Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Le Tour de l’actualité

Vous pigez, pour le titre ?…

En vrac, l'actualité commentée des derniers jours dans le monde du cyclisme.

1 – Tour de Romandie. C'est Cadel Evans qui s'est imposé au classement général du Tour de Romandie le week-end dernier, un Tour de Romandie un peu fade, notamment parce que le parcours ne proposait pas de réel test en montagne. Autrefois passage obligé pour les protagonistes du Giro, plusieurs favoris de l'épreuve italienne n'y étaient pas cette année : Contador, Nibali entre autres.

Le podium est cependant complété par Tony Martin et Alexandre Vinokourov, deux coureurs de premier plan mais qui ne seront toutefois pas du prochain Giro. Brajkovic est 7e, Menchov 14e, Cunego 16e, Basso 31e, Wiggins 62e et Kreuzinger 63e. 

2 – Giro d'Italia. Ca débute samedi de Venaria Reale. Il s'agit probablement d'un des Giro les plus difficiles jamais dessinés. Ca va faire mal, ca va faire très mal et le parcours suggère que ce sera probablement le plus beau grand tour de la saison, même si ce sont toujours les coureurs qui font la course. Demain sur ce site, une présentation plus détaillée de ce Giro, de ses difficultés (dieu qu'elles sont nombreuses!) et de ses protagonistes.

3 – Tour de Turquie. Vraiment ?

4 – No Needle Policy. L'UCI vient d'adopter cette nouvelle politique interdisant l'usage d'injections pour les coureurs cyclistes. On veut ainsi lutter contre le dopage bien évidemment. L'interdiction porte sur toutes les formes d'injection, même les injections de vitamines par exemple. Les contrevenants seront passibles de sanctions.

On se réjouira évidemment de l'adoption de cette politique qui va évidemment dans le bon sens. Le hic ? C'est que l'UCI ne précise évidemment pas comment elle mettra en application cette nouvelle politique. Et ca risque d'ailleurs d'être très compliqué car autrement que de mettre un chaperon dans toutes les chambres des coureurs tous les soirs, je vois mal comment on va s'y prendre pour appliquer cette politique…

5 – UCI toujours. Elle a déposé une poursuite pour diffamation à l'endroit de Floyd Landis pour ses révélations à l'effet que l'UCI et son ex-président (Verbruggen) aurait ignoré des preuves de dopage à l'endroit de Lance Armstrong, ceci évidemment afin de protéger le champion américain ainsi que l'image du cyclisme.

Rappelons que c'est grâce aux révélations de Landis qu'on sait maintenant que l'UCI a accepté un gros chèque de Lance Armstrong à peu près à cette période, chèque apparement pour aider à la lutte contre le dopage dans le cyclisme. McQuaid, président actuel de l'UCI, a d'ailleurs avoué il y a quelques mois que c'était là très probablement une "erreur" de l'UCI…

On pourra s'étonner qu'au même moment, Lance Armstrong annonce qu'il renonce à poursuivre Floyd Landis en justice pour diffamation également… Si l'UCI le fait, pourquoi Armstrong le ferait-il ? Ca coûte cher, après tout! Et si ses amis de l'UCI peuvent aller au bâton à sa place, c'est toujours ca de pris. Il est vrai par ailleurs que côté frais d'avocats, M. Armstrong a de quoi se satisfaire avec l'enquête Novitzky…

6 – La compagnie SRAM vient d'acheter la compagnie Quark qui fabrique des capteurs de puissance. C'est une nouvelle importante car cela signifie peut-être que SRAM va chercher à intégrer l'électronique et les capteurs de puissance à ses groupes, notamment le Red. Je pense depuis longtemps que c'est le prochain grand développement en matière de cyclisme, avoir des "groupes intelligents" avec des composantes électroniques mieux intégrées, ceci afin de permettre à l'athlète de mieux programmer et suivre son entrainement au quotidien. Et ce vélo ultra-moderne est peut-être un avant-goût de ce qui s'en vient dans l'avenir (merci à Claude pour le tuyau).

7 – Serge Arsenault veut poursuivre et développer son idée d'une compétition de sprints dans le cyclisme en créant carrément une nouvelle épreuve. Rappelons qu'une telle compétition avait eu lieu l'an dernier en marge du GP de Québec et avait regroupé essentiellement des coureurs québécois, mais très peu de coureurs professionnels. Arsenault y voit l'avenir du cyclisme qui, selon lui, doit savoir se renouveler. 

Le concept est simple: des vagues de sprints entre 3 ou 4 participants chaque fois, sprints sur une distance d'environ 1 kilomètre (le sprint n'est souvent à son maximum que dans les derniers 200m). À chaque vague, des coureurs éliminés et des coureurs qui passent au tour suivant, jusqu'à la grande finale. Le concept rejoint ainsi celui déjà utilisé dans d'autres événements sportifs, notamment le populaire Red Bull Crash Ice dans la ville de Québec chaque hiver.

Évidemment, il s'agit davantage d'un sport-spectacle qu'autre chose. Mais ca semble plaire au public, surtout dans une ère du "consommé-jetté" où tout doit aller vite. Une course cycliste de 200 bornes qui se décante lentement, c'est trop long, pourquoi attendre? Avec la formule du sprints, on a de l'action, et tout de suite.

Les premières réactions des coureurs pros sont plutôt froides, notamment celles de Freire et Farrar. Freire a trouvé une formule plutôt élégante: "I know cycling needs revitalise its image, and sport in general are always looking for new ideas. But not every idea is a good one."

8 – À ne pas manquer plus tard, l'excellent site RouesArtisanales nous promet un grand test comparatif des roues "full carbone 2011". Avec la multiplication des fabricants, ce test tombe à point pour ceux désirant reconnaitre les produits qui tiennent la route (sans jeu de mots) de ceux qui sont moins intéressants.

Partager

Précédent

Dopage: l’affaire de Mantoue prend de l’importance

Suivant

Le classement après le Tour de Romandie

  1. Jean-Daniel

    Pour le parcours du Giro, il faut quand même relativiser un peu la difficulté.
    Il y a effectivement très très peu d'étape pour les sprinteurs, car même sur les étapes plates ils ont trouvé le moyen de mettre des petites bosses dans les 10 derniers kilomètres.
    Par contre dans les 8 arrivées en altitude, toutes ne sont pas difficiles.
    Il n'y a en fait que 5 vrais étapes de haute montagne où les favoris vont se livrer bataille : l'Etna, le Grossglockner, le Zoncolan, l'étape de la Marmolada et enfin Sestrière.
    Et des étapes à foison pour les second couteaux bons grimpeurs. Beaucoup d'échappés vont arrivé au bout !

    0
    0
  2. Sébastien

    Merci Laurent pour ton site.
    Peux tu penser au pool stp ?
    merci

    0
    0
  3. delirium89

    après l'interdiction de transfusion l'uci interdit l'absorption de cèleri rémoulade. Enfin on voit le bout

    0
    0
  4. Erwan

    En parlant de l'UCI et de sa motivation à lutter contre le dopage…
    http://www.lequipe.fr/Cyclisme/breves2011/20110505_163350_non-lieu-a-pau.html

    0
    0
  5. Bob

    Laurent, concernant le point 7, il y a une solution à cela…contruire un vélodrome intérieur et le remplir d'évènements hivernaux…c'est spectaculaire à souhait!!!  les néophytes seraient surpris par la qualité du spectacle et la proximité avec les coureurs…et puisque ce sont des épreuves courtes, les spectateurs ne s'ennuient pas…d'ailleurs:
    http://www.cyclingnews.com/news/track-cycling-sells-out-for-london-2012-games

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Répondre à Erwan Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.