Van Der Poel, qui d’autre?

C’est pas souvent que je parle de cyclo-cross, mais devant une telle classe, pas le choix!

C’était les Mondiaux hier de la discipline, du côté du Danemark. À défaut d’avoir un Pays-Bas-Belgique en finale de la Coupe du Monde de foot, on se rabat sur le cyclo-cross…

Et sans surprise, match il y a eu entre Mathieu Van Der Poel pour les Pays-Bas et Wout Van Aert pour la Belgique. Les deux épouvantails. Des monstres. Le mano-à-mano a eu lieu au 3e tour de la course, mais a vite tourné à l’avantage du néerlandais.

La course s’est donc jouée sur les trois premiers tours, qui sont ici. On a vu que des Belges et des Néerlandais. C’est fou.

La course a été gagnée selon moi sur le niveau technique, Van Der Poel étant une coche au dessus de tout le monde à cet égard. Van Aert n’a pas su répondre, perdant de précieuses secondes sur les passages techniques et, avec elles, le titre. Il a même fallu qu’il défende sa 2e place face à son compatriote Toon Aerts, qui doit sa 3e place à une faute technique dans le dernier tour.

Je m’émerveille toujours devant pareille classe. Mathieu Van Der Poel, c’est Fausto Coppi à son époque, Jacques Anquetil, Eddy Merckx, Frank Vandenbroucke, Marco Pantani, ou encore dans une autre discipline, Nino Schurter. Du talent à l’état brut. Fou raide.

Et parlant de talent, les prochaines années appartiennent, si tout va bien, à Remco Evenepoel, lui aussi la grande classe sur un vélo. 9e du Tour de San Juan, maillot vert à l’arrivée, les premiers tours de roues au plus haut niveau sont réussis. Reste à garder la tête froide, ce qui semble le cas.

Woods gagne, Evenepoel brille!

Je vous avais récemment dit que je n’avais aucun doute sur les chances de succès de Mike Woods cette saison. Ben ça n’a pas tardé, et c’est un réel plaisir! Woods a remporté hier la 2e étape du Herald Sun Tour, prenant au passage sa revanche sur Richie Porte qui l’avait fait sauté dans Willunga Hill lors du Tour Down Under.

Les images devraient suivre sous peu.

Voilà qui est très bien pour Woods, lui enlevant déjà une pression et le mettant en confiance, très en confiance, pour la suite, lui et son équipe. La classe mondiale!

Evenepoel

Le jeune prodige fait parler de lui sur chacune des courses dont il prend le départ. Sur la 3e étape du Tour de San Juan, un chrono en style « Eddy Merckx » (sur un vélo de route traditionnel), Evenepoel s’est classé 3e, à 12 secondes seulement de son coéquipier et vainqueur de l’étape, Julian Alaphilippe, un coureur pro confirmé.

Pas mal à 18 ans, pour sa première saison à ce niveau!

Le niveau de ce chrono n’est certes pas celui du Tour ou des Mondiaux, mais il confirme quand même les dispositions du jeune belge. La suite sera intéressante… tout en considérant que les garanties sont encore faibles. C’est vrai que certains prodiges junior ont ensuite déçu au plus haut niveau, un cas notoire étant Filippo Pozzato.

Le Tour de l’actualité

Ca fait un sacré bail, faisons-nous plaisir avec un petit Tour de l’actualité.

1 – Hugo Houle. Intéressante entrevue de PezCycling avec le coureur québécois chez Astana. Hugo revient sur sa non-sélection pour le Tour 2018, ses objectifs en 2019 (dont le Tour et les chronos, 2019 étant une année pré-olympique), le mont Teide, et il confirme en quelque sorte ce que je vous disais récemment: sale temps pour les coureurs sur route nord-américains, Canadiens compris…

2 – Radio Bidon. C’est le nouvel opus, en ligne ici. Toujours aussi distrayant et intéressant.

3 – Alaphilippe, déjà! Magnifique victoire hier de Julian Alaphilippe lors de la 2e étape du Tour de San Juan en Argentine. Parti à 2,7km de l’arrivée avec notamment Quintana et Benoot qui ont essayé un moment de le suivre, il s’est tapé les deux derniers kilomètres solo pour résister au peloton réduit derrière, et notamment Peter Sagan. Une victoire comme je les aime, avec la manière. Les images sont ici.

4 – Evenepoel. Ca n’a pas tardé, le très jeune coureur belge (18 ans!) s’est fait remarqué lors de la 1ere étape du Tour de San Juan en ne quittant jamais les 20 premiers du peloton, et en travaillant pour le WolfPack (Deceuninck) en préparation du sprint. On n’en sait davantage également sur son programme de course en 2019, très allégé. En avril par exemple, une seule course à son calendrier, le Tour de Turquie. Je dis bravo à son équipe de le préserver ainsi.

5 – Rally. L’équipe américaine a été invitée sur le Tour de Suisse et la Flèche Wallonne, preuve qu’on commence à la reconnaitre au plus haut niveau en Europe. L’équipe a recruté cette année le Canadien Svein Tuft qui sera donc d’une aide précieuse dans la préparation et la stratégie sur ces épreuves, à titre de capitaine de route. Rappelons que l’équipe Rally comporte plusieurs Canadiens : outre Tuft, les Matteo Dal-Cin, Ryan Anderson, Rob Britton, Adam DeVos, Pier-André Côté et Nigel Ellsay. Rally présente également une équipe féminine avec notamment Allison Beveridge.

6 – Oscar Sévilla. Pour ceux qui se souviennent de lui, l’ex-coureur pro de l’équipe Kelme vit et court désormais en Colombie, à 42 ans. Voici une longue et bonne entrevue avec lui. J’ai apprécié, les longues entrevues étant de nos jours très rares.

7 – Maillots World Tour. Tous les maillots WorldTour 2019, cotés par Cycling Weekly. Pour moi, y’a pas photo, les plus réussis sont Bahrain-Merida, Movistar, Lotto-Soudal, Trek-Segafredo ainsi que Groupama.

8 – Tous les vélos du WorldTour 2019, présentés par Road. Mention très bien au Eddy Merckx des AG2R – La Mondiale, avec des lignes racées et élancées vers l’avant. Mais mon choix serait vite fait: Canyon. Je vous assure, y’a pas photo.

9 – Mondiaux de cyclo-cross. C’est le week-end prochain du côté du Danemark. Ne manquez pas le match entre Mathieu Van Der Poel, encore vainqueur le week-end dernier, et Wout Van Aert, qui a souvent du succès sur ces Mondiaux. Ca va être grandiose! Chez les femmes, misez Marianne Vos selon moi.

La leçon de courage de Petr Vakoc

Le Tour de San Juan qui démarre aujourd’hui en Argentine a une saveur particulière pour Petr Vakoc, un an après son terrible accident à l’entrainement en Afrique du Sud qui a bien failli le laisser paralysé.

Très beau vidéo réalisé par « The WolfPack » (Deceuninck-Quick Step) à son sujet.

Six équipes WorldTour sont au départ soit outre Deceuninck, les UAE Emirates, Movistar, Lotto-Soudal, Bora-Hansgrohe et Dimension Data. Alaphillipe, Sagan, Quintana, Evenepoel, Gaviria, Cavendish sont là, que du beau monde, ca sera intéressant, surtout Evenepoel!!!

#rafraichissant!

Soucy à la retraite, vraiment?

J’ai été flabergasté d’apprendre tout récemment que le jeune coureur québécois Marc-Antoine Soucy raccrochait ses roues pour de bon, faute d’un contrat satisfaisant en 2019.

Rappelons que Soucy a remporté le Championnat canadien U23 de bien belle façon en 2017 à Ottawa, après une échappée dans le final avec Matteo Dal-Cin qui remportait le titre chez les élites. Je le sais, j’y étais. J’ai tout vu. La météo était exécrable, pluie diluvienne et froid. Un temps de flahute, tant pour les coureurs que pour les passionnés comme moi qui étions sur le bord de la route durant toute la course à se faire saucer. Matteo et lui ont largué tout le monde dans le final, Svein Tuft compris.

Il avait également gagné, en 2017, une étape du Tour du Saguenay.

Soucy a remporté en 2018 le général des Mardis cyclistes de Lachine. Faut quand même la caisse, la vitesse, la technique. Il y a des résultats qui ne mentent pas. Il courait alors chez Silber, qui a arrêté en fin de saison. Le repreneur (dont on a peu de nouvelles en ce moment), Floyd’s of Leadville, n’a pas renouvelé son contrat.

Et là, c’est le vide. Incroyable.

Tout cela doit laisser un goût amer… et souligne à quel point il est difficile pour nos excellents coureurs sur route de moins de 23 ans de percer au plus haut niveau, surtout en raison de l’absence d’équipes de course d’un niveau disons intermédiaire, capable de faire progresser les coureurs Senior 1-2 vers le professionnalisme « à la WorldTour ».

Ce rôle a été rempli par des équipes comme Garneau ou comme SpyderTech au cours de la dernière décennie. Leur retrait fait très, très mal à la relève du cyclisme québécois. Je suis de ceux qui défendent que derrière Hugo Houle et Antoine Duchesne, c’est un peu le néant. Le dopage positif de David Drouin n’a rien arrangé non plus.

Le saut est juste trop grand actuellement pour un coureur qui performe sur les courses Sénior 1-2 au Québec et les équipes continentales pro comme Rally ou Floyd’s, qui sont internationales. Il faut des structures intermédiaires propres au Canada qui leur permettraient de s’exposer graduellement à des courses plus difficiles, étapes par étapes. C’était le rôle d’une équipe comme Garneau et comme SpyderTech, cette dernière étant aussi active en Europe en son temps.

Ca prend des équipes canadiennes capables de faire la loi sur le Tour de Beauce, et de bien figurer sur les courses américaines de premier plan.

On sait que c’est actuellement le bordel à Cyclisme Canada, beaucoup d’employés ayant quitté ou ayant été remercié au cours des derniers mois, y compris le président. Notre Fédé nationale investit beaucoup en piste, et on a parfois l’impression que la route est son dernier souci (Soucy?!). Dommage, vraiment dommage car des générations de coureurs sur route talentueux sont probablement actuellement sacrifiées. Marc-Antoine est probablement de ceux-là.

Frustrant.

Dément!

Le Mégavalanche, c’est mythique… et un peu fou. Très belle vidéo de la descente d’un participant cette année. Pour moi qui me suis mis au Mtb depuis 18 mois, y’a de quoi s’inspirer!

Merci à mon ami Marc pour le lien.

Fouillez nos archives!