Tous les jours, la passion du cyclisme

 

La Montréalaise: de l’esprit de mon texte

C’est très rare que je le fais, mais je publie aujourd’hui l’intégrale du commentaire laissé par mon ami Serge Piroux qui a participé avec moi aux deux nouvelles cyclosportives proposées par l’organisation des GP cyclistes de Québec et Montréal. Le rencontrer, discuter avec lui en roulant fut un réel plaisir pour moi.

Serge était de passage au Québec pour la première fois. Son commentaire est donc pertinent, puisqu’il a été rédigé à la lumière de l’expérience vécue ailleurs (en France). Et Serge a tout à fait bien compris le sens de mon intervention, tout comme les autorités compétentes l’ont fait. L’idée est évidemment de proposer des améliorations, ceci afin de bonifier le produit offert, et en faire un grand succès populaire qui prendra de l’importance dans les années à venir, contribuant ainsi à développer le cyclisme ici. Plus on est à rouler, mieux le sport cycliste se portera!

Merci Serge de ce commentaire, et au plaisir de te revoir!

« Je trouve bien bizarre que certains participants critiquent le prix et l’organisation alors que tout était bien expliqué dans l’engagement. Nous devrions plutôt nous rapprocher du discours de Laurent qui est plus positif en proposant des solutions.
Le prix prohibitif ? Il y avait plus de 2000 engagés de bonne foi, et il est interdit de faire du bénéfice au Québec quand on organise un événement ? En France, d’où je viens certaines cyclos sont effectivement moins chères, mais les organisateurs perdent régulièrement de l’argent et abandonnent au bout de quelques années.
Pour ma part, je pense que vous avez là une sacrée opportunité de créer 2 supers cyclos de renommée mondiale dans quelques années. Mondiale car elles sont couplées avec 2 courses Pro Tour. Pour moi c’était une des motivations de ma venue chez vous au Québec , faire du vélo et voir les pros dans le même temps. En comparaison, à L’Étape du Tour, les pros arrivent 15 jours après …
Organiser une cyclo c’est très compliqué (autorisations, bénévoles, sponsors, parcours, dates…), alors envoyez toutes vos remarques positives aux organisateurs (ils liront sûrement La Flamme Rouge) pour qu’ils améliorent leur copie et dans quelques années vous serez peut-être fiers d’avoir deux supers cyclos, car rappelez-vous que c’était la première année .
J’en profite pour tous vous remercier pour votre accueil et votre sollicitude.
À très bientôt, j’en suis sur. »
Serge

L’organisation des cyclosportives La Québécoise et La Montréalaise ont par ailleurs envoyé aux participants un sondage à remplir en ligne. Je l’ai fait, c’est rapide et efficace. Je vous invite à ne pas hésiter à fournir vos commentaires constructifs, ceci afin qu’on améliore le produit en prévision de l’an prochain!

Partager

Précédent

Le Tour de l’actualité

Suivant

La passion selon Campagnolo

23 Commentaires

  1. Fredo

    Et bien, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil (me revient ce titre de film avec Jean Yanne) suite aux propos lénifiants de Serge Piroux tels que rapportés par Laurent (de plus on pouvait déjà lire ce oommentaire suite à l’article de Laurent sur la Montréalaise du 17 septembre).
    Tu me permettras Laurent, de trouver que dans ce cas précis, ton esprit critique est pour le moins peu aiguisé. Et de ce que j’ai lu de tous les commentaires de la Québecoise et de la Montréalaise il est loin de faire consensus.
    Envoyer seulement les remarques positives pour reprendre les propos de Monsieur Piroux est quand même un peu trop fort! Les critiques négatives (un mot à ne pas employer à notre époque car il fait peur) sont aussi nécessaires surtout, quand même toi Laurent tu t’es rendu compte, qu’il y aurait pour le moins place à beaucoup de modifications DRASTIQUES.
    Quant on lit ce texte de Serge Piroux cela me fait penser à cet autre commentaire sur les chialeux : comme s’il fallait se contenter comme on l’a été trop souvent d’être de bons moutons contents, contents même s’il n’y a vraiment pas lieu de l’être.

    La seule remarque qui me rejoint : en effet, vu le prix PROHIBITIF de cette cyclo (à ce propos voir l’excellente commentaire de Guillaume : 21 sur l’article de la Montréalaise du 17 septembre et le commentaire 21 de Jacques sur l’article de Laurent sur la Québecoise du 13 septembre) il ne me serait jamais même venu à l’idée de vouloir y participer : 175 dollars pour une organisation ou en plus on nous impose de nous arrêter aux ravitaillements et on nous freine à vitesse imposée, je n’en vois pas l’intérêt.

    Enfin, en terminant, si cela reste en l’état, messieurs et mesdames les organisateurs (trices) soyez encore plus directs : appelez cela une RANDONNÉE et non une CYCLOSPORTIVE.

    Enfin s’il est vrai sans doute (je ne le sais pas) que certaines cyclosportives en France doivent cesser faute de bénéfices, il y en a tellement d’organisées que l’on a un vaste choix tout au long de l’année.
    Ce n’est pas le cas au Québec ou le nombre est très restreint. Et contrairement à l’image des chialeux, il est pour le moins important que les commentaires (sur les aspects positifs mais aussi NÉGATIFS) puissent être entendus avec ouverture pour une véritable amélioration de ces « randonnées » ou cyclosportives (???)

    0
    0
  2. Bernard

    Un gran fondo!
    J’ai participé à celui de Gatineau cet année et franchement tout était bien organisé et le rythme était naturel, c’est-à-dire que l’écrémage s’est fait sans problème, les rouleurs devant et les touristes derrière! Même pas besoin de contrôler quoi que ce soit, les bosses ont fait le travail. Les organisateurs des cyclos mtl et Qc devraient simplement s’ajuster pour rencontrer les standards recherchés par les cyclistes (ce qui n’est vraiment pas difficile). À Gatineau le prix était plus que raisonnable, pour une organisation impeccable.

    Alors pourquoi le prix était-il si élevé à Qc et mtl si l’organisation ne peut faire de profits? Ils paient les bénévoles?!? N’importe quoi…

    0
    0
  3. Etant donné la nature du post, je me permets de faire un peu de publicité pour une course qui aura lieu dimanche et dont le prix de l’engagement est de 7€ (10€ sur place). Ce montant comprend la montée des affaires au sommet, une boisson à l’arrivée et un buffet à la remise des prix.

    Les recettes de la course (s’il y en a…) reviendront au club organisateur : l’UCPontcharra.

    Montée du Granier (22 septembre 2013)

    Départ : 10h00 – Chapareillan

    Arrivée : col du Granier

    Distance : 9,5 km

    Dossards : 8h30 – 9h45

    Catégories :

    C : hommes nés en 1997/1998 (15-16ans)

    J : hommes nés en 1995/1996 (17-18ans)

    H1 : hommes nés en 1984/1994 (19-29ans)

    H2 : hommes nés en 1974/1983 (30-39ans)

    H3 : hommes nés en 1964/1973 (40-49ans)

    H4 : hommes nés en 1954/1963 (50-59ans)

    H5 : hommes nés en 1944/1953 (60-69ans)

    H6 : hommes nés avant 1944 (70ans et +)

    F : femmes toutes catégories

    Coupe aux trois premiers du scratch, aux 3 premiers de chaque catégorie et à la 1ère équipe sur trois coureurs.

    Engagement

    du 9 septembre au 20 septembre, sur le site ucpontcharra.net ou le 22 septembre, au départ.

    prix de l’engagement : 7€ (10€ sur place)

    licenciés FFC, UFOLEP, FSGT : présentation de la licence au départ

    Autres : certificat médical de moins d’un an lors de l’inscription et présentation d’une pièce d’identité au départ.

    Autorisation parentale pour les mineurs.

    0
    0
  4. bonaventure

    Bonjour,

    La cylo Ouest-France qui précède le GP de Plouay (épreuve World Tour) est une cyclosportive, sans limitation de vitesse, avec ravitaillement pour ceux qui le veulent sur le parcours, ainsi que cadeaux, boissons et tout et tout à l’arrivée (arrivée au même endroit que le GP professionnel en passant)

    TARIFS :

    -117 km : 17 EUROS (licenciés FFC), 19 EUROS (non-licenciés)

    -161 km : 17 EUROS (licenciés FFC), 19 EUROS (non-licenciés)

    La conversion n’est pas exacte mais ça doit faire à peu près 27 DOLLARDS CANADIENS !

    J’y ai participé 2 ou 3 fois dans les premières années et l’organisation y était déjà quasi-parfaite (entre 3000 et 4000 participants cette années).

    Comment on dit Pigeon en québécois ?

    0
    0
  5. @Fredo,
    J’ai publié le commentaire de Serge simplement pour bien faire comprendre l’esprit de mon texte l’autre jour, qui voulait proposer des pistes de solution pour améliorer le produit.
    Beaucoup de commentaires ont fait état de critiques, ce qui est correct aussi puisque tout le monde n’a pas à être d’accord avec moi, et que La Flamme Rouge est un blog permettant aux gens de s’exprimer, de réagir. Je suis convaincu que les organisateurs liront le site et les commentaires, question de prendre le pouls de la communauté cycliste intéressée.
    Donc je te confirme tout mon jugement et mon regard éclairé sur les récentes cyclosportives, qui peuvent être améliorées dans leur formule, notamment à l’égard de la conduite du premier groupe sur la route, comme de la gestion du chronométrage. Le prix est de toute évidence un irritant également.

    0
    0
  6. erick

    http://www.velomag.com/vusurleweb?v=444

    Ce genre d’article et de photo n’aide pas. Le gagnant aurait pris une minute d’avance au peloton dans la Québécoise…

    0
    0
  7. schwartz patrick

    ok avec Fredo,
    imaginons que notre douce moitié (blonde,peut-être brune, même rousse !bien assise sur son bike, souriante et enthousiaste pour une fois,c’est à dire pas râleuse , c’est de l’humour,si,si),et que le fiston(modèle Tanguy,qui s’accroche à « papa-maman ») veuillent vous accompagner absolument pour un bon bol d’air pur (ou pour vous surveiller!),au total, la « douloureuse » s’affiche quand-même à 175$ x 3 = 525$ !!,aie!, çà fait cher quand même la partie de manivelles…!!! bon,oui, certains aiment la foule,prendre le risque de croiser le collègue de travail que l’on hait ou le voisin que l’on déteste,prendre une roue,la toucher,puis toucher le tarmac, rouler gentiment et prendre le ravito comme un mouton,tout çà dans l’ordre ou le désordre, avec humour ou pragmatisme,(la pluie, le vent et le ciel noir peuvent s’inviter), je comprends la plupart d’entre vous…on peut rouler pour moins cher, où on
    veut comme on veut et avec qui on veut pour s’arrêter
    boire la bière choisie dans un cadre bien défini …au
    prix de la bière …
    Et dire qu’en France, on trouve le prix des « cyclos »
    exagéré…

    0
    0
  8. Vincent C

    Laurent ton regard est clairé et il est aussi partisant. À te lire on doute fortement que l’inscription t’as été offerte! C’est correct en soit en tant que média qui relaie les infos cycliste, je n’ai aucun problème avec ça. Par contre, n’en parler qu’en bien, pardonnes-moi l’expression, ça fait « lèche cul ».

    Selon moi, les irritants dans ces 2 cyclos étaient assez suffisant pour oublier tout les bons points positifs de la cyclo. C’est exactement comme si il n’avait pas de sécurité dans une course; les paysages, la bouffe, toute les à-côtés prennent le bord!

    Comme je l’ai dit précédemment, les chialeux ne chiale pas, ils critiquent. Et ils critiquent avec raison. Y’a aucune raison de les dénigrer comme M. Piroux le fait dans son commentaire. Comme si seulement ceux qui ont des trucs positifs à amener étaient important. C’est à l’organisation de les écouter comme il faut, et à corriger le tir, bref à en faire quelque chose de positif.

    « Nous devrions plutôt nous rapprocher du discours de Laurent qui est plus positif en proposant des solutions. »

    Hey, on a apporté plein de solutions!!!!

    « Le prix prohibitif ? Il y avait plus de 2000 engagés de bonne foi, et il est interdit de faire du bénéfice au Québec quand on organise un événement ? »

    Il n’est pas interdit, mais bon, faites ce que vous voulez, si vous trouvez ça moral de faire ça, c’est votre problème, vous allez perdre de nombreux adeptes.

    0
    0
  9. Marmotte

    175 dollars c’est non seulement prohibitif, c’est insensé.

    S’il n’y avait QUE 2000 personnes, c’est qu’il n’y en avait QUE 2000 qui pouvait se permettre une ride de vélo à ce prix. Je vous met au défi de trouver quelqu’un qui gagne le salaire moyen au Québec ou moins, et qui a participé à l’une ou l’autre de ces « cyclos ».

    Ça illustre une triste réalité du vélo de route au Québec: un sport malheureusement relativement élitiste.

    0
    0
  10. StéphG

    175$ pour une cyclosportive chronométrée qui n’est pas une compétition et qui se termine sur un podium avec photo. Trouvez l’erreur!
    En fait trouvez les erreurs.

    1ere erreur : 175$ cent soixante-quinze, 100$ + 50$ + 20$ + 5$ pas 75$, pas 50$, CENT SOIXANTE-QUINZE un moyen racket.

    j’ai participé au dirty40 une course de 95km route-gravel au Vermont, ça m’a coûté la prodigieuse somme de 10$ pour l’inscription, 50$ pour le gas. Je me suis dit à ce prix, je vais m’acheter un jersey de l’événement 60$. Donc, pour 120$ je me suis bien amusé, j’ai été bien supporté (gel, eau, encouragements, bonnes bières au retour 3$…)

    2e erreur : cyclosportive chronométrée qui n’est pas une compétition et qui se termine sur un podium avec photo. Doe!!!! incroyable.

    Soit c’est une ballade (non chronométrée) soit c’est une cyclosportive (chronométrée podium) ça ne peut pas être les deux (ou bien deux départs distincts).

    0
    0
  11. Des cyclosportives au prix d’engagement onéreux (comme l’étape du Tour ou la Haute-route et maintenant ces deux nouvelles cyclos) occupent de l’emplacement médiatique au détriment de courses au prix d’engagement plus acceptable… Mais leurs participants ne sont pas à blâmer… Chacun dépense son revenu comme bon il le pense. C’est juste que ce sport est progressivement dévié de ses origines de sport populaire et de discipline ouverte à tous et c’est bien dommage. Peut être qu’un jour il faudra aussi payer un forfait pour emprunter la voie public à vélo lors des entrainements. Vive la société de marchandisation.

    0
    0
  12. Après relecture :

    Des cyclosportives au prix d’engagement onéreux (comme l’étape du Tour ou la Haute-route et maintenant ces deux nouvelles cyclos) occupent de l’emplacement médiatique au détriment de courses au prix d’engagement plus acceptable… Mais leurs participants ne sont pas à blâmer… Chacun dépense son revenu comme bon il le pense. C’est juste que ce sport est progressivement dévié de ses origines de sport populaire et de discipline ouverte à tous et c’est bien dommage. Peut être qu’un jour il faudra aussi payer un forfait pour emprunter la voie publique à vélo lors des entrainements. Vive la société de marchandisation.

    0
    0
  13. Nelson

    Primo les cyclos devraient arrêter de fournir un maillot qui n’ajoute rien à l’expérience de la cyclo et que peu de cycliste portent par la suite avec d’inscription, déjà cela réduirait le prix d’inscription.

    Effectivement 175 $ c’est un peu cher pour une sortie de vélo alors que je peux faire la même distance à vitesse non-contrôlée et moins les ravitaillements pour gratos. Si l’an prochain le nombre de participants augmente, c’est qu’ils ont une recette gagnante sinon ils devront réviser leur stratégie. Il ne faut pas oublier qu’il y a d’autres cyclos au Québec qui sont toutes aussi intéressantes pour bien moins cher et donc moins sélective de par leur frais d’inscription. Cette année j’ai fait celles de St-Donat et Gatineau pour presque 3 fois moins cher et probablement trois plus de plaisir (à la lecture des commentaires de LFR).

    Il y a quelque chose d’important aussi à retenir, si le profit généré pour les deux cyclos (qui va à la même organisation que celles des deux Grand prix cyclistes de Montréal et Québec) permet de garder ces deux courses UCI ici, et bien il y a quand même un point positif important. Ce n’est pas la première fois que le Québec accueille des courses cyclistes et elles ont disparues fautes de profit, espérons que cette fois ce sera la bonne.

    0
    0
  14. Le maillot sert d’outil de promotion et de prétexte à des tarifs prohibitifs…

    Si le nombre de participants augmente c’est qu’ils auront payé une Guest star du vélo pour participer (David Veilleux et à la retraite et Lance Armstrong est demandeur d’emploi ;-)…). Ils pourront aussi mettre sur leurs affiches « vu à la télé » et se payer une bonne campagne de publicité dans les médias locaux.

    Pendant ce temps là des petites épreuves disparaissent chaque jour.

    Les cyclistes sont des consomm-acteurs et ils sont seuls maitres des épreuves qui survivront ou pas… Nous n’aurons que ce que nous mériterons. Du moins, pour les cyclistes qui ont le porte monnaie rempli. Les autres, leurs avis et leurs actes de consommation n’intéressent déjà plus personne. Il restera les nantis qui pourront se mesurer entre eux dans des courses aseptisé.

    0
    0
  15. Après relecture :

    Le maillot sert d’outil de promotion et de prétexte à des tarifs prohibitifs…

    Si le nombre de participants augmente c’est qu’ils auront payé une Guest star du vélo pour participer (David Veilleux est à la retraite et Lance Armstrong est demandeur d’emploi 😉 …). Ils pourront aussi mettre sur leurs affiches « vu à la télé » et se payer une bonne campagne de publicité dans les médias locaux.

    Pendant ce temps là des petites épreuves disparaissent chaque jour.

    Les cyclistes sont des consomm-acteurs et ils sont seuls maitres des épreuves qui survivront ou pas… Nous n’aurons que ce que nous mériterons. Du moins, pour les cyclistes qui ont le porte monnaie rempli. Les autres, leurs avis et leurs actes de consommation n’intéressent déjà plus personne. Il restera les nantis qui pourront se mesurer entre eux dans des courses aseptisé.

    0
    0
  16. Extrait du dernier N° de Sport et Vie :

    Lars Seler Christensen, PDG de Saxo Bank, voit dans le vélo le « nouveau golf »! « Beaucoup de gérants de fonds d’investissement, de courtier, de fournisseur de liquidité se mettent au vélo », observe t’il.

    0
    0
  17. Marmotte

    Tant mieux si les riches (et puissants) de ce monde s’intéressent au vélo. Peut-être verrons nous apparaître des infrastructures supplémentaires, de meilleures commandites pour assurer la pérennité des épreuves amateurs et professionnelles.

    Ceci dit, il ne faut pas oublier d’en faire un sport populaire, accessible à tous. Prenez exemple sur le soccer qui est lentement en train de détrôner le hockey au Québec… La faute à l’élitisme et aux coûts exorbitants du hockey.

    0
    0
  18. Eric

    « Tant mieux si les riches (et puissants) de ce monde s’intéressent au vélo. Peut-être verrons nous apparaître des infrastructures supplémentaires, de meilleures commandites pour assurer la pérennité des épreuves amateurs et professionnelles. »

    Oh oui, surement, il n’y a qu’à voir le nombre de participants sur les courses de côtes de la région Grenobloise : 65 partants au Granier, 48 à la montée du St Eynard, 40 à celle d’Héry sur Ugine.
    A ce train là, il ne restera bientôt plus que des courses à 100 euros l’inscription et où il faut dormir à l’hôtel la veille.

    De plus, il est impossible d’être compétitif sur les cyclosportives sans s’entrainer au minimum 20 heures par semaines. Alors qu’une dizaine d’heures peuvent suffire pour ne pas être ridicule sur des CLM, des courses de côtes et les courses FFC ou autres fédérations de 80 km.

    L’étape du tour et ces deux nouvelles courses au Canada sont des canadadry, elles ont la couleur et le goût d’une course UCI mais elles n’en sont pas et il faut comme condition sine qua non un porte monaie bien rempli pour prendre le départ.

    0
    0
  19. Eric

    « Tant mieux si les riches (et puissants) de ce monde s’intéressent au vélo. Peut-être verrons nous apparaître des infrastructures supplémentaires, de meilleures commandites pour assurer la pérennité des épreuves amateurs et professionnelles. »

    Oh oui, surement, il n’y a qu’à voir le nombre de participants sur les courses de côtes de la région Grenobloise : 65 partants au Granier, 48 à la montée du St Eynard, 40 à celle d’Héry sur Ugine.
    A ce train là, il ne restera bientôt plus que des courses à 100 euros l’inscription et où il faut dormir à l’hôtel la veille.

    De plus, il est impossible d’être compétitif sur les cyclosportives sans s’entrainer au minimum 20 heures par semaines. Alors qu’une dizaine d’heures peuvent suffire pour ne pas être ridicule sur des CLM, des courses de côtes et les courses FFC ou autres fédérations de 80 km.

    L’étape du tour et ces deux nouvelles courses au Canada sont des canadadry, elles ont la couleur et le goût d’une course UCI mais elles n’en sont pas et il faut comme condition sine qua non un porte monaie bien rempli pour prendre le départ.

    0
    0
  20. Pierre Coulombe

    Moi aussi je sens le besoin d’ajouter mon commentaires.

    Je reviens d’un super week-end à Shawinigan.
    6 ième participation au Défi VéloMag de 105 km du Parc de la Mauricie. Malgré mon âge, je continu à améliorer mes temps, donc je continu à y participer.

    Combien ça m’a couté ? Je ne m’en souviens pas mais moins de 100 $ pour une organisation parfaite. Si j’avais payé 175 $ comme j’ai fait pour la Québécoise, je m’en souviendrais….

    Une VRAIE cyclosportive. À la vitesse que je veux, aucune voiture sur le parcours. Des ravitaillements, de la sécurité, du support mécanique si nécessaire, un repas copieux pour terminé. Et je ne pense pas que VéloMag fasse des pertes financières avec ces activités.

    On en a pas beaucoup parlé sur ce site mais il y a le Fondo Gatineau dont tu devrais nous vanter les mérites un peu plus Laurent. On ne te traitera pas chauvin si tu nous en parles, car c’est aussi TRÈS bien organisé et c’est une VRAIE CYCLOSPORTIVE elle aussi. Aussi, St-Donat (juin), et Orford (juillet)

    L’an prochain je vais attendre d’être certain que La Québécoise ne sera pas une RANDONNÉE avant de m’y inscrire.

    0
    0
  21. Marmotte

    @ Éric

    Vous habitez la France… je crois que vous n’êtes pas en mesure de comprendre ce dont je parle lorsque j’aborde le besoin d’infrastructures cyclables…

    Je suis allé quelques fois rouler en France, c’est un autre monde… si vous avez la chance de venir rouler au Québec, je vous conseille d’amener du matériel solide, et un bon casque.

    Ici le vélo de route ressemble pas mal à du cyclo-cross… avec des voitures plus ou moins compréhensives sur le parcours. Il y a probablement autant de belles routes cyclables, calmes et sécuritaires dans un département de la France qu’au Québec tout entier.

    C’est bien le Québec, mais pas pour le vélo. Oui, nous avons besoin d’infrastructures…

    0
    0
  22. Louis sur Scott

    Tout à fait d’accord avec M. Pierre Coulombe (com 20).

    Du Québec, et initié depuis 3 ans aux cyclosportives, je reviens du Parc de la Mauricie où se tenait ce week-end la Reine des cyclosportives du Québec, la «Vélomag – Défis du Parc» (105 km 1800m de montée) et où j’y célébrais mon 50e anniversaire le jour même : quelle belle et superbe organisation et ce, depuis des années…J’ai adoré encore une fois mon expérience cette année.

    Je ne suis sûrement pas compétiteur, ni désireux de l’être, mais j’aime le contexte d’une ride organisée, minutée, suivie (ravito, motos, voiture balai, ambulance, soigneurs à 4 endroits…) et j’en passe : tout cela à la vélomag pour moins que 90$ payés en ligne (même la route est fermée pour nous…). Ils auraient prévenus le matin même que l‘inscription sera, pour l’an prochain, avec « Sportstats », beaucoup plus aisé semble-t-il (c’était le seul héritant).

    Alors ma conjointe qui roule tout aussi avec moi, payer 175$ X 2 = 350$ plus l’hôtel, l’essence…nous trouvons cela trop cher. Nous n’en n’embarquons pas, tout simplement, la même chose que mes compagnons de route. Nous trouvons cela ridicule. Le maillot, nous n’en voulons pas, ça, pour nous, c’est clair. Le prix, il doit être raisonnable comme pour la Louis Garneau, c’est raisonnable et c’est pour une bonne cause. Je fais aussi le Nordet cette année, très bien, et pour un prix tout aussi correct (entre 65$ et 75$ si ma mémoire est bonne).

    Les deux nouvelles nées au Québec, cet automne, la Montréalaise et la Québécoise, le grand fondo Ste-Anne, et celle de Tremblant, ont des prix trop cher et sont ainsi réservés à certaines personnes très, très à l’aise. D’autant plus qu’elles sont à leur tout début, pas encore ajustées, sans aucun prestige d’envergure, même provinciale. Je ne suis pas prêt pour cela et je suis sûr que je ne suis pas le seul à le penser.

    Lorsque M Arsenault parlait l’an passé de son évènement de masse avec ses GP, allant même à la comparer aux mythiques cyclosportives françaises et italiennes, alors je me dis deux choses : où bien il veut faire de l’argent (il me semblait qu’il en a déjà beaucoup) ou bien il s’est planté royalement dans l’appréciation de l’engouement des cyclosportifs du Québec comme moi : j’étais convaincu d’y participer à l’annonce l’an passé. Je suis le parfait candidat : 50 ans, plus d’enfants ou presque à gérer, de l’argent pour me permettre des camps (par année), un voyage de vélo, un vélo neuf dispendieux, je suis mordu de vélo, tous les jours…, 8000km par an au Québec seulement, alors pourquoi j’y suis pas allé : trop cher !

    Ha oui, pourquoi qu’une cyclosportive au Québec doit partir à 7h30 le matin ??? Pour être certain que nous dormions à l’hôtel de la cyclosportive ? C’est ridicule de partir si tôt alors que le temps prévu de selle n’excède pas 5 heures voir 6 au gros max…

    Enfin, les Défis du Parc auront un Grand Fondo de 160 km avec 2400m de dénivelés le 20 septembre 2014 : avis aux européens…Venez nous voir à petit prix…(pas encore dévoilé). L’an prochain le nombre de 1500 places dont être doublé à 3000 personnes selon l’article suivant (La Presse en ligne) :
    http://www.lapresse.ca/le-nouvelliste/sports/201309/21/01-4691768-5000-personnes-aux-defis-du-parc-national.php

    Mille mercis à Marie-Josée Gervais dg des Défis du parc, et à toute son équipe : vous êtes tous formidables.

    0
    0
  23. Eric

    Je n’avais effectivement pas entendu par le terme « infrastructure » des pistes cyclables.

    Je n’ai pas roulé au Québec mais il est vraie que l’absence de tradition cycliste dans les pays anglo-saxon est pénalisante. De plus, nous avons la chance d’avoir un réseau routier abondant.

    Ici en France, l’existence des clubs associatifs est mise à mal. Les organisateurs de courses doivent composer avec des lourdeurs administratives qui augmentent sans cesse et parfois la concurrence d’organisations privées qui songent avant tout à faire du Bizness.

    Bonne fin de saison pour vous les cousins Québécois.

    Eric.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.