Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Le monde selon Lance

Profitant d’une rare connexion à internet, il ne faut pas manquer l’émission Enquête de Radio-Canada ce soir qui portera sur Lance Armstrong et la fin de son mythe. Le journaliste Alain Gravel, cycliste lui-aussi, est toujours excellent dans ce genre de reportage.

C’est à 21h, à la télévision de Radio-Canada.

Partager

Précédent

Vendée globe: c’est un départ!

Suivant

Le Tour de l’actualité

  1. alain39

    Et on apprend que le nom officiel de l’association créée par Lance est changé.
    Ca se précise au niveau de sa défense car je suis certain que c’est un élément d’un plan bien réfléchit.
    Ce n’est plus tenable avec des sponsors qui le quittent, une assurance qui va le poursuivre et en plus une fondation qui se voit dégradée. Elle ne figure plus dans les 400 plus représentatives et quelque part elle devient un fardeau puisque sa présence la fragilise. Et puis il se dit qu’il aura assez de témoignages de membres pour mettre en avant son oeuvre caritative.
    Toute la stratégie de défense est à terre et donc il va lui falloir avouer. Quoi, comment, quand sont les questions.
    Je n’exlus pas des actions en justice initiées par Arsmtrong contre ses ex amis dopeurs pour ne pas lui avoir totalement expliqué tous les effets du dopage et les risques qu’ils lui ont fait prendre.
    Il va à un moment saturer les médias et cette fois en qualité de victime d’un système qui aurait abusé de sa faiblesse. Si on réfléchit il y a matière à monter un dossier qui partira de son enfance sans père, de son cancer et de sa lutte pour revenir. Il faut reconnaitre que sa vie a été un roman et qu’il peut en jouer.
    Et je pense que certains doivent trembler car connaissant le personnage il doit négocier ses aveux afin de réduire les pertes financières. Les relations avec les sponsors pour éviter les pénalités doivent être âprement négociées.
    Comme il est très individualiste il va y avoir de la trahison dans l’air. Bruyneel n’a qu’à bien se tenir car Big Tex ne fera pas de cadeau. Idem pour Ferrari, l’UCI et autres qu’il risque fort de charger dans un réquisitoire qui mettra en avant les dérives d’un système dans lequel il n’aura été que l’instrument des vanités et cupidités de certains qui sont toujours en place. Il va déporter le débat sur ces personnes.
    Juridiquement c’est sa meilleure défense à savoir attaquer un système en incarnant sa plus symbolique victime.
    Il lui faudra réécrire l’histoire mais c’est pas nouveau pour lui qui a déjà écrit une légende basée sur le mensonge.
    Il lui reste avec l’aide de ses avocats et conseillers en com de travailler cette nouvelle histoire. Pour l’instant c’est le calme plat au plan médiatique mais il est évident qu’il va à un moment de nouveau utiliser les médias avec une stratégie bien établie et une histoire à raconter.
    Il travaille en ce moment sur le scénario, le casting (très important) et le calendrier.
    Car surtout gardons toujours à l’esprit que si le champion était un produit frelaté, le business man est redoutable et doué d’un réel talent de manipulateur et de communicant. Aujourd’hui c’est le business man qui travaille et il va ensore nous étonner car il ne manque pas de ressource et je suis le premier à reconnaitre que ces qualités là lui sont totalement naturelles.
    J’attend avec impatience son coming out car je sais que ça va être très professionnel et qu’une fois encore il va nous étonner.
    Ce sont ses conseillers et avocats qui doivent en ce moment prendre du plaisir car c’est un super dossier puisque médiatique, politique, complexe, international, people (Sarkozy, Sheril Crow, Bush etc ont tous eu affaire avec Armstrong) et donc on top of that super rémunérateur.
    Y a pas Lance c’est une cash machine et sa vie à elle seule une mine d’or si il sait la commercialiser.
    Avec lui le cyclisme est entré dans une autre ère celle du business sportif et pas de doute à ce jeu il est le meilleur d’entre tous.

    0
    0
  2. thierry mtl

    Le pro tour sera  » plein » de québécois cette année. Du jamais vu, qui n’est pas vraiment mis de l’avant dans les média de la province. C’est pourtant pas le hockey qui prend les ondes ces jours-ci.

    Paradoxalement, cette génération cycliste québécoise est en grande partie une conséquence de l’effet Armstrong sur le vélo nord-américain.

    0
    0
  3. Vincent C

    « Cette génération cycliste québécoise est en grande partie une conséquence de l’effet Armstrong sur le vélo nord-américain »

    Ça, c’est lui donné une importance qu’il n’a pas. En quoi Armstrong a fait que les jeunes ont commencé à faire du vélo? On ne peut pas parler de liens direct de causes à effet.

    La construction d’un vélodrôme, l’implantation d’un sport-étude vélo, ça c’est directement lié au développement du sport.

    Icône, promotion du sport? … Come On, on entends jamais parlé de vélo au Québec à part quand il est question de dopage… Et maintenant, c’est encore plus vrai, paradoxalement à cause d’Armstrong!

    Je dirais plus que les baby-boomers qui ont amener leurs enfants voir les Lachines ou rouler les fins des semaines avec eux ont eux plus d’impact qu’Armstong. Demande à Gilbert, à Parisien, à Boivin comment ils ont commencé le vélo pour t’en convaincre.

    Alors, non, Armstrong n’est pour rien, bien au contraire.

    0
    0
  4. Vincent C

    *ont eu plutôt

    0
    0
  5. BP

    Dans son fantasme d’appartenir, d’accéder au monde, dans le sens de la haute société (voir l’excellent film « le temps de l’innocence » de Martin Scorcese), lequel lui était fermé par naissance, Lance Armstrong s’est comporté et se comporte encore comme un voyou (voir « Casino », du même réalisateur, même style mais moins raffiné, forcément, toute proportion gardée). L’exhibition de l’image d’opulence ostentatoire en est la confirmation (elle m’a immédiatement fait penser à celle de Tony Montana dans la piscine mousseuse au milieu de son gigantesque salon).
    Sans le monde, son monde va lui devenir bien terne.

    « Content de peu n’a rien à craindre », qu’il disait le philosophe chinois.

    Notre monde est loin du compte, il n’a pas fini de souffrir.

    0
    0
  6. alain39

    La vie de Big Tex c’est du Balzac. Du grandeur et décadence à la mode contemporaine sauce sportive.
    Mais tous les éléments de l’intrigue sont les mêmes.
    Un jeune paûmé de Plano (je connais parfaitement cette ville) qui par le sport est arrivé à sortir de sa condition et à devenir une idôle. Une histoire normale dans le monde du sport qui permet des évolution sociales que peu de nous peuvent connaitre.
    Mais pour y arriver il était prêt à tout et en plus renforcé par sa victoire contre le cancer il a opté pour une prise de risque maximale. Là ou d’autres auraient abandonné tout rêve de conquête il a décuplé un courage et une volonté immense.
    Mais voilà il a franchi la ligne jaune et grisé par le succès et l’argent « facile » il a fait montre de suffisance et a pris des risques encore plus importants.
    Son retour en 2009 confirme cette dérive psychologique et ce besoin d’exister en haut lieu et à continuer d’être le centre du monde (au moins du cyclisme).
    Mais par dessus tout il est motivé par l’argent car il en a manqué et en plus dans la culture américaine c’est le mètre étalon. On ne juge à homme qu’à l’aune de sa richesse.
    Maintenant arrive la sanction et la destruction de son système mais également de sa propre échelle de valeurs. Les espagnols sont également confrontés au même problème et faute d’être dans la situation de Big Tex ils continuent à nier et donc à se mentir.
    Car tous autant qu’ils sont ils ont détourné un sport et par le truchement du dopage ont grimpé au sein de la société.
    Mais tout ça a été construit sur un mensonge qui grâce à un système a pu prendre corps. Un système qui est venu totalement remettre en cause les fondamentaux du sport et a créé un cyclisme à 2 vitesses et donc permis à des voleurs de palmarès d’emmagasiner de substantiels revenus et disposer d’une popularité immense.
    Mais il ne faut pas oublier que ce système a spolié une grande partie du peloton et surtout à terme est venu mettre en difficulté tout un sport.
    Le cancer du dopage a métastasé à tous les niveaux et aujourd’hui ce grand corps malade qu’est le cyclisme va devoir subir un traitement de choc pour s’en sortir.
    Alors oui tous les protagonistes doivent être jugés car il faut se débarasser de ces cellules malines pour reconstruire ce sport. Ce serait se mentir que penser que nous pouvons ignorer cette phase du traitement.
    Pour certains ça semble un combat d’arrière garde, tardif et peut être désuet mais il sert également pour l’avenir en donnant un message fort et surtout les nouvelles orientations.
    L’UCI, les DS, les coureurs, les ex champions, les médecins, les sponsors doivent être sanctionnés si on veut que ce type de dérive ne ressurgisse pas dès demain.
    Mais le gros du travail consiste à revoir les instances, la gouvernance, les sanctions et plus généralement tout le sytème par souci de clarté, de justice, d’équité et enfin d’assainissement pour construire des bases solides.
    Le cyclisme est certes séculaire mais il peut très bien dans la mouvance mondialiste disparaitre de la carte et ce d’autant plus avec l’avènement du sport business. Un sport pas rentable a naturellement vocation a quitter le devant de la scène et devenir un sport de second rang.
    Aux instances en place de faire le nécessaire pour éviter cette sanction ultime et pauvre de nous nous ne pouvons qu’assister et grâce à LFR faire entendre notre modeste contribution. Mais tous nous aimons ce sport et ne pouvons nous résoudre à le voir souffrir ainsi. J’ai été baigné dans ce milieu et nombre de mes valeurs en proviennent. Les valeurs du cyclisme ont toujours été le courage, le respect (de soi, des autres et de la nature qui souvent nous montre qu’elle est la plus forte), le travail, l’abnégation et surtout la fragilité des choses et leur côté éphémère. Je souhaite que mon fils qui adore ce sport puisse aussi bénéficier de cette opportunité et ainsi devenir un homme libre, affranchi par le sport.
    Ne voulant pas abandonner ce rêve je veux que le cyclisme sorte de la tourmente et se reconstruise sur des bases solides et justes. A nous de ne pas abandonner nos rêves à l’autel de la résignation et de l’argent car nous savons tous qu’après l’effort arrive le réconfort. Mais que la route est longue et difficile.

    0
    0
  7. Christian

    J’ai vu le reportage. Une sorte de résumé du livre d’Hamilton. Rien de neuf.
    Pas inintéressant pour le grand public mais ca aurait du être diffusé il y a des années.
    Comment se fait-il que l’on nous dise tout ca maintenant alors que c’est su pour l’essentiel depuis des années?!!

    Les médias doivent se remettre en question, et vite.
    Et pas que pour le sport d’ailleurs. Avoir des journalistes à résidence de l’hôtel de ville de Montréal et qu’ils n’aient jamais rien entendu sur la corruption semble surréaliste.

    Un peu comme les journalistes qui suivent la caravane du tour depuis des années et qui tombent des nues.

    0
    0
  8. Roger Wielgus

    @ Christian,

    En 2007, j’ai tenté, avec la complicité de Pierre Ballester et David Walsh de réaliser un documentaire-fiction avec comme base les enregistrements du procès d’Austin qui opposait Armstrong à son assureur S.C.A.
    Le film devait aussi reprendre point par point les éléments à charge apportés par Ballester et Walsh dans L.A. Condifential et L.A. Official.
    Le projet était soutenu par deux producteurs. Un français et un allemand. Je voulais avant tout toucher une audience que seule la télévision et le cinéma est capable de générer.

    En Europe, TF1, France 2, France 3, Arte, ARD Germany, ZDF Germany, Canal Plus ont refusé de co-financer le film. Pensant alors aller sur grand écran, nous avions besoin de l’aide du CNC ( Centre National du Cinema) pour démarrer et cette aide nous a aussi été refusé.
    Voilà la réalité. Même ARTE, qui a avait refusé notre projet, a préféré diffuser un documentaire sur le cyclisme financé par « Gerolsteiner ».

    Voilà la triste réalité.

    Aujourd’hui j’ai appris qu’un réalisateur américain a réussi à monter un film sur le scandale Armstrong. Mais à quoi cela sert-il? Le monde entier est maintenant au courant, alors qu’en 2007, Ballester et Walsh étaient trainés dans la boue et conspués par bien des lecteurs de la Flamme Rouge. Il suffit de relire les commentaires de certains qui me donnent encore la nausée.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Répondre à Erwan Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.