En vrac, les brèves

1 – Histoire de clavicule. Celle de Lance Armstrong a sauté hier sur la première étape du Tour de Castille-Leon, le coureur américain ayant été pris dans une chute dans le final. Depuis, tout le monde y va de son petit commentaire sur à peu près tous les sites de cyclisme.

Pourtant, quoi de plus banal qu’une chute dans le cyclisme professionnel ? Les coureurs roulent vite dans le final, ca frotte car chacun veut se positionner sur l’avant, la fatigue rend les réflexes moins précis et moins rapides, il y a parfois les changements de direction, etc. Et lorsque la chute survient, quoi de plus banal qu’une clavicule qui saute ? C’est probablement la fracture la plus commune dans le cyclisme. La main veut, par réflexe, amortir la chute, arrive en premier au sol et sous la force de l’impact, la clavicule saute.

En fait, ce qui m’étonne personnellement, c’est que Lance Armstrong n’ait pas été pris plus souvent dans des chutes entre 1999 et 2005. Et c’est intéressant d’évoquer quelques hypothèses pour expliquer pourquoi.

On peut en fait penser que Lance Armstrong ne bénéficie pas de la même protection cette année dans le peloton. On l’a vu plus isolé et au service de l’équipe en Californie. De nombreuses photos le montrent entouré de seulement un équipier bien souvent. Cela tranche des années 1999 à 2005 ou on voyait presque toujours Armstrong entouré de plusieurs équipiers, notamment Hincapie et Ekimov, formant autour de lui, et notamment devant lui, un véritable "pare-choc" lui permettant d’éviter les chutes. Comment ne pas penser qu’au sein même de son équipe Astana, une équipe rodée depuis 2 ans au service de Contador et composée de nombreux coureurs européens – notamment kazakhs – ce n’est plus le cas ? Hincapie et Ekimov ne sont plus avec lui sur le vélo et les fidèles de la période 1999-2005 – Chechu Rubiera, Benjamin Noval, Yaroslav Popovych – sont plus rares. Armstrong doit peut-être composer cette année avec un changement de culture au sein même de son équipe.

Enfin, comment ne pas penser que les coureurs arrivés dans le peloton pro depuis 3 ans ne vouent pas le même "respect" (pour lui laisser une place sécuritaire dans le peloton une fois sur le vélo on s’entend) que durant la période 1999-2005 ? Il n’est pas impossible que pour beaucoup de jeunes coureurs, le retour d’Armstrong soit l’occasion de prouver qu’ils peuvent le battre. Ces jeunes coureurs lui accordent peut-être moins de place dans le peloton qu’avant.

2 – Damiano Cunego. Il sera intéressant de suivre le retour en compétition du coureur italien, peut-être le dernier grand leader d’équipe à faire sa rentrée. Cunego participe ces jours-ci à la Semaine internationale Coppi & Bartali. L’occasion de faire le point sur sa condition à l’approche des Ardennaises et du Giro…

3 – Mark Cavendish. Le vainqueur récent de Milan SanRemo participera cette semaine aux Championnats du monde sur piste en Pologne. Il y représentera la Grande-Bretagne dans deux épreuves, soit la course "scratch" ainsi que l’épreuve du Madison le week-end prochain.

Si beaucoup de grands sprinters avaient fait de la piste avant de passer à la route, j’en connais bien peu qui ont fait les deux au même moment. Voilà qui contribue certainement à faire de Cavendish le meilleur sprinter du peloton en ce moment, la piste étant réputée pour travailler la vélocité, la fluidité du coup de pédale et la puissance.

4 – Retour sur Milan SanRemo avec un protagoniste dans le final, Davide Rebellin. Il évoque aussi la suite de sa saison et de sa carrière.

5 – Intéressant reportage sur le DeRosa King 3. J’affectionne particulièrement cette compagnie mythique dans le monde du vélo et j’ai la chance, depuis quelques années, de rouler sur un DeRosa. Pour la petite histoire, rappelons que c’est Ugo DeRosa qui construisait les vélos d’Eddy Merckx durant sa carrière et qui enseigna au champion belge comment construire des vélos lorsque ce dernier souhaita lancer sa propre marque de cycles. C’est aussi Ugo DeRosa qui construisit le vélo sur lequel le champion belge battu le record de l’heure en 1972.

6 – Le point sur la saison et le programme d’Alejandro Valverde.

11 Commentaires

  1. Marmotte
    Soumis le 24 mars 2009 à 11:41 | Permalien

    D’accord avec l’analyse de Laurent qui explique pourquoi Lance n’a pas fait tant de chutes dans sa carrière. Discovery/US Postal ne s’en est d’ailleurs jamais cachée : la première semaine du Tour n’était consacrée qu’à éviter les chutes et les bordures.

    À cela, je rajouterais une explication encore plus simple: contrairement aux autres, Lance ne courrait que quelques dizaines de jours par année ! Le risque est diminué d’autant. Et qui plus est, Lance courrait surtout sur des routes bien entretenues, dans des courses prestigieuses, donc bien encadrées.

    Ceci dit, l’analyse de Laurent explique pourquoi Lance n’a pas respecté la loi de la moyenne concernant les chutes dans les années « Tour de France ». Elle n’explique pas pourquoi il est tombé à son retour. La raison la plus probable ? Le bon vieux hasard… rien de plus…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. Dan Simard
    Soumis le 24 mars 2009 à 11:12 | Permalien

    Le positionnement et protection de coureurs privilègiés n’est-elle pas la responsabilité ou décision stratégique du directeur sportif?

    Est-ce possible que le DS soit qqn d’autre que Bruyneel ce coup-ci, possiblement le meme DS ayant dirigé l’équipe au tour de Californie ou on a vu Leipheimer chuter faute de protection?

    Bruyneel, Gallopin, Demol et Yates devront se « parler dans le casque »!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  3. aplg
    Soumis le 25 mars 2009 à 1:20 | Permalien

    la route semblait bien étroite et poussiéreuse. !a arrive. il y a peut-être eu d’autres chutes ?
    en tout cas il y a de quoi faire une belle équipe avec les blessés de ce début de saison. et F. Guesdon vient de faire sa rentrée, après une belle chute aussi.
    et puis, pour ma part, la vraie performance incontestable d’armstrong, « à son époque », c’était du coté de Gap, dans la descente, quand Beloki (qui ?) est tombé. adresse et sang-froid, il faut reconnaître.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  4. Soumis le 25 mars 2009 à 2:48 | Permalien

    Eddy ne roulait-il pas avec un Colnago lors du record de l’heure?
    Jar

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  5. alain39
    Soumis le 25 mars 2009 à 2:55 | Permalien

    Astana. Ce nom résonne comme un nom de guerre.
    pensez donc les 2 favoris de cette équipe font 1 et 2 du chrono.
    Contador se permet même de devancer un pur rouleur comme Zabriskie. Pourtant quand on regarde les physiques la puissance semble être du côté de Zabriskie.
    Les autres leaders sont à plus d’une minute sauf Menchov (55 sec). Donc ils prennent entre 3 et 4 secondes au km.
    Astana nous a habitué à ce type de domination sur les chronos, mais cette fois la démonstration est encore plus forte car c’est un pur grimpeur qui domine les rouleurs.
    De toute mon existence je n’ai jamais vu un grimpeur dominer les rouleurs (même lors du dernier chrono du tdf où pourant la fraîcheur est prépondérante).
    Même Delagado (qui avait un physique plus lourd que Contador) qui s’était grandement amélioré n’a jamais dominé les purs rouleurs.
    Pantani, Van impe, herrera, gaul, bahamontès, virenque, breu, parra et autres ont sorti au sommet de leur art des chronos de 1er choix mais ils n’ont jamais dominé les rouleurs.
    Contador est le 1er à le faire.
    Ceux qui excellaient dans les 2 exercices étaient des coureurs puissants avec un physique plus musculeux plus proche du rouleur (Hinault, merckx, fignon, Anquetil, Armstrong, Ullrich, Thévenet, Ocana, Indurain, Rominger etc…).
    Contador révolutionne et sort de tous nos référentiels pourtant séculaire.
    Là est la vrai question.
    Je ferai le parallèle avec la prise de pouvoir des Indurain et Riis qui ont fait le chemin inverse passant du statut de rouleur à celui de quasi pur grimpeurs. On sait comment, l’EPO leur ayant permis de compenser leur handicap jusque là rédhibitoire pour vaincre sur le tdf.
    s’en est suivi un nivellement en montagne au profit des rouleurs, la suroxygénation leur permettant de combler leur handicap poids/puissance et ce en boostant la puissance.
    Le Riis de hautacam 96 reste l’icône de cette période laissant sur place les grimpeurs en les asphyxiant en 3 accélérations. La puissance dégagée était irréelle en restant une grande partie de la montée sur le gros plateau.
    Le chemin inverse vient d’être entamé et si on voit se généraliser cette orientation il sera alors défnitivement acquis que cette métamorphose n’a rien de très naturel mais est le fruit d’un nouveau protocole de dopage.
    A suivre.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  6. Dave
    Soumis le 25 mars 2009 à 4:06 | Permalien

    Oui aplg, le Armstrong dans la descente sur Gap était quasi-divin dans sa façon de traverser le champ labouré après la chute de Beloki dans un virage très vicieux où des coureurs du Dauphiné s’étaient aussi retrouvé dans le champ en… 1986.
    Armstrong avait même les paysans du coin avec lui ce jour là : quand j’y suis passé en 2007, le champ n’était pluss un labour mais garni de maïs de 2m de haut !!!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  7. legafmm
    Soumis le 25 mars 2009 à 7:52 | Permalien

    un coureur d’euskaltel prétend qu’armstrong ne sait pas (ne sait plus) frotter, qu’il n’arrivait pas à tenir ses trajectoires lors de la première étape et qu’il était très très nerveux, voila l’explication de cette chute, je pense qu’il a perdu ses reflexes et son habilité ds le peloton, il a d’ailleurs chuté au moins 2 fois en californie, ça fait bcp en si peu de temps.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  8. Roger13
    Soumis le 25 mars 2009 à 7:53 | Permalien

    Et bien en 1998 je pense que Virenque aurait été ce pur rouleur /pur grimpeur. Je crois me souvenir qu’à cette époque et l’année en 97 il avait déjà montré des qualités de rouleurs suspectes.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  9. colt seevers
    Soumis le 25 mars 2009 à 12:51 | Permalien

    on peut l’enfoncer sur le fait qu’il n’a plus les réflexes de la course alors qu’il a fait pas mal de KM en course cette année sans problème maintenant qu’il s’est dérouillé bien comme il faut on a toujours raison. s’il revient pour le tour (snif) son équipe le protègera comme il faut. Pour l’instant, il ne faisait que l’équipier pour se faire la caisse « comme à l’entraînement » donc je ne comprends pas pourquoi on annonce qu’astana aurait perdu confiance en armstrong et l’aurait lâché…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  10. legafmm
    Soumis le 25 mars 2009 à 2:42 | Permalien

    Contador a tjr été très très fort en chrono, il n’a jamais été un manche dans cet exercice, loin de là, il n’a pas progressé en un hivers en passant de rouleur médiocre à rouleur hors categorie comme certains, dès ses débuts il était parmis les meilleurs, il est donc normal qu’aujourd’hui sur des chronos de distance intermédiaires (20-30 km), il joue d’égal à égal avec les meilleurs.

    1ère année pro en 2003

    21e du chrono de la Clásica Alcobendas (10 km)
    17e du chrono du Tour d’Allemagne (30 km)
    9e du chrono du Tour de Burgos (14 km)
    1er du chrono du Tour de Pologne (chrono en côte)

    il a même terminé 2e du prologue du ruban granitier breton en 2002 (Tour de Bretagne aujourd’hui)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  11. alain39
    Soumis le 26 mars 2009 à 6:18 | Permalien

    @legafmm
    Il faut comparer ce qui est comparable et ces courses n’ont rien à voir avec des grands tours là où sont tous les meilleurs.
    A son 1er tdf Contador a fini 2 fois 48 ème des chronos.
    Il s’est toujours pas mal débrouillé sur les chronos cours gràce à son explosivité.
    Toutefois, il ne rivalisait pas avec les meilleurs rouleurs.
    Pourtant à cette époque il ne tournait pas à l’eau claire comme en atteste son implication dans l’affaire puerto.
    Il a été blanchi en juillet 2006 avant même que ne débute l’instruction. Toute l’infrastructure de son équipe était pourtant impliquée. Excusez du peu et donc une instruction aurait dûe être diligentée. Le juge s’est contenté d’une simple audition de quelques minutes durant lesquelles il a bien évidemment nié tout en bloc.
    Depuis 2 ans ses qualités dans le domaine chronométrique ont énormément évolué et la rapidité de son rythme de pédalage n’est pas sans rappeler celle de son nouvel équipier lors de ses plus belles années.
    Et puis ce n’est pas ses capacités dans le chrono que je conteste, seulement je constate qu’il est de tous les temps le 1er pur grimpeur à pouvoir battre les purs rouleurs sur leur terrain (chrono plat rectiligne).
    Qu’il se débrouille bien en chrono n’a rien de choquant (van impe se débrouillait pas mal)ce qui est choquant c’est qu’il batte les meilleurs rouleurs dans leur exercice de prédilection (chronos plats et rectilignes) avec un physique de pur grimpeur.
    Ca me rappelle Indurain qui avant l’arrivée de l’EPO se faisait lâcher en montagne pour ensuite làcher les grimpeurs la trentaine dépassée. En revanche dès ses débuts Indurain a toujours montré de grandes qualités de rouleur qui ne se sont jamais démenties.

    On parle là non pas d’une évolution qui pourrait s’expliquer par une arrivée à mâturité mais d’une profonde mutation des qualités physiques.
    Années 90: les gros culs se sont mis à rivaliser avec les grimpeurs (dixit Herrera)pour finir par les lâcher
    Années 2000: les grimpeurs rivalisent avec les rouleurs (Contador, Rasmussen).
    Années 2010: les sprinteurs pourraient rivaliser avec les grimpeurs.
    Vive la science, on arrête pas le progrès!!!!!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!