Dauphiné Libéré: ca sera sans répit!

La 70e édition du Critérium du Dauphiné Libéré s‘élance ce dimanche depuis Valence.

Ce sera un bon test en vue du prochain Tour de France tant le parcours cette année n’offre aucun répit!

On y trouve en effet sept étapes et un prologue. Aucune étape n’est vraiment plate, c’est accidenté tout le temps, et le chrono par équipe sur 35 bornes lors de la 3e étape est un exercice intéressant, car collectif. Après ce chrono, quatre étapes de montagne, jamais très longues et donc propices à une course de mouvement, une course ouverte. Je pense que la course sera difficile à contrôler pour une seule équipe! Ca sera usant, piégeux, le maillot jaune ne sera jamais vraiment tranquille sur aucune étape.

Les deux dernières étapes, en particulier, favoriseront les grimpeurs. La course se jouera probablement là.

Les favoris

Sur le papier, ils sont plusieurs à pouvoir nourrir des ambitions sur ce Dauphiné.

On pense d’abord à Vicenzo Nibali, qui sort de deux semaines sur le Mont Teide à Ténérife pour préparer son principal objectif cette saison, le Tour de France.

On pense à Romain Bardet, à Warren Barguil et à Tony Gallopin, trois Français qui eux-aussi ont des ambitions sur le Tour, bien que pour Gallopin ca ne soit pas le général.

Dan Martin et Geraint Thomas sont aussi des coureurs qui peuvent s’imposer sur cette course, aucun doute là-dessus. Martin était un peu court sur les Ardennaises, a-t-il progressé ces dernières semaines?

Il sera également intéressant de suivre Julian Alaphilippe, qui sait qu’il peut gagner des courses par étapes d’une semaine. Pour lui, ca se jouera lors des deux dernières étapes.

Marc Soler est peut-être l’outsider #1, attention à lui car un sacré bon grimpeur, qui sait aussi rouler contre le chrono.

Je vois enfin un Adam Yates, dont les chiffres de puissance étaient impressionnants il y a peu, ou un Ilnur Zakarin bien faire durant ce Dauphiné.

Ca fait quand même pas mal de beau monde!

Et chez les baroudeurs, prévoyez une longue échappée de Thomas DeGent, il nous fera assurément le coup cette fois-ci encore!

Les Canadiens

Ils sont deux au départ, deux Québécois: Hugo Houle et Antoine Duchesne.

Accident dans le Parc: espérons du jugement

Les promenades du Parc de la Gatineau sont ouvertes à la circulation automobile depuis le 18 mai dernier.

12 jours.

Il n’aura fallu que 12 jours pour qu’un drame se produise: deux jeunes adultes (20 ans) se sont tués mardi soir près de 23:45 lorsque leur voiture a fait une violente sortie de route, pour finir sa course dans le bois, contre des arbres.

Imaginez la vitesse…

Du coup, tous les bien-pensants y vont de leurs analyses autant dans les médias traditionnels que sur les médias sociaux. Le médiocre côtoie la connerie… et on a évidemment mis dans le coup des cyclistes, leur demandant si le Parc était dangereux. Évidemment, de part leurs réponses (bien sûr qu’il est dangereux), les cyclistes se mettront encore davantage à dos une partie de la population (surtout celle qui conduit des F150), exacerbant les tensions déjà grandissantes entre automobilistes et cyclistes.

De mon côté, j’ai une réelle inquiétude. Elle concerne le jugement. Que voulez-vous, beaucoup de nos semblables humains en ont très peu.

Car évidemment, qu’est ce qui va se passer? Il y a fort à parier que la présence policière sera très renforcée dans le Parc au cours des prochains jours et semaines, et que ces policiers s’attaqueront autant aux automobilistes qu’aux cyclistes.

C’est là que ça risque de déraper. Les cyclistes paieront pour cet accident malheureux qui n’a pourtant rien à voir avec eux.

Parce que deux cyclistes qui roulent côte à côte, ça n’a à peu près jamais conduit à deux morts sur le coup…

Il est autrement plus dangereux de conduire à tombeau ouvert un véhicule de plusieurs centaines de kilos dans le Parc de la Gatineau – un parcours sinueux, avec une visibilité parfois réduite – que de rouler à vélo à 30km/h deux par deux…

Certes, il faut partager la route entre automobilistes et cyclistes, et il faut que chacun respecte le code de la route. Mais il m’apparait autrement plus important de mettre un terme à ces courses de voitures et de motos bien connues dans le Parc que de s’attaquer aux autres usagers paisibles qui viennent se mettre en forme dans le Parc.

D’autres solutions sont-elles envisageables, comme de fermer aux voitures et motos la route du Parc le soir après une certaine heure? Tout est possible bien sûr, mais il faut voir à l’intérêt de la majorité. L’exemple malheureux du circuit du Centre Asticou est là pour nous rappeler que les solutions extrêmes briment surtout une vaste majorité d’utilisateurs pourtant paisibles et qui ne veulent qu’utiliser un endroit pour se mettre en forme…

Marc Kluszczynski: les questions du Giro

Je publie aujourd’hui cet excellent article que m’a fait parvenir mon ami Marc Kluszczynski à propos du récent Giro. À noter que j’ai écrit mon article d’hier sans avoir pris connaissance du sien, même s’il m‘était parvenu avant-hier. Marc et moi nous posons les mêmes questions à propos de ce Giro, et Marc en pose quelques unes de plus qui sont très intéressantes, notamment à propos de la Bahrain et de Michelton-Scott.

Les questions du Giro, par Marc Kluszczynski

Chris Froome (Sky) a accumulé des milliers de kilomètres cet hiver en Afrique du Sud (on parle de 8000 km). L’anglais base sa saison sur le doublé Giro-TdF, alors que les juristes palabrent pour résoudre son cas positif au salbutamol lors de la 18èmeétape de la Vuelta 2017. Le salbutamol étant classé substance spécifiée, le code mondial antidopage ne lui impose pas une suspension immédiate : on ne remettra pas ce point en cause. David Lappartient, président de l’UCI, lui, l’a fait maladroitement et doutait fin mai que le cas Froome ne soit résolu avant le départ du TdF le 7 juillet. On voit mal Christian Prudhomme, directeur du TdF, interdire le départ à l’anglais, comme il l’avait fait pour Tom Boonen, positif à la cocaïne en 2008. Prudhomme s’exposerait à la lourde machine judiciaire de l’équipe Sky, qui actuellement n’hésite pas à remettre en cause le dosage du salbutamol et les procédures de l’AMA. Si l’AMA plie, c’est la honte pour elle. On se dirige vers l’intervention du TAS… à l’automne?

Froome a donc commencé sa saison mollement : trois compétitions de préparation aux résultats ternes : 10èmeà la Ruta del Sol ou Tour de l’Andalousie, 34èmeà Tirreno-Adriatico et 4èmeau Tour des Alpes remporté par Thibaut Pinot (en forme trop tôt). Au bout des deux premières semaines du Giro, nombreux sont ceux qui pensaient que Froome n’était plus en mesure de l’emporter. Il s’était fait distancer d’une 1 min 07 dans les deux derniers kilomètres de l’ascension du Grand Sasso (9èmeétape du 13 mai) par Simon Yates et Esteban Chaves (Mitchelton-Scott). Il ne sera que 5èmedu CLM du 22 mai (16èmeétape) à 35 sec de Rohann Dennis. Mais il avait remporté l’étape du Zoncolan (14èmeétape du 19 mai) où sa puissance avait été estimée à 6 W/kg (rien d’extraordinaire), avant de perdre 1 min 32 sur Yates le lendemain dans la 15èmeétape de la Sappada. Froome cumulait 3 min 50 de retard sur Yates avant la 3èmesemaine décisive avec ses trois étapes de montagne.

Suite à ses performances en dent de scie lors des deux premières semaines, et son explosivité perdue, on ne donnait pas cher de sa peau pour la victoire finale. A la question des journalistes s’il prenait encore du salbutamol, il expliquera que son dossier médical ne regardait que lui. Mais Eusebio Unzué, DS de la Movistar, avait pourtant prévenu : Froome sera présent en 3èmesemaine. Lors de la 19èmeétape de Bardonèche le 25 mai, Chris Froome démarre à 80 km de l’arrivée dans le 2èmetronçon non goudronné du Colle del Finestre, mais nettoyé et nivelé par les services de l’équipement italiens. Yates craquait et se prenait 38 min à Jafferau. Il endossera le maillot rose à Jafferau. Nombreux sont ceux qui comparait le démarrage de Froome à celui de Floyd Landis dans le TdF 2006.

Landis, dans l’étape de Morzine comportant 5 cols, s’était échappé dès le départ et avait effectué 150 km en tête. Il se replaçait au général, gagnant 6 minutes sur ses rivaux, alors qu’il en avait perdu 10 la veille. Mais il sera contrôlé positif à la testostérone, ayant peut-être bénéficié d’une transfusion de sang contaminé par un ancien dopage hivernal. On comparait encore Froome à Pantani dans le Galibier en 1998, ou à Michael Rasmussen dans l’étape de Tignes en 2007. L’échappée de Froome ne comptait que 34 km de montée. La montée de Sestrières s’est effectuée par vent arrière. Le tronçon Cesana-Oulx, par vent de face, mais c’est descendant. Un bon vent arrière souffle d’Oulx à Bardonèche. L’équipe Sky est équipée d’une voiture station météo (si, si, demandez à Dave Brailsford !) qui renseigne le coureur sur la faisabilité des échappées et la qualité du goudron. La performance de Froome, coureur le plus expérimenté sur ce Giro avec 9 podiums sur les grands Tours, paraît crédible, surtout qu’à l’arrière les poursuivants attendaient le suisse de la FdJ (Sébastien Reichenbach) qui descendait comme une vieille dans le Finestre, et les deux sud-américains Miguel Angel Lopez (Astana) et Richard Carapaz (Movistar) ne voulant pas collaborer. Froome a d’ailleurs pris des risques dans cette descente du Finestre. Durant ses 80 km d’échappée, il gagnera du temps en descente, et se fera rattraper en montée.

On notera plusieurs défaillances sur ce Giro ; en premier lieu celle de Simon Yates lors de cette 19èmeétape. Yates, qui ne compte qu’une 6èmeplace à la Vuelta 2016 et une 7èmeau TdF 2017 ; puis celle de Domenico Pozzovivo qui pointera à 8 min 27 à Jafferau. Thibaut Pinot abandonnera le lendemain, épuisé. Seul Tom Dumoulin, second au général, se bonifiera au cours du Giro, comme Froome. Dumoulin a calqué sa saison sur Froome, caractérisée par une absence des classements.

Froome, devenu la bête noire en France, focalise toutes les critiques, de plus en plus agressives.

On se posera d’autres questions sur d’autres équipes.

Chez Bahraïn-Merida, il se passe des choses curieuses. Pozzovivo, chez AG2R-La Mondiale de 2013 à 2017 où il n’avait pas connu de grande réussite, se remet à marcher. Lors du CLM inaugural à Jérusalem, le petit grimpeur se classe 10èmedans le même temps que Tony Martin ! Toujours bien placé dans les 15 premiers jours de compétition, il coincera dans la 19èmeétape. Le slovène de l’équipe, Matej Mohoric (CM junior à Valkenburg en 2012), gagne la 10èmeétape le 15 mai. Après Tadej Valjavec, suspendu 2 ans en 2011 pour anomalies de son PS, revoilà le cyclisme slovène ! Primoz Roglic (Lotto Soudal) a gagné les Tours de Romandie et du Pays Basque cette année.

La grande question, c’est à l’équipe Mitchelton-Scott qu’on la posera. Esteban Chaves (1erlors de l’ascension de l’Etna et 3èmeau Grand Sasso) se prendra 25 min lors de la 10èmeétape. Que s’est-il passé lors du 2èmejour de repos le 14 mai ? Son DS, Matt White, n’a pas d’explication à fournir. Chaves, bloqué, a roulé comme un boxeur qui accepte le KO d’entrée lors d’un combat truqué. Et les frères Yates carburent tous les deux en même temps. Simon était imbattable durant deux semaines sur ce Giro et Adam rivalisait avec Egan Bernal sur le Tour de Californie. Simon Yates avait été suspendu 4 mois en 2016 pour contrôle positif à la terbutaline, un bronchodilatateur interdit, mais on en parle plus. Matt White, ancien dopé de l’US Postal et suivi par le Dr Luis Garcia del Moral, ne nous a pas convaincu avec l’hypothèse de maux de gorge et d’allergie chez Chaves.

Et comme d’habitude, les chaudières de Giani Savio étaient bien présentes aux avant-postes lors de ce Giro.

On a jamais eu autant l’impression cette année que le Giro se jouait en coulisses.

Giro: à n’y rien comprendre

Le cyclisme est un sport dur, où on n’improvise habituellement pas. On voit venir les grands champions de loin, comme on voit venir les hommes en forme.

Et pourtant, sur ce Giro, j’ai bien du mal à comprendre ce que j’y ai vu. Et encore moins vous l’expliquer!

Par exemple la performance de Fabio Aru sur le chrono, le lendemain du… jour de repos. Un grimpeur qui bat des gros rouleurs et qui termine à une poignée de secondes de Dumoulin – le champion du monde en titre – sur un chrono de 35 bornes tout plat, je ne comprends pas. Et je comprends encore moins comment il a pu être si mal juste après pour être contraint à l’abandon…

Je m’explique mal le regain d‘énergie de Chris Froome en troisième semaine, lui qui n‘était nulle part en première semaine, ayant même été distancé par les autres favoris sur les pentes du GranSasso. À partir du Zoncolan, tout a changé… y’a pas à dire, Froome récupère vraiment très, très bien de ses efforts.

Je n’explique pas la défaillance soudaine de Simon Yates, intouchable durant deux semaines et qui perd tout en une seule ascension. On avait peut-être pas vu ca depuis un coureur comme Bugno au début des années 1990.

Je n’explique pas la soudaine défaillance d’Esteban Chaves. Ou de Domenico Pozzovivo.

Et je ne mets pas dans ce panier celle de Thibault Pinot, car cette défaillance-là est explicable: il était fiévreux et déshydraté, la faute à une infection aux poumons diagnostiquée plus tard à l’hôpital. Là, je comprend.

Évidemment, on ne peut exclure des hypothèses comme les auto-transfusions lors des jours de repos, et qui pourraient expliquer les soudains regains de forme incroyables auxquels nous avons assisté. Le cyclisme nous a malheureusement prouvé depuis 20 ans qu’il faut toujours se garder une petite gêne…

La meilleure? C’est qu’on n’est même pas sûr du vainqueur de ce Giro! Si Froome devait être suspendu rétroactivement suite à son contrôle positif au Salbutamol lors de la dernière Vuelta, il pourrait bien perdre son titre sur ce Giro, au profit de Dumoulin.

Le sport cycliste en est rendu là: un vrai cirque. On a peut-être couronné dimanche à Rome un coureur qui sera très bientôt suspendu pour dopage… et qui perdra son titre. Du coup, on aura aussi volé Tom Dumoulin d’une victoire à Rome dimanche dernier. On rit jaune… mais certainement pas rose!

La logistique derrière le GranFondo Mont Tremblant

J‘étais encadreur hier dimanche au sein du peloton rapide du 125 kms du GranFondo Mont Tremblant. L’occasion notamment de retrouver Marc-André Daigle avec qui je fais une bonne équipe sur la route depuis l’an dernier, et de nombreux autres amis(es) présents(es) sur cette épreuve que j’affectionne tout particulièrement, depuis la toute première édition.

Outre le fait que ce GranFondo incarne mieux que n’importe quelle autre épreuve le fameux “esprit cyclosport”, j’ai cette année découvert toute la logistique derrière l‘événement.

Et j’ai été très impressionné!

Absolument rien, rien de rien, n’est laissé au hasard, ceci afin de faire de l’expérience du participant une totale réussite.

Chapeau bien bas à Simon Saint-Arnaud, Luc Couillard, Pierre Fortier et tous leurs collègues pour une organisation tellement professionnelle et rodée! C’est vraiment impressionnant de précision et d’ordre.

Saviez-vous par exemple que chaque peloton sur la route (il y en a 13!) est suivi en temps réel sur une carte intéractive depuis un “poste de commandement” fixe au village de Mont Tremblant, permettant à l‘équipe en place de réagir au quart de tour à la moindre situation? Souriez! vous êtes suivis en tout temps lors de votre GranFondo par des personnes dans ce “quartier général” qui sont les chefs d’orchestre de l‘épreuve!

Un système efficace de communication radio permet aux encadreurs sur le vélo, aux motos suiveuses, aux voitures d’assistance et au poste de commandement de communiquer en tout temps. Vous avez un problème quelconque? Pas de stress, l’assistance vous arrivera avant même que vous ayez eu le temps de lever le bras…

Chaque peloton est régulé à la minute près, assurant une sécurité totale durant l‘épreuve, et évitant les embouteillages par exemple sur les zones de ravitaillement. Les tableaux de marche sont précis et respectés, le poste de commandement orchestrant le tout depuis l’arrière et les véhicules d’encadrement s’ajustant en temps réel.

Et comme d’habitude, l’organisation sur le terrain est totalement irréprochable. Super ambiance au village d’accueil, bénévoles nombreux, parcours signalés et sécurisés, encadrement des policiers, service de dépannage technique et médical ultra-efficace avec une coordination depuis le poste de commandement, ils ont tout, tout, tout prévu. Même des “zones de resserrement” sur le parcours permettant aux encadreurs de resserrer le peloton en attendant d‘éventuels retardataires, tout en respectant le tableau de marche.

Bref, j’ai encore eu cette année un plaisir monstre à participer à un si bel événement, mis sur pied par une si belle organisation. Merci à Luc en particulier… et ce fut un réel plaisir que de travailler hier avec mes collègues encadreurs et Anne-Marie dans la voiture derrière à notamment constamment remonter des retardataires dans le peloton. De bons efforts par moment! Mais les jambes tournaient bien…

Et puis, le GranFondo c’est aussi des rencontres, comme celle de mon co-chambreur Kevin, un gars de… Sherbrooke comme moi. Du coup, les discussions se sont terminées à 1h du mat dimanche matin… et la nuit fut donc courte!

Je crois que nombreuses sont les organisations qui auraient avantage à prendre exemple sur celle du GranFondo Mont Tremblant… même celles des cyclosportives en Europe, où j’ai souvent participé à des épreuves où l’encadrement était très, très défaillant voire dangereux.

Le GranFondo Mont Tremblant? Tout simplement la meilleure cyclo au monde! Si vous en avez une à faire, c’est celle-là. Je vous rappelle que les choix de distance sont nombreux, vous permettant aussi de vous “péter” une belle ride si vous aimez les défis…

En photo, deux Sherbrookois et une bête! Ce fut un plaisir les boys!!! (et contrairement à ma réputation, je porte le casque, moi…)

Pinot hospitalisé après l’étape: jusqu’où doivent-ils aller?

Thibault Pinot a été hospitalisé hier après l‘étape, souffrant d’une sévère déshydratation ainsi que de fièvre.

Les images parlaient d’elles-mêmes à la télé: j’avais mal pour lui tant Pinot semblait souffrir sur son vélo, incapable d’avancer. Ça a dû non seulement être très dur physiquement, mais aussi mentalement. Lâcher un podium la veille de l’arrivée, imaginez…

On a beau dire que le dopage gangrène le cyclisme, ces athlètes méritent notre respect car ils vont au bout d’eux mêmes. Parfois trop même: je me demande aujourd’hui si c‘était bien raisonnable d’un point de vue médical que Pinot poursuive ainsi l‘étape. N’aurait-il pas dû abandonner pour préserver sa santé? Car c’est bien de ça ici qu’il s’agit: la santé des coureurs.

Pinot ne repartira toutefois pas ce matin: abandon. Dans les circonstances, très certainement la bonne décision.

On sait qu’il n’est jamais bon de pousser l’organisme alors que la fièvre sévit, notamment la pompe cardiaque… Pinot a-t-il hier hypothéqué le reste de sa saison? Son directeur sportif n’aurait-il pas dû l’arrêter hier, même de force?

La solidarité des Groupama-FDJ, regroupés autour de leur leader en perdition, était certes très belle à voir. Ils ne l’ont jamais abandonné. Mais était-ce encore une fois bien raisonnable de faire plus de 180 bornes de vélo par delà trois cols difficiles avec de la fièvre et une déshydratation qui avait dû commencer bien avant l‘étape?

Il est dans la culture cycliste de ne jamais abandonner, peu importe le problème de santé. Cela fait aussi la beauté de ce sport de légende. On a même vu un Tom Simpson dire “put me back on my bike“ alors qu’il agonisait sur les pentes du Ventoux surchauffées. D’autres ont complété un Tour de France avec une clavicule cassée, comme Tyler Hamilton. D’autres se relèvent de chutes complètement cassés et poursuivent l‘étape, refusant d’abandonner durant des kilomètres devant le camion balai. Au courage. Ce courage est ancré au plus profond de la culture cycliste. For hard men only.

À côté de cela, les joueurs de foot… (soccer)… sans commentaires!

Respect aujourd’hui à M. Thibault Pinot… avec une once d’inquiétude pour sa simple santé. On lui souhaite un prompt et complet rétablissement, notamment en vue du Tour.

Froome: Epic Ride!

C’est assez monstrueux ce qu’a fait Chris Froome hier lors de la 19e étape du Giro, une étape vraiment difficile avec notamment le passage du Colle Delle Finestre, Sestrières et la montée finale de Jafferau.

Ce qui m’a impressionné le plus, c’est que Froome a osé attaquer de loin: à 80 bornes de l’arrivée! 80 bornes!

Froome nous avait plutôt habitué à accélérer dans les derniers hectomètres des étapes de montagne, pas d’attaquer aussi loin de l’arrivée.

Son attaque a été bien préparée par son équipe, le dernier à offrir un gros relais étant Élissonde. Après, ce fut solo sans rien lâcher, pas même dans les descentes où Froome a réussi à augmenter significativement son avance.

Derrière, ce fut la déroute pour beaucoup: exit Yates, qui s’est complètement effondré, exit Aru (abandon), exit Pozzovivo (qui lâche 8 minutes), il n’y a que Dumoulin, Pinot, Lopez et le surprenant Carapaz pour limiter les dégâts.

Je n’explique pas l’effondrement de Yates, qui a cédé en quelques mètres seulement. Grosse fatigue? Il semblait tellement dominant et facile il y a à peine une semaine… Comment est-ce possible?

Pinot a fait la bonne opération du jour hier, remontant sur le podium de ce Giro. Il devrait y rester demain.

Avec 40 secondes d’avance et une sacré équipe autour de lui, je ne vois pas comment Froome peut dorénavant perdre ce Giro. Dumoulin semblait dans ses derniers retranchements hier dans le final, et l‘étape d’aujourd’hui n’est pas plus facile. Il suffira à Froome de produire une bonne accélération dans les derniers kilomètres pour mettre à mal le champion néerlandais.

Plusieurs parlent, dans les médias, d’une journée hier qui restera dans l’histoire du Giro. Oui, certainement, car on n’a pas souvent assisté à de tels raids dans le cyclisme moderne. Le dernier en date est probablement celui d’Alberto Contador sur la Vuelta 2012, lors de l‘étape de Fuente Dé, où il avait renversé l‘épreuve et dépossédé Joaquim Rodriguez de son maillot amarillo, sur une seule étape.

Un grand champion, Froome? Je ne sais pas, je ne sais plus trop quoi penser avec l’affaire du Salbutamol. Ceci étant, c’est certainement avec ce genre d’exploit hier qu’une légende se forge…

Fouillez nos archives!