Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Les peintures Colnago

Intéressant petit vidéo sur les peintures chez Colnago, une compagnie italienne prestigieuse reconnue depuis plusieurs décennies pour la qualité de ses peintures, notamment sur le mythique cadre C-50 du milieu des années 1990. Merci aux Gessiens pour le lien !

Partager

Précédent

L’entrainement Tabata: efficace pour les cyclistes ?

Suivant

Contador, Cyclismag, etc.

12 Commentaires

  1. plasthmatic

    Je ne comprends pas pourquoi un an ?
    « Dopé », deux ans.
    « Pas dopé », acquittement et réhabilitation.
    Il existe une catégorie « un peu dopé » ?
    Pas d’ironie, c’est une vraie question.

    0
    0
  2. thierry mtl

    La quantité de Clanbuterol détectée est vraiment minime. Le doute persiste pour la fédération espagnol puisqu’il est tout à fait possible qu’un tel taux est été consommé par inadvertance, par des viandes contaminées. En matière de dopage comme en droit criminel, il faut éviter les sentences fermes et pré-établies, qui crées plus d’injustice que de justice. Voilà pourquoi un an et non pas deux.
    Une sentence de deux ans auraient signififié un cas certain de dopage (pas légalement prouvable dans ce dossier) qui aurait été renversé par une instance supérieure (comme le TAS).

    0
    0
  3. plasthmatic

    Alors s’il y a doute à ce point, je préfèrerais qu’il lui bénéficie. Parce que je doute pareillement de, pour ainsi dire, tous les autres. Mais on s’en fout de mon sentiment, et je trouve ça très bien !

    0
    0
  4. bernard

    C’est vraiment du chouette boulot ce que propose colnago, puis quelle rapidité d’exécusion franchement chapeau

    0
    0
  5. Testocarbone

    Il n’y avait pas que le Clenbuterol. Il y avait également la présence de substances démontrant une transfusion. Dans ce dossier, mon opinion est toute faite: la fédération espagnole, une fois de plus, est complice des fraudeurs d’origine espagnol, et j’espère bien que l’AMA fera appel de cette sanction a minima devant le tribunal arbitral de Lausanne, car l’UCI, elle, je ne le fera pas.

    0
    0
  6. plasthmatic

    Je pense comme toi, Testocarbone, bien entendu, « qu’il n’y a pas doute à ce point ». Mais puisqu’ils la jouent comme ça, qu’ils ne lui mettent aucune sanction, ça aura l’avantage d’être au moins assumé … On saurait alors définitivement combien ça les gêne, la triche …

    0
    0
  7. thierry mtl

    @TESTO
    Sauf erreur, la présence de résidu de plastique (transfusion) n’est pas incluse dans ce dossier pcq le test n’est pas validé. Il ne reste donc que les minimes traces de Clanbuterol pour faire sanction.

    p.s. : Pour les résidus de plastique,je n’ai jamais pu savoir si ce test avait été pratiqué pendant le Tour sur d’autres coureurs. Il me semble qu’il s’agit d’une information pertinente. Ce test risque d’ailleurs de provoquer plus de changement de pratique chez les coureurs, que le test positif de Contador au Clanbu.

    0
    0
  8. schwartz patrick

    Il y a toujours un moment où je me pose , ou repose le contraire de la question !: si la quantité de clanbutérol est si infime, n’est-il pas envisageable de trouver dans sa propre viande, des traces d’hormones, du moins de produits plus ou moins illicites , plus ou moins toxiques, plus ou moins « dopants » ? Toute notre « bouffe » est traitée, du radis à l’entrecote en passant par le saumon d’élevage et non sauvage, les tomates qui poussent en hiver, les bananes qui traversent les océans,le pain ,complet?, incomplet?, le coca, le mais aux ogms ou regardez la composition additionnelle de vos carottes rapées sous barquette … Et toi l’ami, si tu participes à une cyclo, qu’un contrôle inoportun se présente et se révèle brutalement positif, qu’en dira-tu,si on a trouvé des traces de … ou de…? Je serai toujours à fond contre le dopage, mais là, on est en droit de se poser des questions …Dont l’une, ne fait-elle pas énormément vendre de journaux dans le monde pour quelques traces de « saloperie » ? Enfin, çà nous fait parler, partager, communiquer et ne pas rester figé, c’est déjà pas mal ! …mais bon …

    0
    0
  9. schwartz patrick

    merci LAURENT pour la vidéo Colnago, les images çà change de l’écriture, et on comprend un peu mieux le rapport entre le travail éffectué sur un cadre (en l’occurence uniquement peinture + finition), et son prix …

    0
    0
  10. alain39

    Contador peut démontrer son innocence en demandant des tests supplémentaires notamment sur les traces de plastique.
    Mais au contraire depuis le début alors qu’il pouvait faires des tests capilaires il a orienté sa défense sur le terrain de l’adminsitration de la preuve.
    Si franchement il n’a rien pris il aurait dû deamnder tous les tests complémentaires possibles et ainsi démontrer par la science qu’il n’avait rien pris.
    Mais voilà il sait qu’il n’est pas clean et que s’il accepte le test des résidus de plastique il vont immanquablement attester de son dopage.
    Alors depuis le début il a orienté sa défense sur 2 arguments:
    – je suis innocent
    si on test les résidus de plastiques il va être

    0
    0
  11. alain39

    oups erreur.
    – il clame son innocence et demande aux experts de prouver que le clenbuterol vient bien d’un produit dopant et non pas de la viande.
    Si on pousse sa logique quand bien même se serait prouvé il demanderait alors de démontrer qu’il a sciemment pris ce médicament.
    Comme Virenque il est dans la négation absolue.
    Il met en avant tous les contrôles négatifs précédents et ainsi pense avoir justifié de son innocence.
    Pourtant sa défense est des plus fragile car à y penser de plus près se faire livrer de la viande la veille d’une grande étape est contraire à toute logique sportive.
    Si on fait un parallèle avec Valverde on se rend compte que même pris ce dernier clame toujours son innocence en refusant de juger valide les contrôles faits en Italie. Pourtant il lui suffisait lui aussi de donner son sang pour être blanchi.
    A chaque fois nous sommes confrontés au même argumentaire qui revient à contester la validité des contrôles tout en mettant en avant ceux négatifs.
    La sanction devrait être de 2 ans avec toutefois une possibilité de la réduire voir la lever si au terme de contrôles supplémentaires non encore validés par l’UCI il est avéré que les traces de plastique ne proviennent pas de transfusions.
    Il faudrait alors que Contador accepte de se soumettre à des contrôles supplémentaires ce qu’il refuse puisqu’insiste à maintenir le dossier sur le terrain légal.
    Car il faut garder à l’esprit qu’en plus de clenbutérol le beau Alberto a aussi des résiduts de plastique.
    Il y a vraiment un faisceau d’indices très favorable à une prise de dopants.
    Si d’aventure il était prouvé au terme de ces contrôles que Contador était dopé alors la sanction devrait être la suspension à vie.
    Car même pris il a nié et donc il est évident que cet homme s’inscrit dans le mensonge et la manipulation et ne peut donc rester dans ce sport.
    Pour preuve en cas de suspension il devait arrêter sa carrière ce qui maintenant n’est plus d’actualité.
    Il ne cesse de manipuler l’information.
    Par ailleurs l’autre sanction devrait être pécunière avec la restitution des salaires versés, primes etc…
    L’Espagne est en plein coeur de tous ces scandales et quelque part ce n’est que justice car si le dossier Puerto avait été amené à son terme on n’en serait pas là. Pour mémoire Contador était listé et a été blanchi sans enquête.
    Que fait l’UCI???? Car de toute évidence des sanctions doivent être prises contre la fédération espagnole.

    0
    0
  12. Put*** Cyclismag ferme ses portes !!
    Mauvaise nouvelle là, c’était une excellent site qui va vraiment nous manquer 🙁

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.