Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Le salaire des pros

C'est toujours intéressant: quel est le salaire moyen d'un coureur cycliste professionnel évoluant au sein des 18 équipes ProTeam du peloton? 

Réponse en 2012: 264 000 euros. En dollars canadiens, environ 350 000$. 

Évidemment, c'est une moyenne. Tous les statisticiens, dont je suis, savent que la moyenne est très influencée par les très hauts salaires, qui "tirent" cette moyenne vers le haut. Une autre mesure statistique, le revenu médian, permet d'éviter ce problème puisqu'il sépare la population en deux groupes exactement égaux: 50% au dessus, 50% en dessous.

Il est probable que si le rapport avait présenté le revenu médian, celui-ci aurait été largement inférieur, de l'ordre de 130 ou 150 000 euros par an.

On sait par ailleurs que l'UCI impose depuis quelques années un salaire minimum pour les coureurs ProTeam: environ 30 000 euros par an. Ca baisse à 27 000 euros pour les néo-pros. Ils sont probablement nombreux à gagner moins de 100 000 euros par an.

Quoi qu'il en soit, il est certain que les salaires ont augmenté au cours des dernières années. En 2009, le salaire moyen était d'environ 190 000 euros. Considérant que le statut de coureur cycliste professionnel est éphémère et volatile, c'est une bonne nouvelle.

Ces chiffres sont tirés d'un rapport de la firme Ernst&Young à la demande de l'UCI.

On y apprend aussi que le nombre de groupes professionnels (ProTeam et Continental) est assez stable depuis 2009, étant passé de 39 à 40 en 2012. 

Le budget de ces équipes pro a cependant considérablement augmenté, passant de 235 à 341 millions d'euros entre 2009 et 2012. L'UCI s'en réjouit. Effectivement, on peut y voir le signe d'une "professionnalisation" du sport cycliste qui ressemble un peu plus maintenant aux autres grands sports professionnels que sont le football, la Formule Un, le baseball, le basket ou encore le hockey.

On peut aussi y voir l'argument inverse: il en coûte de plus en plus cher pour faire partie du cercle du ProTeam, ces 18 équipes au sommet de la hiérarchie. Prix moyen d'une équipe ProTeam ou Continentale? 8 millions d'euros… ou presque 11 millions de dollars.

Pas facile d'attirer un sponsor dans ces conditions. Ce sponsor doit plus que jamais être une grande multinationale présente sur plusieurs marchés. Un nombre grandissant de directeurs sportifs, dont Johan Bruyneel et Bjarne Riis, ont évoqué leurs difficultés croissantes à attirer de grands sponsors dans le cyclisme, revendiquant du même coup une meilleure redistribution des revenus télé, question d'assurer aux équipes un meilleur financement de base.

Quoi qu'il en soit, voilà qui donne une meilleure idée du budget dont devra disposer Steve Bauer s'il veut élever l'équipe canadienne SpiderTech au statut de ProTeam dans les prochaines années ! D'ailleurs, Bauer ne s'en cache pas et sait que son budget actuel, de l'ordre de 2,5 millions de dollars canadiens par année, devra significativement être revu à la hausse s'il veut atteindre ses objectifs de ProTeam et d'une participation au Tour. L'objectif ? Au moins 15 millions de dollars!

Partager

Précédent

Boonen mouché, Cavendish exaucé!

Suivant

Bientôt payant, le cyclisme?

  1. Batrick P

    Salaire = revenus?

    0
    0
  2. toutouille

    il faut enlever les charges qui contiennent ce qu’il faut pour se charger

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.