La Marmotte 2008: épilogue

Bref retour ce soir sur la Marmotte 2008 pour une analyse plus détaillée de ma performance.

Mon temps final officiel enregistré par Sport Communication: 8h18min. Ce temps me vaut la 1088e place sur 5301 classés.

Je ne suis pas le premier Québécois puisqu’on retrouve Martin Rouillard à la 1071e place avec un temps de… 8h17min. C’est l’ironie de cette édition de la Marmotte: la place de premier Québécois se sera jouée à une minute près! Je ne connais pas Martin Rouillard, peut-être est-ce ce Québécois croisé à l’aéroport de Lyon le jeudi matin et qui partait lui aussi pour faire la Marmotte ? S’il lit ces lignes, ca serait intéressant qu’il se manifeste!

Le détail de mes temps de passage se présente comme suit:

Départ – pied du Glandon: 25 minutes. Les meilleurs ont mis 23 min si on se fie au tableau de marche de David Pelveroni classé 14e (6h21min) et de Sébastien Gissiger, classé 120e (7h04min) dont le récit de leur Marmotte est disponible ici et ici. J’étais donc dans le coup jusque là !

J’ai atteint le sommet du Glandon 1h49min après le départ, en 22 minutes de plus que les tous premiers qui l’ont franchi 1h32min après avoir passé la ligne. Ce n’était pas si mal non plus.

J’ai mis 1h08 pour franchir la distance du sommet du Glandon au pied du col du Télégraphe. Les meilleurs qui castagnaient à l’avant ont mis 1h05. J’étais dans le coup à 3 minutes près, je n’ai donc pas perdu de temps sur ce tronçon de la course.

J’ai monté le Télégraphe en 54 minutes contre 38 minutes pour les meilleurs, prenant 16 minutes dans la vue à ce moment. J’avais 3h53 de course dans les pattes en haut de ce col, contre 3h10 pour le premier peloton. Celui qui a mis environ 7h pour la Marmotte était en haut du Télégraphe après 3h23 de course, soit exactement 30 minutes de plus que moi. Je pense donc pouvoir dire que jusqu’au sommet du Télégraphe, j’étais bien parti pour pulvériser mon meilleur temps de 7h54 et évoluait alors sur des bases de 7h30 environ.

C’est après que la sauce a tourné ! J’ai mis 1h59 pour escalader le col du Galibier, soit beaucoup plus que les 1h13 que les meilleurs ont mis. Je prends donc dans le Galibier 46 minutes dans la vue, sur environ 20 bornes. Une sacré valise qui témoigne bien de la galère que j’ai vécu dans cette ascension. Les coureurs partis sur des bases de 7h ont généralement mis 1h24 pour escalader le Galibier, ce qui demeure 35 minutes de moins que moi. J’ai franchi le Galibier après 5h52 de course contre 4h23 pour les meilleurs et 4h47 pour ceux partis sur des bases de 7h environ. Une sacré différence!

Du sommet du Galibier au pied de l’Alpe d’Huez, j’ai mis 1h08, soit à peine plus que les tous meilleurs qui ont couvert la même distance en 1h02. Je peux donc dire que j’ai fait une bonne descente bien dans le rythme.

L’ascension de l’Alpe d’Huez entre le ravito de Bourg d’Oisans et la ligne d’arrivée m’a demandé 1h18 d’effort. C’est environ 23 minutes de plus que les tous meilleurs qui ont mis environ 55 minutes. Cela témoigne de la force de ces coureurs qui peuvent encore monter là-haut en moins d’une heure après pourtant deux cols hors catégorie dans les pattes et plus de 5h de vélo… Les coureurs qui ont mis environ 7h au total ont monté l’Alpe d’Huez en 1h10 – 1h14 environ, soit à peine de 5 à 10 minutes plus rapidement que moi. Je pense donc pouvoir dire que mon ascension finale vers l’Alpe d’Huez a été plutôt bonne compte tenu de ce que j’avais dans le buffet depuis le départ de la course. J’avais encore des réserves et la digestion de ce maudit sandwich était probablement terminée!

Nul doute, c’est dans le col du Galibier que j’ai perdu tout espoir de passer sous la barre des 7h45. J’étais pourtant bien parti… et j’ai terminé relativement fort. Le sandwich avalé à Valloire, les premiers signes de fatigue, le décalage horaire ainsi que l’altitude et les forts pourcentages au-dessus de Plan Lachat auront eu raison de moi…

… mais pas l’an prochain ! Au menu dans l’année, encore plus de grandes distances, question d’avoir le coffre pour ne pas être inquiété sur 7h de course de même que du spécifique, pour avoir un peu plus de force et pouvoir passer plus gros sur les secteurs moins pentus, par exemple dans les rampes avant Plan Lachat ou sur le haut du Glandon.

Je termine en vous présentant le graphique Polar de ma course. À la lecture attentive de mes pulsations cardiaques dans le col du Galibier, pulsations nettement inférieures à celles observées dans les autres cols, il me semble évident que mon organisme a consacré un peu d’énergie à la digestion plutôt qu’à pousser des watts! Il est intéressant de comparer mon profil cardiaque à celui de David Polveroni qui a signé un temps canon de 6h21.

6 Commentaires

  1. toutouille26
    Soumis le 22 juillet 2008 à 2:17 | Permalien

    tu aurais pu titrer: »l’erreur de laurent? »
    manger un sandwich c’est vraiment pas le bon plan à velo, sauf apres l’arrivee; bravo à toi en tout cas, ainsi qu’à tous les participants!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. Patrick B
    Soumis le 22 juillet 2008 à 4:03 | Permalien

    Tout dépend de ce qu’il y a dans le sandwich!
    Il vaudra mieux un thon-oeuf-salade qu’un frites-mayonnaise ou des rillettes!!!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  3. Trudo
    Soumis le 22 juillet 2008 à 8:51 | Permalien

    Moi j’ai mangé du gâteau sport 1 heure avant et j’ai commencé a en prendre des bouchés une heure après le départ. J’ai eu une peu de misère avec ma digestion aussi. Morale de l’histoire, prendre juste du sucre pendant l’épreuve. Pas de protéines.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  4. Fred
    Soumis le 13 mai 2011 à 3:29 | Permalien

    Hello!
    L'an dernier j'ai acheté un vélo puis parcouru 478 avant de prendre le départ de la Marmotte! Et tout comme toi…..quelle galère ce Galibier!!!
    Je me suis arrêté assez longuement au ravitaillement au pied, puis de nouveau tout près d'une petite cascade avant le resto! Et…..chut….je me suis endormi sur la dalle au soleil 🙂
    Ensuite, retour sur le Galibier….et plus je montais mieux j'étais??! Et oui cela peut paraître paradoxale mais c'est vrai.
    Ensuite, petite halte au sommet pour engloutir tout ce qui me tombait sous la main puis go pour la descente.
    Arrivée au pied de l'Alpes, nouvelle halte ravito au soleil.
    La suite? Une galère encore plus immense!!! J'en voulais à la terre entière d'avoir pris la décision de venir défier ces cols……mes vieux potes que j'avais connu 10 ans auparavant mais dans une condition physique bien différente!
    Pour conclure?! Je crois qu'au travers de ton récite que j'ai lu hier soir, ce matin et ce soir, j'ai calculé mes passages sachant que j'aurai 1300 à 1500 km dans les jambes cette année. Cette fois j'ai recommencé le vélo le 1er Avril 2011. Non non ce n'est pas une blague!!
    Objectif 2011 faire mieux que les 11 H  15 de l'an dernier. Je vise les 8H à 8 H15.
    Je serai à la

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  5. Fred
    Soumis le 13 mai 2011 à 3:34 | Permalien

    Salut!
    Merci pour ce super récit que j'ai lu hier soir, ce matin et de nouveau ce soir 🙂
    Perso, j'ai fait la Marmotte l'an dernier avec 478 Km au compteur! Tu parles de ta galère du Galibier!! Ne parlons pas de la mienne….je me suis carrément allongé au soleil près d'une petite cascade sur la gauche bien avant d'arriver au resto et peu après le ravito 🙂
    Bref, j'ai mis plus de 11H pour boucler le tout.
    Cette fois, j'ai repris le vélo le 1er Avril. Non non ce n'est pas une blague!! Je serai présent cette année avec 1300 KM environ et vise les 8H à 8H30.
    Si tu veux me faire un petit signe, ce serait sympa
    Je serai également à la Vaujany 2011 pour faire des bornes en préparation de la Marmotte.
    A bientôt peut-être
    Fred

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  6. sagansan
    Soumis le 22 juin 2011 à 11:53 | Permalien

    Salut fred,
    Si t'arrive a mettre 8h15 avec 1500km dans les pattes je te tire mon chapeau, moi je vise autour des 9h et j'aurai 3300km.t'as fais beaucoup de cols au moins.
    A+.
    Cédric.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!