« Probablement que si j’avais triché, je n’aimerais plus ça. »

La phrase est de Pierre Harvey dont le fils Alex est présentement aux JO de Pyeong Chang, disputant bien sûr les épreuves de ski de fond. Pierre Harvey s’exprimait très récemment dans la rubrique “Podium” de Radio-Canada. Il faut lire ce texte.

J’ai toujours apprécié Pierre Harvey pour son équilibre dans la vie, pour son jugement, pour son recul face au sport et à la vie en général. Il est assurément un point d’ancrage important qui a permis à son fils Alex d’aussi faire preuve d‘équilibre et de mesure dans sa pratique actuelle du sport de haut niveau. Autrement dit, de “rester groundé”.

Rarement un texte publié par un athlète d’une telle envergure – il a représenté le Canada en cyclisme lors des JO de 1976 et 1984, et en ski de fond en 1988 – a pu refléter d’aussi près ma philosophie du sport. Pierre Harvey y dénonce certes le dopage, estimant par exemple s‘être fait “voler” lors des JO de Calgary en 1988, mais va aussi plus loin, notamment lorsqu’il contextualise ce dopage dans la vie plus générale d’un homme ou d’une femme. Extrait:

Plus généralement, c’est évident que la raison pour laquelle j’ai eu du succès, c’est parce que j’ai continué l‘école. Disons que la veille des sélections olympiques de Sarajevo, en 1984, je n‘étais pas aussi stressé que mes amis! Celui qui est parfois sur la limite des sélections, il se dit que s’il n’est pas dans les trois premiers, il retourne chez lui, à Saskatoon. Ils étaient nerveux, ils se couchaient tendus et ne dormaient pas de la nuit. Sur la ligne, ils partaient en fou et ils explosaient. Tandis que moi, je me disais : « Si je ne fais pas partie de l‘équipe, ce n’est pas grave, je retourne travailler chez Vachon, pas de stress. » J‘étais capable de me concentrer sur la job à faire plutôt que sur la conséquence.

Le dopage vient en effet aussi plus facilement pour celui qui investit tout dans le sport, et qui n’a donc rien en cas d‘échec… Le sport ne devrait jamais prendre toute la place dans une vie. Les entraineurs ont dans ce contexte une grande responsabilité, surtout chez les plus jeunes qui démontrent du potentiel.

10 Commentaires

  1. Sylvain
    Soumis le 15 février 2018 à 10:28 | Permalien

    Petit oubli Laurent. Il était aussi des JO de 1984 en ski de fond, auxquels la citation fait référence.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. Andy Lamarre Mtl.
    Soumis le 15 février 2018 à 3:46 | Permalien

    Quel monsieur. J’ai eu la chance de courir contre Pierre sur la piste de Montréal et sur les routes du Québec. UN GENTLEMEN COMME ON EN FAIT PLUS.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  3. noirvélo
    Soumis le 16 février 2018 à 12:27 | Permalien

    Je ne connais pas ce monsieur mais j’aime et respecte sa philosophie de vie (entre autres certainement !) et d’approche du sport . J’en ai vu des éternels espoirs dans ma région , pourris gâtés par des parents eux mêmes frustrés et mettant la pression sur leurs enfants , pour aboutir à quoi ???…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  4. Martin C
    Soumis le 16 février 2018 à 6:34 | Permalien

    Pierre Harvey est l’athlète pour qui j’ai le plus de respect, tout sport confondu.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  5. martinin
    Soumis le 19 février 2018 à 8:33 | Permalien

    Un texte lucide, juste et équilibré concernant l’attitude à développer contre l’attrait du dopage. Un très honorable sportif ce Pierre Harvey parmi les plus grands athlètes (clean)des trente dernières années.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  6. Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 19 février 2018 à 11:42 | Permalien

    Ce que tu nommes sport, Laurent, c’est la compétition, au sens premier du terme (la survie). La compétition, c’est la barbarie, il suffit de descendre dans la rue pour le constater. C’est juste l’absence de politique.
    Pierre Harvey a visiblement su (honorablement) faire son trou dans ce monde avant de pratiquer le cyclisme ludiquement. Bien à lui!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  7. Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 19 février 2018 à 11:45 | Permalien

    Mais qui ici met sa main au feu que (même) Pierre Harvey n’a pas recouru au dopage (à une époque où il était disons moins indispensable)?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 1 vote)
  8. lbi
    Soumis le 20 février 2018 à 6:10 | Permalien

    Qui mettrait sa main au feu pour quelqu’un? Pour cahuzac, ministre chargé de la lutte contre la fraude fiscale? Comme on disait dans un groupe facebook, est bien raisonnable de s’adapter et de se normaliser dans une société malade??

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 1 vote)
  9. Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 20 février 2018 à 7:47 | Permalien

    krishnamurti s’exprime sur facebook?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  10. Edgar Allan Poe
    Soumis le 23 février 2018 à 3:29 | Permalien

    De retour d’un passage éclair sur un stage de cyclisme avec des cadets/juniors dans le sud de la Drôme, je ne peux que souscrire à ce que dit Harvey et surtout à la conclusion de Laurent. Quand je vois que des gamins de 15 ans arrivent mi février avec plus de 2 000 bornes au compteur, qu’ils dorment, mangent et vivent vélo sans aucune ouverture culturelle, et ne tolèrent l’école que comme une contrainte sociétale, je suis inquiet pour eux. Soit ils ne dépasseront pas la majorité sur un vélo, usés par des années de pratique intensive, alors que ces années là devraient constituer un véritable apprentissage du sport et de la vie, soit…ils feront de belles chaudières !
    L’entraîneur dromois évoquait même le cas de sa fille âgé de 9 ans, à qui son club de natation voudrait imposer 2 heures d’entraînement quotidien, 6 jours sur 7. Il s’y refuse, heureusement ! Drôle de dérive sociétale !
    LBA : où met on la barre du dopage? Dans les années 90, les années EPO, des amis qui couraient au VCLVV – un des 1ers clubs de France à l’époque- estimaient qu’ils ne se dopaient pas car ils ne prenaient pas d’EPO, trop onéreux, difficile à trouver.Ils se soignaient seulement, selon le terme en vigueur (cortico à volonté)
    Ainsi va la vie…
    Tes croissants sont toujours aussi bons ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!