Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Mondiaux à Québec: que fera l’UCI ?

Ce n’est plus un secret pour personne: la ville de Québec est candidate à l’organisation des Mondiaux de cyclisme en 2015.

La candidature de Québec présente d’excellentes chances d’être retenue lorsque la décision sera prise par l’UCI aux prochains Mondiaux de cyclisme à Copenhague en octobre prochain. 

Québec présente en effet de très nombreux atouts. Le promoteur, Serge Arsenault, jouit d’une excellente réputation dans l’organisation de tels événements et possède de nombreux contacts dans le milieu. Déjà organisateur, entre 1988 et 1992, du GP des Amériques, il est l’actuel promoteur des GP de Québec et de Montréal, épreuves inscrites au calendrier World Tour pour plusieurs années. 

La candidature de Québec jouit également d’un appui important des autorités locales, notamment du maire, et l’appui populaire était au rendez-vous lors de la première édition des Grands Prix en septembre dernier. Le choix de Québec cadrerait aussi parfaitement avec un certain principe d’alternance à l’UCI qui veut qu’en moyenne, un championnat du monde sur cinq soit organisé hors d’Europe. Geelong 2010, Québec 2015, ca tombe pile poil… et ca cadre en plus très bien avec la volonté de l’UCI de "mondialiser" le cyclisme.

Bref, Québec a d’excellentes chances de remporter la mise. À mon avis davantage que celle d’obtenir un nouveau colisée payé avec des fonds publics, notamment du gouvernement fédéral !

Sauf que.

Sauf que Québec aura comme adversaire la ville de Richmond, en Virginie, chez nos voisins du Sud.

Cette candidature présente aussi quelques atouts qu’on peut essayer d’entrevoir.

Elle est d’abord située aux États-Unis, permettant elle-aussi de respecter le principe d’alternance de l’UCI. 

Les États-Unis n’ont ensuite pas reçu les Mondiaux de cyclisme depuis… 1986 à Colorado Springs (victoire de l’Italien Moreno Argentin). Le Canada a eu Hamilton en 2003, il n’y a donc pas très longtemps. 

Les États-Unis représentent également un marché considérablement plus important que le Canada (315 millions de consommateurs versus… 34 au Canada). Des compagnies comme Trek ou Cannondale sont des leaders mondiaux du cycle et injectent de grosses sommes dans le cyclisme professionnel, notamment en fournissant des équipes de premier plan. Le Canada a certes Cervélo, mais l’investissement et la taille de la compagnie sont plus modestes.

D’autres sponsors comme Garmin ou encore HTC HighRoad sont bien présents dans le cyclisme et pourraient également faire pression pour obtenir une visibilité accrue pour leurs produits si les Mondiaux se déroulaient aux États-Unis.

De plus, le cyclisme américain perd cette année sa locomotive, Lance Armstrong, qui a immensément contribué au développement du sport aux États-Unis à la suite de Greg LeMond. Les Américains s’intéressent à un sport s’ils ont une star qui y réussit. Si la popularité du cyclisme devait retomber en 2012, 2013 ou 2014 aux États-Unis, l’UCI serait peut-être tentée de relancer le sport en y tenant des Mondiaux qui pourraient correspondre au moment où des coureurs comme Taylor Phinney ou Tejay VanGarderen atteindront la pleine maturité. 

Enfin, il y a Darach McQuaid, frère du président de l’UCI Pat McQuaid, et dont la compagnie, Shadetree Sports, soutient la candidature de la ville de Richmond. Si Darach a récemment affirmé qu’il ne savait pas si son lien fraternel avec Pat pourrait influencer l’UCI dans le choix de la ville retenue pour organiser les Mondiaux de 2015, Serge Arsenault est lui confiant que ce ne sera pas le cas.

Souhaitant de tout coeur que la ville de Québec soit retenue en bout de ligne, espérons que M. Arsenault a raison. J’ai cependant des doutes, l’UCI ne nous ayant souvent pas donné la preuve d’être capable de discernement et de jugement par le passé. N’a-t-elle pas accepté des "dons" de M. Armstrong pour soutenir la lutte contre le dopage? L’UCI a ensuite avoué que ce geste n’était "pas approprié" et avait pu la placer en conflit d’intérêt avec M. Armstrong… De plus, on pourra penser que la proximité de Darach et Pat, qui sont frères rappelons-le, est largement suffisante pour avoir un impact sur la décision finale. 

Quoi qu’il en soit, dans un monde où la politique, l’argent et le business règnent en maître, y compris dans le cyclisme, il est légitime d’affirmer qu’on peut douter de la suite des choses, surtout en connaissant l’existence de ce lien fraternel entre deux acteurs clefs. 

Le meilleur atout de Québec est peut-être, en ce sens, le fait que la décision devra survenir dès l’automne prochain, forçant l’UCI à prendre une décision dès cette année et peu de temps après les GP de Québec et de Montréal. Le soutien populaire et la qualité de l’organisation lors de ces épreuves pourraient bien être un élément déterminant au moment de la décision finale… comme les risques liés au potentiel de scandale que représente l’enquête en cours aux États-Unis sur une fraude sportive au sein de l’US Postal et dont les acteurs centraux seraient Lance Armstrong, Johan Bruyneels et TailWind Sports.

Partager

Précédent

Le tour de l’actualité cycliste

Suivant

Sélection des équipes pour le Tour: un choix logique

14 Commentaires

  1. Soyeux

    Sortir d’Europe serait une bonne chose. Le cyclo-doping est loin d’être un sport international (vu le prix des vélos de vos champions, on comprend facilement pourquoi le Kenya préfère investir dans les Marathons plutôt que dans le Tour de France – le vélo pratiqué en compétition est un sport de riches).

    J’espère que les Championnats du Monde de Cyclisme 2015 n’auront pas lieu.

    Investir dans des épreuves de ce type, c’est perdre de l’énergie pour des choses qui n’en valent pas la peine.

    Idem pour les JO, la Coupe du Monde de Football, etc.

    Encore que pour les Championnats de vélo, les dégâts environnementaux sont faibles par rapport aux JO 2018 que certains veulent accueillir près de chez nous, à Annecy, en France.

    Le sport-business souffre de mégalomanie (« bientôt les stades climatisés dans le désert! », merci Zidane, le vendu!); les contribuables et l’environnement en paient les conséquences. A Grenoble, on nous a rasé un grand espace vert pour nous imposer un stade de 20000 places à 80 millions d’euros; un stade qui ne sert à rien et qui accueillera vraisembablement l’an prochain une équipe de quatrième division… la mairie a l’espoir secret de remplir un jour 5% des tribunes!

    Je préfère de très loin les petits non événements sportifs locaux et modestes. Evénements sportifs? Quelle connerie! La révolution tunisienne est un événement; les Mondiaux de vélo, c’est du vent.

    0
    0
  2. thierry mtl

    A la lecture de ton analyse, je me doute vers quoi l’UCI penchera. Ca penche déjà pas mal.

    p.s: L’exclusion de Geox TMC du prochain Tour est des plus discutable. Empêcher Menchov d’y participer (2e en 2010 ???), c’est pathétique. Je meurs vraiment d’envie de voir l’équipe SAUR-SOJUN sur le Tour à sa place.
    Une fois Contador et Menchov bien tassé. Le super team Léopard farouche (que MC QUAID aime beaucoup) des Shrecks, aura vraiment le champs libre. Va y Andy ! T’es seul ! Alors même si ta chaîne saute…

    0
    0
  3. plasthmatic

    « le vélo pratiqué en compétition est un sport de riches » ???
    Je sens là (riche) comme une valeur, négative.

    « La révolution tunisienne est un événement ».
    Je pressens là (événement) encore une valeur, positive cette fois.

    Bon, la révolution française, notre événement fondateur paraît-il, qui elle n’a même pas viré un salaud (anniversaire de son exécution demain), contrairement aux tunisiens d’aujourd’hui, ça a donné ce qu’on sait … Troisième République, 1870, il aura donc fallu 81 ans. Et encore, après il y a eu Dreyfus, puis encore Jaurès assassiné par le pouvoir, évidemment, à la veille de la grande guerre, pour se souvenir que l’enthousiasme n’évite ni les meurtres, ni les viols, ni les spoliations.

    Mesure.

    0
    0
  4. Vincent

    @Soyeux

    Euh c’est un blog sur le cyclisme ici, amateur et professionnel. On est tous intéressé par la chose et les Mondiaux aussi. Tu es bien le seul à penser cela. Et puis le soulèvement en Tunisie est important mais c’est pas le sujet du billet et encore moins du blog alors… comment j’pourrais dire ça gentillement?! … Va voir ailleurs?!

    0
    0
  5. Soyeux

    Evidemment que le vélo pratiqué en compétition est un sport de riches. Ca coûte combien un cadre carbone équipé Dura Ace? 6000 euros? 2 minutes de travail d’un Bill Gates. 6 smic. 15 rsa. 10 ans de travail d’un somalien. Certes, tout dépend du référentiel auquel on se réfère.

    Je n’ai fait que parler du devenir du sport professionnel. Je n’ai nullement abordé d’autres sujets. C’est l’auteur du site qui parle d’événement (« Le promoteur, Serge Arsenault, jouit d’une excellente réputation dans l’organisation de tels événements et possède de nombreux contacts dans le milieu. »): je ne cite la révolution tunisienne que pour redonner à événement le sens que j’estime être le sien.

    J’aime le vélo, mais je déteste le cirque businesso-médico-médiatico-artificiel qui encadre le milieu professionnel actuel. Les Mondiaux au Québec? Les Mondiaux au USA? Je donne mon opinion: pas de Mondiaux.

    Que j’aille voir ailleurs? Très bien, mais j’apporte juste une précision: le cyclisme appartient autant aux membres du Fan Club de Cancellara qu’au petit vélotaffeur ou qu’au papy qui va faire son marché à vélo le dimanche matin. Je ne crois pas être le seul cycliste à boycotter le cyclisme professionnel, je crois même que la majorité des cyclistes sont comme moi.

    Dans les sectes, seule la parole du gourou a de la valeur, et on fout l’étranger dehors en lui donnant un bon coup de pied au cul.

    0
    0
  6. Vincent

    Fâché noir le p’tit-soyeux… il porte mal son nom!

    « je déteste le cirque businesso-médico-médiatico-artificiel qui encadre le milieu professionnel actuel. »

    C’est des PROS, c’est leurs gagne-pains et toi tu travailles?

    Même si ça serait moins artificiel ça resterait du business pareil!

    Ne mélangeons pas les choses! Y’a vraiment plus de choses scandaleuses bien avant la venue des Mondiaux! – Que les États-Unis dépensent l’équivalent du PIB de l’Afrique au grand complet pour la défense national on pourrait s’en scandalisé mais PAS ICI!!! C’est un blog sur le vélo est « sens de l’évènement » de la Tunisie on s’en ca… (proverbe québécois)

    « Je ne crois pas être le seul cycliste à boycotter le cyclisme professionnel, je crois même que la majorité des cyclistes sont comme moi. »

    T’as vu les images de l’Alpe d’Huez l’an passé? Et l’autre année d’avant? Et v’la 2 ans? .. à non c’est vrai tu boycottes! … plus d’un million de spectateurs sur place, sans compter la diffusion TV. Une majorité de cycliste boycotte? J’crois pas non, alors cessons les bêtises tu veux?

    0
    0
  7. Batrick P

    Anniversaire aujourd’hui, Plasthmatic.

    Pas tout à fait lu la même chose. « Le vélo en compétition, un sport de riche? » Peut-être pas encore (en France), mais déjà plus un sport où le peu aisé a sa chance au départ, donc, une réalité. Une valeur négative? Je partage un peu, un peu seulement, même si je sens comme tu dis un peu trop de passion.

    « « La révolution tunisienne est un événement ».
    Je pressens là (événement) encore une valeur, positive cette fois. ». Je n’ai pas senti là de valeur, juste une remise à leurs places respectives.

    Et puis il y a là comme un « haro sur le baudet ». Parler en son nom est une chose, assimiler la position des autres à la sienne en est une autre, tout comme décider de quoi ce site est le lieu. Il me semble que seule une personne a ce pouvoir, non?

    Interdiction de départ pour un podium de l’année précédente, il y a bien quelque chose qui ne va pas. Mais bof, événement… mineur.

    Pas comme celui qui fait anniversaire.

    0
    0
  8. plasthmatic

    J’ai écrit le 20 Patrick, donc c’était demain, enfin, aujourd’hui …
    C’est le genre de formulation qui me fout les ch’tons. Même en occultant le contenu malhonnête. Toute assimilation grossière l’étant, malhonnête. Et là, on dépasse le « grossière ».
    Bon, s’il s’agit de dire que le matériel vélo n’est pas à la portée de toutes les bourses (salaire médian 1600 € en France) étant donné le coût indécent du matériel, ben il suffit de le dire, comme ça par exemple.
    S’il s’agit de mesurer que toi comme moi on est riches en regard de la condition faite à une large part de l’humanité, il suffit de le dire aussi, comme ça pourquoi pas. Mais Soyeux aussi, parce que rares sont les « occidentaux » que j’excluerais de la catégorie.
    S’il s’agit de dénoncer l’infect gavage d’un nombre non négligeable de parasites vivant sur le compte du cyclisme de compétition, faut le dire une fois de plus encore comme ça.
    S’il s’agit de dénoncer l’énorme perte de sens desdits événements sportifs, dits majeurs, et en se cantonnant au cyclisme, ben de ça on peut causer, et on va même trouver des points d’accord, compris avec Vincent (je la trouve mesurée moi ta réponse ; c’est juste Patrick qu’a choisi de la lire au premier degré), compris avec Vincent j’en suis convaincu. Eh Patrick, comme moi tu vas mater le Tour des Flandres, et si t’es sur la machine pour cause de trop beau temps, ben tu le programmeras dans ton disque dur … Le Tour de france, comme moi moins certainement. Et tout ça n’ayant rien de rationnel, ni raisonné, et pis merde quoi …
    Mais c’est tellement pratique les formules assimilatrices, allez, tiens je t’en fais une comme ça au vol, innocente : juin 44, toute jeune (ou moins jeune) femme étant tombée amoureuse d’un soldat allemand est une collabo.
    A la tonte …
    PS : la conscience morale n’est pas le propre du procureur, fut-il le procureur du Bien. Hum …

    0
    0
  9. Soyeux

    Pardon d’avoir heurté: le compétiteur cycliste n’est pas riche, il est « riche en regard de la condition faite à une large part de l’humanité ». Et les vieux ne sont pas vieux, ce sont des personnes du troisième âge.

    Je dis « riche », on me compare à un épurateur faisant la chasse aux collabos. Puis, on me dit « Mesure ». Mesurez.

    (En réalité, en disant « riches », je songeais plutôt aux compétiteurs pouvant viser l’élite professionnelle; et en sortant « des vélos à 6000 euros », je ne pensais pas que j’allais pêcher plus large et ramasser des cyclosportifs dans les mailles de mon filet.)

    Un sport de riches? Un propos scandaleux? Bof… j’illustre:
    Le petit Marcello, fils d’une smicarde (1000 euros/mois) et d’un père au chômage (450 euros/mois), a deux frères; il veut faire des courses de vélo. Ses parents ne peuvent lui payer qu’une monture de 12 kgs, alors que ses copains roulent sur des objets de 7 kgs. Dès qu’il y a une petite bosse, Marcello est largué. Il en a marre, il arrête et se dit: « le vélo, c’est un sport pour les riches! ». En entendant un truc pareil, on lui balance: « Fais gaffe, tu vires démago, mon petit » et on lui rappelle que « le cyclisme est un sport où le peu aisé à sa chance au départ ». Il a du mal à y croire.

    Ah, le pauvre petit Marcello! Pour le consoler, j’aurais bien envie de lui dire: t’as rien perdu, au contraire.

    Pour monter du particulier au général: je vous invite à aller compter le nombre de cyclistes professionnels dans les pays qui sont au-delà de la 15ème place dans le classement PIB/habitant.

    Bref.

    Je m’interroge simplement sur le prix que les cyclistes sont prêts à mettre dans leur vélo (je pourrais m’interroger sur l’argent que les américains sont prêts à mettre dans leur défense, mais ça me semble hors sujet: une chose à la fois). Je vois 5000, 7000, 15000 euros… ça me semble fou dans la mesure où on peut pédaler heureux en investissant 20, 40, 100 voire même 500 fois moins.

    La compétition, l’obsession du chrono peuvent pousser les individus et les sociétés à des dépenses qui me paraissent excessives, voire même nuisibles. Ce n’est qu’une opinion parmi d’autres: je n’impose rien à personne: qu’on ne me dise que je suis intolérant. L’individu fait bien ce qu’il veut, mais lorsqu’il s’agit de la société, la parole de chacun mérite d’être entendue.

    Une ville qui investit des centaines de milliers d’euros pour accueillir une étape du Tour ou les Mondiaux de vélo, je trouve que c’est du gâchis de ressources.

    0
    0
  10. bernard

    BEN DITES DONC 9messages… la je me marre bien.PIS JE ME FAIS BIEN CHIER a lire toutes ces conneries; allez feu

    0
    0
  11. plasthmatic

    Et bien je vais en ajouter un Bernard, ne t’en déplaise.
    Soyeux : je ne te compare pas à un épurateur, j’ai comparé ta formule à cet autre type de formule, l’analogie s’en tenant strictement là.

    Le pire dans tout ça, c’est que je suis d’accord avec tous tes écoeurements … pour les vivre moi aussi … Patrick te le confirmerait au besoin.

    Ce genre de formule me fout les ch’tons, ça c’est vrai, d’autant venant de ton côté, certainement que je te prête une qualité de pensée largement au-dessus de la simplicité dangereuse de ces assimilations, dont je sais ce qu’elles produisent. Des doigts pointés, a minima.

    Enfant comme ado aujourd’hui, avec le métier de mon père et ma mère au foyer, je ne faisais pas de vélo, c’était réglé avant même d’y songer. D’ailleurs j’ai commencé à 36 ans. Et j’ai pas été malheureux, au passage …
    Aujourd’hui, avec mes 2000 euros mensuels, une épouse salariée, mais aussi quatre enfants, je me promène avec une valeur de 3500 euros sous les fesses, et je m’en tiens là. Pas de textiles en dehors d’une réelle nécessité, très rare, pas de gadjets, un compteur sigma à dix-huit euros par exemple. Et je mesure bien, non le privilège mais la possibilité, de pouvoir me payer déjà ça, pour ne l’avoir pas pu en début de ma carrière.
    Bon, Bernard va encore m’engueuler, tant pis.

    0
    0
  12. bernard

    mais non plast, je peux pas t’engueuler, j’ai la gorge encombrée de sanglots!!!

    0
    0
  13. plasthmatic

    Ben faut pas, je fais partie de la petite bourgeoisie aisée quand même …

    0
    0
  14. Batrick P

    Soyeux, tu m’as peut-être mal lu (commentaire 7).

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.