Tous les jours, la passion du cyclisme

 

L’actuelle longueur d’avance des dopés

C’est le drame de la lutte contre le dopage: ceux qui se dopent ont toujours une longueur d’avance.

Cette longueur d’avance s’appelle très probablement l’EPO-Z, l’EPO chinoise ainsi que AICAR en ce moment.

C’est du moins ce qu’a déclaré le juge Benedetto Roberti, ce juge italien en charge de l’Affaire de Padoue dont les éléments devraient être rendus publics dans les prochaines semaines. Certaines fuites laissent croire qu’une fois public, ce dossier sera un autre coup très dur porté au cyclisme, puisqu’il incriminerait non plus des coureurs retraités, mais bien des coureurs actuellement en activité.

L’EPO-Z, ou Z-Retacrit, serait simplement de l’EPO, mais avec une nouvelle molécule indétectable. Ce produit aurait été largement utilisé notamment aux derniers JO de Londres.

De l’EPO fabriquée en Chine serait également en circulation au sein des athlètes professionnels.

Enfin, les rumeurs à propos de l’utilisation de l’AICAR ne datent pas d’hier.

Les doutes de Kimmage

Par ailleurs, l’ex-pro et désormais journaliste engagé contre le dopage Paul Kimmage a exprimé des doutes quant aux performances de Bradley Wiggins et de son équipe Sky lors du dernier Tour de France. Doutes qu’on partage avec lui bien évidemment.

Pat McQuaid: « I don’t see any reason why I should step down »

Il persiste et signe: Pat McQuaid, président de l’UCI, nous jure que sa priorité numéro un depuis son accession à la présidence de l’UCI est la lutte contre le dopage et qu’il a tout fait ce qu’il pouvait dans ce domaine.

Il refuse pourtant d’expliquer le rôle qu’a pu jouer l’UCI auprès d’Armstrong toutes ces années. Il refuse également de commenter la position de conflit d’intérêt évident de l’UCI entre développement du cyclisme et lutte contre le dopage.

Et surtout, il refuse toujours de penser « en dehors de la boîte » pour réformer le système de lutte contre le dopage en modifiant les responsabilités qui incombent à l’UCI. En gros, nous avons affaire à un exécutant qui se contente de respecter les règles actuelles.

Or, McQuaid, la situation du cyclisme exige que vous pensiez « en dehors de la boîte ». Que vous modifiez les règles, les responsabilités, que vous élargissiez ce qu’on peut faire. Si vous ne le faites pas, qui pourra efficacement le faire? Où sont votre courage et votre amour du cyclisme?

Partager

Précédent

Bonne année!

Suivant

Bientôt des aveux de Lance Armstrong?

18 Commentaires

  1. BP

    Ce n’est pas le dossier qui sera (serait?) un coup très dur porté au cyclisme, ce sont les agissement qui y seront (seraient?) décrits.
    Et non, l’éxécutant ne respecte même pas les règles, en témoigne la présence de Vinokourov (haut placé!) dans l’encadrement d’une équipe.
    Allez, deux contradiction et une bonne année, Laurent, dont encore un gros truc alpin cet été!

    0
    0
  2. Fredp007

    Que peut-t-on dire de plus qui n’ait pas encore été dit à propose de la lutte contre le dopage?

    On a déboulonné l’immense icône aux yeux des américains MONSIEUR LANCE ARMSTRONG lui-même. Pourtant, toujours aux yeux de ces mêmes américains, à part quelques rares initiés, la plupart sont persuadés qu’il n’a jamais échoué à aucun contrôle antidopage.
    Il aura fallu ici que le journaliste d’enquête Alain Gravel obtienne ses aveux pour qu’on finisse par avoir la preuve formelle que Geneviève Jeanson s’était bien dopée à l’EPO. Sinon le doute subsisterait toujours.

    Puisque c’est la réponse classique des coureurs réellement dopés ou pas : je n’ai jamais rien pris.

    La solution est-t-elle de radier à vie un coureur pris pour dopage? Mais puisque l’on sait que beaucoup , parce qu’ils prennent des produits indétectables ou utilisent des techniques hors de contrôle, quelles peines pourraient les dissuader?

    D’empêcher tout personnel médical, de direction technique, entraîneur ayant mouillé dans les eaux sombres du dopage d’avoir un poste officiel auprès d’une équipe de coureurs de haut niveau? Sans doute mais il y aura toujours des personnes intéressées par un gain financier, le désir de contrôle pour prendre
    des chemins détournés pour arriver à leurs fins : continuer à favoriser un dopage réel mais caché!

    Que faire alors? Demander une performance moindre aux coureurs. À l’instar des triathlons de type IRONMAN ou l’on est aux limites du surhumain, comment peut-t-on s’imaginer, alors que l’on continue d’exiger des cyclistes professionnels, aux fins de spectacle, des moyennes dépassant les 40 km/h sur une épreuve aussi exigeante et difficile que le Tour de France, qu’ils pourront se passer d’une manière ou d’une autre de produits dopants. C’est rêver en couleur les yeux grands ouverts.

    Nous voulons DU PAIN ET DES JEUX comme à l’époque de la décadence romaine : c’est le spectacle qui compte avant tout : alors soyons logiques : ne nous plaignons pas et ne pensons jamais que puisque c’est la logique qui sous-tend ce système que le dopage s’arrêtera!

    0
    0
  3. thierry mtl

    Le dopage et le cyclisme professionnel vont malheureusement de paire. Tous les gagnants de 2012 sont douteux, même Hesjedal (qui Scarponi et Burito). Il faut encaps uler ce fait pour apprécier les courses. En ce sens, le retrait des titres d’Armstrong n’est qu’une poudre aux yeux pour nous rendre aveugle.

    p.s. : En décembre, Roberta Heras a repris son titre de la quatrième Vuelta grâce la Cour civile espagnol. Menchov doit-il le rembourser ?

    0
    0
  4. thierry mtl

    @ message précédent

    …il fallait lire :

    Hesjedal qui a VAINCU Scarponi et Purito. Quoi que Burito c’est plus piquant.

    Je parlais de Roberto Heras et non de sa soeur RobertA. Cette dernière ne prenait pas d’EPO, mais en faisait probablement la livraison.

    0
    0
  5. Olivier

    les revélations sur l’affaire de Padoue tardent à paraitre………mais sauront nous un jour plus d’informations que ce qui circule? y a t’il un blocus de la part de l’UCI ?
    tout ceci va bien finir par me degouter définitivement `….

    0
    0
  6. Stef Toupenet

    Bonne année et bonne santé à vous les z’amis.

    L’affaire de Padoue sortira ……
    …..en juin, juste avant le Tour de France 😉

    J’ai fait un lien sur ma page Facebook avec l’article de Laurent. Warrf, il y a eu des réactions, j’ai reçu des mp de gens me disant que Laurent avait fait un bel article, d’autres me disent que c’est une fois de plus faire du mal au vélo.

    Stef

    0
    0
  7. Vinnnch

    @Fredp007,

    Une fois de plus, non, l’argument du « trop difficile » ne fonctionne pas. Je radote, mais en 100m plat, les athlètes sont tout autant dopés.
    Et non, je ne pense pas que les coureurs veuillent voir des pelotons à 40km/h de moyenne sur l’ensemble d’un tour. Comme je le répète depuis des années, je pense même que le cyclisme est le seul sport dans lequel le public se fiche royalement de la performance en tant que vitesse moyenne ou autre. Ce que veut le public sur un tour de France ou n’importe quelle course, ce sont des des attaques, des poursuites, des contres, des bordures et des chasses, et des défaillances. C’est le seul sport (enfin, il y a peut-être le triathlon ou le golf, je ne suis pas spécialiste) dans lequel aucune distance, ni aucune durée normée. Le parcours des classiques change tous les ans. La montée d’un col du tour n’est jamais précédé ou suivi des mêmes difficultés. On se fiche de comparer avec les performances précédentes, la seule chose qui intéresse le public, c’est l’écart entre les coureurs actuellement sur la course.
    Donc à la limite, s’il y a moins de dopage, il y aura plus de défaillances, et donc plus de spectacle.

    Par contre en effet, la nature est faite de telle façon que n’importe quelle compétition, primée ou non, pour de l’argent ou non, génèrera des tentations de dopage chez des participants.
    Donc pour moi, une fois encore, la seule solution est de dissuader vraiment les tricheurs : conservation des échantillons pendant plusieurs années, rétroactivité des peines, charte engageant les participants à rembourser (avec d’énormes malus bien sûr) les sommes indûment gagnées, et prison (car se doper revient à voler l’argent qu’un autre coureur aurait du gagner)

    0
    0
  8. Pour continuer sur la meme ligne que Vinnnch, le cyclisme pro et sa popularite se sont batis sur des legendes, epopees, des gueules, des davids contre goliaths, et c’ est cela que veut le public qui ne le connait que par la tele. Les watts il s’en fout.

    « Donc à la limite, s’il y a moins de dopage, il y aura plus de défaillances, et donc plus de spectacle »
    Oui et en finir avec les oreillettes : elles font autant de mal -presque- que le dopage.

    Laurent, tu titres « l’actuelle longueur d’avance des dopes » c’est une longueur ou plus d’avance vers le cimetiere…ca devient triste et ch… tout ca…

    0
    0
  9. BP

    Tu as raison dans ton premier paragraphe, il est triste de constater que 100 fois rappelées ici, des milliers ailleurs, ne suffiront jamais à établir ces évidences.
    La charte sur le remboursement existe, Vinokourov qui l’a signée puis trahi (il n’a jamais remboursé) est maintenant adoubé à un poste de haute responsabilité!

    0
    0
  10. thierry mtl

    « Pro Mountain Biker Burry Stander Killed While Training in South Africa ».

    C’est comme une épidemie dans les dernières semaines.
    Lajaretta, et maintenant Stander. Allessandro Ballan à frappé très fort. Wiggins a été heurté.

    On s’habille en orange fluo et on se met une lanterne sur la tête ???

    Triste et inquiétant.

    Je vais me mettre à la F1, c’est plus safe.

    0
    0
  11. BP

    Et maintenant Stander!
    Là, ça commence à faire beaucoup. Et ça dépasse bien entendu le cadre des coureurs professionnels. La liste de connaissances de ma région heurtés par derrière par une voiture la seule dernière année est tout simplement énorme.
    L’UCI devrait d’ailleurs aussi s’occuper de ça, et en priorité: la défense des cyclistes. Enquête sur les politiques des différentes nations sur leur protection, mise au jour des résultats, dénonciation, pressions, n’est-ce-pas aussi son rôle évident?
    Car on doit maintenant se poser la question de l’existence même du vélo comme moyen de déplacement raisonnable.

    0
    0
  12. Fore

    Le téléphone mobile (et pire, les smartphones et facebook mobile) est le responsable majoritaire de ces collisions par derrière, ça fout la frousse, j’ai mis un feu clignotant sous ma selle et je regarde de plus en plus souvent quand une voiture me double, prêt à me jeter dans le fossé, c’est moche. Vous pouvez mettre les gyrophares que vous voulez, lorsqu’un conducteur a le nez dans un écran…

    0
    0
  13. BP

    Bien d’accord.
    Voilà donc un point sur lequel l’UCI pourrait jouer: Interpeller les états sur la loi concernait la téléphonie au volant, et son application.
    A nous d’interpeler l’UCI. On s’y met, Laurent et les autres?

    0
    0
  14. Désolé Vincent, je n’avais pas vu ton com 😉

    0
    0
  15. Trudo

    Citation de Andy Sec sur Cyclingnews. Notez le passage où il dit que Julich était le moins pire (one of the cleanest) de Saxo Bank. Sans le vouloir, il s’agit d’aveux qu’il y avait du dopage dans l’équipe. Les autres étaient pire que Julich!

    “It’s their decision, but a guy like Bobby Julich, who admitted to using EPO but changed his attitude afterwards, should not be disowned. I know him for a long time. At Saxo Bank, he helped me a lot and he was one of the cleanest on the team. Everybody has the right to a second chance. Look at David Millar: he tested positive for EPO and today he does a lot for anti-doping.”

    0
    0
  16. BP

    « David Millar does a lot for anti-doping ».
    Je le demande: qu’est-ce qu’il fait? Il a surtout construit une suite de carrière après tricherie avérée l’ayant contraint au aveux, gagnant du fric confortablement et en s’assurant une image de santé!
    Andy Schleck a depuis longtemps avoué!

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.