Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Les Fédés sont-elles neutres?

Coup de théâtre aujourd’hui dans le monde du cyclisme: Franco Pellizotti et Pietro Caucchioli ont été suspendus pour deux ans par le Tribunal d’Arbitrage du Sport (TAS) pour variations anormales des paramètres de leur passeport biologique.

Cette décision du TAS vient invalider la décision prise précédemment par les autorités italiennes de blanchir ces coureurs de tous soupçons. C’est l’UCI qui, insatisfaite du verdict, avait porté la décision en appel auprès du TAS il y a quelques mois. 

La portée de ce jugement du TAS est grande parce qu’elle vient confirmer, en quelque sorte, la pertinence du passeport biologique pour confondre les tricheurs. Le maintien de la décision par le TAS aurait, à l’inverse, signifié la fin du passeport biologique comme outil direct de lutte contre le dopage.

Ce jugement vient surtout remettre en question l’impartialité des fédérations nationales, responsables en premier lieu d’imposer les sanctions lors de contrôles positifs. Le CONI avait d’abord blanchi les coureurs italiens. La Fédé espagnole a également blanchi Contador récemment. Même le premier ministre espagnol s’en était mêlé via des déclarations publiques favorables à Contador. Il y a quelques années, rappelons-nous que la Fédé du Kazhaskstan avait soutenu les cas de Vinokourov et Kaschekin et, plus récemment, la Fédé espagnole a longtemps soutenu Valverde malgré l’imposant dossier sur son implication dans l’Affaire Puerto. C’est finalement une autre fédération, le CONI justement, qui l’a suspendu de compétitions en Italie, puis la suspension a été étendue à toutes les courses professionnelles par le TAS.

Bref, on peut légitimement se poser quelques questions sur les responsabilités des diverses instances quant à la lutte contre le dopage. 

Pour moi, cela témoigne que le système est largement perfectible et qu’en fait, il faut que la lutte contre le dopage comme l’imposition des sanctions relèvent d’un organisme totalement indépendant à la fois de l’UCI comme des fédérations nationales. Il faut une sorte de "police du sport cycliste" qui ait les coudées franches et qui soit au-dessus des intérêts nationaux. La lutte contre le dopage et l’imposition des sanctions ne peut venir de l’UCI ou des fédérations puisque celles-ci sont en conflit d’intérêt, ayant parmi leur mandat la promotion du sport cycliste.

En tout cas, on pourra s’étonner de la situation actuelle tant elle semble ne pas être d’une grande logique! Et la décision aujourd’hui du TAS fait très mal paraître le CONI.

Partager

Précédent

Le tour de l’actualité

Suivant

Du manque d’objectivité dans le débat des oreillettes

  1. louis

    que des paramètres anormaux suffisent au tas pour sanctionner un courreur c’est une très bonne nouvelle
    mais pas pour contador qui lui est positif a un produit
    il ne reste plus qu’a l’uci a faire appel et il prend 2
    ans.cette décision me parait etre très importante.

    0
    0
  2. alain39

    Louis a tout à fait raison, cette décision est très importante.
    Ceci étant, il nous est confirmé une fois encore que le cyclisme est à plusieurs vitesses.
    Pour répondre à Laurent, il est évident que les fédérations ne sont pas compétentes pour sanctionner les coureurs.
    Depuis des années nous assistons à une pantomine avec des décicions hétérogènes.
    Il est évident que la justice espagnole est le symbole même de tous ces dysfonctionnements.
    Alors qu’un Pelizotti soit sanctionné un Contador soit blanchi devient presque normal.
    Si clairement la nature a fait que les coureurs ne sont pas égaux, la justice ajoute encore une autre inégalité. A cela ajoutez des politiques anti dopage disparates et on comprend mieux pourquoi les coureurs français parlaient à une époque de cyclisme à 2 vitesses.
    Or c’est tout le contraire de la fonction de la justice.
    Il y a une vraie problématique et il incombe à l’UCI d’intervenir en revoyant les pouvoirs des fédérations.
    Manifestement le dopage s’est professionnalisé à un rythme bien plus rapide que l’UCi et nous en vivons une conséquence indirecte.
    D’un côté des coureurs entourés de spécialistes du dopage et de très bons avocats et de l’autre une UCI qui est restée dans l’amateurisme faute d’avoir mis en place un système judiciaire harmonisé et des fédérations dirigées par des marionnettes politisées.
    Les mêmes faits sont donc tantôt sanctionnés tantôt blanchis.
    At attention il y a toujours le dossier Armstrong qui risque encore d’ajouter à la confusion si d’aventure Armstrong est jugé pour « fraud » avec à la clé des sanctions pénales et financières sans commune mesure avec ce que nous avons connu jusque là.
    Pensez vous aurez d’un côté un Contador blanchi et de l’autre un Armstrong en prison avec remboursement de quelques millions de dollars, tout ça pour les mêmes faits.
    De tout ça Contador en rigole puisqu’il continue à percevoir ses 3.1 millions € de salaire plus primes et Jusqu’à quand cette hérésie juridico politique va t’elle perdurer??

    0
    0
  3. guillaume

    Contador est le coureur représentatif de ce que l’esprit du vélo a de plus beau, de plus noble, je suis heureux de voir que son combat contre l’injustice soit reconnu, loyauté, volonté et qualité digne voila ce que représente contador, il va tout faire péter sur le tour

    0
    0
  4. bird

    Lol Guillaume au pays des merveilles:) Beauté, noblesse, loyauté et dignité voilà certaines associations possibles avec le mot Contador:) D’autres seraient Manolo Saiz, Liberty Seguros, Puerto, Johan Bruyneel, Bjarne Riis…viande de boeuf contaminée:)

    0
    0
  5. guillaume

    génial birdy t’as d’la répartie, bien joué

    0
    0
  6. Ray Neuville

    Un vieux principe universel qui veut qu’on ne mange jamais la main de celui qui te nourrit. Une fédération, ça vit de membership, de commandites (compagnies) et du soutien de l’État. Contador, L.A. name it! c’est l’engin qui va faire que tous les ti-culs veulent se faire tatouer la tronche sur les mollets. Si vous avez la candeur de croire qu’une fédération va canarder son pain et son beurre, bienheureux êtes-vous.

    Dans l’affaire Contador, le coupable a été rapidement identifié, son steak était bourré. C’est à se demander s’il n’avait pas déjà été identifié avant même qu’il le mange. Pour le reste ça fait vendre des journeaux, ça fait de l’émulation….

    0
    0
  7. André Breton

    Belle analyse Laurent. À priori, il semble bien évident qu’il est impossible de léguer aux fédérations une prise de décision. Est ce que le code civil est établie par les région? Non évidemment. Nous savons que les fédérations sportives gagnent à plusieurs points de vue a avoir le plus d’athlètes possible sur la scène internationale, impossible d’être neutre.

    Autre aspect, qu’en est il ici au Qc? Quelles sont les mesures prises afin de préparer nos jeunes athlètes à ce milieu. Comment les protéger de cet attrape, la prévention n’est elle pas aussi un élément du casse tête? Qu’en est il même du dopage ici au sein du peloton des coureurs maître? Certains savent, d’autre sont bernés.

    Bonne réflexion!

    0
    0
  8. André Breton

    Désolé pour mes fautes groupe!!!

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.