Le lin, une fibre d’avenir pour les cadres de vélo?

Il est somme toute assez rare de voir apparaître de nouveaux matériaux pouvant être utilisés dans la conception de cadres de vélo. Le magnésium, utilisé notamment par Pinarello dans la fabrication de son Dogma, est probablement la dernière addition à l’arsenal des fabriquants. Le carbone, l’aluminium, l’acier et le titane demeurent pour le moment les matériaux les plus retrouvés dans les cadres de vélo. Il y a cependant eu du nouveau récemment. Les "vélos Museeuw":http://www.museeuwbikes.be/, lancés par le coureur de Classiques déchu ces dernières années pour son implication dans diverses affaires de dopage (il est même passé aux aveux, rappelons-le), a en effet introduit une nouvelle fibre, "le lin":http://fr.wikipedia.org/wiki/Lin_%28plante%29, dans la conception de ses cadres. Cette fibre est l’une des fibres naturelles les plus solides, d’ou son intérêt. De nombreuses revues cyclistes ces derniers mois ont présenté ces nouveaux vélos Museeuw avec fibres de lin à l’occasion de leur couverture des divers salons du cycle. Très peu ont cependant présenté les avantages de l’utilisation d’une telle fibre. Comme on se pose des questions à La Flamme Rouge, on a cherché à savoir ce que le lin ajoutait réellement à un cadre carbone. Avouons-le d’entrée, les résultats de nos recherches sont assez décevants. Très peu d’articles objectifs existent sur l’utilisation du lin dans la fabrication de cadres de vélo. Chez Museeuw, on affirme que l’ajout de lin à la fibre de carbone présente l’avantage d’augmenter le confort du vélo, le lin filtrant bien les vibrations de la route. Le lin étant léger, le poids ajouté au cadre serait négligeable. Nous n’avons trouvé aucun autre avantage connu et commenté à l’utilisation de la fibre de lin. Bilan? On se pose beaucoup de questions. D’une part, les cadres Museeuw utilisent par ailleurs de la fibre carbone 3K, ce code décrivant la grosseur de la fibre. Si le confort est la priorité, pourquoi dans ce cas ne pas avoir joué avec la grosseur de la fibre voire ne pas s’être orienté vers le titane, plus confortable à poids égal? L’argument d’un cadre confortable à ce niveau de compétition est également discutable, le poids en premier lieu puis la rigidité d’ensemble étant des caractéristiques nettement plus prisées des utilisateurs que le confort qui, aujourd’hui, passe souvent en dernier lieu. Alors, quel avenir pour le lin dans la fabrication de cadres de vélo? À notre avis, l’introduction de cette fibre a davantage servi des intérêts commerciaux que marqué un réel progrès dans la fabrication des cadres. Dans un marché très compétitif, Museeuw se devait de trouver un élément qui distinguerait ses cadres des autres. La réponse fut le lin. L’opération est réussie, toutes les revues cyclistes en ayant parlé, mais sans jamais en présenter les avantages qui, lorsqu’on y regarde de plus près, sont marginaux. Rien, en tout cas, pour convaincre l’utilisateur sérieux selon nous.

4 Commentaires

  1. Alexandre Charest
    Soumis le 12 décembre 2007 à 7:31 | Permalien

    donc faudrai lancer d vélo en lin comme museeuw avec d dimple comme zipp! une vraie mine d’or 😉

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. Patrick B
    Soumis le 12 décembre 2007 à 10:30 | Permalien

    “Partout où la graine de lin est utilisée dans l’alimentation, la
    population est en meilleure santé”, disait le Mahatma Gandhi. Un des progrès majeur de la médecine des dix dernières années est d’avoir donné des fondements scientifiques à l’intuition du maître indien. Pour préserver au mieux son capital santé, retrouver un meilleur bien-être, et améliorer ses performances, le cycliste gagnera beaucoup plus à mettre du lin dans son assiette
    que dans son vélo!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  3. Etienne
    Soumis le 13 décembre 2007 à 5:22 | Permalien

    Un bon slogan

    Les vélos Museeuw: Une fibre naturelle, pour des performances artificielles..

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  4. iboc
    Soumis le 13 décembre 2007 à 8:42 | Permalien

    L’argument d’un cadre confortable à ce niveau de compétition est également discutable…
    250km sur un tappe-cul, j’pas sur qu’un pro se fou du confort

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!