Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Perquisition chez Cofidis

On apprend ce matin que la brigade des « stups » a fait une perquisition au service-course de l’équipe Cofidis lundi dernier. Cette perquisition, dans laquelle il est important de dire qu’aucun produit suspect n’a été trouvé, a été réalisée suite à l’arrestation à l’aéroport Charles de Gaulle du coureur polonais Marek Rutkiewicz, en possession dans son cas de produits suspects.

Ce coureur était à l’emploi de Cofidis l’an dernier, mais avait été remercié en raison d’un manque de résultats. Il s’était trouvé un contrat pour 2004 dans la nouvelle équipe française de D2 Ragt-Semences-MG Rover. Il a récemment été suspendu par sa nouvelle équipe qui attend d’en savoir plus.

Tout cela semble donc clair, il s’agit d’un coureur isolé et non d’une équipe. Pourquoi alors Cofidis ? Parce qu’on apprend que le complique de ce coureur n’est nul autre qu’un des soigneurs en exercice de l’équipe Cofidis, Bogdan Madejak, polonais lui-aussi. Il obtenait, selon toute vraissemblance, ses produits auprès de sa fille qui travaille (travaillait?) dans un laboratoire pharmaceutique. Cofidis, en stage de préparation dans le sud de l’Espagne, a immédiatement demandé à ce soigneur de prendre un vol pour Paris et d’aller s’expliquer devant la brigade des stups.

L’quipe n’hésite pas à écrire ce matin que ce soigneur polonais de chez Cofidis est soupçonné d’être le cerveau de cette affaire de trafic de produits illicites et dopants qui pourrait à terme, selon la police, ébranler le peloton. Cela place donc toute l’équipe Cofidis (n’oublions pas qu’on compte en ses rangs Millar et Astarloa…) dans l’eau chaude et on peut nourrir quelques inquiétudes sur la suite. La seule satisfaction dans l’affaire jusqu’ici est la transparence que semble vouloir adopter la direction de Cofidis qui offre toute sa collaboration aux policiers et témoigne ainsi de sa bonne foi.

Bref, encore une histoire dont le cyclisme aurait pu se passer à l’aube d’une nouvelle saison. Elle est la preuve que dans le milieu, les pratiques n’ont pas changé, mais les réseaux se sont perfectionnés, sont devenus plus sécures afin de se protéger de la police et des perquisitions.

Par ailleurs, on sera fixé dans le procès VDB le 27 janvier prochain.

Partager

Précédent

Ernesto Colnago

Suivant

Bartoli au départ de l’Enfer du Nord !

4 Commentaires

  1. Un cycliste bronchiteux asthmatique

    une chose est sure, nous voila encore avec un beau bordel. Meme si je ne crois pas a la these d’un dopage organise au niveau de l’equipe Cofidis (cela aurait ete mis en evidence lors de la precedente affaire au cours de laquelle l’equipe avait ete mise en cause puis blanchie), les mises en examen de Robert Sassone, de Rutkiewicz et du soigneur de Cofidis risquent de faire du grabuge. Deux anciens de Cofidis qu’on retrouve impliques dans un trafic de produits dopants, il est alors bon de se poser la question, qui d’autre?

    Nul ne sait encore s’il s’agit d’un petit trafic organise autour d’une poignee de coureurs ou plutot de quelque chose a plus grande echelle comme certains commentaires policiers le laisseraient entendre (on parle de fourniture de produits dopants non seulement en Pologne mais aussi dans d’autres pays de l’est de l’Europe).

    Laissons cette affaire aller a son terme en esperant qu’elle aboutisse et ne s’enlise pas comme les affaires Rumsas ou Sainz.

    En tout cas, Cofidis joue la complete transparence ainsi que RAGT qui a ni plus ni moins licencie Rutkiewicz suite a sa mise en examen. En esperant qu’il ne s’agit pas d’un simple discours de facade.

  2. Un cycliste bronchiteux asthmatique

    une chose est sure, nous voila encore avec un beau bordel. Meme si je ne crois pas a la these d’un dopage organise au niveau de l’equipe Cofidis (cela aurait ete mis en evidence lors de la precedente affaire au cours de laquelle l’equipe avait ete mise en cause puis blanchie), les mises en examen de Robert Sassone, de Rutkiewicz et du soigneur de Cofidis risquent de faire du grabuge. Deux anciens de Cofidis qu’on retrouve impliques dans un trafic de produits dopants, il est alors bon de se poser la question, qui d’autre?

    Nul ne sait encore s’il s’agit d’un petit trafic organise autour d’une poignee de coureurs ou plutot de quelque chose a plus grande echelle comme certains commentaires policiers le laisseraient entendre (on parle de fourniture de produits dopants non seulement en Pologne mais aussi dans d’autres pays de l’est de l’Europe).

    Laissons cette affaire aller a son terme en esperant qu’elle aboutisse et ne s’enlise pas comme les affaires Rumsas ou Sainz.

    En tout cas, Cofidis joue la complete transparence ainsi que RAGT qui a ni plus ni moins licencie Rutkiewicz suite a sa mise en examen. En esperant qu’il ne s’agit pas d’un simple discours de facade.

  3. eric

    Encore une affaire qui risque de faire couler beaucoup d’encre. Et qui se terminera sans doute en eau de boudin avec des cyclistes qui vont réfuter en bloc les accusations et des responsables qui feront invalider le procès pour vice de forme !

    Ce qui me surprend, c’est la rapidité avec laquelle les médias sautent sur l’affaire ! Et l’empressement des policiers à monter l’affaire en épingle.

    Astarloa chez Cofidis… qui est donc le nom de ce fameux champion du monde suspecté à Hamilton ?

    Eric

  4. eric

    Encore une affaire qui risque de faire couler beaucoup d’encre. Et qui se terminera sans doute en eau de boudin avec des cyclistes qui vont réfuter en bloc les accusations et des responsables qui feront invalider le procès pour vice de forme !

    Ce qui me surprend, c’est la rapidité avec laquelle les médias sautent sur l’affaire ! Et l’empressement des policiers à monter l’affaire en épingle.

    Astarloa chez Cofidis… qui est donc le nom de ce fameux champion du monde suspecté à Hamilton ?

    Eric

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.