Premier journal du Tour

La couverture du Tour de France commence sur La Flamme Rouge.

Comme premier journal du Tour, voici tout ce que vous devez savoir sur l‘épreuve.

Le parcours

Au menu de Messieurs les coureurs pour cette 100e édition du Tour de France, 3404 kilomètres à parcourir, répartis en 21 étapes.

En gros, c’est pas compliqué, la course se déroulera en deux temps: la première semaine, et la dernière semaine. Entre les deux, ca sera une deuxième semaine de transition, sans grand intérêt pour la course au maillot jaune si ce n’est le court chrono de 33 bornes du côté du Mont St-Michel, trop court selon moi pour faire de gros écarts.

Particularité du Tour cette année, ca débute fort avec trois étapes piégeuses sur les routes de Corse. La deuxième étape en particulier, entre Bastia et Ajaccio et qui passe par Corte, au centre de l‘Île de Beauté, sera à surveiller, car elle se déroule en montagne, sur des routes très étroites et sinueuses. Ajoutez à cela la nervosité du peloton en début de Tour et vous avez tous les ingrédients réunis pour un festival de chutes…

Bref, le Tour ne se gagnera pas en Corse, mais il s’y perdra pour certains favoris. Le travail d‘équipe sera hyper-important cette année en début d‘épreuve.

Les deux autres moments forts de la première semaine sont le chrono par équipe dès le retour sur le continent, ainsi que la courte traversée des Pyrénées.

Le chrono par équipe est cependant assez court (25 kms) et ne devrais donc pas créer de gros écarts entre les principaux favoris.

L’arrivée au sommet à Ax-3-Domaines sera une étape susceptible de créer de gros écarts puisque le final sera très difficile, avec l’ascension du redoutable col de Pailhères directement suivie de la montée vers Ax. Ce sera le premier gros écrémage du Tour et on saura, au terme de cette étape, qui sera dans le coup pour la gagne à Paris.

L‘étape du lendemain vers Bagnères de Bigorre, avec 5 cols à franchir, sera également difficile mais je doute qu’elle permette aux favoris de se distinguer, l’arrivée étant située après 30 bornes de descente susceptible de favoriser les regroupements.

L’entrée dans la troisième semaine sera raide, avec l’arrivée au sommet du Ventoux lors de la 15e étape, longue de 242 kms excusez un peu. On abordera le Ventoux par Bédoin, son versant le plus difficile, après 221 kms de course, et ca sera alors une véritable course de côte. S’il fait chaud, ca sera une étape avec de gros écarts et des rebondissements.

Nous aurons ensuite droit à trois très belles étapes au coeur des Alpes, et qui seront forcément décisives pour la victoire à Paris. Il faudra encaisser deux ascensions de l’Alpe d’Huez lors de la 18e étape, une étape parfaite pour Contador.

Le lendemain vers Le Grand Bornand, pas moins de 5 cols à franchir et 205 kms, dont, en début d‘étape, Glandon et Madeleine, de quoi lancer la course très tôt. Ca sera usant, et ca sera difficile à gérer pour le maillot jaune si ses adversaires passent tôt à l’attaque.

Enfin la 20e étape sera courte mais nerveuse, avec l’arrivée en altitude au magnifique Semnoz, sur les hauteurs d’Annecy. Une dernière chance pour les grimpeurs de grapiller quelques secondes de plus…

Les favoris

La liste (provisoire) des engagés est ici.

L‘épouvantail est évidemment Chris Froome (Sky). Il a démontré, cette année, une aisance insolente sur à peu près toutes les courses auxquelles il a participé. À la tête d’une excellente équipe dévouée à son service, il est l’homme à battre et arrive en pleine confiance de ses moyens. Personnellement par contre, je ne le sens pas : j’ai bien peur qu’il soit éliminé non pas sur sa condition, mais bien parce qu’il n’est pas le meilleur à frotter. Pour lui, la chute est probablement son pire ennemi…

Les autres grands favoris sont Alberto Contador, Joaquim Rodriguez, Ryder Hesjedal et Cadel Evans.

Contador est selon moi le plus talentueux du paquet et de sa génération. Il est capable de tout et c’est un sacré attaquant. Il ne nous a cependant pas rassuré récemment, mais a plutôt joué la carte de la fraicheur physique. Si c’est vrai, alors Contador sera possiblement le plus fort en dernière semaine de ce Tour.

Rodriguez a bien caché son jeu, et je suis certain que ce Tour n’est pas pour lui déplaire. Il jouera la carte du punch lors des arrivées en altitude, c’est certain.

Hesjedal a manqué de chance sur le Giro et le Tour de Suisse. Dans ce contexte, il est frais, mais aussi à court de compétition. Je le vois lutter pour une place sur le podium.

Enfin Evans a aussi bien caché son jeu, se faisant même discret avec les médias, notamment à propos de l’autre coureur BMC, Tejay Van Garderen, et le rôle de leader chez BMC. Il a fait un bon Giro et à 36 ans, il a besoin de rouler pour être en forme. Diesel, il jouera j’en suis sûr la carte de la régularité sur ce Tour.

Les outsiders

Ils sont nombreux dans ce rôle à pouvoir créer la surprise: John Gadret, Jakob Fulgsang, Janez Brajkovic, Bauke Mollema, Tejay Van Garderen, Thibault Pinot, Pierre Rolland, Thomas Voeckler, Igor Anton, Dan Martin, Jurgen Van Den Broeck, Rui Costa, Nairo Quintana, Alejandro Valverde, Michal Kwiatkowski, Andy Schleck, Roman Kreuziger et Richie Porte.

Tous ces coureurs ont largement les moyens de s’illustrer sur ce Tour de France, et à créer une course de mouvement. À surveiller en particulier les Movistar, avec Costa, Quintana et Valverde. Ils pourraient vraiment renverser la course à tout moment, et ils possèdent une belle profondeur.

Les Canadiens

Ils sont trois au départ, du jamais vu! Outre Hesjedal, Svein Tuft chez Orica-GreenEdge ainsi que David Veilleux chez Europcar sont de la partie.

Si Hesjedal joue une place au général, Tuft et Veilleux réussiraient leur Tour s’ils parvenaient à remporter une étape et terminer à Paris.

Les grands absents

Bradley Wiggins, le vainqueur sortant. Vicenzo Nibali, vainqueur haut la main du Giro cette année. Tom Boonen. Fabian Cancellara. Rigoberto Uran. Nous devrions revoir tous ces coureurs en fin de saison, que ce soit sur la Vuelta où aux Mondiaux.

Hinault

Le Breton, au mental explosif, a pété les plombs récemment en réaction à l’Affaire Jalabert, estimant qu’on s’en prend de trop au vélo, et pas assez aux autres sports.

C’est un point qui se défend.

Mais là où Hinault déconne, c’est en affirmant que “«C’était il y a 15 ans, il faut arrêter de sortir les morts. On n’a rien appris de nouveau à dire qu’à la fin des années 90 et au début des années 2000 il y a eu une période extrêmement sombre du vélo. Ça on le sait. Le vélo a triché, peut-être plus que les autres, mais aujourd’hui il n’est pas différent des autres».

Aujourd’hui pas différent des autres, M. Hinault?

Non mais qu’est-ce que vous en savez vraiment? Le peloton est plus propre aujourd’hui? Les moyennes ne baissent pas vraiment. Portoleau et Vayer continuent de montrer que de nombreux coureurs continuent de développer des puissances “miraculeuses” ou “mutants” sur les fins d‘étapes lorsqu’elles se terminent en altitude.

Hinault donne évidemment dans la désinformation du public, et surtout joue le jeu du “milieu” qui tente de gérer les crises en jouant la carte – déjà vue – du renouveau.

Je vous invite en tout cas à être prudent quant aux performances que nous verrons en juillet, et nous aurons les calculs de puissance pour, à court terme du moins, identifier les coureurs suspects.

La couverture télé au Québec

C’est sur RDS et DRS2 que ca se passe, tous les jours du 29 juin au 21 juillet. Bonne nouvelle, les étapes seront rediffusées le soir, aux heures de grande écoute, permettant une meilleure pénétration du sport cycliste dans les foyers québécois.

Les horaires journaliers sont disponibles ici.

La Presse

Le premier quotidien francophone en Amérique du Nord a dépéché sur la course le journaliste… Simon Drouin. Ca va être d’une tristesse… mais nous avons fort heureusement une alternative: suivez Jean-François Racine, lui même un ex-coureur cycliste, dans le Journal de Montréal, ca sera beaucoup mieux. Racine connaît assez bien David Veilleux, donc nous pourrons ainsi avoir de ses nouvelles régulièrement et mieux suivre sa course. Racine a d’ailleurs déjà signé cet intéressant (mais trop court!) article sur David.

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!