logo_paris_nice.gifCréée en 1933, la première grosse course par étape de la saison, Paris-Nice, débute aujourd’hui en banlieue de Paris avec un prologue de 13km. Comportant 8 étapes pour 1306 kilomètres, c’est une épreuve qui couronne généralement un homme complet, un puncheur à la fois bon grimpeur et bon rouleur.

Les difficultés de la présente édition sont regroupées à la fin de l’épreuve, comme d’habitude, avec les reliefs de l’arrière-pays nicois. On augmentera donc progressivement les difficultés à mesure que les étapes se succéderont. Premier rendez-vous, l’étape piégeuse du Puy-en-Velay. Celle de Gap, deux jours plus tard, pourra créer les premiers écarts significatifs. Le lendemain, sur la route de Cannes, il est probable que les protagonistes au classement général veulent « en garder sous la pédale » pour l’étape du lendemain et ses… 3 ascensions du col d’ze.

Bref, un parcours piégeux qui souriera probablement aux hommes qui voudront prendre l’initiative d’attaquer puisque le parcours 2004 ne présente pas le traditionnel CLM en côte du col d’ze, ou les favoris pouvaient faire la différence.

Les favoris

L’équipe CSC semble diablement motivée pour la victoire finale et présente une équipe impressionnante avec Jaksche, Basso, Voigt ou encore Bartoli et Jullich. Les Gerolsteiner de Rebellin seront également à surveiller car l’homme a de l’expérience et apparaît très affuté. Le double-vainqueur sortant Vinokourov a ses chances et débarque avec une équipe T-Mobile intéressante avec Aerts et Botero dont on ne connaît pas les conditions cependant. Chez Fassa Bortolo, on misera sur Frigo, généralement en forme en début de saison. Pour Phonak, c’est une course de rodage et on attend peu d’Hamilton, qui se remet d’un refroidissement. L’US Postal jouera, quant à elle, probablement les victoires d’étape avec Van Hesswijk, Hincapie et Ekimov.

Chez les Français, à surveiller Virenque, qui veut généralement se montrer lorsque les courses sont dans le sud de la France, par chez lui. Brochard sera vraissemblablement dans les 10 premiers du général à Nice, sinon dans les 5. Jean-Patrick Nazon se frottera aux meilleurs dans les sprints et on pourra ainsi mieux estimer le coffre de ce garçon. Millar, aujourd’hui, a de bonnes chances de l’emporter, mais ne comptons pas sur lui pour le reste de l’épreuve, laissant le leadership de l’équipe Cofidis à un Moncoutié en bonne condition. La Française des Jeux fera parler d’elle à travers son sprinter Cooke et Casar aura à coeur de se placer au général. Enfin, Brioches semble ne pouvoir que jouer les victoires d’étape sur cette épreuve en l’absence de leur leader Beloki, qui se remet d’une tendinite au genou.

En résumé :

– favoris pour la victoire finale : Jaksche, Rebellin, Vinokourov, Frigo.
– pour les victoires d’étape, on est totalement d’accord avec notre excellent confrère des Chroniques du vélo.

Partager