Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Le point sur le Giro

Premier jour de repos aujourd’hui sur le Giro. C’est l’occasion de dresser un premier bilan bien personnel.

1 – Étape de Milan: je considère que le peloton a bien fait de protester contre les conditions générales de sécurité des coureurs. Pour avoir suivi quelques étapes sur vidéo internet, j’ai été surpris de l’étroitesse de certaines routes et du nombre élévé de pièges (ronds-points, resserrement de rues, etc.) dans le final des étapes. Dimanche dans Milan, certaines voitures n’avaient pas été enlevées du circuit ! J’estime que cela est indigne d’une course comme le Giro et qu’on a des responsabilités lorsqu’on lance 180 coureurs pros à fond la caisse sur une étape.

2 – Accident d’Horrilo: le coureur aurait fait une chute de 200 pieds (70m) en contre-bas de la route ! C’est un petit miracle que le coureur s’en sorte avec quelques fractures sérieuses, rien de plus grave.

3 – DiLuca tiendra-t-il ? Je pense que non. Il est déjà à l’effort depuis quelques jours et le Giro est encore long, très long. Il tiendra jusqu’au clm de Cinqueterre cette semaine, pas plus longtemps.

4 – Leipheimer devrait frapper justement dans ce chrono cette semaine. S’il s’empare du maillot rose, il a quelques bons équipiers pour lui venir en aide, notamment Horner et Armstrong.

5 – Armstrong ? Il va se concentrer sur faire une bonne dernière semaine et possiblement y remporter une étape de montagne. Cela ferait de son Giro une réussite. Il doit rassurer tout le monde, à commencer par lui, sur ses capacités de tenir le rythme pendant trois semaines sans perdre pied en lachant 20 minutes. On lui pardonnera le reste, notamment ses petites minutes (1, 2 voire 3) perdues dans les tous derniers kms d’une étape de montagne.

6 – Basso ? C’est l’inconnue. Il revient de 2 ans de suspension et n’a pas beaucoup couru. Il pourrait le payer dans la dernière semaine. Son coup de pédale laissait toutefois croire qu’il était à l’aise sur les premières étapes. Le chrono de cette semaine nous livrera un premier verdict.

7 – Menchov ? C’est l’autre inconnue. Je pense qu’il est, avec Leipheimer, l’homme à battre. Capable de bien rouler contre la montre, capable de grimper, il a aussi une solide expérience des grands tours. Il sait aussi gérer à l’économie. Bref, je le vois bien sur le podium à Rome dans 2 semaines  !

8 – Sastre ? C’est le régulier de la bande. Cette régularité l’a souvent servi. Il peut monter sur le podium s’il ne loupe pas son chrono cette semaine.

9 – Simoni, Cunego ? Oubliez ca.

10 – Lovkvist ? Boassom Hagen ? Un top 5 est possible pour Lovkvist, mais la 3e semaine est à gros risque pour lui. Boassom Hagen se concentrera probablement sur les victoires d’étape je pense.

11 – Que dire des calculs de puissance sur ce Giro ? J’estime que ce genre de calcul a toute son utilité en cyclisme, nous permettant de voir ou se situent les meilleurs dans les grands cols et les chronos. Ceci étant, on ne peut conclure avec certitude que celui-ci ou celui-là utilise des produits interdits avec ces informations. Je pense qu’on devrait plutôt s’en servir pour cibler certains coureurs présentant des performances vraiment surprenantes.

12 – Selon certains chercheurs américains, Lance Armstrong serait avantagé du fait qu’il n’a qu’un testicule suite à son cancer en 1996. Les hommes dans cette situation sécréteraient davantage d’hormones hypophysaires afin de conserver un niveau de testostérone suffisant. Ces hormones auraient également un rôle dans l’utilisation des acides gras par les fibres musculaires, retardant l’épuisement des réserves de glycogène et améliorant les capacités de regénération musculaire. Le taux de globules rouges serait aussi haussé.

Attendons d’en apprendre plus du milieu scientifique avant d’aller plus loin dans le commentaire de cette nouvelle hypothèses pouvant expliquer le niveau athlétique atteint par Lance Armstrong.

Partager

Précédent

L’actualité commentée

Suivant

Garçon, un café… serré !

39 Commentaires

  1. tholt steevers

    etonné que tu crois que ça joue, vu qu’il peut rouler à 55 pendant une heure: son dopage est bien plus puissant; au mieux il gagne quelques grammes

    0
    0
  2. Alphonse

    La grimpée du Ventoux est dans deux semaines, je vais d’urgence m’en couper une!

    0
    0
  3. Thierry Lemaire

    Armstrong nous a tout fait : il s’entraîne plus que les autres, il reconnaît les étapes de montagne, il mange équilibré, il a perdu du poids après son cancer, il a une volonté de fer, il a travaillé sa position pour être plus aérodynamique, etc.
    La vérité on la connaissait en 1999 : contrôlé positif aux corticoïdes sans autorisation thérapeutique.
    Et elle fut confirmée en 2005 : 6 échantillons positifs à l’EPO durant son premier tour victorieux.
    Il y a des faits (ses 7 contrôles positifs) et des supputations fantaisistes pour faire gloser les éditorialistes. On appelle cela des leurres ou des fumigènes.
    Cette nouvelle hypothèse ne mérite donc pas qu’on s’y attarde une seule seconde.

    0
    0
  4. p'ti lucien

    Armstrong serait peut-être d’origine bretonne alors ? si comme dit la chanson « ils ont des couilles de plomb », une en moins ça lui a fait quand même pas mal de poids de perdu.

    0
    0
  5. alain39

    Formidable. Ils sont forts ces américains et on peut compter sur leur chauvinisme pour tout intenter en faveur de leur champion.
    A leur décharge on savait déjà que les castras ont une plus belle voix mais jusque là aucun avantage démontré sur les sportifs.
    Et puis alors quand on constate l’apport du retrait d’une c…. c’est tout bonnement impressionnant. Augmente les globules rouges, le taux de testostérone, réduit la fatigue etc….
    Mieux que le viagra.
    A lire tout ceci les autres champions vont regretter de ne pas avoir un cancer des testicules.
    J’ose imaginer que les métastases au cerveau ont certainement permis de décupler ses forces morales et sa dureté au mal.
    La médecine revisitée par ces charlatans devient disneyland et celà confine au grotesque.
    Comme Cunégo qui arbore un tatoo « doping free » je propose au beau Lance d’arborer un « ball free ».
    Ceci révèle bien qu’il est de plus en plus dur de plaider l’absence de dopage et fort heureusement les tricheurs peuvent compter sur une frange peu recommendable de la médecine pour expliquer par des raisons médicales pseudo naturelles comment ils battent des coureurs dopés.
    Lamentable.

    0
    0
  6. Pierre Dumais

    J’ai pris un rendez-vous avec un chirurgien pour me faire enlever une testicule.

    Je suis certain qu’après cela, je larguerai mes petits copains en vélo et postulerai à titre de chanteur d’opéra.
    (Prenez cela comme une blague)

    0
    0
  7. francisponch

    ahhh !!!! c’est pour sa qu’il est aussi fort DiLuca !!!!??? il s’est enleve ses 2 bollocks au moins !!!!!!!

    0
    0
  8. Testocarbone

    Ce qui est affirmé par ces scientifiques n’est validé par aucune étude sérieuses à grande échelle. C’est une supputation et supputer n’a jamais fait avancer la science.
    L’observation est un début. Après il faut apporter, à grande échelle la validation de l’observation.
    J’estime que cet article est une grosse arnaque destinée à nous faire avaler l’idée que Lance est propre alors que nous savons qu’il a usé et abusé d’EPO. Cinq fois positif. Qui parle encore de secret.

    0
    0
  9. colt seevers

    Grâce aux pochettes surprises offertes aux coureurs lors de la journée de repos (j’imagine la scène, cocasse, d’un coureur s’exclamant « chouette! du sang neuf! » en ouvrant son colis), l’étape du jour fut un festival, un feu d’artifice, avec pour résultat un peloton ventilé, façon puzzle! garzelli pointé à 4 minutes 20 devant le peloton empoche le classement de la montagne au sommet de sestrières (même s’il y a loin de la coupe aux lèvres) et se fait reprendre dans la descente par l’alliance des intérêts communs des équipes LPR et liquigas. Ensuite, c’est de l’art. Malgré une attaque pas piquée des vers de Pellizotti, le domestique dont les jambes fourmillent de bonnes intentions, cet homoncule gracieux (je n’ai pas dit dis-) tout de rose vêtu, coudes au vent (je n’ai pas dit couilles) manque de s’envoler au sommet de pra martino tellement il roule vite. Di luca puisque c’est de lui qu’il s’agit dans ce giro 2009, fond peu après sur Pellizoti qui semblait pourtant bien trop motivé pour être repris. Enclenchant la surmultipliée dans des petites ruelles aux virages tortueux, il gagne à 96 tours minute, trop peu sûr de ses qualités en contre la montre pour s’arrêter de pédaler avant la ligne…

    On se souviendra du comportement d’Armstrong quand viendra juillet. Lorsqu’horner se déglingue et que levi ne peut plus compter que sur lui même, il sent pourtant bien la course d’habitude mais ici il a décroché des roues et s’est montré incapable d’assumer son rôle de domestique quand ça a vraiment bastonné. On ne sait ce qu’il donnera comme spectacle dans la seule étape où il est attendu (le CLM de cinqueterre), mais dans la deuxième moitié de l’ascension de pra martino, il trahit la confiance de ses équipiers en commettant une grave faute professionnelle et offre définitivement la place de leader naturel du tour à Contador sur un plateau d’argent!

    Ivan basso un ton en dessous depuis son retour? Preuve éclatante aujourd’hui, à la fin d’une très longue étape le lendemain d’un jour de repos! Non, ce type a croqué à nouveau, car il fait pêter tous les compteurs. Supposons un arrangement pour faire gagner di luca aujourd’hui en échange d’une belle plus tard, et prédisons une grosse attaque (qu’on ne souhaite pas cardiaque) de basso dans le blockhaus.

    0
    0
  10. Thierry Lemaire

    @ Testocarbone
    pas cinq fois, mais bien sept fois positif !

    0
    0
  11. Andy Lamarre

    A PIERRE DUMAIS………
    Il me semble qu’il t’en manque une depuis plusieurs annés…..

    0
    0
  12. francisponch

    sur ce giro du centenaire le dindon de la farce est tout de meme Cunego, qui se prend un vent magistral..voir un cyclone!!!!…il est est a son vrai nouveau, un excellent coureur pour les courses d’un jour !!!…mais pas le meilleur sur les grands tour

    J’espere pour lui qu’il va rester sur ses positions et ne pas ceder a la pression !!!!

    Quant a ce Di Luca !!!!????..quel usurpateur !!!!!…l’etape qu’il a fait aujourd’hui !!!!!ouaaah !!!!
    …il arrive a suivre Soler puis le contrer sur des pentes a 12 %…puis il accelere dans la descente..se mets a fonds sur le plat..et decroche tout le monde sur un mur a 12 % sur 400 metres pour sprincter comme un fou apres une etape de 260 bornes….PIPO ce mec !!!!…il gache ce giro !!!!!

    0
    0
  13. Alphonse

    On dit qu’Alexander Vinokourov a des velléités de revenir dans le peloton. Auquel cas l’équipe « sponsorisée » par le géant industriel pétrolier au doux nom de la capitale de son pays, bénéfices privés sur fond public (on appelle cela le capitalisme, parfois masqué sous le terme de libéralisme dont le capitalisme n’a que faire), ce pays dont le président de la fédération de cyclisme est accessoirement ministre de la défense, et dont l’équipe cycliste fait sa présentation encadrée de militaires armées de mitraillette, semble naturellement prête à l’accueillir.
    Equipe dirigée par Johann Bruyneel et qui accueille déjà Contador, Armstrong, Leipheimer et Klöden (en mauvaise posture, dans un des derniers pays où il reste des structures d’état), rien que ça et sans parler des équipiers tel cet Horner.
    Les pétro-dollars n’avaient pas d’odeur, messieurs les maitres du cyclisme, mais justement si, celui du pouvoir. Et voilà que Bruyneel et Armstrong, qui croyaient toucher le pactole sans contrepartie, rechignent à ouvrir leurs portes à celui que le journal L’Equipe avait dressé sur un piédestal lors d’un Tour 2007 qu’il espérait de nature à faire oublier le précédent et son anachronique (et tout de même sublime, j’insiste!) et motorisé épisode Landis nous rappelant les chevauchées de Fausto Coppi. Peut-être bien qu’ils ont eu peur de se faire détrôner par l’ex-nouveau-tsar?
    Depuis, les maitres du pétrole ont coupé les vannes.
    Je m’étonne de nulle part ne lire de lien de cause à effet, nulle part. Cela m’a t-il échappé?

    Je suis content de constater que Toutouille (son pseudo initial) me rejoint pour constater le scandale de l’éviction de l’équipe Barloworld et son excellent leader Mauricio Soler, grand malchanceux de ces deux dernières années.
    Autres enseignements: Menchov toujours très bien, Sastre monte en puissance, Armstrong progresse, Horner régresse, et toujours Di Luca, Basso, Leipheimer, Rodriguez, Rogers, Pellizotti, Arroyo.
    Après le chrono, l’étape de Monte Porta sera à saisir.

    0
    0
  14. thomucien

    ou as tu vu que j’ai parlé de barloworld et soler? je ne savais meme pas qu’il etait dans cette equipe!

    0
    0
  15. Tiphaine

    …Pour dépasser les petits copains à vélo c’est possible, mais pour ce qui est de devenir chanteurs d’opéra spécialité castrat ou « semi-castrat » (!), à vos âges grands garçons, c’est trop tard.
    Petit rappel : le but de l’opération, avec la bénédiction de l’Eglise et pour la plus grande gloire de Dieu, était de conserver les sonorités cristalines d’une voix d’enfant, mais appuyée avec l’âge par un coffre et une capacité respiratoire d’homme adulte. Aussi, on castrait – puisque c’est le terme – les garçonnets entre 7 & 12 ans maximum. Jamais avant, plus après.
    Donc la carrière lyrique est a oublier chers postulants…

    0
    0
  16. Tiphaine

    Par ailleurs, le fait que tu soulèves est tout à fait pertinent, Alphonse…

    0
    0
  17. colt seevers

    « Sur ce chrono je sais que je peux faire aussi bien que Basso, mais je perdrai du terrain sur Menchov et Leipheimer. Je ne voudrais pas perdre plus de deux minutes sur eux ».
    Source : Tuttosport

    Ca doit tellement l’exciter ce qu’il met aux autres qu’il en perd toute lucidité, sous estimant ses propres capacités sur le CLM… il ne perdra rien s’il est aussi puissant qu’on l’a vu dans le final d’aujourdhui… quelle vitesse de jambe, quel avion! Il ne réalise pas non plus qu’il a assommé la concurrence, qui se demande comment elle pourra désormais l’attaquer puisqu’il a prouvé qu’il sera si fort en haute montagne. Elle n’attendra plus désormais pour le battre qu’il fasse une Landis, qui est déjà une variante de la défaillance « blocage » de danilo au giro 2005. Il ne se rend même plus compte que son équipe le soutient idéalement, docile et bien en ligne où il faut quand il faut, pas comme celle de basso qui l’accompagne mais le trahit trop près de l’arrivée, le soutien mais l’abandonne trop loin de l’arrivée, son équipe, la LPR, rappelons le qui est déjà bannie du tour 2009 (quel nez creux).

    La routine « oil for drugs » est tout à fait huilée désormais, le « cocktail » pour gagner le giro qu’on lui avait concocté par le passé qui n’avait pas marché, oublié, il peut apparemment goûter en toute quiétude un nouveau succès en 2009, sans craindre le blitz des carabinieri, sans avoir besoin de téléphoner à son « médecin de famille » de crainte que trois gouttes de pisse dans la bouteille ne suffisent à le confondre.

    Di Luca? « Ils le battront au CLM », « Il ne tiendra pas en montagne », qu’on disait.

    Chez les books, Di Luca, leipheimer et basso valent encore 3 contre un.

    Je sais qui va gagner ce giro; allez, un indice: je ne crois pas aux leaders qui ne peuvent pas compter sur leurs équipiers… plus sibyllin tu meurs!

    Mais j’apprends que valverde est leader sur le tour de catalogne. Et la catalogne, c’était pas le territoire de l’italie, la « provincia » italienne à une certaine époque lointaine? Puisqu’il a bien le droit d’y courir… Mais faudrait que les organisateurs voient un peu à suivre l’exemple danois!

    0
    0
  18. Pierre Dumais

    À Tiphaine

    Je suis déçu. Ma deuxième carrière tombe à l’eau.

    Merci tout de même.

    Peut-être pourrais-je être un ennuque?

    Qu’en penses-tu?

    0
    0
  19. thomucien

    avec la muscu qu’il a faite, armstrong ne peut que se bonifier avec le temps lors de ce giro; dommage que je n’ai pas vu l’étape

    0
    0
  20. Roger13

    Di-Luca ne perdra pas beaucoup de temps dans le CLM à moins qu’il ne veuille perdre juste le temps nécéssaire à rendre son scénario crédible, car effectivement, on a l’impression qu’il pourrait même le gagner avec le carburateur qu’il nous a montré.

    Armstrong devient un favori du CLM. Je le vois dans les 3 premiers. Tiens, je prends même un petit risque, je paries sur lui pour la gagne.
    Leipheimer second, Basso quatre.

    0
    0
  21. Tiphaine

    @ Pierre
    Hou là ! J’ai bien peur que ce sacrifice ne soit vain. Il n’y a plus de sérails ou de harems à garder tu sais…

    0
    0
  22. alain39

    Lucas 2009 égal le Lucas 2007.
    Il est intenable dès que la routé s’élève et se permet de multiplier les attaques sans jamais faiblir.
    La baisse de forme de 2008 est oubliée il faut dire que cette année il a pu se préparer en toute tranquillité.
    Hier sa puissance sur les derniers km était phénoménale et surtout il lâche ses adversaires où il veut.
    Il fait preuve d’une telle confiance en lui que celà en devient un aveu.
    Il n’a même plus besoin d’équipiers et surtout il court sans peur du lendemain et non à l’économie.
    Avant 2005 (avant 29 ans), Di Luca n’avait jamais suivi les meilleurs en haute montagne lors des explications finales. Maintenant il les anticipent et c’est lui qui impose sa tactique aux grimpeurs.
    Hier il hausse le ton en bas de la bosse finale pour ensuite exploser tout le monde.
    Il va faire un bon chrono et ensuite sauf erreur de dosage en remettre une couche lors de la dernière semaine.
    Apprécions également la prestation de Armstrong. Phénoménal quand on considère son manque de compétition.
    Pour moi ce sont les 2 hommes (robots devrais-je dire) de ce giro.

    0
    0
  23. Alphonse

    Il est prétentieux d’affirmer que Di Luca a déjà gagné le Giro.
    Au jour d’hui, il a gagné au sprint une étape se terminant par un long faux plat, a terminé deuxième au sprint d’une étape dite des Dolomites réduite à une course de côte, les deux fois en présence des autres favoris, et a gagné en descente puis en puncheur (à la Bettini) sur un court raidard une étape alpestre au parcours hors de rapport avec sa qualification de légendaire.
    Il est mon favori.
    En 2007, il avait impressionné sur la très difficile et endurante étape des Dolomites, une vraie celle-là. On y avait beaucoup vu le non-regretté Eddy Mazzoleni. Sylvester Szmid fait de plus en plus penser à ce coureur maintenant banni.
    On peut penser qu’il saura faire preuve des mêmes qualités sur l’étape de Monte Petrano, je le fais, mais gageons que s’il craquait les mêmes qui voient dans ses perfs des preuves d’un dopage supérieur en trouveraient d’autres dans une contre-perfs.

    0
    0
  24. Roger13

    J’avoue que je doute beaucoup de Di Luca. S’il était dopé en 2007 alors il faudrait reconnaître que ses performances avec ou sans dopage sont relativement proches même si effectivement les puissances cette année sont moindres. C’est contradictoire avec les effets quantitatifs connus qu’apporte le dopage. Certes pas de preuves mais en ce qui me concerne des indices pour douter fortement.

    0
    0
  25. Roger13

    http://fr.justin.tv/streampie/popout

    Je trouve les italiens nettement au dessus des français en ce qui concerne la qualité des retransmissions: Beaucoup d’informations sur les puissances, le matériel, l’alimentation, les vitesses indiquées…..

    0
    0
  26. Alphonse

    Mais non, tu ne doutes pas de Di Luca. Tu as la (quasi) certitude que tous les meilleurs de toutes les grandes courses qui se jouent à la pédale sont dopés.
    Et les raisons premières sont de nature psychologiques. La seule existence d’artifices procurant un avantage est suffisamment angoissante pour que nombre de coureurs la combattent… en en usant. « Trop peur que l’autre le fasse et pas moi ».

    Pour ta deuxième intervention, en France, on est des poètes: voir la dernière sortie de Gérard Holtz.
    http://www.cyclismag.com/article.php?sid=5027

    0
    0
  27. Roger13

    Je suis d’accord avec une partie de son intervention: Prendre de l’argent des pro pour mieux controler et donc protéger le cyclisme amateur est une idée que je défends depuis longtemps. Pour le cyclisme pro je ne crois pas à une efficacité en profondeur possible même en faisant tomber des grosses jambes.

    0
    0
  28. Marmotte

    Reprise de la discussion du dernier topic puisque Laurent en reprend 2 thèmes : les calculs de puissance et l’histoire de « l’avantage mono-couille » :

    Je disais donc (Soumis le 20 mai 2009 à 12:07)

    Lionel : Toutes mes excuses pour la mauvaise citation !!! Mon erreur !

    Colt : Une fois de plus, ce que tu dis est très intéressant, mais ton texte est à cheval entre la rigueur scientifique et l’éditorial. Roger, juste au-dessus, l’a visiblement remarqué. Je comprends ce que tu veux dire au sujet des limites humaines qui ont été “prouvées”. Ce sont toutefois des preuves circonstancielles, pas “scientifiques”, comme le serait une étude bien faite. C’est que plusieurs coureurs atteignent une certaine puissance et ont été pris pour dopage. Cela prouve certes que des coureurs peuvent atteindre des puissances de l’ordre de 6-7 watt/kg avec dopage. Mais cela ne prouve pas ce que tu prends comme corollaire : il n’est pas prouvé que des coureurs propres ne peuvent atteindre ces puissances. On peut inférer que c’est impossible à l’aide de plusieurs contre-exemples, mais avec le faible nombre de positifs sur le lot, je ne pense pas qu’on peut parler de preuve.

    Ceci dit, je trouve particulièrement intéressante ton histoire de l’augmentation de production d’hormones hypophysaire. J’ai un gros doute à savoir si cela pourrait se manifester “cliniquement”, et encore plus en ce qui a trait à améliorer les performances sportives. Mais au moins, pour une fois, il y a une base théorique pas complètement farfelue. En effet, il existe un rétro-contrôle inhibiteur des hormones produites par les gonades sur la production d’hormones de régulation par l’hypothalamus et l’hypophyse. L’hypophyse produit notamment l’hormone de croissance et la prolactine, de même que des hormones qui régulent la production d’hormones thyroïdiennes, de corticostéroïdes endogènes et de stéroïdes androgènes. Sauf que pour chacun de ces “end-point” il y a des hormones de régulation plus ou moins indépendantes les unes des autres. C’est-à-dire que ce n’est pas pcq le rétro-inhibition sur la voie hypophyse-gonades diminue que le message envoyé aux “autres voies” sera de produire plus. Y a-t-il une source, une référence à un article ? Si oui, j’aimerais bien la connaître. Merci.

    Pour ce qui est des Watt-étalon, cela prend un certain sens si on parle de puissance par unité de masse plutôt que de puissance brute, ce qui n’était pas évident dans les commentaires précédents. Toutefois, il y a encore trop de biais pour pour se fier aux mesures de puissance/kg calculées à partir du temps d’un coureur sur une montée. Cela fait fi de la résistance au roulement (probablement de beaucoup diminuée depuis 30 ans, donc une sous-évaluation de la puissance de Merckx pour un même temps et une même masse…), de la résistance de l’air (dépend des jours), de l’eau qu’on traîne (2 bouteilles pleines, c’est tout de même presque 1.5 kg, soit 2%), de la draft, etc. Encore une fois, si on avait accès aux données SRM de Merckx et de tous les protagonistes modernes, on pourrait faire ce genre de comparaisons, mais autrement, c’est beaucoup trop flou. Tout au plus peut-on, à peu près, comparer des coureurs qui évoluaient sur la même montée durant une course.

    Hier sa puissance sur les derniers km était phénoménale et surtout il lâche ses adversaires où il veut.
    Il fait preuve d’une telle confiance en lui que celà en devient un aveu.

    0
    0
  29. Marmotte

    Oubliez les 3 dernières lignes.

    J’allais poursuivre avec le topic actuel. J’allais donc répondre ce commentaire, ci-dessus, qui dit de Di Luca :

    « Hier sa puissance sur les derniers km était phénoménale et surtout il lâche ses adversaires où il veut.
    Il fait preuve d’une telle confiance en lui que celà en devient un aveu. »

    Deux choses :

    1 – Il n’y a pas si longtemps, tout le monde se plaignait que les concurrents au général des grands tours faisaient des courses plates, n’étaient pas offensifs, n’avaient pas de panache, blabli, blabla. Pour une fois qu’on a une course un tant soit peu spontanée et panachée, profitons-en et arrêtons de rechigner.

    2 – Ok, à ce que je sache, Di Luca a un peu plus d’une minute sur ses adversaires, dont beaucoup vient des secondes de bonification qui ne veulent rien dire sur son état physique. Come on, il a gagné par 10 secondes, ça ne veut tellement rien dire… sinon qu’il a un bon punch. Demain, Leipheimer va sûrement le dominer en CLM, et il s’en trouvera pour dire que ça prouve que Leipheimer est dopé, … Je le redis, c’est facile de tirer sur tout ce qui bouge, et c’est un exercice beaucoup plus difficile de tirer avec précision.

    0
    0
  30. Marmotte

    By the way, merci à tout le monde pour la qualité des commentaires et à Laurent d’avoir continué avec son blog. Il me semble que c’est plus constructif depuis quelques mois. 😀

    0
    0
  31. Marmotte

    Retour sur le mono-couille. Il semble que « le taux de globules rouges augmente aussi », conséquemment à l’élévation d’hormones hypophysaire.

    2 questions ouvertes :

    Q1 – Quelles hormones hypophysaires…? C’est un peu vague comme terminologie. Comme exposé dans mon précédent post, il y en a une « trollée ».

    Q2 – Par quel mécanisme l’hématocrite augmente-t-elle ? Je ne connais pas d’hormone hypophysaire qui a un rôle à jouer dans l’érythropoïèse. C’est le rein qui produit l’EPO et la moelle osseuse qui produit les globules. Si l’hypophyse un rôle à jouer là-dedans, c’est une nouveauté… surprenante !

    Si quelqu’un dégote un article publié à cet effet par ces deux « angiologues », je suis immédiatement preneur.

    Tenez, question bonus : Qu’est-ce qu’un angiologue? Un spécialiste en vaisseaux sanguins j’imagine? Sans du tout remettre en question la crédibilité des deux chercheurs, ça semble « custom » comme titre. Ou du moins, ça ne semble pas avoir d’équivalent au Québec. Qqn connaît?

    0
    0
  32. colt seevers

    J’y vais de ma cascade de « je présume »: On sait que le glycogène (sanguin, issu du foie ou de la réserve du muscle) se combine avec… rien! pour produire énormément d’énergie très peu de temps (de l’atp) et des lactates

    Mais que les acides gras sont brûlés par les muscles en combinaison avec l’oxygène pour produire beaucoup d’énergie (de l’atp) et du Co2, longtemps, à l’échelle d’un effort humain indéfiniment, tant qu’y a de la graisse et de l’oxygène!

    Je présume que les lâchers de testostérone sont prévus par l’organisme pour favoriser la performance sportive… par une stratégie d’ensemble:

    En s’adressant aux cellules graisseuses pour faciliter la libération des acides gras

    En s’adressant aux fibres musculaires pour en faciliter l’utilisation (colonisation des muscles par les fibres lentes)

    Et d’autre part en stimulant l’erythropoiese par les reins, qui provoque l’hemogenese dans la moelle osseuse.

    Je présume que l’hypophyse (une glande du crâne) jouerait donc un rôle de chef d’orchestre dans la transformation d’un individu normal en individu super affûté pour la performance.

    La cascade des événements en résumé:

    -couille enlevée, déséquilibre hormonal (pas assez de testostérone)!
    -l’hypophyse détecte le problème (?) demande donc à la couille restante de travailler plus pour compenser.
    -la testostérone réveille les reins, qui produisent plus d’erythropoie… d’epo!

    On aboutirait au paradoxe suivant: un organisme monoburnal se fatigue à lutter contre un problème de déséquilibre hormonal (on imagine l’état de surmenage de la couille restante)… Mais c’est un avantage décisif dans le domaine du sport.

    Deux c’est pas mieux qu’une!

    J’espère que ces chercheurs ne se sont pas fondés sur le cas armstrong pour conclure… car il trafique tellement son équilibre hormonal pour raisons professionnelles qu’il n’est plus indicatif du genre humain…

    0
    0
  33. colt seevers

    je viens d’en apprendre une bonne, hitler était aussi monocouille. C’est un point commun.

    0
    0
  34. Thierry Lemaire

    Mais c’est absolument incroyable de vous voir débattre sur un fumigène.
    Cet argument est évidemment bidon, comme tous les autres. Il ne sert à rien d’essayer de lui trouver une justification.
    Vous tombez dans le piège tendu par Armstrong.

    0
    0
  35. thomucien

    c’est ce que j’ai dit au premier commentaire

    0
    0
  36. Dave

    @thomachin : si tu arrêtais de changer de pseudo, ça n’amuse que toi…

    0
    0
  37. colt seevers

    Un extrait d’un article de michele ferrari, mentor et ami de toujours de lance armstrong, qui influence donc toujours ses plans d’entraînement (surtout la partie… équilibrages hormonaux entendons nous!) et qui lui a inspiré le nom de son vélo « madone », c’est en effet le col de la madone près de monaco qui sert à étalonner les disciples de ferrari: parmi eux, boonen, vinokourov, livingston, rominger, etc. (ici, probablement ajouter la moitié du peloton par ricochet).

    « Every cyclist should have the interest in improving his own lipid power: increasing fats consumption at medium intensities allows the rider to spare precious glycogen stores, saving them for the highest efforts or the final part of the race. The maximum lipid power in well-trained athletes can reach values of 0.7-0.8 g/min, equal to 380-400 Kcal/hour. »

    Il y avait un article sur les déséquilibres hormonaux (provoqués par le surentraînement par exemple) et comment les contrôler.

    Il y décrivait tout un jeu de domino où si on touchait au taux d’une hormone précise, les autres était automatiquement modifiés, par un mécanisme d’autorégulation de l’organisme. Cet ancien sportif slash coach slash médecin slash pharmacien avec son diplôme de ché pas quoi, à force d’essais et d’erreurs il doit s’y connaître un peu dans le domaine. Je ne le retrouve plus.

    Plus récemment dans son « forum », il distille un conseil d’ami pour perdre du poids en haut du corps: « Simply do not use the upper body and train hard on the bike.
    Corticoids are cathabolic for the muscle you do not use, but are in the doping list. » Révoltant!

    0
    0
  38. alain39

    Intéressant les propos de Cunégo qui rejoignent ceux de Madiot et autres coureurs français qui parlent d’un cyclisme à 2 vitesses.
    Il est évident que Cunégo depuis sa paternité a changé de mentalité et qu’il gère sa carrière en bon père de famille.
    La maladie de 2005 n’est peut être pas étrangère et peut être a t’il pris la mesure des risques encourus par le dopage.
    Cunégo depuis tout jeune a toujours été le meilleur de sa génération (champion du monde junior notamment) et dès ses débuts chez les pros a montré de grandes qualités pour les épreuves à étapes et sur les terrains wallonés.
    Le fait que ces remarques proviennent d’un leader encore en activité est symptomatique d’un réel malaise et qui sait d’une potentielle fracture au sein du peloton.
    Il fait parti de la catégorie des grimpeurs puncheurs et pourtant sur des étapes à sa convenance il ne peut plus suivre les meilleurs.
    C’est un argument de poids sachant qu’il est en forme comme en attestent ses résultats sur les ardennaises.
    Di Luca était absent pour sa part et sa supériorité « spontanée » semble sortir de nul part.
    Il est clair que Cunégo est en train de se désolidariser du milieux (dans tous les sens du terme)et qu’il adopte une liberté de langage très rafraichissante.
    Les mauvaises langues le dénigreront et pretexteront une jalousie pour expliquer ses critiques.
    Pour ma part je trouve ce comportement très sein et j’aimerai tant que beaucoup de coureurs en fassent de même.
    Si une lutte efficace contre le dopage doit se faire c’est aux coureurs d’en être les acteurs principaux et bien évidemment en se permettant une critique éclairée.
    Di Luca a attendu l’àge de 29 ans pour devenir un grimpeur ce qui est contre nature.
    Je tiendrai les mêmes propos à l’égard de Cunégo si il venait à battre les meilleurs rouleurs car un tel résultat serait en contradiction avec ses qualités.
    Force est de constater que depuis 3 ans ses résultats collent à ses qualités sauf sur les grands tours où il est un cran en dessous et à juste titre il s’interroge tout haut et nous prend à témoin.
    A suivre.

    0
    0
  39. colt seevers

    A la nouvelle de la sortie du livre de mondenard j’ai parcouru mes archives… Je dépoussière cet article:

    « Rendu malade par un contrôle antidopage « négatif »…

    La bêta-hCG fait partie des substances systématiquement recherchées chez les sportifs lors des contrôles anti-dopages : la prise de cette hormone augmente la production de la testostérone, ce qui a des effets comparables à la prise d’anabolisants. En bonne logique, le cancer de Lance Armstrong aurait donc dû être découvert à un stade beaucoup plus précoce.

    Mais celui ci prenait les précautions nécessaires afin d’altérer ses taux apparents de bêta hCG. Armstrong s’est il chargé des médecins qui s’occupaient de cela? aussi bien qu’il s’est chargé de Simeoni?

    Oh pardon… Il faut juste dire « Armstrong se chargeait »… »

    Allez, ciao, je retourne me vautrer dans le stupre des frasques de LA…

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.