Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Mon entrainement hivernal

Je prends au bond la balle lancée par mon ami Z Boy: mon entrainement hivernal?

C’est Michele Bartoli, quelle classe sur un vélo!, qui le disait: pour être un bon cycliste, il faut faire du vélo.

Par transposition, on pourrait aussi dire que pour être un bon fondeur, il faut fondre. Oups, faire du ski de fond.

Pour être un bon nageur, il faut nager.

Et pour être un bon menteur, il faut être Lance Armstrong. Oups, celle-là a pas rapport… Scusez-moi.

Comme mon sport est le cyclisme, mon entrainement hivernal est établi en fonction d’être opérationnel sur mon vélo dès la reprise, quelque part vers la mi-mars au Québec. J’aime être opérationnel sur mon vélo rapidement, de quoi donner des remords aux petits copains qui l’ont coulé douce l’hiver venu. On ne se refait pas.

Mon secret? Pas de secret. Juste des principes simples.

Le premier, c’est la régularité. Comme dans d’autre chose d’ailleurs. Pas la peine de faire 1h de home-trainer si on n’y touche plus pendant deux semaines après!

Donc quand je commence, je ne m’arrête plus. La motivation est essentielle. Cette motivation suppose de s’être fixé des objectifs. Les miens en 2013? Je vous les dis pas, lalalère… Ils sont toutefois nettement moins ambitieux que ceux de 2012, mais ceux de 2014 sont nettement plus ambitieux que ceux de 2012. Vous suivez?

Bon, et d’un.

De deux, les intervalles. Faut souffrir pour être beau! Fini la récréation.

Parce que la science, notamment celle de Guy Thibault, nous a prouvé qu’avec un nombre limité d’heures d’entrainement par semaine, on peut être très performant. À condition que ce nombre d’heures limités soit bien investi. Je ne parle évidemment pas de mon budget dopage ici!!!

J’ai deux enfants, une conjointe pas cycliste (une chance, y’a assez d’un freak dans cette maison!), une maison justement, un boulot très, très prenant et à temps plein (pas 35h par semaine, 38,75 je précise), et d’autres intérêts dans la vie que de simplement m’entrainer dans mes loisirs (notamment faire La Flamme Rouge et la porno – je déconne pour La Flamme Rouge…).

Donc « nombre d’heures limités », ca veut dire pour moi entre 5 et 7h d’entrainement par semaine l’hiver. Ca monte entre 7 et 10h durant l’été, avec les sorties du samedi matin, souvent plus longues. Crevaisons et défaillances non incluses.

Alors, ma semaine?

Ca commence par du repos: lundi off! C’est ti pas cool, ça?!

Mardi, home-trainer. Je déteste ce putain d’engin. Mais je m’y astreins (je suppose en pratiquant la dissociation – ca va me coûter cher de thérapie à 60 ans!), car les bénéfices sont astronomiques.

Au menu, 70 minutes de home-trainer, avec des intervalles d’abord courts, en ce moment, puis plus longs à mesure qu’on se rapproche de la mi-mars. En ce moment, les EPIC Ultime de Guy sont exquis… de souffrance ultime! Je ne sais pas si je dois maudire Guy ou le remercier, mais je me raccroche à ses paroles pour me motiver: à chaque EPIC Ultime de complété, c’est un gain de 3 watts en PAM… Faisons le calcul: 3 EPIC de fait cette année, ca nous fait donc 9 watts de PAM estimée. Ca doit pas être loin de ca si je me fie à mes sensations actuelles!

Le mercredi, muscu et gainage. Là, je diversifie: natation, Compex (à ne pratiquer que seul, sous peine de se faire ramasser pour être placé à Pinel…), c’est selon. Parfois du ski de fond aussi, en soirée, mollo, et ce sont les bras qui travaillent davantage que le reste. Environ 45 min à une heure max.

Le jeudi, rebelotte: home-trainer, intervalles. 70 min. Putain de home-trainer… Pour passer le temps, c’est parfois SufferFest au menu. Dans mon cas, c’est plus « Suffer » que « Fest ». Et mon dicton est « I will beat my ass today to try and follow yours tomorrow »…

Le vendredi, off. Sachons vivre et sachons surtout rester en couple… (version officielle) ou préparer la fin de semaine (version non-officielle)…

Le samedi, sortie longue et parfois intense en ski de fond (skating, souvent en fartlek). Souvent seul. En ce moment, c’est du 2h ou 2h30 environ. Dans un mois, ce sera 3h, puis je terminerai fin février par deux ou trois sorties de 3h30 ou 4h, pèlerinage vers la « Tour à feu » du Parc de la Gatineau oblige.

En cas de mauvais temps ou de températures nécessitant l’usage de vaseline dans le visage (j’ai passé l’âge), comme en ce moment au Québec, c’est en pestant une fois de plus contre mon home-trainer que je me rabats sur cet engin de malheur, pour 80 minutes et divers exercices: one-leg intervals (5×45 sec pour chaque jambe), intervalles plus longs et parfois en escalier (5 – 7 – 10 – 7 – 5 min), à une PAM moindre que pour les EPIC bien sûr, ou encore un « steady ride » à X nombre de watts constants, question de voir ou j’en suis (nous avons tous nos petits tests).

Le dimanche, ski de fond si home-trainer le samedi, et ski de fond ou home-trainer si ski de fond le samedi. Vous suivez? Il faut savoir se donner du lousse, selon nos envies, en cette période de l’année. Donc je choisis.

Si home-trainer, au menu muscu et gainage, avec gros braquets (du style 5x5min à 50 de RPM, suivi de 5min à 110 de RPM, sur braquets plus petits), avec en complément mon Compex (dépendemment de la sortie de la veille!). Si ski de fond, l’intensité dépendra de la sortie effectuée la veille. Comme dit Z Boy cependant, pour rester dans des zones d’intensité faible en ski de fond, il faut se parler souvent… et moi, je ne me parle presque jamais.

Parfois, le dimanche, c’est aussi ski alpin en famille (ne rigolez pas, les cuisses travaillent méchamment si, comme moi, vous faites 20 virages aux 10 mètres, sur le bord du bois, dans un corridor fictif de 3 mètres de large).

Voilà donc pour l’entrainement. J’en étais où? Ha oui! De deux.

De trois, une telle recette hebdomadaire doit évidemment se coupler d’une meilleure alimentation: moins d’alcool, plus de fruits et légumes, vous voyez le topo. « Doit évidemment se coupler »…

Habituellement (c’est à dire avant mes 42 ans…), un tel programme me permettait d’être assez bien sur le vélo au printemps: l’endurance est là grâce au ski de fond, les jambes sont là aussi grâce au home-trainer et à la muscu/gainage, et l’intensité est potable, sans être parfaite (c’est jamais tout à fait pareil sur route que sur home-trainer). De plus, les deux journées de repos (oups, je voulais dire de rénovation – ma blonde va peut-être lire ces lignes) par semaine durant l’hiver me permettaient habituellement d’en garder sous la pédale pour la saison sur route.

Le hic dans tout ça? Le hic, c’est que j’entends déjà ceux qui me connaissent rigoler d’ici. Ils savent trop bien que je commets des erreurs parfois. Nul n’est parfait, et je confesse devant vous aujourd’hui une petite tendance à en faire beaucoup, lorsque je reprends l’entrainement (je dois être le seul être humain sur cette planète à s’être intoxiqué à la tisane de prêle depuis le 1er janvier cette année), comme un petit côté à dramatiser ma condition physique (je ne pousse pas 9 watts en ce moment, mais 18).

J’en connais d’autres qui se cachent pour s’entrainer! Voilà un autre sujet, Z Boy!

Partager

Précédent

Le Tour de l’actualité

Suivant

Une nouvelle cyclosportive au Québec

12 Commentaires

  1. DAVID

    Ta plume est TOP et surtout pertinente !

    Si tu viens pédaler vers le Ventoux , fais moi signe .

    Patrick David

    Avignon France

    0
    0
  2. Bravo Laurent! La classe pour dire les choses simples ! Tu nous rappelles, malgré la faible estime que tu portes à l’engin de torture en intérieur (beueueurk), qu’il faudrait s’y remettre. Car ses vertus sont nombreuses et avec l’aide précieuse de Guy Thibault, on peut atteindre des sommets ! Nous, c’est également ski de fond en ce moment (sans home-trainer donc, mais on va s’y remettre promis…), tu nous mets l’eau à la bouche et la bave aux lèvres avec tes sorties ski de fond au Canada… Huuummm… On s’y voit déjà… En tout cas, et suite à la demande de beaucoup, cet article amène une bouffée d’oxygène à La FR et nous fait oublier le reste de la triste actualité cycliste…

    0
    0
  3. sylvain

    T’as pas pu t’empécher de parler de Lance et de dopage, INCORRIGIBLE LE GARS,beau papelar à lire signé une grenouille….

    0
    0
  4. sylvain

    T’as pas pu t’empécher de parler de Lance et de dopage, INCORRIGIBLE LE GARS,beau papelar à lire signé une grenouille….

    0
    0
  5. zboy

    On gage que tes nombreux lecteurs vont apprécier ?

    Je le répète, parler de performances hors-norme, plus personne sur ce site n’est dupe et s’y rattache. Par contre je te parie que bien de tes lecteurs ont comparé la raison de tes « off » les vendredi aux leurs !!!

    0
    0
  6. Philippe

    Salut Laurent,
    super le billet sur l’entrainement. Le genre de billet que j’aime lire. Content de voir que le ski de fond va rapporter au niveau endurance. Lache pas l’entrainement et continue d’écrire des billets de ce genre.

    0
    0
  7. Yves

    Salut Laurent, Très intéresant.

    comment trouves-tu ou compares-tu les résultats du Compex vs Musculation en salle ?

    0
    0
  8. Sebastien Lamarre

    D’abords, merci pour cette chronique plus personnelle que éditoriale. Un blog, c’est avant tout quelqu’un; l’actualité n’étant qu’un sujet parmi d’autres…

    Ceci dit, je pense qu’on a tendance à légitimer sa perspective, comme on a tendance à trouver que son propre vélo est le meilleur… Michele Bartoli n’est pas Edvald Boasson Hagen; je veux dire ici que Hushovdt, Nordaug et autres Norvégiens ne contrediraient pas l’assertion de l’italien, mais lui expliqueraient sans doute qu’en hiver, le mauvais ski de fond est mieux que le meilleur vélo… Ça ne s’applique pas en Toscane (Bartoli est natif de Pise)

    Et puis on est pas des pros!

    Pour la rebelotte; j’ai 43 ans, job à 37.5 heures.

    l’hiver c’est relax:
    Je spinne sur le vélo pour gader la vitesse de jambe et la position mains au bas du guidon le plus possible.
    Lundi: muscu tronc/dos et 30 min de spin
    Mardi muscu jambes avec veste lestée, 30 min spin
    Mercredi: natation (intensité) 30 minutes au max
    Jeudi: petite sortie de ski de fond si possible, sinon intervalles 8×3 minutes sur stationnaire.
    Vendredi: repos, soirée avec madame ma femme.
    Samedi: cette journée est dédiée aux enfants, mais cela implique souvent de beaucoup bouger, ski de fond, jeux dans la neige, voir piscine.
    Dimanche: Longue sortie de ski de fond. Le plus beau sport au monde!

    En mars, ce sera le mode printemps, on intensifie les sessions courtes de stationnaire, et on en ajoute quelques plus longues… Le skating sera privilégié pour cause de fartage simplifié, et le vélo sortira dès que possible. La natation restera un mode d’intervalles longs car il élimine le risque de blessures fréquentes pour moi en course à pied.

    Ce qu’il faut lire ici, c’est que chacun s’adapte aux conditions et selon ses moyens: Le truc Compex, les vidéos de Sufferfest, j’ai pas les moyens.

    Mais je vais aller m’adapter de ce pas un petit quelque chose de ce monsieur Thibault…

    0
    0
  9. BP

    « (bien que je ne suis pas tellement chaud à être le héros public de mes aventures personnelles qui n’intéressent personne! », écrivais-tu ( http://laflammerouge.com/mise-au-point-sur-la-flamme-rouge/ ).
    Tu vois qu’elles n’intéressent pas que moi!

    0
    0
  10. Franck SIMON

    Commme je ne sais pas comment communiquer avec toi, je me permets de mettre ce lien video. On peut vraiment faire n’importe quoi avec un Pinarello Dogma.

    0
    0
  11. Cyclick

    Laurent, un programme bien chargé effectivement, mais tu sais que tu pourrais être plus performant encore si des « petites substances » tu prenais…

    Tu pourrais faire comme Lance et te laisser tenter par le côté obscur de la force…

    Des blagues bien sûr! 🙂

    0
    0
  12. Etienne

    Pas besoin de demander à Lance , bien plus accessible; demander à l’équipe Louis Garneau, ils ont les mêmes trucs..

    🙂

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.