HET VOLK 2004

Samedi, les choses sérieuses commençent en Belgique avec la tenue du 59e circuit du Het Volk. Créée en… 1945 par le journal flamand Het Volk, cette course ouvre en effet la traditionnelle saison des Classiques en Belgique.

Le parcours, qui s’étend de la ville de Gent jusqu’à Lokeren 200 bornes plus loin, est véritablement fait pour les flahutes, cette race de coureurs cyclistes du nord, durs au mal et vaillants par tous les temps. On roulera même par endroits sur le pavé. La sélection n’est cependant pas aussi impitoyable que sur le Tour des Flandres puisque le nombre de monts à franchir est moins important : 8 au total, soit la Côte de Trieu (km 44), le Vieux Kwaremont (km 51), le Kanarleberg (km 66), le Muur de Gramont (km 89), le Kleiberg (km106), le Eikenberg (km 116), le Leberg (km 127), la côte de Berendries (km 131) et le Molenberg (km 139). Le dernier mont étant situé loin de l’arrivée (plus de 60 km), cela permet également des regroupements dans le final et la victoire s’est souvent jouée au sprint dans le passé.

Au palmarès de cette course, on y retrouve une particularité singulière, celle des doublés : pas moins de 8 en 60 ans d’histoire, dont 6 au cours des 30 dernières années : DeClerck en 1949-50, Sterckx en 1952-53, Bruyère en 1974-75, Maertens en 1977-78, De Wolf en 1982-83, E. Planckaert en 1984-85, Nelissen en 1993-94 et Van Petegem en 1997-98. L’an dernier, l’épreuve avait été remportée par Johan Musseuw dans un festival Quick-Step.

Cette année, les favoris sont, par ordre : Boonen, Vandenbroucke, Van Petegem d’abord, puis Johan Musseuw, Robbie McEwen, Jan Kirsipuu, Baden Cooke, Max Van Hesswijk, George Hincapie et Stuart O’Grady. Logiquement, le vainqueur devrait être un de ceux là.

La météo s’annonce difficile pour les coureurs. Il a beaucoup… neigé cette semaine sur la Belgique et de la neige est encore annoncée pour le week-end. Les organisateurs espèrent toutefois que les routes seront libres de glace samedi, sinon ils seront contraints d’annuler l’épreuve comme la dernière fois, en 1986. Et si l’épreuve va de l’avant, les températures seront fraiches, très fraiches, puisqu’on les annonce près du point de congélation…

200 bornes sous la pluie ou la neige, par 0 degrés, par delà 8 monts dont certains pavés, et à 40 de moyenne, il y a de quoi se réjouir d’être à pareille fête non ? Dur dur, la vie de coureur cycliste… et dopage ou pas, la souffrance est bien réelle pour tous.

Fouillez nos archives!