Le Tour de l’Abitibi et la Coupe des Nations juniors, l’autre La Flamme Rouge, la fin des oreillettes ?

Quelques nouvelles qui ont retenues mon attention au cours des dernières heures:

1 – Diffusée par Radio-Canada, une nouvelle fait état de la fusion, en 2009, de la prestigieuse course junior par étapes le Tour de l’Abitibi et de la Coupe des Nations UCI en Abitibi. La fusion a été approuvée par l’UCI récemment.

Rappelons que l’an dernier, il s’agissait de deux événements distincts: le Tour de l’Abitibi d’une part et la Coupe des Nations junior d’autre part (à ne pas confondre avec l’autre Coupe des Nations, celle de la ville de Saguenay et aussi inscrite au calendrier UCI, mais chez les U23). En 2009, ce sera un seul et même événement chez les juniors, la logistique étant ainsi simplifiée.

C’est à mon sens une excellente nouvelle puisque cette fusion permettra de rehausser le plateau de coureurs présents au Tour de l’Abitibi, des équipes juniors de nombreux pays ne voulant pas manquer la Coupe des Nations qui sert notamment d’épreuve de sélection pour les Championnats du Monde. Le Tour de l’Abitibi a connu quelques difficultés au cours des années dernières et cette fusion permettra probablement de relancer la course et d’assurer sa viabilité. Le Tour de l’Abitibi est à mon sens un des joyaux du cyclisme au Québec, au même titre que le Tour de Beauce ou Montréal-Québec chez les séniors. L’épreuve a révélé de nombreux champions, notamment Andy Hampsten, Laurent Jalabert ou encore Alex Stieda au niveau canadien.

2 – J’ai été très intrigué, récemment, par cette photo de la jeune cycliste professionnelle Emilia Fahlin de l’équipe Columbia – High Road parce que le maillot qu’elle porte affiche, sur le bord des manches, l’inscription et un logo "La Flamme Rouge". 

Je rassure tous les lecteurs: je n’y suis pour rien! Je suis très loin d’avoir les sommes qu’un tel sponsorship requiert ! Et si je les avais, j’investirais d’abord dans une équipe cycliste au Québec plutôt qu’à ce niveau de compétition.

Alors, d’ou vient cet imposteur ?

Il s’agit d’un site à but lucratif mis de l’avant par l’ancien coureur pro Brian Holm. Avec l’aide d’un styliste nommé Paul Smith, lui aussi passionné de vélo, ils ont lancé une ligne de vêtements cyclistes dont les profits sont versés à la lutte contre le cancer. Comment s’y opposer ?

3 – Je le souhaite depuis longtemps: l’abolition des oreillettes sur les courses cyclistes. L’idée vient d’être relancée par le directeur des sports à France Télévision (qui diffuse en France notamment le Tour et les autres grandes épreuves d’ASO), Daniel Bilalian

Le débat fait rage depuis un certain temps dans le vélo, ce n’est pas nouveau. Ce qui est nouveau, c’est que des voix qui portent se sont prononcées, ces derniers mois, contre ces oreillettes: outre Balilian, on se souviendra aussi que le directeur du Tour, Christian Prudhomme, était plutôt favorable à l’idée, du moins sur certaines étapes du prochain Tour, ne serait-ce que pour mettre l’idée à l’essai.

L’argument de ceux qui s’opposent à leur interdiction est celui de la sécurité, ces oreillettes permettant aux directeurs sportifs d’alerter les cyclistes dans le peloton de l’imminence d’un obstacle sur la route. Je ne suis pas du tout convaincu!

L’argument de ceux qui sont pour leur abolition est essentiellement sportif: cela tue la course. Avec ces dispositifs, une équipe est capable de "gérer" à la seconde près une échappée, tuant ainsi tout suspense. Combien de fois ces oreillettes ont-elles permises de reprendre une échappée à la flamme rouge ? Utilisant le différentiel de vitesse entre l’échappée et le peloton, il est en effet très simple pour les directeurs sportifs de la caravane de "contrôler" à distance l’échappée du jour, influençant ainsi directement la course.

En supprimant l’usage de ces oreillettes, le cyclisme retrouverait à mon sens une partie de ces racines, de son caractère sportif imprevisible qui génère l’exploit et qui a tant contribué à édifier ce qu’on appelle "la légende du sport cycliste" ainsi que "les forcats de la route". 

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!