Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Des réactions dans tous les sens

C’est la valse des réactions et des déclarations depuis ce matin. Certains font état d’un sain réalisme ; d’autres se bercent encore d’illusions sur notamment l’édition 2006 du Tour de France. Portrait de la situation.

Les réactions françaises sont en général positives en ce sens qu’on se félicite du coup de filet et qu’on croit que cela contribuera à assainir le sport. C’est notre avis également: cette histoire va faire très mal au cyclisme, des sponsors se retireront peut-être en fin d’année mais en l’absence de mesures concrètes depuis 5 ans (la faute à Verbruggen…), il fallait probablement un tel scandale pour enfin faire bouger les choses.

Seul carton rouge, à Jean-Marie Leblanc « qui déclarait ce matin que le Tour de France allait pouvoir partir avec un peloton sain »:http://www.cyclingnews.com/news.php?id=news/2006/jun06/jun30news4. Ben voyons! Il y a encore des membres du club des 500 watts et plus dans le peloton! Comme l’on dit certains, d’autres réseaux existent assurément (la preuve, le réseau français avec Laurent Roux, le réseau belge dans lequel Musseuw a été impliqué…) et continueront probablement leurs activités, mais en redoublant de vigilence. Car c’est malheureusement ce qui se produit en pareille situation: rien ne change, sinon la prudence des dopeurs/dopés.

En Espagne, on est visiblement sous le choc. Mancebo a déjà annoncé la fin de sa carrière, tout simplement. Eusebio Unzue (directeur sportif de Caisse d’Epargne) a eu cette bonne réaction: _Cela nous assomme mais c’est un message. Le cyclisme est blessé à mort. On peut lancer un SOS. On a besoin d’une véritable réflexion pour sortir du tunnel et voir la lumière_.

« Pour CSC et Bjarne Riis »:http://www.cyclingnews.com/news.php?id=news/2006/jun06/jun30news5, c’est le cauchemar avec l’histoire de Paris-Roubaix à gérer en plus. Il aura selon nous du mal à maintenir son équipe sur le Tour dans les prochains jours…

« Pour Ullrich »:http://www.velo-club.net/article?sid=33004, c’est également la grosse catastrophe et nous ne serions pas surpris de l’entendre annoncer sa retraite dans les prochains jours.

En Italie, on opte pour le « low profile ». En matière de scandale de dopage, on a en effet déjà donné…

Vous êtes également nombreux à laisser des commentaires sur le site. En général, on note un certain écoeurement du sport cycliste ainsi que beaucoup d’ironie et de dérision. Nous partageons l’avis de beaucoup d’entre vous. Ceci étant, sachez garder votre modération quant aux propos! Tout le monde est excité aujourd’hui et il convient aussi de prendre un peu de recul face à une situation qui évolue très rapidement depuis 3 jours.

Bref, que reste-t-il du cyclisme aujourd’hui ? Dans quel esprit s’élanceront les coureurs demain sur le prologue du Tour ? Quelle réaction peut-on attendre des millions de spectateurs le long des routes ?

Notre avis ? La fête est gâchée de toute façon. Le Tour de France ainsi que le reste de la saison devraient être annulés. Le cyclisme devrait se donner un temps d’arrêt pour réfléchir – réfléchir – sur les moyens de lutter efficacement contre ce fléau du dopage. « Nous en avions proposé plusieurs il y a quelques mois »:http://laflammerouge.com/article/3986/si-on-etait-president-de-luci. Seulement une fois cette réflexion faite et de nouvelles mesures en place le cyclisme pourra-t-il repartir sur des bases plus saines et avec une certaine crédibilité auprès du public et des sponsors.

Partager

Précédent

On a touché le fond…

Suivant

Sans commentaires…

14 Commentaires

  1. didier girsch

    merci Laurent pour toutes ces douces et bonnes paroles et quel plaisir d avoir tous un peu raison,

    lfr,ne pas hesiter a en abuser

  2. le seul moyen de s’en sortir va être de faire gicler toute la génération des dopés.
    pourquoi pas un Tour de France réservé au moins de 24 ans, la 1ere année puis aux moins de 25 ans l’année suivante? d’une part, ça assainirait le cyclisme en faisant monter une jeune génération, d’autre part, ça permettrait aux autres courses d’exister et d’éviter les coureurs qui misent tout sur le Tour

  3. DUFF

    Ben oui comme si que les coureurs cyclistes commencent à se dopés à 25 ans…dream on

  4. Je lis vos propositions plus farfelu les unes que les autres et ça me fais bien rire.

    Les moins de 24ans, une année sabatique et combien d’autre proposition aussi triste qu’inéfficace.

    L’idée Laurent d’une année de moratoire sonnerait l’arrêt définitif du vélo ou au mieux une pause jusqu’au prochain scandale.

    Ainsi Laurent pourra envoyer une belle couronne de Fleur laflammerouge.com pour feu son cher sport.

    Je ne suis pas le dopage dans le sport. Je vous dis que tenter de croire au leçon des tel ou tel évenement est une belle connerie en soi. Un peu la leçon retiré de Simpson dans le Ventoux ou même de Marco Pantani, Salançon.

    L’on voit bien que les leçons ont été retenu et efficace. Moi propos est reveillez-vous, votre combat riducule farfelu et surtout perdu d’avance, ne blesse et affaibli chaque jour votre sport favori.

    La belle petite bande de Don Quichotte, doit se félicité du prochain gagnant.

    J’aurais tellement le gout de rire de vos illusions la violence des mots, mais je vais contenir mon propos.

    Une belle bande de rêveur

  5. Rooxy!

    On peut dire que tu n’y vas pas de main morte aujourd’hui! On est d’accord avec toi, on se demande, à la vue de ce qui s’est passé après l’ère Festina, ce que ce nouveau scandale va changer dans le vélo. Mais bon, il y a des différences. La plus importante, c’est que ce scandale dépasse celui de l’Affaire Festina et survient 8 ans après, alors que certains croyaient que les mentalités avaient changé. L’examen de conscience est presque incontournable cette fois-ci et ce, à la fois des équipes, des instances, etc.

    L’espoir fait vivre… Et La Flamme Rouge sera le premier à suivre les efforts faits dans les prochains mois afin d’assainir ce sport et on vous en rendra compte, soyez en certain!

    La Flamme Rouge

  6. françois

    Je suis un peu moins fan de cyclisme quand ça met la vie des participants en danger. J’ai un peu moins le goût d’encourager ce sport si c’est pour envoyer ces pauvres sportifs à leur tombeau. Sans blâmer les coureurs avec une morale blablabla, pour moi c’est il se passe quelque chose de sérieux où je ne suis tout simplement plus les compétitions.

    Et il est faux de prétendre qu’il n’y a rien à faire.

  7. Didier as le cycliste bronchiteux et asthmatique

    Entièrement d’accord avec François. Même si, comme j’ai pu le dire par ailleurs, le combat contre le dopage est un devoir moral, c’est aussi un problème de santé publique.
    Les instances doivent protéger les dopés d’eux-même pour ne pas voir arriver des générations de vieillards prématurés nécessitant des soins lourds à chaque mois.
    Car si l’on laisse faire sur ce point (après tout, ce sont eux qui se tuent à petit feu sans conséquence pour autrui…), pourquoi continuer à exiger le port de la ceinture de sécurité en voiture ou celui du casque en moto? Après tout, c’est de la responsabilité de chacun de le porter ou non, puisqu’en cas d’accident il n’y aura des conséquences que pour celui qui aura pris la décision de ne pas le porter.
    Maintenant Laurent, je suis d’accord pour dire qu’un examen de conscience collectif est rendu obligatoire par cette nouvelle affaire. Certes, son retentissement est tout autre car il ne s’agit plus d’une affaire franco-française, mais d’un scandale touchant une grande partie du peloton espagnol et de grosses pointures internationales. Là où les instances françaises avaient pris la mesure du problème avec l’affaire Festina, je ne sais si nos instances internationales en seront capables. Peut-être l’Espagne au niveau gouvernemental se décide t’elle à se confronter à ce problème, mais j’ai de très sérieux doutes sur la volonté, voire la maturité des instances internationales pour prendre à bras le corps ce combat.
    C’est le sens d’un de mes posts de cet après-midi qui pouvait ressembler à une envolée lyrique d’anarchiste soixante-huitard attardé, mais n’en reste pas moins mon analyse de la situation actuelle.
    Et je me dis que compte-tenu de la situation, c’est peut-être le pire.

  8. http://www.velo101.com/actualite/default.asp?Id=10731&Section=Elites1

    mis à part cofidis, la francaise des jeux et bouygues, toutes les equipes ont des leaders qui sont ou ont été des chaudières… tour propre??
    brulons jean marie leblanc, il le mérite vraiment

  9. je vous invite cet ancien excellent article dont voici un extrait :
    Normalement, le coureur finit ” défoncé ”… mais fatigué. Ce combat, avec des athlètes non formatés ni bodybuildés, ainsi roués de coups aurait été hier homérique, grandiose, mythique. De quoi faire rêver tous nos gosses et susciter leur vocation. Que nenni ! Depuis dix ans, nous sommes entrés dans l’ère de la biotechnologie.

    http://www.humanite.fr/journal/2001-04-16/2001-04-16-242908

    lisez tous les anciens articles d’antoine vayer!!!

  10. nick

    Leblanc (à propos d’un cyclisme à 2 vitesses, dont se plaignaient les coureurs français en 2005) : “Quand je vois un Sylvain Chavanel avec 2 ou 3 kilos en trop au départ de Vendée, je me dis qu’il ferait bien de s’inspirer des méthodes de préparation de Jan Ullrich ou de Lance Armstrong.” (Le Monde, juillet 2005)
    Sans commentaires.

  11. Raf

    Pourquoi dix ans ? Les PDM carburaient déjà comme des grosses cylindrés à la fin des années 80 ! C’était le bon temps des stéroïdes (Theunissse, Rooks, Breukink, Delgado, Le Mond ?), l’époque où Dick Pound défendait Ben Johnson… Le cyclisme était déjà à deux vitesses. Certaines ruptures tendineuses (Fignon, Roche…) survenant chez certains coureurs après des victoires euphoriques ne laissent que peu de doutes sur les moyens utilisés. Et puis la transfusion sanguine n’était pas absente. remember Francesco Moser et tout le staff US des J.O. de Los Angeles en 1984 (Steve Hegg !) Non, le cyclisme à l’ancienne était mort dès l’arrivée des contrats de Bernard Tapie et des points FICP. La course aux armements avait commencé.

  12. insensé

    Raf,

    Il y a quand même eu un gros virage scientifique après l’ère Lemond. Certes les hormones de croissance et la cortizone faisait déjà parti du menu, mais Lemond était effaré de constater que les chevaux de trait qu’ils battait régulièrement, en montagne et dans les CLM lui damaient subitement le pion de manière incompréhensible. L’EPO venait de faire sont apparition dans le peloton et Indurain allait présagé les années Armstrong.

  13. casper qui gagne,c’est un miracle et c’est la preuve que les chaudieres ne se sont pas approvisionnées, et tant mieux; on va avoir de belles defaillances comme en 98 dans une certaine montee du galibier; il y aura donc ceux qui s’approvisionneront et les autres qui n’oseront pas ; souhaitons qu’ils seront nombreux pour que les francais continuent à gagner

  14. Alexandre_o

    Je ne veux pas être pessimiste mais le récent “scandale” sur le Tour ne changera rien. Si on s’arrête pour penser tout l’argent et les réputations impliquées dans 1) les instances sportives 2)les médias 3) les sponsors 4) les coureurs 5) les équipes et j’en passe, il faut bien plus que le dévoilement des résultats d’une enquête ou l’exclusion d’une poignée de coureurs pour changer le monde du vélo. En 1998, la moitié du peloton avait quitté la course – s’en était absurde. A-t-on progressé depuis? Pff
    Pour réelement nettoyer le sport, il faudrait remplacer Pat McQuaid par Dick Pound à la tête de l’UCI et faire sponsoriser les laboratoires au même niveau que les équipes pour faire avancer les méthodes de détection! Aussi, pourquoi ne pas téléviser les test antidopages: “Ce test d’urine vous est présenté par Évian.”. Bon, il y a des limites au cynisme…

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.