Froome à la Ruta del Sol: je ne comprends pas

Chris Froome et l‘équipe Sky a donc annoncé que le britannique d’origine kenyane fera sa rentrée lors de la prochaine Ruta del Sol en Espagne dans une petite semaine.

Je ne comprends pas!

D’ordinaire, un coureur pro faisant l’objet d’un contrôle irrégulier est automatiquement suspendu de son équipe, le temps de clarifier la situation. Il s’agit d’une protection pour l‘équipe d’abord, cette dernière ne voulant trainer un cas de dopage en son sein, mais aussi de respect pour le sport cycliste tout entier.

Pour Chris Froome, pas de suspension!

Au contraire, Dave Brailsford, manager chez Sky, a plutôt apporté son soutien hier à Froome, mentionnant qu’il était sûr à 100% que le coureur n’avait “rien fait de mal”. Feu vert donc pour une participation au Tour d’Andalousie.

Il faudra pourtant expliquer pourquoi on a retrouvé chez Froome plus du double de la limite autorisée de Salbutamol!!!

Certains coureurs, dont Romain Bardet, ont également dénoncé cette situation où Chris Froome prend le départ de courses cyclistes professionnelles. C’est un geste courageux car des représailles en course pourraient suivre.

Un petit sondage sympathique sur L‘Équipe montre que la vaste majorité des répondants se sont exprimés en désaccord avec Froome et son équipe, estimant que le coureur devrait s’abstenir de courir dans les circonstances.

Cyrille Guimard, actuel sélectionneur national français, y voit de la provocation, et a suggéré une solution originale: que les autres coureurs pro refusent de courir aux côtés de Froome! Si je vois mal comment cela serait possible étant donné les pressions du milieu, c’est vrai que ce serait une belle solution pour envoyer un message clair.

Quoi qu’il en soit, j’ai vraiment hâte de découvrir comment Froome et son équipe expliqueront le contrôle anormal qui s’est déroulé lors du dernier Tour d’Espagne. Certains évoquent la possibilité que Froome mette de l’avant une défaillance rénale pour expliquer une rétention anormale de Salbutamol dans son organisme… wait and see, mais chose certaine je pense qu’il y a des fortes chances pour qu’on nous serve encore une explication boiteuse, sinon loufoque. Ne sous-estimons pas la capacité des coureurs cyclistes d‘être créatifs lorsque vient le temps d’expliquer un contrôle anormal!

Voici venu le monoplateau en cyclisme sur route!

Les athlètes en vélo de montagne utilisent ce montage depuis plusieurs années déjà: un seul plateau à l’avant, et une cassette très variée à l’arrière. Mon vélo de montagne, acheté à la fin de la saison dernière, comporte un plateau unique à l’avant (32 dents) et une cassette arrière 12 vitesses de 10-50!

Et bien ce montage débarque aussi en cyclisme sur route!

La semaine dernière, Lasse Norman Hansen (Aqua Blue) a remporté la première étape du Jayco Herald Tour sur un vélo monté ainsi: un seul plateau à l’avant, et une cassette 11 vitesses à l’arrière, avec des pignons très variés.

L’avantage? Essentiellement une gestion plus simple à l’effort: on n’a qu‘à penser au dérailleur arrière. Cela évite également les risques de dérailler la chaine lors du passage du grand au petit plateau, un grand classique en cyclisme sur route, surtout au pied d’une bosse bien pentue. Et puis, la vaste majorité des combinaisons plateaux avant et cassettes arrières souffrent de duplication: par exemple, le 53-19 (5,90m) est équivalent au 39-14 (5,89m). Enfin, en éliminant le dérailleur avant et sa quincaillerie, on sauve également des grammes!

La compagnie 3T produit deux cassettes pouvant répondre aux besoins du monoplateau: la cassette Overdrive (9-11-12-13-15-17-19-22-25-28-32) et la cassette Bailout (9-10-11-12-13-15-17-19-22-26-32). Et oui, des pignons de 9 et 10 dents, ca existe! Le vélo de route 3T Strada arrive donc en monoplateau et freins à disque.

Une fois la cassette choisie, on joue évidemment sur le nombre de dents du plateau à l’avant pour obtenir une configuration répondant le mieux au type de terrain affronté: le plus souvent, on fera un choix entre 36, 40 ou 44 dents.

Par exemple, un plateau de 40 dents à l’avant donnerait une combinaison de développements proche du 50-36 et 11-29 à l’arrière.

Il faudra voir comment évolue, au cours des prochaines années, ce type de montage en cyclisme sur route: est-il appelé à se répandre? A-t-on vraiment besoin de 22 vitesses sur des vélos de route, dont certaines se dédoublent? Les poids lourds de l’industrie comme Shimano, Campagnolo et Sram pourraient-ils étendre ce type de montage?

Dopage: pas juste le cyclisme, le ski de fond aussi

La nouvelle a été diffusée dimanche dernier, et je suis surpris de ne pas l’avoir vu davantage partagée sur les médias tant elle m’apparait importante: le profil sanguin de 50 athlètes en ski de fond qui seront présents aux JO de Pyeongchang est suspect, tellement suspect que la probabilité que ces profils sanguins anormaux soient dus à autre chose que du dopage est d’au plus 1% selon les experts.

Ouf!

Plusieurs médias britanniques, allemands et suisses, notamment, ont unis leurs efforts pour examiner en détails le profil sanguin de près de 2000 skieurs de fond d‘élite, dont des échantillons avaient été prélevés au cours de la période 2001-2010. Plusieurs d’entre eux sont toujours en activité sur le circuit de la Coupe du Monde.

Les résultats parlent d’eux même: le tiers des médailles aux JO et aux Mondiaux durant cette période auraient été remportées par des athlètes au profil sanguin suspect. On parle ici de “fortes irrégularités” au passeport sanguin.

La base de données analysées tenait compte des médaillés sur la période 2010-2017, qui présentaient des valeurs suspectes au cours de la période précédente. Autrement dit une nouvelle foi, des athlètes encore en activité.

Si le nom des athlètes n’a pas été révélé, les auteurs de l’enquête ont publié un classement par pays. Sans surprise, les athlètes russes arrivent au premier rang, suivi de l’Allemagne et de la France.

Fait intéressant, le Canada aurait présenté, au cours de cette période, 10 athlètes en ski de fond avec des données sanguines suspectes. Des fondeurs canadiens ne seraient donc pas au dessus de tout soupçon.

Une réaction de Ski de Fond Canada est attendue plus tard aujourd’hui, et celle du Comité International Olympique demain.

Comme quoi, le dopage sanguin massif est loin d‘être limité au seul cyclisme… et le ski de fond comme l’athlétisme demeurent probablement des sports significativement gangrénés eux-aussi.

Il conviendra de regarder les épreuves de ski de fond aux prochains JO avec un petit esprit critique!

Et tant qu‘à être dans le ski de fond, deux belles épreuves de la WorldLoppet se dérouleront durant les deux prochains week-ends: la Transjurassienne en France (w-e prochain) et la Gatineau Loppet ici, à Gatineau au Québec (dans deux semaines). Thibault Pinot sera au départ de la “Transju” et Laurent Martel (!!!) à celui de la Gatineau Loppet!

Race across France 2018

Nous connaissons tous le “Race Across America“, cette course d’ultra-cyclisme légendaire qui consiste à traverser les États-Unis d’Ouest en Est en le moins de temps possible. Créée en 1982, cette course est longue d’environ 4800 kilomètres (!).

Et bien voici le “Race Across France“!

Une course de 2500 kilomètres à travers la France, incluant 40 000m de dénivelé et notamment l’ascension du Mont Ventoux. Une formule “sprint” (350kms) et “challenge” (1100kms) est également offerte en marge de l‘événement phare. Les dates: du 18 au 26 août prochain. Le départ aura lieu sur la Côte d’Azur et l’arrivée dans le nord de la France.

L’ultra-cyclisme s’est aussi beaucoup développé du côté du Québec depuis quelques années, et nous avons de belles épreuves comme l’Ultra-défi, le Défi des 21 ou encore l’Ultra-taiga.

Évidemment, il faut aimer être un stakhanoviste de la pédale!

Time Alpe d’Huez Ulteam: une belle bête!

La société française Time, qui appartient désormais au groupe Rossignol rappelons-le, vient de lancer hier un nouveau vélo léger fait pour les cols, soit le modèle Alpe d’Huez.

Et dans la gamme, le “Ulteam” est le fer de lance. Le vidéo de présentation est réussi, mariant l’histoire du cyclisme à ce nouveau vélo. J’aime!

13 500 euros tout de même, le prix du vélo pouvant varier selon le montage.

Ultra-léger (c’est le cadre Time le plus léger jamais produit par la compagnie), le cadre a une géométrie semi-sloping et des lignes assez directes, lui donnant un caractère “course” assez évident. On affirme, chez Time, que le cadre est également 25% plus rigide que les autres cadres de la gamme, ce qui n’est pas peu dire. Assurément un cadre qui donne de belles relances, et qui permet de trajecter à mort dans les descentes!

On a aussi opté pour une tige de selle 27.2mm, question d’assurer un certain confort.

Seul hic peut-être, mais c’est souvent le cas je trouve pour les cadres légers depuis quelques années, la hauteur de la douille de direction, assez importante: en taille Small, le cadre présente une hauteur de douille de direction de 14,9cm…

La robe est sobre, le cadre est compatible avec les groupes électriques, on cherche visiblement à concurrencer les autres vélos ultra-légers de ce monde, et notamment le Canyon Ultimate CF EVO. Time n’est cependant plus présent en WorldTour alors que Canyon continue d‘équiper les équipes Movistar et Katusha…

Groupama-FDJ: un maillot réussi!

On a dévoilé plus tôt aujourd’hui le nouveau maillot de l‘équipe française Groupama-FDJ au sein de laquelle évoluera le Québécois Antoine Duchesne cette saison.

Un maillot très réussi, probablement le plus beau du peloton 2018!

Le design marie simplicité et modernisme, notamment avec ces barres présentes au niveau des abdominaux, et apparentes également sur le cuissard. Du beau travail!

Quant aux ambitions de l‘équipe, elles reposeront surtout sur les épaules de Thibault Pinot, Arnaud Demare, Arthur Vichot et le jeune David Gaudu, grimpeur prometteur qui devrait progresser encore beaucoup cette saison.

Pour Pinot, le défi est le même qu’en 2017, soit de doubler Giro-Tour. L’expérience de l’an dernier n’ayant pas été très concluante, je m’explique mal la décision de retenter le coup en 2018…. Pour une équipe française et un grand leader français, le Tour de France revêt d’une importance capitale, notamment auprès du public. Pinot peut probablement aspirer à une victoire sur le Tour cette année, surtout dans le contexte où on ignore si Chris Froome sera au départ… pourquoi alors aller disperser ses forces au Giro, une épreuve souvent éreintante? Une approche classique via le Dauphiné et la Route du Sud n’aurait-elle pas été préférable pour Pinot afin de tenter le coup comme il faut cette année?

Personne n’a réussi, depuis plus d’une décennie, à enquiller Giro-Tour avec succès…

Pour le Québécois Antoine Duchesne, le défi sera très certainement de bien remplir son rôle d‘équipier durant la saison, notamment sur les Classiques à la faveur de Demare, Morabito, Reichenbach, Vichot ou encore Cimolai. Et aussi de rester en santé cette saison, en évitant les blessures.

Les travers de Strava

Strava: l’application ne laisse plus personne indifférent.

Pour certains, c’est génial, car en permettant de se mesurer aux autres, l’application est à même d’entretenir la motivation, le goût du dépassement et la convivialité entre athlètes. Strava peut aussi constituer un carnet d’entrainement, et donne accès à certains indices de forme qui pourront être utiles pour plusieurs. Et pour des équipes cyclistes, c’est par exemple un moyen par exemple de comptabiliser l’ensemble des kilomètres parcourus par les coureurs une année durant.

Pour d’autres, c’est nul voire dangereux: il y a en effet déjà eu des morts parmi ces athlètes prenant tous les risques pour devenir “King of the Mountain” (KOM) ou “Queen of the Mountain” (QOM), ou pour reprendre un titre perdu, notamment sur des tronçons urbains qui, parfois, sont insensés.

D’autres voient un côté “voyeur” à l’application, ou une application uniquement destinée à combler les plus narcissiques d’entre nous.

Je suis un athlète Strava. Selon de mes dispositions d’esprit, j’y ai souvent trouvé source de motivation, mais aussi parfois source de malaise, de démotivation voire de dégoût. Depuis quelques temps, je commence à y voir davantage de négatif que de positif, recherchant probablement la finalité ultime de tout ça… que je ne trouve pas. Un début de sagesse?!

Quoi qu’il en soit, Strava inquiète désormais les autorités militaires puisqu’on peut y identifier, grâce au “global heat map“, des zones militaires en pays hostile, comme par exemple des bases américaines, françaises ou russes en Afghanistan, en Syrie, en Iraq ou encore au Niger. Comment? Tout simplement parce que les militaires y vivant téléchargent leurs entrainements – souvent de la course à pied – géolocalisées, et que l’intensité des activités apparait sur la carte!

Évidemment, il s’agit d’un risque significatif à la sécurité de ces bases militaires. Si la solution apparait simple (interdire de telles applications aux militaires en mission à l‘étranger), elle reste à la déployer… et en attendant, le risque est là.

Chose certaine, Strava est là pour rester. À chacun d’entre nous d’y trouver son bonheur… ou pas! Certains artistes sportifs l’ont trouvé en imaginant même de créer des formes – animaux, messages, etc. – avec l’itinéraire de leurs entrainements!!!

Fouillez nos archives!