Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Entente A.S.O. – FFC dans l’Hexagone

Petite pause dans la couverture de l'actualité cycliste au Québec (avant peut-être qu'elle ne rebondisse davantage) pour parler d'une nouvelle récente qui n'a pas manqué de m'intéresser: Amaury Sport Organisation (ASO), propriétaire du Tour de France, a signé une entente de trois ans avec la Fédération Française de Cyclisme (FFC) visant à poursuivre le développement du cyclisme français et à le renforcer.

Rappelons que le cyclisme français vit une sorte de renaissance depuis quelques mois. Il y a eu, d'une part, la performance des coureurs français sur le dernier Tour de France: Thomas Voeckler bien sûr, mais aussi Pierre Rolland, Jérémy Roy, Arnold Jeannesson voire Romain Feuillu et Jean-Christophe Peraud. 

Il a ensuite eu la perf remarquable de la France aux récents Championnats du monde sur route: victoire chez les juniors (Pierre Henri Lecuisinier) et doublé chez les Espoirs (Arnaud Demare et Adrien Petit). Sur piste, la France a ramené pas moins de onze médailles sur les Mondiaux 2011. 

Il y a ensuite eu de belles performances tout au long de la saison, comme la 2e place de Sylvain Chavanel au Tour des Flandres ou la 4e place de John Gadret sur le Giro. David Moncoutié a ramené pour la 4e année de suite le maillot de meilleur grimpeur de la Vuelta. Et d'autres espoirs s'amènent comme Thibault Pinot ou Jérôme Coppel.

Bref, revoilà la France au plus haut niveau, après des années passées à galérer dans le bas des classements dès qu'on regardait une épreuve internationale. 

Et voilà que la FFC pourra compter sur l'appui fort d'ASO pour poursuivre le développement du cyclisme dans l'Hexagone. De quoi nourrir des espoirs pour les prochaines années.

L'entente porte sur trois axes majeurs:

1 – aider et renforcer les Challenges nationaux Juniors et Espoirs dans le but de révéler de nouveaux talents ; 

2 – développer le cyclisme des régions et des départements via l'achat de matériel, l'organisation de stages et de compétitions et par la mise en place d'activités de promotion ; 

3 – créer un poste, au sein de la FFC mais soutenu financièrement par ASO, d'agent de développement dédié aux équipements sportifs afin d'appuyer les projets des comités régionaux, départementaux ou de clubs.

Y'a pas à dire, on ne peut pas nier l'engagement d'ASO envers le cyclisme français. ASO engrange certes beaucoup de profit avec le Tour de France et ses autres épreuves (elles sont désormais nombreuses) mais redistribue également en soutenant de nombreuses épreuves professionnelles dont certaines d'entre elles ont connu des soucis financiers dans le passé, de même qu'en soutenant financièrement la FFC. Moi, je dis tout simplement bravo.

Voilà qui pourra peut-être donner des idées à certaines sociétés québécoises et canadiennes qui voudraient aider au développement du cyclisme d'ici en soutenant les fédérations sportives qui en ont bien besoin, notamment en matière de développement et de maintien des infrastructures (à quand un vélodrome couvert au Québec, pierre angulaire d'un développement encore plus important de ce sport ?), de création d'épreuves cyclistes et de… lutte contre le dopage. Rappelons que PedalMag annonçait, le 15 septembre dernier, que Saputo, commanditaire de longue date des Mardis Cyclistes de Lachine, ne serait pas de retour avec cette épreuve en 2012 et retirait son appui

Partager

Précédent

Dopage: je ne comprends pas l’incompréhension

Suivant

Le syndrome de la montagne ?

  1. Marmotte

    Attention Laurent, des lecteurs pourraient croire que tu entretiens des liens avec la FFC et ASO et que tout ça n’est qu’une arnaque financière… 😉

    Sans farce, c’est une bonne nouvelle. Le cyclisme français en a bien besoin. ASO se paye par le fait même une belle pub à petit prix; tant mieux pour eux, ils sont intelligents.

    0
    0
  2. JAN

    J’ai bien peur que ce ne soit que poudre aux yeux… un bon coup de pub pour avoir la conscience tranquille mais rien de concret, combien d’argent en équivalence? mystère! quel type de matériel? c’est vague.
    Il faut savoir par exemple que l’équipe de DN1 de NOGENT sur OISE qui a formé 23 coureurs pros ces 5 dernières années dont 5 français sur le dernier Tour de France a vu la subvention accordée par le conseil régional de Picardie diminuée de 40 pour cent. Les politiques adorent venir parader au village départ du Tour de France mais réduisent allègrement les subventions. L’effort d’ASO doit être encore plus fort.
    Sans coureurs formés dans les clubs, plus de coureurs français au départ du Tour.

    0
    0
  3. Ray Neuville

    En considération de votre souhait Laurent, il me vient à l’esprit que la grande société Amaury a quasiment son équivalent au Québec. Je verrais bien l’empire Québécor prendre en main la bonne destinée du cyclisme au Québec. Même que son PDG est un adepte du vélo.

    0
    0
  4. Marmotte

    Très intéressant. Ça ferait du contenu un peu intelligent pour leur nouvelle chaîne sportive. Le niveau intellectuel et linguistique (sans parler de la programmation) de TVA sports est une grosse, grosse coche en dessous de RDS, ce qui n’est pas peu dire!

    0
    0
  5. Marmotte

    Très intéressant. Ça ferait du contenu un peu intelligent pour leur nouvelle chaîne sportive. Le niveau intellectuel et linguistique (sans parler de la programmation) de TVA sports est une grosse, grosse coche en dessous de RDS, ce qui n’est pas peu dire!

    0
    0
  6. delirium89

    Et Thomas Dekker à l’AMA c’est pas beau ça comme union

    0
    0
  7. Thierry Lemaire

    1. Un coureur trentenaire 4ème du Tour surprise.
    2. Un antre trentenaire deuxième du Tour des Flandres.
    3. Un jeune second couteau vainqueur à l’Alpe d’Huez.

    Au niveau cadors et grosses perfs, c’est tout.

    Pas de grosse victoire. Pas de grosse domination. Juste des coureurs qui péniblement arrivent à faire quelques places d’honneur.
    Pour remettre un peu les choses en perspective, la France a toujours eu des cadors, des vainqueurs de classiques et de grands tours à toutes les époques, jusqu’à Laurent Jalabert en 1995.

    Sans l’affaire Festina, il est probable que tout ça aurait continué. Il y aurait toujours des français qui arrivent dans une grande course en favoris (classiques, grands tours, championnats du monde).

    Aujourd’hui, le seul coureur français qu’on peut parfois présenter comme un des favoris dans une course, c’est Sylvain Chavanel. Mais il ne gagne jamais.

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.