Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Mike Woods: une 2e place à saveur de victoire

Le coureur d’Ottawa Mike Woods a donc terminé 2e du général du difficile Tour de l’Utah hier.

Une 2e place à saveur de victoire, sans aucun doute.

Car il y a du beau monde derrière lui: Frank Schleck, Chris Horner, et beaucoup d’autres.

Pour Woods, c’est une confirmation de son talent déjà pressenti depuis longtemps chez ceux qui le connaisse un peu.

Et, espérons-le, un tremplin vers une équipe professionnelle plus étoffée, afin qu’il puisse participer aux plus grandes courses.

La victoire est revenue au jeune Joe Dombrowski (24 ans) chez Cannondale. Il s’était notamment révélé sur le BabyGiro en 2012, remportant le général et deux étapes. Il continue manifestement sa progression. Frank Schleck, un revenant, est 4e, Chris Horner 5e.

Terrible accident

Les images de l’accident subit par Matt Brammeier lors d’une descente de la dernière étape du Tour de l’Utah sont spectaculaires. Ouch! Ca aurait pu être bien plus grave encore, puisque d’autres coureurs vont au tapis juste après, selon le même scénario, c’est à dire un choc avec un véhicule de la course.

Savoir descendre en contrôle de sa vitesse est un must. Il vaut parfois mieux perdre 10 secondes que d’aller au tapis.

Partager

Précédent

Mike Woods: enfin une belle!

Suivant

Froome: vers un premier doublé Tour-Vuelta?

11 Commentaires

  1. thierry mtl

    Horner n’a pas pu faire la différence. Il n’avait pas la même vélocité que les années précédentes et son équipe est faible. Mais c’est son choix.

    Dombrowsky a bien profité du leadership que lui procurait le retrait de Danielson. Il sera intéressant de le voir sur la Vuelta. Il a le physique de l’emploi et il était facile samedi, comme dimanche. Sur cette dernière étape, il en avait encore sous la pédale.

    Pour Danielson, cette affaire de testosterone est quand même bizarre. Lui qui disait autrefois avoir succombé au dopage par la pression ses coéquipiers (on sait qui) et qui en a fait pratiquement une dépression. En tout cas, ceux qui le connaissent paraissent vraiment surpris.

    Y a t-il un début d’invasion africaine ? je crois que oui.

    Pour la vidéo: un mot : Ouch!

    0
    0
  2. Michel M

    Les véhicules qui essaient de dépasser les cyclistes n’importe où …. faut vraiment faire quelque chose au niveau de l’UCI

    Dans le vidéo ci-dessus, la voiture coupe une des lignes du cycliste, c’est peut-être pourquoi il rentre aussi vite dans la courbe. S’il arrive très vite et qu’il doit sévèrement corriger sa trajectoire, il ne peut pas freiner et ça donne à peu près ce qu’on voit ci-dessus. je ne blâmerais pas trop vite le cyliste comme le fait l’auteur ici.

    c’est quoi, le 15e accident de ce type cette année ??

    0
    0
  3. Christophe

    Michel M, d’après cette autre vidéo : http://www.dailymotion.com/video/x30zdpa je crois que voiture ou pas Brammeier a commis une erreur et ne pouvait éviter la chute.

    0
    0
  4. Patrick

    La chute, non, heurter une voiture (plus tôt, plus vite, avec moins de temps pour voir venir), oui. Imagine-toi, c’est pas pareil, non? Et encore, on ne sait pas ce qu’il y avait avant. Ce qu’on sait, c’est que les voitures passaient au beau milieu des coureurs. Incroyable que ce ne soit même pas ça qui fait débat, qu’on ait admis que les coureurs doivent gérer aussi les voitures et les motos. Et ça se produit sans cesse et on ne dit plus grand chose de cet immense scandale (encore Van Avermaert à San Sebastian). C’est gravissime, bien plus encore que le dopage. Lequel est un problème complexe. Tandis que là, c’est très simple. Les voitures et les motos (rares) derrière les coureurs.
    Hors de cette question cruciale, ce passage posait (et posera) un problème crucial de tracé de la route, rendu évident par les trajectoires et perceptible à l’oeil. Un peu comme ce virage dans la descente du Portet d’Aspet dans lequel tant de coureurs sont tombés et sérieusement (tiens, Claveyrolat) avant Casartelli. Je m’en souviens, je le disais avant la trop fameuse étape du tour 1995 qu’il ne fallait pas y faire passer de course… Comme la descente de Menté qui la suit (toutes deux mal tracées, tournants et virages qui déversent).
    Il manque une conscience collective aux coureurs qui devraient agir contre tous ces véhicules motorisés (qui en plus faussent les courses).

    0
    0
  5. thierry mtl

    Patrick à raison. Il aurait dû finir sa course dans le bois et bénéficier de 10 mètres supplémentaires de décélération.
    Toutes ces autos et motos « dans » les coureurs lors d’une telle descente, ne sont pas à leur place. Le danger est évident. En plus de leur surnombre sur plusieurs courses, ils s’autorisent une priorité qui ne leur appartient pas.

    0
    0
  6. claude

    Bonjour à tous!

    En regardant à plusieurs reprises cette vidéo, je ne peux m’empêcher de constater que plusieurs cyclistes ne semblent pas « trouver » leur ligne de course. Ils descendent un peu partout sur la route et quelqu’uns freinent à la limite du dérapage. Pour ce qui est du malheureux qui a fini sa course sur une voiture d’équipe, je ne suis pas certain que de l’avoir terminée dans le bois l’aurait épargné de graves blessures.

    Bien sûr, je suis d’accord avec vous en ce qui concerne les trop nombreuses voitures et motos qui serpentent en plein milieu des cyclistes, c’est un réel problème auquel l’UCI devra trouver une solution.

    0
    0
  7. Vincent C

    Je suis d’accord avec Patrick, les voitures sont partout maintenant.

    Il faut dire que la course se fait autrement, les coureurs y sont pour quelque chose aussi; c’est quoi l’idée de rouler sans bidons, de prendre une gorgée et la jeté après? Les voitures doivent venir ravitailler constamment les coureurs et leurs donner (trop) de rétro-poussettes.

    En plus d’être polluant (les bidons et le nb élevé de voitures), elles peuvent être dangereuses!

    0
    0
  8. Michel M

    Christophe, franchement je ne sais pas … dans ta vidéo on voit certains cyclistes précédents qui ont besoin d’espace en ligne droite pour réduire leur vitesse avant de prendre cette courbe que l’on devine « surprenante » pour plusieurs.

    Si le cycliste aperçoit une voiture occupant l’espace dont il a besoin pour réduire sa vitesse, le réflexe peut être de freiner trop fort, ce qui mène à bloquer une/des roues, perte de contrôle, etc

    Au delà de ce questionnement qui restera de l’ordre des suppositions, ce qui est clair c’est que la voiture « suiveuse » se trouve à un endroit où elle ne devrait pas être à ce moment-là, c’est à dire à travers des cyclistes qui foncent à tombeau ouvert pour rattraper un peloton qui les a décroché précédemment.

    0
    0
  9. fred

    Brammeier arrivait définitivement beaucoup trop vite dans dans le virage, voiture ou pas c’était une chute assurée , si la voiture était pas là il s’en allait direct dans bois et emportait quelques spectateurs avec lui…

    0
    0
  10. Patrick

    Toutes ces voitures et motos entre les coureurs en pleine descente étaient là avant le virage. Ne penses-tu pas qu’elles aient pu gêner les cyclistes avant le virage? Bizarrement, les coureurs n’arrivaient pas dans le virage par l’extérieur, pour ensuite fixer le point de corde. Comme si quelque chose les en empêchaient en amont. Ces gars savent prendre des trajectoires. Que tant se plantent à ce point… Conjonction, la route fait clairement un toboggan juste avant la courbe, et celle-ci semble déverser. Quoi qu’il en soit, ma position est qu’il ne doit pas y avoir de véhicules motorisés à proximité des cyclistes, surtout en descente. Par ailleurs, bien sûr qu’un cycliste peut commettre une erreur de trajectoire. De là à accepter de lui ajouter des obstacles…

    0
    0
  11. Aronnax175

    Bonjour Laurent,

    Avec un peu de retard, je veux revenir sur la deuxième place au général de Mike Woods.
    Très chanceux le gars; Il chute à 300 mètres de l’arrivée, entièrement par sa faute. Il a donc bénéficié d’une application très large du règlement sur la neutralisation dans les trois derniers kilomètres en cas d’accident.
    Je peux te dire que si les commissaires qui ont disqualifié Sepulveda sur le Tour de France avaient été en charge du Tour Of Utah, la décision aurait été bien différente.

    Mais cela dit, il a fait tout un numéro lors de cette dernière étape.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.