Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Lombardie: Nibali dans la descente!

C’est en passe de devenir une mode dans le cyclisme d’aujourd’hui: attaquer dans les descentes!

Il y a pas si longtemps de ca, de telles attaques étaient perçues comme l’apanage des cyclistes ne sachant pas courir.

Aujourd’hui, dans un cyclisme moderne très resserré, où beaucoup de coureurs sont en excellente condition, l’attaque dans les descentes redevient une façon de surprendre son monde.

Vicenzo Nibali nous en a donné un exemple concret hier, partant dans la descente du Civiglio pour aller gagner en solitaire le Tour de Lombardie.

Payez-vous les images de sa descente: à couper le souffle. Et à de nombreuses reprises, il est évident que Nibali était limite-limite, à l’extrême limite. Un centimètre de plus et c’était le rail, le fossé, ou le mur!

Chose certaine, et pour avoir descendu de nombreux cols en Italie cet été, il faut une sacré paire de couilles pour descendre de la sorte. Je ne suis pas un manche dans l’exercice, mais à ce niveau, on apprécie la prise de risques.

Avec cette victoire, sa première sur une « Grande Classique », Nibali « sauve » en quelque sorte sa saison: jusqu’ici, il n’avait que le Championnat d’Italie et une étape du Tour à mettre de l’avant, bien peu pour le vainqueur du Tour 2014.

Cette victoire lui permettra peut-être de négocier un contrat dans une nouvelle équipe pour 2016, car avec Aru chez Astana, ca devient compliqué pour le Requin de Messine qui, de surcroit, n’apprécie pas Vinokourov, c’est connu.

L’Espagnol Daniel Moreno chez Katusha termine de façon surprenante à la 2e place juste devant un excellent Thibault Pinot qui décroche là le premier podium depuis 1997 (victoire de Laurent Jalabert) pour la France sur cette épreuve.

Vainqueur de la Flèche Wallonne en 2013, Moreno serait à la recherche d’un nouveau contrat lui permettant de rester en WorldTour l’an prochain. À 34 ans, la performance offerte hier a de quoi surprendre… et je crois que ce coureur est à risque d’une mauvaise nouvelle au cours des prochaines semaines, les ingrédients de la tentation étant tous réunis.

Pour le reste, tout le monde est à peu près à sa place sur ce Tour de Lombardie: Valverde termine très bon 4, peut-être un peu cramé de sa longue saison. Gallopin entre encore une fois dans les 10 premiers, confirmant sa bonne saison, Vuillermoz et Bardet sont dans les 20 premiers, le tout me semble assez cohérent.

La déception vient plutôt du côté de Philippe Gilbert chez BMC, seulement 33e hier à plus de sept minutes, et de Rui Costa, 46e à plus de neuf minutes. On attendait mieux de ces deux leaders d’équipe.

Reste une course d’intérêt le week-end prochain, Paris-Tours. Une course habituellement promise aux sprinters.

Partager

Précédent

Giro di Lombardia: les favoris

Suivant

Le Tour d’Abu Dhabi?

32 Commentaires

  1. alain39

    On oublie depuis des années que les meilleurs champions ont souvent été de grands descendeurs. Merckx était le meilleur descendeur de sa génération. Et Hinault, Lemond, Delgado, Roche pour ne citer qu’eux n’étaient pas des manches. Sean Kelly par exemple était un super descendeur tout comme Phil Anderson.
    Mais depuis des années nous assistons à un cyclisme aseptisé où tout se joue sur le dernière montée. La faute au dopage, au fric qui permet d’avoir des équipes ultra dominatrices qui cadenassent la course. Il est rare de gagner sur une échappée et donc les meilleurs s’expliquent sur les tous derniers km. Un cyclisme de puissance pure où la tactique et la surprise ne trouvent plus leur place.
    Nibali a été très intelligent et a profité de: sa grande forme, de l’esseulement de ses adversaires qui étaient sans équipiers pour attaquer. Est arrivé ce qui se passe habituellement à savoir que derrière ils se sont un peu regardés et personne ne s’est sacrifié préférant jouer placé. C’est état de fait vient du classement UCI qui donne la valeur des coureurs et donc beaucoup préfèrent assurer un podium plutôt que de tout tenter. C’est synonyme d’un bon contrat et donc de revenus confortables.
    C’est normal et il faut être assez intelligent et lucide en fin de course pour savoir l’utiliser.
    Bravo à Nibali qui vient de nous démontrer une fois encore qu’il n’est pas que habile sur son vélo mais aussi dans sa façon de courir. Mais quelle descente! une merveille et pour toutes ces raison il mérite sa victoire et elle me fait plaisir et un peu oublier son comportement blâmable lors de la vuelta. Indigne de lui et heureux de voir qu’il en a tiré les conséquences et a su élever son niveau pour enfin se comporter en grand champion. Chapeau l’artiste et bonnes vacances.

    0
    0
  2. Dorilleau

    C’est certain que c’est une très belle victoire, mais d’un coureur qui devrait être suspendu à l’heure actuelle pour son comportement sur la Vuelta. Est -ce qu’un jour l’UCI, les organisateurs et les diffuseurs vont faire preuve de courage et se décider à réformer réellement le cyclisme pour qu’il soit un peu crédible? Il faut faire le ménage dans ce cirque.

    0
    0
  3. Patrick

    Pour quelle raison ces adversaires étaient ils esseulés?

    0
    0
  4. Thierry mtl

    Moreno est bien à sa place. Quand il n’a pas à tirer Rodriguez jusqu’a 1km de l’arrivée, il peut faire des top 3, sinon il les donne ´a Rodriguez depuis des années. Regardez son palmares sur wikipedia et ça ne ment pas. Il n’aurait pas dû rester domestique. Katusha fait une grosse erreur de ne pas le renouveller, Rodriguez ne sera plus le même sans lui, c’est son lance missile sur chaque course. Dans le tiers des autres équipes World Tour, il serait le leader sur une course comme hier … Bien plus fort que Mollema ou Pozzovivo, par exemple.

    0
    0
  5. alain39

    @ patrick. Dans le groupe de tête aucun coureur n’avait d’équipier sauf Nibali.
    Lui et Rosa ont su utiliser leur supériorité numérique et physique pour gérer la course et notamment sur l’avant dernière difficulté. Plusieurs attaques dont celles de Pinot ensuite une grosse attaque de Nibali avec Pinot. Les 2 se font rattraper par Moreno et c’est là que Rosa a joué à plein son rôle d’équipier en maintenant un rythme soutenu pour éviter les attaques avant le sommet. Au sommet Nibali place une mine et personne ne va le chercher chacun essayant de récupérer et ne voulant pas s’exposer à un contre.
    Ensuite Valverde, Moreno, Pinot, Nieve se regardent un peu et attendent la dernière montée où Pinot attaque pour être rejoint et lâché par Moreno.
    Mais Nibali était hors de portée.
    Il manquait à Valverde un équipier tout comme à Pinot pour assurer la poursuite avant la dernière montée et maintenir Nibali a portée de fusil.
    On en revient toujours au même il faut une équipe forte pour gagner et c’est ce qui manque à Pinot. Une grande équipe française avec Pinot, Alaphilippe, Bardet, Galopin pourrait gagner bien plus de courses. En fin de course l’équipe qui a la supériorité numérique l’emporte souvent. Et à ce stade ça se résume à avoir un équipier avec soit.
    Nibali en forme avec un équipier sur la fin avait cet avantage et il a su en profiter.
    Il a été assez lucide pour constater que la différence de niveaux était très faible et que la dernière bosse moins difficile risquait de ne pas lui permettre de s’isoler.
    D’où cette attaque à l’ancienne et force est de constater qu’il est malin le bougre.

    0
    0
  6. legafmm

    Moreno est bien a sa place, c’est un grimpeur/puncheur, bien plus qu’un Gilbert pas en grande condition et sur un parcours bcp bcp trop difficile pour le wallon.

    gilbert n’est pas un grimpeur, il faut arrêter de se baser sur ses années 2010-2011, il est à sa place sur ce type de parcours.

    Concernant Nibali, son contrat est énorme chez Astana et il lui reste une année, il ne bougera pas en 2016.

    0
    0
  7. françois

    5 français dans les 20 sur cette course très dure un peu particulière il est vrai.
    Mais ag2r, meilleure équipe world tour n’est que 11 ème.
    Les forces du cyclisme français sont un peu éparpillées. Pinot partira pas de la française des jeux de sitôt, mais il aurait besoin il me semble de 2 coureurs: un grand rouleur top niveau pour le protéger quand ça bordure, et un très bon grimpeur pour pouvoir peser sur le final de ces grandes classiques.

    0
    0
  8. Michel M

    @françois
    pour les bordures, un Ladagnous en forme (voir son palmarès des printemps 2012-2013) devrait suffir amplement comme co-équipier. Mais bon, comme Jeremy Roy et Offredo, il n’est pas toujours présent quand il le faut
    En montagne Geniez et Morabito ne sont pas mauvais, mais ils ne valent en aucun cas le niveau des co-équipiers de grand luxe qu’on peut retrouver chez par exemple Sky ou Astana.

    La fdj, devrait p-e s’ouvrir davantage sur des coureurs non-français pour que Pinot puisse triompher un jour, pour l’instant il y a un côté très fermé côté nationalités dans cette équipe.

    0
    0
  9. legafmm

    « Est arrivé ce qui se passe habituellement à savoir que derrière ils se sont un peu regardés et personne ne s’est sacrifié préférant jouer placé. C’est état de fait vient du classement UCI qui donne la valeur des coureurs et donc beaucoup préfèrent assurer un podium plutôt que de tout tenter. »

    Je ne pense pas que le classement uci ait influencé ce final, c’est juste que cela se passe toujours de la même manière quelque soit la course (gde classique, grand tour ou petites épreuves de classe 1).

    Lorsqu’un coureur fait la différence, derrière, ça ne collabore jamais à 100% car certains se cachent, d’autres sont cramés, etc.

    Michel M, coté français, il y a romain bardet et warren barguil pour la montagne, Madiot n’a pas besoin de chercher à l’étranger de bons coureurs pour épauler son poulain.

    0
    0
  10. Serge

    Laurent,
    Ce que fait Nibali en descente n’est pas un exploit, il est simplement dans son registre. J’´aurai préféré que tu insistes sur le fait que Thibault PINOT soit resté au contact des cadors dans la descente, ça c’est un exploit…humour.
    Tous les noms des jeunes coureurs français que vous donnez pour aider Thibault PINOT sont bien trop tendre pour être des équipiers de la dernière heure de course. Pour être à ce rang, il faut être un leader ayant une connaissance parfaite de la course et une sacrée abnégation (un très bon salaire) pour accepter ce job. Valverde coéquipier de Nairo, Aru coéquipier de Nibali, Porte coéquipier de Froomey (même Nicolas ROCHE qui était leader dans une équipe française), Samuel SANCHEZ coéquipier de Tejay Van Garderen, Peter Sagan coéquipier de Contador…ou Rafal MAJKA.
    Nos équipes française ( 90% de coureurs français ) n’arrivent même pas à faire la loi sur la Coupe d France, alors en World Tour.
    PINOT vainqueur du tour du Gevaudan pas du Lombardie.

    0
    0
  11. @Serge,

    Effectivement, que Thibault Pinot soit resté avec les meilleurs derrière Nibali dans la descente, ca prouve qu’il a progressé dans ce registre depuis 24 mois, c’est certain!

    Les Français ont généralement bien fait sur ce Tour de Lombardie avec Pinot, Bardet, Gallopin, Barguil et Vuillermoz. J’aime bien ce que je vois en ce moment du côté de la France, avec également Ledanois récent champion du monde U23.

    Je demeure toutefois un peu surpris de la perf de Moreno, car je l’ai pas vu venir celui là. Pas de résultats récents très probants et boum! il te claque une 2e place sur une des courses les plus difficiles de la saison.

    0
    0
  12. Michel M

    @Laurent
    Pour Moreno, prend la peine de revoir ses perfs de 2015, et prête particulièrement attention à son mois d’août …. Il s’est vraiment maintenu à un très haut niveau -> http://www.procyclingstats.com/rider/Daniel_Moreno

    @legafmm
    Oui Barguil et Bardet sont excellents, mais jamais ils ne travailleraient pour Pinot comme mettons Geraint Thomas l’a fait pour Froome, ou encore Landa et Rosa l’ont fait pour Aru récemment. Ils veulent briller par eux-mêmes et non pour quelqu’un d’autre.

    Question de personnalités peut-être? Reste que, et ce n’est là qu’une hypothèse, dans les équipes plus hiérarchisées qui font un véritable travail d’équipe en montagne, comme Sky, Katusha et Astana, il n’y a que peu de français qui roulent. Le modèle contraire serait celui d’AG2R qui arrive à une course en disant que le leader sera soit Bardet, Pozzovivo ou Vuillermoz, on verra. Ou celui de la FDJ qui doit renvoyer des coureurs à la maison pq ils refusent de protéger leur leader (cf l’expulsion de Boucher au Eneco Tour par Madiot).

    0
    0
  13. françois

    suis d’accord avec Laurent. Encore un qu’on a jamais vu aussi fort à 34 ans. qu’il soit dans les 10 plus costauds de la course, ok. Mais l’impression qu’il a donné dimanche était surprenante. Et pis c’est katusha quoi, on a pas franchement confiance…

    0
    0
  14. Nicolas

    Je ne reviendrai pas sur tous les excellents commentaires sur le tour de Lombardie si ce n’est que j’adore Nibali et que mis a part son indigne poussette a la vuelta, il represente quand meme ce cyclisme qu’on aime et qui ne se joue pas qu’aux watts. (comme le soulignait Alain!)

    Sinon Laurent avant Paris Tour tu me permetteras de mettre en avant Paris-Bourges qui part en realite de ma (et celle de Pierre Rolland) ville natale, Gien. Cette course navigue dans les colines du Sancerrois et ses belles petites cotes (Jars, Graveront, Bue). Notons les tres beaux vainqueurs de ces dernieres annees. (Voeckler, Degenkolb)
    http://www.parisbourges.fr/itin.html

    Na!

    0
    0
  15. Alain Knubben

    Bonjour Laurent

    Petite info pour tous les amoureux du Maratona Dles Dolomites; le Giro 2016 rendra hommage au MDD en empruntant le 21.05.16 le parcours de ce mythique Gran Fondo.

    http://www.maratona.it/en/giro-d-italia-m16-dolomites-corvara

    Que de beaux moments en perspective!

    Longue vie à la Flamme rouge

    0
    0
  16. Patrick

    Serge
    Pinot quand même vainqueur du Gévaudan (quel beau parcours, et de la concurrence), pas mal au Tour de Suisse, 1er je crois tout là-haut et 3ème au général, vainqueur de l’Alpe d’Huez et 3ème du Lombardie. C’est bon, ça, 3ème du Lombardie.
    Laurent
    N’est-ce-pas plutôt l’absence ou plutôt la mesure de prise de risques que le prise de risques qui est remarquable ici? Bon, avec la moto, il a pris un risque (énorme) que le motard perdu serre à droite pour lui laisser la route. On imagine la catastrophe.

    0
    0
  17. Patrick

    Michel M
    Si, il le ferait, et Serge t’a apporté la réponse: question de salaire!
    Laurent
    Moreno, quand même, on le connait à un très haut niveau sur les bosses raides de longueur moyenne. Même s’il court rarement en France!!!!!

    0
    0
  18. serge

    Patrick,
    Le GEVAUDAN il le gagne devant Thomas VOECKLER, les premiers étrangers sont 7ème (Pello BILBAO) et 8ème (GARIKOITZ Bravo)…des pointures.
    Le tour de SUISSE, il gagne une étape mais il est incapable de garder le maillot de leader jusqu’à la fin. L’Alpe d’Huez, concours de circonstances compte tenu du classement général. Si VALVERDE roule un petit peu dans la descente de la Croix de Fer, Nairo dévore Thibault dans la montée de l’Alpe.
    Le seul coureur français pouvant se prévaloir d’être un leader était Thomas VOECKLER. Je ne jette pas la pierre à ces jeunes coureurs français bien trop tendres, mais tu as vu leur entourage ? Des BERNAUDEAU, MADIOT, SANQUER… sont has been. Ils n’ont jamais dirigé un leader de Pro Tour, donc ils sont incapable d’en fabriquer un.
    Et franchement, pourquoi ces jeunes coureurs essayeraient de devenir des très grands alors qu’ils ont déjà un très bon salaire (BOUHANI…) et qu’ils sont des vedettes dans leur pays ?

    0
    0
  19. alain39

    De toute évidence sur ce tour de Lombardie nous sommes revenus aux fondamentaux.
    Etre le plus costaud
    avoir une équipe forte
    prendre des risques si on n’est pas le meilleur sprinteur
    Ne faisant pas la différence sur les montées Nibali s’est rappelé qu’il est l’un des meilleurs descendeurs et il a fait un numéro.
    Il a été plus d’une fois à la limite notamment avec la moto qu’il passe sur la droite. Il fallait oser et avoir gardé une sacrée lucidité.
    En France il manque les moyens financiers pour avoir une grande équipe. On oublie la Vie Claire où Tapie avait mis les moyens et en une saison il s’est retrouvé à la tête d’une équipe avec Hinault, Lemond, Bernard, Hampsten, Andersen et Bauer. Excusez du peu.
    Cette équipe était la meilleure.

    0
    0
  20. alain39

    @serge. Ton analyse est sans concessions et un peu restrictive à mon goût.
    Je suis en accord avec le manque d’expérience des DS qui depuis des années n’ont pas managé de super champion. C’est une évidence et il y a certainement un vrai manque d’expérience notamment au niveau des équipiers. Entouré un leader ou entourer le maillot jaune n’est pas la même chose.
    Par contre sur le manque de motivation de cette jeune génération je ne suis pas convaincu. je pense que tout pro qui en a les moyens veut devenir un champion et pas uniquement de son pays. Ces mecs ont d’abord été les champions de leur département puis de leur région puis nationaux et pour certains européens. Ils ont des ambitions et Pinot rêve de gagner le tdf. Idem pour Barguil et les autres et ils font les efforts pour y arriver.
    Le manque de moyens dédiés à chaque équipe est le souci majeur. Il est évident que sans de réelles rapprochements entre certains sponsors pour faire une grande équipe on ne pourra pas asseoir la possible domination de cette génération. Festina était forte quand elle avait Zulle, Brochard, Virenque, Dufaux, Leblanc et Moreaux.
    Cofidis, AG2R et FDJ sont de belles équipes mais il manque une ossature forte avec plusieurs leaders et notamment avec le concourt d’étrangers. Cette nouvelle génération me semble brillante mais si elle se disperse elle n’aura pas un beau palmarès sous les couleurs d’une équipe française.
    Il faut redistribuer les cartes et très certainement faire disparaître une équipe.
    C’est dur comme analyse mais c’est la cruauté du sport pro où en plus des compétences il faut s’entourer des moyens de ses ambitions.
    Concrètement si Demare veut gagner une classique du nord il doit aller chez Etixx. Là on verra si il arrive à devenir leader et donc à jouer la gagne.

    0
    0
  21. françois

    Tout à fait d’accord avec alain, l’argument  » trop payé donc pas motivé  » ne me semble pas du tout adéquat pour cette génération de jeunes coureurs.
    le problème, c’est la faiblesse des équipes françaises, qui vont à l’encontre du mouvement général de concentration dans les grandes team pro.
    Le problème du fair play financier devrait rapidement se poser.
    Autre soucis, et non des moindres, la médicalisation à outrance plus ou moins utilisée dans les différentes équipes, et notamment l’usage des corticoïdes ou antidouleurs. Il n’a échappé à personne que les grosses écuries s’affranchissent toutes des contraintes « ethiques » du mpcc.
    Il ne s’agit pas de donner un blanc seing aux équipes appartenant à ce dernier, mais de pointer une inégalité patente.
    Et puis serge, les victoires se font toujours sur une exploitation du concours de circonstances: si le plus fort à la pédale gagnait à chaque fois, on s’ennuierait ferme à suivre les épreuves cyclistes.
    Pour le tour de suisse, tant que le parcours sera aussi peu montagneux, ça sera toujours compliqué pour un coureur comme pinot.
    Sur le tour du Gévaudan, il y avait également bardet et vuillermoz, pas des mauvais grimpeurs tout de même.
    Voeckler est un super capitaine de route, mais physiquement, le moteur est un cran en dessous de la génération dont nous parlons. Il fait 4 au tour 2011, et on se demande toujours comment ça été possible…

    0
    0
  22. Serge

    Je croise assez souvent ces professionnels français sur la route et leur plus grande crainte c’est de ne jamais faire le Tour de France au moins une fois dans leur carrière et quand ils l’ont fait c’est d’y retourner. Ils ont une forte pression de leur entourage à ce sujet. Je ne pense pas que les étrangers ont ce seul objectIf. Alors pour accéder à cet objectif ils ont prêt à tout accepter et à revoir leur ambition.
    Comment courir quand vous avez un seul objectIf au mois de juillet ?Se griller dans les classiques et être catalogué de coureur d’un jour et non de 3 semaines…
    Le cyclisme français est stéréotypé et il faut vivre avec. Regardez comment a couru PL Perichon sur le tour de France. Jamais un coureur étranger n’aurait couru comme cela..
    Moi j’aimerai bien voir Alexis Gougeard avec une équipe à son service sans un deuxième ou troisième leader comme le fait AG2R. Celui-là a un vrai tempérament de patron et quelle générosité dans l’effort.

    0
    0
  23. Philippe

    Le train Astana faisait un doigt d’honneur à tous encore, l’UCI et l’inepte Cookson en premier lieu. De voir les 4 équipiers de Nibali déboulonner la course, y compris les grosses Movistar et SKY m’a donné envie de vomir.

    US Postal (pour ne pas dire Sky) all over again.

    Cette équipe Astana n’aurait pas dû être là. Et Nibali, s’il veut conserver un minimum de crédibilité se doit de trouver une autre équipe.

    Chapeau à Nibali pour la descente. Y’a pas de dope là-dedans. De la technique et du courage. Mais aurait-il été là pour attaquer si ce n’était de son train transgénique?

    0
    0
  24. legafmm

    quel est le rapport entre périchon et pinot, j’ai beau chercher je ne trouve pas.
    .

    0
    0
  25. thierry mtl

    D’accord avec Philippe

    Je veux bien croire qu’Astana a du budget pour engager de bons coureurs, mais dès qu’ils arrivent chez eux, même les coureurs ordinaires deviennent très forts. Leur train bleu est parfois et trop souvent, hallucinant. Voyez sur le Giro, la Vuelta et la semaine dernière en Italie. Souvenez-vous des commentaires des autres coureurs sur le Giro et la Vuelta. Les nombreuses références au rythme insoutenable imposé par les Astana. Le message était clair.

    Pour le reste, le passé de Vino et l’année 2014 illustre la réalité de cette équipe.

    Remarquez qu’Astana, ou ses membres (aux mondiaux), sont moins forts quand ils viennent en Amérique du nord. Ils n’amènent pas les gros noms et les gros trains en Amérique. À croire que de passer les douanes les rend plus faible.

    0
    0
  26. yp78

    article qui interpelle, car il met des mots sur cette evolution du cyclisme dont nous ne voulons pas mais que les tinkoff and co veulent nous imposer par ce qu’ils payent , la fin du cyclisme de haut niveau réalisé par des artistes

    http://www.cyclingpro.net/velopro/road/humeur-le-cyclisme-est-bientot-deja-dans-une-impasse

    0
    0
  27. il n’y a pas de motards piste sur le forum? regardez le GP moto….(les cyclistes ne savent pas dehancher?)

    0
    0
  28. regis

    Yoyo skydiver,
    Je pense au il est difficile de se dehancher en vélo de route du a la hauteur de selle . Et se mettre devant la selle desequilibre trop le velo. Ou alors il faudrait une tige de selle telescopique comme en vtt.En moto les circuits sont dégagés sur les bords et les genoux protégés. En vélo on voit nibali frôler les obstacles comme des murs. Du coup je pense qu il est plus intéressant de couper au plus près de ses obstacles que de se pencher d avantage et de devoir s en eloigner. Enfin ce n est que mon avis.

    0
    0
  29. Michel M

    @yoyoskydiver
    les vélos allaient pas mal plus vite que les motos en descente, comme d’habitude. Voir Nibali lors d’un de ses nouveaux dépassements -> https://static-ssl.businessinsider.com/image/56116098bd86ef15008bf031-589-345/nibali%20nearly%20collides%20with%20moto.gif

    C’est toujours comique les experts en moto qui croient qu’ils ont des conseils à donner aux cyclistes pro au sujet des lignes à prendre en descente et des positions à adopter. Alors qu’ils ne tiendraient pas 3 secondes la roue d’un Nibali ou même d’un Pinot ou d’un Wiggins dans une descente … 🙂

    0
    0
  30. Arnaud D

    Il n’est pas pertinent de comparer le pilotage d’une moto et d’un vélo.
    Un motard sur piste se déhanche vers l’intérieur pour faciliter l’effort de conduite.
    Un cycliste est quant à lui beaucoup plus lourd que sa machine et n’a pas des boudins gigantesques pour assurer la liaison au sol. S’il doit se déhancher, ce serait plutôt vers l’extérieur pour assurer l’adhérence. Technique bien différente donc.

    0
    0
  31. yoyoskydiver33

    salut
    chacun sa technique….j’ai fait de la piste en velo,aussi en moto avec une grosse cylindrée Yamaha 1000 FZR….j’ai descendu le Tourmalet en velo en doublant les voitures(je suis ex semi pro (1ere caté)et j’ai ressenti en vélo des sensation similaires a la moto..c’est vrai qu’avec les velos de 6/7 kilo,les sensation différent….je l’ai appris a mes depends et ceux de ma peau et de mon velo….je me souviens d’une descente au jaizquibel(pays basque) ou une voiture du tour voulais me doubler, moi pas sortie d’un virage,du limon de montagne sur la route,glissade de 10 métres,la voiture a du rigoler..bon j’abrége la A+

    0
    0
  32. touille

    hallucinant cette descente, et il a gagné le giro 2016 en poussant les autres à la faute dans chaque descente
    il faut lui reconnaitre cet exceptionnel talent(il tombe jamais ou quoi???)

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.