Tous les jours, la passion du cyclisme

 

GP de Québec: quel parcours ?

Le grand manitou des GP de Québec et de Montréal, Serge Arsenault, vient d’être nommé "personnalité de la semaine" par le journal La Presse. Un hommage mérité dont il faut évidemment se réjouir puisqu’il donne au cyclisme sur route une nouvelle visibilité au sein du grand public.

Fait intéressant, on note, dans l’article qui présente Arsenault, une référence au budget total de l’événement: 4,6 millions de dollars. Ouf ! L’événement est cependant déficitaire et Arsenault a englouti 1 million de ses deniers personnels afin d’éponger le trou. Un million sur 4,6 millions, c’est 22% du budget total…

La plus simple politesse est donc de dire à M. Arsenault merci de nous offrir cet événement.

Autre fait intéressant, on y apprend que l’heure est au bilan, notamment côté parcours. Si celui de Montréal ne saurait être remis en question, celui de Québec est peut-être perfectible. Aussi, ca serait intéressant de lire vos opinions à ce sujet: le parcours de Québec est-il idéal ou vous pensez qu’on peut le rendre plus intéressant ?

Je me mouille: je pense qu’il est très bien et que s’il restait tel quel, nous n’aurions que peu de choses à redire. Cependant, quelques modifications pourraient peut-être rendre la course plus excitante encore. 

On peut en effet se demander ce que le détour sur les Plaines d’Abraham apporte à la course ? C’est roulant, c’est peu sélectif, ca favorise les regroupements et c’est un endroit peu accessible du grand public. 

On peut également se demander si le détour par la côte des Glacis est nécessaire ? D’autres belles bosses au coeur du Vieux Québec pourraient peut-être remplacer avantageusement les Glacis tout en permettant au public de mieux voir la course.

Une suggestion ? Une fois en haut de la côte de la Montagne, pourquoi ne pas faire passer les coureurs à gauche, le long de la Basilique, puis en descente dans la côte de la Fabrique pour enfin les faire remonter la rue St-Jean, en sens inverse de la course cette année ? Sur St-Jean, le peloton roulerait moins vite puisqu’il devrait remonter et non descendre la rue… Juste avant la porte St-Jean, pourquoi ne pas faire tourner à gauche le peloton pour leur offrir la difficile mais courte côte de la rue d’Auteuil, qui débouche plus haut sur Saint-Louis/Grande Allée ? Et une fois sur Grande Allée, pourquoi ne pas abolir le détour sur les plaines et garder les coureurs sur cette grande artère, jusqu’à la rue de Laune ?

Les avantages d’un tel parcours ? D’une part, un circuit plus urbain, plus facile d’accès pour les spectateurs et pouvant donc mieux garantir le succès populaire. D’autre part, un parcours plus court, permettant d’augmenter le nombre de passage sur les deux difficultés, soit la côte de la Montagne et la montée Auteuil, pour une course un peu plus sélective. Un parcours plus court veut aussi dire que les coureurs passent plus souvent devant les spectateurs… Enfin, la côte de la rue d’Auteuil pourrait remplacer la côte des Glacis, surtout que le virage à 90 degrés en bas ne permettrait pas aux coureurs de s’y lancer avec un élan substantiel.

Ainsi dessiné, le parcours totaliserait 9,34 kms par tour, contre actuellement 12,6 kms selon le tracé original. On pourrait alors tabler sur une course en 20 tours, pour une distance totale de 186,8 kms.

Vos commentaires sont les bienvenus !

Partager

Précédent

Il bat un Espoir 1ere caté à… 63 balais !

Suivant

Mise à jour du pool avec les résultats de la Vuelta

13 Commentaires

  1. Dan Simard

    Ca serait également spectaculaire de faire monter la côte en pavés sur la rue (sans-nom) reliant St-Paul & Canoterie & Des Remparts (secteur Quai St-André). Il s’agit d’une montée de 200m à 7-8%. Il y aurait foule!

    0
    0
  2. Les plaines c’est roulant, plat, rapide, pas vraiment excitant à regarder, je te l’accorde. Mais au contraire, c’est très accessible. Ils aurait pu ajouter 2 petits détour dans les plaines pour le rendre ça un peu plus « regardable » et surtout moins « un gros train qui passe ».

    J’ai l’impression que le parcours a été dessiné en fonction de nuire le moins que possible au trafic et aux citoyens du coin. Québec à une joyeuse réputation de contestataire concernant les désagréments causé au citoyen de la haute ville. (Red bull crashed ice, Agora du vieux port, différents festivals). J’ai l’impression que c’était un parcours de compromis.

    Entre moi et toi, avec un passage sur le boulevard Charest on peut aller chercher deux autres bonnes côtes sélectives. Je ne dirais pas TRÈS sélective, mais bon… avec un peu plus de chalenge. 😉 De la couronne/ d’Abraham avec un crochet vers Ste-Geneviève ET/OU Langelier / Salaberry.

    Dans un autre ordre d’idée, changer le parcours pour le rendre plus difficile? Après la course on pouvait entendre les coureurs être unanimes sur un sujet… « Beau parcours pour les championnats du monde »… en ajoutant une bosse de plus on rendrait forcément le spectacle un peu plus corsé.

    0
    0
  3. bernard

    Ben j’ai pas trop d’idées à vrai dire…JE N’AI PAS VU UNE SEULE IMAGE SUR CES DEUX COURSES, en fait je dirai que expatrier le cyclisme c’est une belle idée mais faudrait quand même pour que le résultat soit à la hauteur de tous ces beaux discours le rendre plus visible sur les chaînes de télé, il y a le cable.. a ben ouai je l’ai.. ptet pas le bon alors.

    0
    0
  4. Geoffroy Dussault

    Effectivement, le parcours pourrait subir quelques modifications afin de rendre la course encore plus sélective. Cependant, l’UCI prévoit, pour une course en circuit fermé, des tours d’un minimum de 12km! D’où le pourquoi de la modification du parcours du Tour de Beauce 2009 qui était trop court.

    L’organisateur a cependant le droit de demander une dérogation avec une raison valable qui lui donnerait raison de tenir un circuit de moins de 12 km.

    (http://www.uci.ch/Modules/BUILTIN/getObject.asp?MenuId=MTkzNg&ObjTypeCode=FILE&type=FILE&id=34028&LangId=1) page 23.

    Le parcours emprunté cette année comportait une petite anicroche selon moi: tourner à droite sur la rue des Remparts, qui coupait la montée réelle de la montagne en deux parties. Parce qu’après la Montagne, arrive un long faux plat endroit où les coureurs vissent et l’effort est soutenu sur une longue période, augmentant la difficulté.

    L’idée de ramener les coureurs en basse-ville n’est pas mauvaise. Par contre, un passage sur Salaberry causerait beaucoup de dommage ce qui rendrait la course encore plus excitante!

    Comme l’indique Christian, il s’agit d’un compromis, puisque les idées de parcours ne manquent pas. Bloquer le vieux Québec, le boulevard Charest, la rue St-Jean… ça commence à semer la rogne chez nos très cher habitants de Québec!

    0
    0
  5. Louis

    Le petite côté pavé dont Dan Simard fait mention est la côte du Colonel-Dambourgès. Effectivement elle serait très intéressante pour la course mais ne peut être jumelé avec la monté de la côte de la Montagne car il n’y a pas moyen de descendre entre les deux.

    Par contre la montée de la rue d’Auteuil pourrait être ajouté après la montée de la rue des Glacis avec la possibilité de revenir vers le Chateau Frontenac par la rue Ste-Anne pour avoir le même dernier kilomètre que cette année.

    Je ne crois pas que l’UCI permette un parcours beaucoup plus court parce que sur une course aussi longue, si l’échappée prend une trop grosse avance elle risque de rattrapper le peloton. Déjà cette année avec 4min il y avait presque un demi-tour.

    0
    0
  6. Francis Rancourt

    Ne pas oublier le règlement UCI qui exige au moins 12 km au tour.
    FR

    0
    0
  7. Jeff

    Tout d’abord, j’ai trouvé que le parcours était très spectaculaire, surtout la portion zigzagant dans le Vieux-Québec.

    Cependant, il y a un point qui serait très intéressant à prendre en considération. Beaucoups de spectateurs étaient regroupés côte de la montagne et des Glacis.

    L’idéal serait d’installer deux autres écrans géants (comme celle qu’il y avait à l’arrivée). Une au sommet de la côte de la montagne et une seconde à place d’Youville. Cela permettrait aux spectateurs de ne rien manquer de la course et faire passer un peu le temps entre les passages des coureurs.

    C’est le premier point auquel j’ai pensé ayant suivit la course du tour 1 à 12 à ces endroits.

    Pour le parcours en tant que tel, l’idée d’emprunter un peu de la basse ville est très bonne:

    Les coureurs pourraient emprunter la rue Saint-Paul (aka boul. Charest ouest) via la rue des vaisseaux du Roi situé peu après la descente de la côte de la Canoterie. À ce niveau, les coureurs déboucheraient sur Charest juste devant la Gare du Palais (un must) et roulerait le long de Charest sur environ 1.5 km pour tourner gauche sur la côte d’Abraham. (600 mètres) et tourner à gauche sur l’Avenue Honoré-Mercier, continuité de la monté (+400m) mais beaucoup plus abrupte cette fois-ci! Ne resterait pour les coureurs de passer le rond point devant le parlement et de reprendre Grande-Allée vers l’Arrivée.

    Un circuit plus compliqué certe car il faudrait de gros axes routiers mais peut-être serait-il un poil plus sélectifs au final!

    0
    0
  8. Bob

    Pour rajouter au commentaire à Christian Pouliot, j’avais déjà exprimé plus tôt cet été, la possibilité qu’auraient les organisateurs de faire continuer le peloton sur le boul Charest pour gravir la côte Salaberry (jusqu’à 23% de pente), replat à la traversée du chemin Ste-Foy, pour reprendre une portion à 7-8% jusqu’à René-Lévesque. Là, on aurait une bosse dans le genre de celles des classiques ardennaises (Flèche Wallonne, Mur de Huy, mais plus courte), sélective, avec la dernière partie (après le chemin Ste-foy) qui ferait mal après l’effort de la première partie de la bosse. À René-Lévesque, virage à gauche pour redescendre vers la rue St-Jean et conserver ainsi la remontée vers le finish actuel. Cette portion a attiré beaucoup de monde et l’ambiance était fantastique. Par contre, cette possibilité pour « durcir » le circuit … « durcirait » aussi la sortie des bureaux!!!! Comme Christian Pouliot l’a exprimé, c’est probablement le meilleur circuit (l’actuel) pour ne pas trop « déranger »!!!!

    0
    0
  9. Dave

    Il ne faut pas oublier la distance minimale que doit avoir un tour celon l’UCI!

    0
    0
  10. arnaud

    Eu egard a votre article j’aimerais souligner que les coureurs eux-même ont trouvé le circuit de Québec plus difficile que celui de Montréal. De bien belles suggestions que l’on peut lire suite à votre article.

    Lorsque vous voyez des circuits où les pros finissent les eux derrières les autres comme à Québec.. alors Bravo Monsieur Arsenault votre parcours est parfait!

    À ceux voulant voir plus de côtes voire même des pavés : Faites le vous même pour vous rendre compte que ce circuit est déja très très sélectif, circuit où seuls les meilleurs sortent en tête.

    Vive le sport propre et pensons à des courses sur des circuits « humains » et alors la performance sera en conséquence… Ou encore, Que diriez-vous de faire de descendre et monter dans la vieille ville? Reste que Le boulevard Champlain zone plane exposée et en plein vent n’était en rien une zone de récupération « Toujours en prise » » comme disait Thomas (Voeckler)

    Alors merci pour ces suggestions cher amis de la petite reine. Faites confiance aux coureurs car ce sont eux qui font la course et quel que soit le circuit seuls les coureurs decideront de la dynamique de la course ici comme ailleurs!

    Belle fin de saison et bon cyclo-X à toutes et à tous!

    Arno

    0
    0
  11. Roger

    Pour choisir des parcours difficiles à l’extrème, demandez l’avis de Jean-Yves Labonté.

    0
    0
  12. pilotte

    Très bonne remarque Roger, je pense que Jean-Yves est l’homme de la situation pour les parcours difficile et sélectif tout en respectant une certaine limite, ça fait plus de 35 ans que le gars fait des courses dans la régions de québec alors faudrais voir avec lui…..

    0
    0
  13. Samuel Thbodeau

    Je suis derrière Pilotte!

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.