Le cyclisme nord-américain en péril

On annonçait hier la disparition du Tour de Californie, une épreuve phare du cyclisme professionnel américain depuis 2006. Plus de budget.

Rappelons que le Tour du Saguenay, épreuve U23 de niveau UCI 2.2, ne sera pas non plus ré-organisé en 2020, faute là encore de budget.

Je ne suis pas surpris.

En l’absence d’une grande vedette américaine comme Greg LeMond ou Lance Armstrong, le cyclisme nord-américain est voué à végéter. C’est ainsi que cela fonctionne sur un continent où les sports populaires sont le baseball, le basketball, le football (américain), le golf et le hockey. En dehors de ca, point de salut.

Si les Grands Prix de Québec et Montréal survivent actuellement, c’est grâce aux généreuses subventions du Gouvernement du Canada, du Gouvernement du Québec, de la ville de Québec et de la ville de Montréal. Des fonds publics donc. Sans ces fonds publics, ces épreuves seraient en grande difficulté, les épreuves cyclistes ne faisant pas payer, contrairement aux autres sports, le spectacle via l’achat de billets pour les spectateurs.

Nombreuses sont les voies qui s’élèvent pour en appeler à une refonte complète du sport cycliste sur route afin d’assurer sa pérennité en Amérique. Il est en effet probable qu’actuellement, le sport cycliste soit dans une certaine forme d’immobilisme, soutenue par la popularité indéfectible du Tour de France en premier lieu, mais aussi des grands monuments que sont les Classiques d’avril, le Giro et la Vuelta. Ces quelques épreuves sont les arbres qui cachent le néant de la plaine derrière…

Je n’ai évidemment pas la solution. Celle-ci passe probablement par une combinaison de plusieurs choses: assurer un meilleur soutien aux jeunes coureurs qui veulent se développer (c’est le désert côté canadien une fois que Mike Woods, Hugo Houle et Antoine Duchesne seront à la retraite… il n’y a même plus d’équipe de haut niveau au Canada!) afin de favoriser l’émergence de stars nord-américaines du cyclisme, et création, peut-être, de nouvelles épreuves plus spectaculaires et télévisuelles pour attirer l’attention d’un public actuellement peu enclin à regarder des courses cyclistes platoniques des heures durant, faute de la présence des oreillettes. Ca manque d’action! Et l’UCI ne fait rien pour enrayer le problème… les seuls cherchant à réagir étant actuellement A.S.O. en renouvelant complètement le profil du Tour de France, désormais constitué d’étapes courtes, de parcours casse-pattes dès les premiers jours, de sections de pavés ou de graviers, etc.

Et il faudra probablement veiller à attirer davantage de grands mécènes vers le cyclisme, une mission certes très difficile car le cyclisme est également en compétition avec les autres sports, par exemple le ski alpin ou le ski de fond. Mais le modèle peut fonctionner: rappelons le fameux… Tour de Trump au début des années 1990, financé par un individu qui est aujourd’hui locataire de la Maison Blanche!

Radio Bidon: le point sur les transferts, Vlog2 d’Adam Roberge

Le point sur les transferts en vue de la saison prochaine de cyclisme sur route, c’est ici sur les amis de Radio Bidon. Bravo les gars!

Et le Vlog#2 d’Adam Roberge est désormais disponible.

Giro: l’antithèse!

Le parcours du 103e Tour d’Italie est sorti hier du coté de Milan. Et c’est une confirmation: les organisateurs du Giro s’inscrivent bel et bien à contrecourant des organisateurs du Tour et de la Vuelta! (A.S.O.)

Voyez un peu.

Ce prochain Giro comporte d’abord trois chronos, dont un le premier jour, en guise de prologue. Un second en milieu d’épreuve, l’autre le dernier jour, pour plus de 60 bornes au total d’épreuves chronométrées.

En comparaison, un seul chrono sur le prochain Tour, 36 petits kilomètres, dont les 10 derniers environ en ascension sur la Planche-des-belles-filles.

Le prochain Tour comporte une seule étape de plus de 200 bornes. Sur le prochain Giro, pas moins de cinq étapes feront plus de 200 bornes seulement dans la dernière semaine!!! Et au total, 10 étapes de 200 bornes ou plus, soit plus de la moitié de toutes les étapes en ligne de l’épreuve (si on exclut les trois chronos). Hallucinant!

Enfin, les difficultés, multipliées sur ce prochain Giro, qui comporte pas moins de cinq étapes avec plus de 5000m de dénivelé. Ouch! On passe trois fois à plus de 2000m d’altitude, soit le Stelvio puis, dans l’avant-dernière étape, le Colle d’Elle Agnelo puis l’Izoard, avant l’arrivée en altitude du côté de Sestrières. Cette étape de 200 bornes sera assurément l’étape reine de l’épreuve, et susceptible de chambouler encore le classement général.

Passer au delà des 2000m d’altitude est toujours un défi, que ce soit du côté des coureurs que du côté de la météo en mai, jamais certaine à ces altitudes. La neige et le froid peuvent encore y sévir.

Quoi qu’il en soit, une chose est sûr: en Italie, on fait classique, on fait difficile, on fait long. Pour le meilleur et pour le pire d’ailleurs: allez comprendre cette 19e étape entre Morbegno et Asti, la plus longue (251 kms) de ce prochain Giro, et entièrement plate, aucun relief. Une étape pour les sprinters certes, mais logée entre deux grandes étapes de montagne… quel intérêt si tard dans la course? Côté télévision, ca sera d’un ennui mortel.

Avec ce Giro, une seule certitude: un doublé Giro-Tour en 2020 sera extrêmement difficile à réaliser car les coureurs sortiront usés de ces trois semaines de course.

Adam Roberge – Vlog #1

Un Tour pour Pinot!!!

Y’a pas à dire, c’est Marc Madiot qui doit être content aujourd’hui!

Si on avait voulu dessiner un Tour de France favorable à Thibault Pinot, ça ressemblerait bien au Tour 2020.

On a même pensé à sa motivation en plaçant une petite (et unique!) étape chrono la veille de l’arrivée dans son coin de pays, puisque l’étape traversera Mélisey avant de finir en haut de la Planche-des-Belles-Filles, une de ses ascensions préférées…

Blagues à part, ce Tour de France s’inscrit vraiment dans une nouvelle tendance, celle d’un nombre (très) réduit de kilomètres contre-la-montre, d’étapes courtes, d’une entrée rapide en la matière et de beaucoup d’étapes accidentées, sans forcément être de la haute montagne.

Manifestement, on veut ouvrir la course à plusieurs types de coureurs, et on veut une épreuve imprévisible, durant laquelle le maillot jaune pourrait changer souvent d’épaules.

Parmi les éléments que je retiens de ce Tour, les suivants:

  • un seul petit chrono de 36 bornes la veille de l’arrivée, et encore qui se termine par l’ascension de la Planche-des-Belles-Filles, condamnant les Rohan Dennis et Tony Martin de ce monde.
  • très peu d’étapes pour les sprinters, qui ne seront pas à la fête durant ce Tour de France, sauf quelque part en milieu de 2e semaine. Il faudra savoir passer les bosses pour ramener le maillot vert à Paris, et Peter Sagan pourrait bien ramener son… 8e paletot à Paris.
  • une seule étape de plus de 200 bornes, à peine 5 au delà de 190 bornes. À titre de comparaison, le Tour de France 1986, remporté par Greg LeMond, comportait… 10 étapes de plus de 200 bornes! Sur ce Tour 2020, six étapes font 160 kilomètres ou moins, soit un « petit » 4h de course et c’est plié.
  • un seul col au-dessus de 2000m d’altitude, l’inédit col de la Loze, au dessus de Méribel, sur cette nouvelle route ouverte aux cyclistes il y a quelques mois. Si on ajoute le col de la Madeleine et le Cormet de Roseland, qui font presque 2000m, c’est seulement 3 grands cols que ce Tour de France franchira en haute altitude.
  • une entrée rapide en la matière, dès le départ de Nice avec déjà, des petits cols casse-pattes et près de 4000m de dénivelé dès la 2e étape. Et une première arrivée en altitude à Orcières-Merlette le 4e jour!
  • les seules étapes « de plat » seront du côté de l’Ile de Ré et de Poitiers, où le vent de la côte pourrait créer bien des remous dans le peloton s’il devait souffler fort. De quoi souffler? (sans jeu de mot) Pas sûr!

Bref, ce Tour sera plus difficile pour les purs grimpeurs comme Egan Bernal je pense, eux qui font surtout la différence quand l’altitude dépasse les 2000m. Julian Alaphilippe trouvera sur un tel profil matière à réjouissance, Pinot et Bardet aussi.

Conscients de la belle génération de coureurs français actuellement, et si les organisateurs du Tour voulaient en profiter afin de donner à Bernard Hinault son successeur, enfin?

Le Tour 2020 sort aujourd’hui!

Toujours un moment intéressant de l’année cycliste: le dévoilement du parcours du prochain Tour de France.

Moment intéressant, car selon le parcours, on peut mieux considérer quels coureurs pourraient s’imposer, et quels coureurs auront moins de chance de rivaliser, leurs qualités convenant moins bien.

Le nombre de kilomètres contre-la-montre est toujours d’un grand intérêt, comme le nombre d’arrivées en altitude. Dans les années Indurain, le schéma était classique avec un long chrono en fin de première semaine; aujourd’hui, la tendance est plutôt à moins de chronos, et davantage d’étapes courtes et piégeuses, comme d’arrivées en altitude.

Que nous réserve le Tour 2020? C’est vers l’excellent site VeloWire de Thomas Vergouwen qu’il faut, chaque année, se tourner pour en savoir plus avant l’heure.

Les certitudes

Le départ de Nice. Pas de prologue, mais une première étape déjà montagneuse, courte (170kms) et donc piégeuse pour les favoris au classement général, qui devront dès l’entrée en matière être vigilants. Le 3e passage de la bosse d’Aspremont pourrait permettre à des favoris de fuir vers l’arrivée, voire la descente juste après vers St-Martin-du-Var.

La 2e étape comporte également quelques difficultés, dont l’ascension du col de Turini situé cependant loin de l’arrivée. 190 bornes, mais moins de danger selon moi pour les favoris.

Les probables

Qu’en est-il du reste du Tour? Voici ce que VeloWire nous permet d’anticiper.

D’abord, une remontée vers les Alpes, puis on replongerait vers les Pyrénées pour revenir dans les Alpes en début de 3e semaine, pour finir sur la façade Est de la France et un chrono la veille de l’arrivée du côté de la Planche-des-Belles-Filles. Cela ne manquerait pas d’intérêt puisque les chronos en côte ont été rares ces dernières années.

La 3e étape pourrait remonter vers Sisteron, avec possiblement une première arrivée en altitude le lendemain (4e étape) vers Orcières-Merlette, là même où Greg LeMond avait repris le maillot jaune à Laurent Fignon au terme d’une étape chrono sur le fameux Tour 1989.

Une arrivée au Mont Aigoual pourrait être de mise en milieu de première semaine. Voilà plus de 20 ans que le Tour n’y est pas passé!

Cette première semaine se terminerait par les Pyrénées, deux étapes seulement avant que le Tour remonte plus au nord vers l’Ile de Ré puis Poitiers, pour re-traverser la France d’Ouest en Est.

Ce qui serait bien, ca serait une arrivée au sommet du Puy-de-Dôme durant cette traversée, mais apparemment, les difficultés logistiques seraient désormais trop importantes pour permettre une arrivée du Tour sur son sommet.

En fin de deuxième semaine et avant le deuxième jour de repos, une arrivée au sommet du Grand Colombier serait programmée. Spectacle garanti si tel est le cas! Le Grand Colombier est une ascension difficile et depuis Lyon, de nombreux cols sont possibles pour user les organismes avant cette ascension finale.

Deux nouveautés pourraient ponctuer la dernière semaine, soit une arrivée au col de la Loze, au-dessus de Méribel, ainsi qu’un chrono en côte sur la Planche-des-Belles-Filles au sud des Vosges.

Les incertitudes

Y aura-t-il un chrono sur le plat, quelque part en 2e semaine? Quelle longueur?

D’autres arrivées en altitude? Et quels grands cols au dessus de 2000m d’altitude seront franchis, essentiellement dans les Alpes?

Chose certaine, si un tel parcours se concrétise, les sprinters ne seront pas trop à la fête sur ce Tour de France. Les grimpeurs pourront bien faire, de même que les grimpeurs-puncheurs du type Alaphilippe. Les Français Pinot et Bardet pourraient y trouver leur compte, de même qu’un Egan Bernal ou un Primoz Roglic.

On sera vite fixé!

Mollema le plus malin en Lombardie

Je suis d’avis que Bauke Mollema n’était pas le plus fort samedi sur le Tour de Lombardie.

C’était Alejandro Valverde le plus fort.

Mais c’est Mollema qui a gagné, parce qu’il a été le plus malin.

Ce dernier savait très bien que s’il attendait la dernière difficulté, Battaglia, il avait perdu. Il savait aussi que si la sélection s’était faite dans Sormano, il aurait aussi perdu.

Trop heureux d’être encore là pour la gagne dans Civiglio, il a bien réalisé que le groupe de favoris dans lequel il évoluait au pied de cette bosse risquait de se regarder, puisque ça se regardait déjà. Dans ce contexte, pourquoi ne pas tenter sa chance?

Son attaque fut parfaitement maitrisée, cyclisme101: parti de l’arrière, il surprend tout le monde et créé immédiatement un bon trou.

Ca se regardait tellement qu’après 500m, Mollema avait 20 secondes d’avance. Après un kilomètre, plus de 35 secondes d’avance. En bonne condition, très bon rouleur, Mollema n’allait pas être repris facilement. Et il a été au bout. Il a eu raison!

J’aime ce genre de victoire d’un coureur malin, fin tacticien, et qui fait paraitre les autres grands leaders comme des cadets.

Woods a bien tenté de relancer, puis Roglic, puis Valverde, puis Bernal, mais c’était à chaque fois trop peu, trop tard, surtout qu’on revenait rapidement au jeu de « je te regarde, tu me regardes, il ne se passe rien ». Seul un excellent Pierre Latour semblait vraiment vouloir rouler, frustré d’être chaque fois repris par le groupe pour voir l’allure tomber. Il relançait immédiatement!

Souvent placé, pas souvent vainqueur, Mollema signe là sa plus belle victoire en carrière, à 32 ans. Jusqu’ici, son fait d’arme était la Classica SanSebastian, gagnée en 2016.

Surtout, cette victoire confirme la belle fin de saison de l’équipe Trek-Segafredo, deux semaines après la victoire de Mads Pedersen lors des Mondiaux du Yorkshire. Ca doit faire du bien à cette équipe après la saison en demi-teinte des Richie Porte, Jasper Stuyven et John Degenkolb. Ce dernier sera d’ailleurs l’an prochain avec la Lotto-Soudal.

Bref, ce n’est pas un Tour de Lombardie dont on se souviendra dans quatre ans, mais le vainqueur a beaucoup de mérite pour avoir eu l’intelligence de bien analyser la course, et de s’être rendu au bout.

Bravo Mollema!

Fouillez nos archives!