Nouveau record de l’heure!

La surprise est totale : le record de l’heure (traditionnel) a été battu aujourd’hui par un modeste coureur tchèque de 29 ans appartenant à la formation italienne Aqua & Sapone, Ondrej Sosenka. Ce colosse mesurant 1m98 (!) est toutefois un spécialiste de l’effort solitaire comme en témoigne ses nombreuses victoires dans des chronos de petites épreuves par étape dans les pays de l’Est de l’Europe. À son palmarès, on compte d’ailleurs une victoire au général de la Course de la Paix en 2002. C’est également lui qui avait remporté le critérium très médiatisé l’an dernier fin juillet, critérium auquel avait pris part un certain Lance Armstrong, récent vainqueur de son 6e Tour.

Sosenka a établi la nouvelle marque sur le vélodrome de Moscou, couvrant 49,700 kilomètres dans l’heure (un chiffre tout rond, c’est un peu bizarre mais facile à retenir…). Il a donc battu Boardman, détenteur depuis l’an 2000 du record, de 259 mètres et Eddy Merckx de 10 mètres de plus. Impressionnant.

Une entrevue réalisée avec ce coureur en 2004 est disponible ici pour ceux qui voudraient en apprendre plus sur l’individu.

Quant au Tour de France, on ne sait trop quoi vous dire ce soir. Victoire d‘étape pour Pereiro, c’est une belle satisfaction pour lui suite à l‘étape de dimanche dernier. Evans a aussi osé partir devant, c’est bien. Quant aux autres, c’est toujours la même chose: on reste bien calé dans la roue des Discovery et de Lance. Comme nous, ca en agace plus d’un. Ullrich pousse le bouchon ce soir en affirmant qu’il essaiera encore dans les prochains jours. C’est qu’il fait allusion à son relais plus appuyé (le premier en 3000 bornes sur ce Tour…) dans le haut de l’Aubisque, un relais qui n’a strictement rien donné.

2 Commentaires

  1. Soumis le 20 juillet 2005 à 12:15 | Permalien

    AU NOM DU PERE HEROS

    Réjouissons-nous de la victoire de Pereiro, baroudeur volontaire dans un monde de prudes. Qu’importe les potins, d’avoir vendu ton âme au diable en la personne de Hincapie, tu étais ce jour, le plus fort. Dieu que ton échappée du groupe maillot nous sembla aisée, rejoignant comme un boulet le frêle mais énergique Cadel Evans.
    Et derrière me demanderez-vous ? Hormis les traditionnelles escarmouches des T-Mobiles, justifiant de la sorte leurs salaires, Vinokourov renouvelant à l’infini ces giclettes d’éjaculateur précoce, mourrant quelques hectomètres plus haut. Le salaire de la peur, pour mettre de la peur dans les épinards, craignant un Armstrong à la force et l’humeur proche d’un Popeye, la pipe en moins, bien que le soir après dîner, Sheryl… Enfin, cela ne nous regarde pas.
    Tour de France d’opérette, où les hommes en rose tutu, sordides petits rats, montant en danseuse sur les pointes pour ne point chagriner un Armstrong somnolant. Dors mon vaillant guerrier, tes équipiers veillent sur toi aussi sûrement que les gardes suisses sur les trésors du Vatican.

    Seul fait marquant de cette pâle journée, la fracture de la main droite de Klöden. Ullrich devra donc se contenter de la main gauche, flatterie amicale au plaisir prolongé.

    Pas de Pau ma poule !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. toutouille26
    Soumis le 21 juillet 2005 à 2:57 | Permalien

    si je comprends bien il reste la tige de selle!!!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!