin de sécuriser leurs investissements».

    Le CPA demande «que des règles de sélection objectives et intangibles soient clairement et définitivement établies. A ce titre, le système du Pro Tour présente au moins cet avantage. Plus que jamais, le cyclisme professionnel et les coureurs ont besoin de stabilité et non de confusion.» (Avec AFP)

    Là, je suis d’accord.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  7. Marco
    Soumis le 12 février 2008 à 10:26 | Permalien

    Bonjour à tous
    Je me prépare à faire un voyage en vélo dans les Alpes pour la première fois.
    Type cyclosportif, sans bagage. On fait entre autre, Col de l’Iseran, Alpe-d’Huez, Turini, Izoard, Colombière, etc…
    Selon vous, avec un pédalier 53-39 et cassette 12-27, est-ce approprié?
    Merci

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  8. patrick B
    Soumis le 12 février 2008 à 10:38 | Permalien

    Tout dépend de ton niveau.
    Pour avoir de plus petits braquets, il te faut soit installer un triple plateaux, gros investissement, soit enlever une couronne centrale, disons 19 dents et rajouter une couronne par de 29 dents. Ca se fait, puisque je l’ai fait, avec un Shimano Dura Ace en double plateaux. A voir avec un vélociste digne de ce nom.
    Détaille-nous le parcours, pour le plaisir de l’imaginaire.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  9. Soumis le 13 février 2008 à 9:53 | Permalien

    Merci à Patrick B et La flamme rouge pour vos réponses. Pour se qui est du parcours que j’emprunterai, voici le lien avec toutes les infos….J’ai bien hâte de le faire!!!

    http://www.velo.qc.ca/voyages/index.php?code=Alpes&d=1

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!