Entrevue avec Louis Barbeau, directeur de la FQSC

J’avais conduit une entrevue avec Louis Barbeau, directeur de la FQSC, en janvier dernier (partie I ici, partie II ici). Un an plus tard, Louis a accepté de répondre de nouveau à mes questions, dans une entrevue « début d’année » en passe de devenir une petite tradition sur La Flamme Rouge!

La Flamme Rouge: Louis, comment se porte le membership route à la FQSC, en particulier chez les coureurs Maitres? Nous évoquions, l’an dernier, une certaine stabilité de cet effectif de coureurs Maitres…

Louis Barbeau: Plusieurs statistiques sont disponibles dans notre rapport d’activité 2015. Le nombre de membres licenciés est passé de 1 875 à 1 910, ce qui représente une augmentation de 1,2%. Au niveau des licences de coureurs, leur nombre est passé de 1 597 à 1 580, soit une diminution de 1,1%. Lorsque décortiquée, on constate une hausse de 37 coureurs (5,8%) dans les catégories Espoir (bibitte à cadet), une hausse de 12 coureurs (3,3%) dans les catégories Élite (junior et senior) et une diminution de 52 coureurs (9,4%) chez les Maîtres.

LFR : Et du côté des licences « cyclosport »? Avec la création d’épreuves comme la Classique des Appalaches, voit-on un effet à la hausse sur ce type de licence?

LB: Malgré que le secteur Cyclisme pour tous soit encore relativement jeune (création en 2010), plusieurs cyclistes récréatifs ou membres de clubs cyclistes voient un avantage à être membre de la FQSC, que ce soit pour être proprement couverts lorsqu’ils sont à vélo, pour que leurs préoccupations soient entendues par les instances qui régissent la pratique, ou encore, pour avoir accès à certains services. Avec un nombre d’événement sanctionnés qui tend à croître d’année en année, une offre de plus en plus diversifiée, et ce, à l’échelle de la province, le membership du secteur poursuit effectivement sa croissance. Globalement, le secteur Cyclisme pour tous (CPT) a connu une augmentation de 7,3% de son nombre de membres annuels en 2015 par rapport à l’année précédente, ces derniers passant de 1 294 à 1 388. (extrait du rapport d’activités de la saison 2015).

De manière complémentaire, rappelons que dans tous les événements affichés au calendrier Cyclisme pour tous de la FQSC, les participants ont l’assurance de bénéficier d’une couverture en assurance (responsabilité civile et accident), qu’ils détiennent une licence annuelle ou non. Ainsi, 13 386 participants qui ne détenaient pas nécessairement de licence annuelle ont pu être membres d’un jour dans le cadre de ces événements.

LFR: Tu évoques une baisse du côté des coureurs Maitres, et une hausse du côté des licences « Cyclisme pour tous ». Peut-on penser, selon toi, que de nombreux coureurs Maitres se tournent désormais vers les événements cyclosportifs dont l’offre augmente, au détriment des courses plus formelles? La formule des cyclosportives convient par ailleurs peut-être mieux aux coureurs de 30 ans et plus qui y trouvent un cadre plus relax, plus flexible.

LB: C’est difficile de dire dans quelle mesure l’offre d’événements cyclosportifs peut expliquer la diminution du membership chez les maîtres, mais il est possible qu’un certain nombre de coureurs plus occasionnels aient opté pour de genre d’événement qui prend davantage la forme d’un défi qu’une course. Ceci dit, il y a des fluctuations au niveau du membership dans l’ensemble des catégories à chaque année, et ce pour différentes raisons.

LFR: Chaque année, le calendrier de courses sur route bouge un peu. Quelles sont les courses provinciales qui disparaitront du calendrier en 2016, et peut-on déjà anticiper la tenue de nouvelles courses sur route? Peut-on espérer un retour d’une course dans le Parc de la Gatineau par exemple?

LB: La plupart des courses au calendrier en 2015 devraient être de retour en 2016. Le calendrier préliminaire (version presque finale) devrait être publié d’ici 10 jours. Il y a de nouveaux organisateurs qui se manifestent à chaque année pour ajouter des courses. Nous devrions avoir quelques nouvelles épreuves en 2016. Pour ce qui est de la course dans le Parc de La Gatineau, tout le monde souhaite le retour de cette épreuve qui était très appréciée des coureurs. Malheureusement, différents facteurs dont les contraintes d’horaire pour l’utilisation du parcours et la présence de cyclistes récréatifs, ont amené l’organisateur à ne plus tenir la course. Je suis toutefois confiant que cette épreuve revienne éventuellement.

LFR: Où seront les Provinciaux sur route en 2016?

LB: Les Championnats québécois sur route élite (junior, senior et maître) se tiendront encore une fois à St-Alphonse-Rodriguez en 2016. Je crois que la majorité des cyclistes ont beaucoup apprécié les parcours sur route et de CLM en 2015.

LFR: Avec le recul des 12 derniers mois, quel fut au final l’impact de la facturation des services d’encadrement de la Sureté du Québec sur les événements cyclistes?

LB : En fait, il y a eu un statu quo en 2015, ce qui signifie que les organisations qui ne payaient pas pour la présence de policiers de la Sûreté du Québec en 2014 n’ont pas été facturées en 2015. Je dirais donc que l’impact a été minime en 2015, mais il est certain que la perspective de devoir payer des frais qui peuvent être assez importants dans le cas de certains événements, constitue un risque pour certains événements.

LFR: La FQSC a reconduit en fin d’année dernière son sondage auprès des membres. Il ressort de ce sondage que chez les élites et Maitres, beaucoup soulignent un calendrier de course perfectible, peu d’épreuves étant retrouvées aux mois de juillet et août, période pourtant estivale. Beaucoup de courses se déroulent en effet en mai et juin, dans une météo parfois incertaine. Comment la FQSC pourrait-elle améliorer ce calendrier?

LB: Le problème observé (manque de courses) est généralement en juillet. Le manque d’intérêt de certains organisateurs peut possiblement s’expliquer en partie par la période des vacances de la construction, le fait que les Championnats canadiens sont passés, ou d’autres raisons. Ceci dit, on travaille évidemment étroitement avec l’ensemble des organisateurs pour offrir un calendrier plus équilibré sur l’ensemble de la saison.

LFR: Les résultats laissent également entendre que plusieurs aimeraient voir davantage de chrono. Peut-on s’attendre à une augmentation de l’offre de ce type d’épreuve en 2016?

LB: On envisage effectivement d’ajouter au moins un CLM individuel durant la saison, possiblement en juillet ou en août qui pourrait servir de préparation pour les Championnats québécois.

LFR: Où en est le projet de réforme de la sécurité routière? On en entend encore parlé, mais il semble que le Gouvernement tarde à accoucher!

LB : Nous attendons également la sortie de la réforme. Nous n’avons malheureusement pas d’indication qui nous permet de savoir quelles seront les recommandations que nous avons faites qui seront acceptées. Ceci dit, un grand nombre des amendements proposés par la FQSC et les autres organisations cyclistes présentes au sein du groupe de discussion, ont été bien accueillis par l’ensemble des membres du groupe de discussion, incluant le MTQ, la SAAQ, la SQ, le SPVM, … En principe, je présume que cela ne devrait pas tarder si ces modifications doivent entrer en vigueur en 2016.

LFR: Et à propos du projet d’un vélodrome couvert, notamment dans la grande région de Montréal?

LB : Il y a plusieurs projets de vélodrome, à Montréal, sur la Rive-Sud de Montréal, et à Bromont. Dans tous les cas, ces projets continuent de cheminer, ce qui est encourageant. Ultimement, ce qui importe, c’est qu’il y en ait un qui vienne à terme. Nous avons d’excellents cyclistes sur piste, et je suis convaincu qu’avec un vélodrome intérieur, nous serions en mesure d’attirer un grand nombre de personnes et de détecter par le fait même de nouveaux talents. Pour que ce genre de projet se réalise, ça prend des fonds publics et de l’argent du privé. Notre rôle (FQSC) consiste à fournir le maximum d’informations aux personnes/organisations qui sont derrière ces projets, les aiguiller, valider certaines informations au fur et à mesure que le projet chemine. En tentant d’être le plus réaliste possible, je crois sincèrement que les chances d’avoir un vélodrome intérieur au Québec d’ici deux ou trois ans n’ont jamais été aussi bonnes.

LFR : Dopage: l’affaire ayant touché un coureur maitre en 2015 a de nouveau secoué le petit monde du cyclisme au Québec. Peut-on faire plus du côté de la prévention, notamment du côté des équipes? Pourquoi ne pas exiger une formation aux responsables de ces équipes, et une preuve que les membres ont été rencontrés par ces responsables avant l’octroi d’une licence d’équipe FQSC?

LB: C’est toujours désolant d’apprendre que des cyclistes font encore usage de dopage. Ceci dit, il ne faut pas être naïf et trop s’en étonner. Je dois dire par contre que je ne comprends pas qu’avec les cas positifs des dernières années, et la présence de contrôles dans certaines courses, que des cyclistes qui dont du vélo avant tout pour leur plaisir persistent à faire usage de produits interdits. Pour ce qui est de la prévention, nous avons produit une vidéo en ce sens en 2014, qui est envoyée aux clubs, et nous faisons également de l’éducation auprès des athlètes identifiés et  des entraîneurs.

LFR: Quels seront les grands dossiers de la FQSC en 2016 Louis?

LB: Il y a toujours plusieurs dossiers importants à chaque année. Évidemment, comme 2016 est une année olympique et paralympique, un des objectifs importants est de qualifier le plus grand nombre d’athlètes pour ces Jeux, ce qui se prépare évidemment de longue haleine. Au niveau du calendrier d’événements, toutes disciplines confondues, l’objectif demeure le même : offrir un calendrier varié et intéressant aux membres, allant d’événements régionaux à internationaux. Montréal accueillera également les Jeux du Québec cet été, et la FQSC est présente en cyclisme sur route, en vélo de montagne et en BMX. On veut capitaliser sur cet événement important pour continuer de favoriser le recrutement et le développement des jeunes dans ces disciplines. Les infrastructures sportives, comme un vélodrome intérieur, des pistes de BMX, l’accès à des sentiers de vélo de montagne, … constituent également un élément important pour assurer le développement de nos disciplines. Ce ne sont que quelques-uns des dossiers qui feront l’objet d’une attention particulière en 2016.

Merci Louis! Et je te souhaite une belle saison de cyclisme en 2016.

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!