Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Début de la saison de cyclo-cross

Depuis quelques années, le cyclo-cross est en net regain de popularité, du moins au Canada. C’est ainsi que les courses régionales de cyclo-cross attirent, dans la région d’Ottawa-Gatineau, un nombre impressionnant de coureurs – et coureuses – chaque week-end de l’automne. J’ai pu le constater en personne aujourd’hui en allant voir avec ma fille le cyclo-cross de Britannia Park à Ottawa.

Les meilleurs coureurs canadiens s’illustrent à l’étranger, comme en témoigne les résultats de l’épreuve de Gloucester aux États-Unis ce week-end. Quelques entrevues et compte-rendus sont disponibles ici.

Les Championnats canadiens de la discipline auront d’ailleurs lieu le week-end prochain à Edmonton, en Alberta. Je souhaite bonne chance à mon équipier Shawn Marshall, actuel champion du Québec de la discipline chez les Maîtres A.  

Étant peu familier avec la discipline, ce n’est pas par snobisme qu’il est rarement question de cyclo-cross sur La Flamme Rouge. N’ayant jamais participé à une épreuve de cyclo-cross, ne connaissant rien à la technique ni au matos spécifiques à la discipline, étant incapable d’estimer le type d’effort requis par une telle course, j’évite d’en parler, question de crédibilité.

Le petit écart aujourd’hui à notre règle se veut en premier lieu un clin d’oeil à la discipline et ses pratiquants, mais aussi pour annoncer le début de la Coupe du monde de cyclo-cross de l’UCI avec la tenue, aujourd’hui à Trévise, de la première manche. C’est le Belge Niels Albert, le champion du monde en titre, qui s’est imposé. Un petit vidéo de la course est disponible ici.

Question: on me disait aujourd’hui que la clef du cyclo-cross était d’amener de gros braquets sur les portions effectuées à vélo. L’épreuve des images de Trévise montre au contraire que les meilleurs "tournent" les jambes rapidement, presque comme sur la route. Alors, qu’en est-il vraiment ? Doit-on mouliner ou amener la braquasse ?

Le ProTour au Québec: mise au point

Des commentaires laissés sur La Flamme Rouge suite à l’article proposant quelques hypothèses quant au peloton qui pourrait se présenter à Québec et Montréal en 2010 laissent croire que je suis négatif envers ces deux événements. Je tiens à affirmer clairement que ce n’est absolument pas le cas, étant au contraire ravi de pouvoir aller voir les meilleurs coureurs du monde à quelques kms de chez moi. Je serai présent comme spectateur aux courses, comme j’ai été présent à chaque édition du GP des Amériques entre 1988 et 1992, même l’année où il tombait des hallebardes et que Ballerini a fait tout un numéro solo. Nous n’étions pas nombreux dehors cette année-là dans Camilien Houde… mais Franco était sympa puisqu’après un moment, il nous saluait à chacun de ses tours, la rareté des spectateurs dehors, la pluie et le froid ayant tissé des liens ! À la question d’un journaliste lui demandant, sur la ligne d’arrivée, comment il avait fait pour endurer 6h de course dans ces conditions, Franco avait d’ailleurs répondu que ce qu’il ne comprenait pas, c’était comment des spectateurs avaient pu eux-aussi passer 6h sur le bas-côté de la route à regarder passer les cyclistes tous les 30 minutes… Je vous passe également les détails concernant l’évolution de ma relation de couple de l’époque suite à ces 6h passées dans la pluie et le froid… !

Quoi qu’il en soit, l’unique but de l’article il y a quelques jours était de présenter quelques éléments à prendre en compte pour que nos lecteurs puissent se faire une idée éclairée quant à l’éventuel plateau présent en 2010. J’ai présenté des éléments en faveur de la présence des meilleurs coureurs du monde, et d’autres moins en faveur, convaincu que les courses concurrentes, la nature du parcours des Mondiaux 2010 voire les habitudes de certains coureurs seront des éléments importants. Ceci étant, nul n’a de boules de cristal comme il est évidemment que pour les passionnés de cyclisme – dont je suis – la qualité du plateau de coureurs ne changera en rien notre motivation à soutenir l’événement et à y participer.

Il est toujours surprenant pour moi de constater à quelle vitesse certains me prêtent des intentions et s’obstinent à lire autre chose que ce qui est réellement écrit dans mes articles!

Partager

Précédent

La Vuelta, meilleure préparation pour les Mondiaux ?

Suivant

Contrôles antidopage Astana sur le Tour: l’AFLD sonne l’alarme

  1. Je reponderai p/r à ce que tu as écrit : »Il est toujours surprenant pour moi de constater à quelle vitesse certains me prêtent des intentions et s’obstinent à lire autre chose que ce qui est réellement écrit dans mes articles! »

    C’est là toute la beauté de l’écriture, l’interprétation y est différente pour plusieurs personnes. Lorsque tu discutes d’un roman, il n’est pas rare d’avoir des visions différentes du même passage. Et ici, j’évite de parler de poésie…

    Simplement un petit passage de Boileau : « Toute chose qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire y viennent aisément ». Et en général tu réussis assez bien, mais demeure tjrs des passages où il peut y avoir interprétation. Et c’est normal, tu n’as qu’a regarder les avocats jouer avec les livres de lois!

    Sur ce, bonne semaine et j’essaie tjrs de te lire sans arrière pensée!

    0
    0
  2. Pierre Dumais

    Laurent

    Pour moi, tu as droit à tes opinions même si cela brasse la cage. Après tout, c’est ton blog et nous y sommes invités.

    Chacun a droit à ses opinions. Comme disait Pierre Falardeau,la rectitude politique du monde d’aujourd’hui n’est que consensus et chacun doit partager les mêmes opinions.

    0
    0
  3. Roger13

    http://www.lemonde.fr/sport/article/2009/10/05/le-traitement-de-faveur-d-astana-sur-le-tour-2009_1249219_3242.html#ens_id=1249221

    J’aurais tendance à prendre pour argent comptant les conclusions de l’AFLD ci-dessus.

    Et je ne vois pas comment la passion désintéressée des amateurs du cyclisme et toute la fougue de la FR pourront contrecarrer l’ampleur de la dégénérescence. Les vrais amateurs sont bien trop peu nombreux face aux consommateurs du produit standardisé et propre à la vente qu’est devenu le sport en général.

    0
    0
  4. Roger13

    Ces révélations pourraient éclairer d’un jour nouveau les raisons qui ont convaincu Contador à rester malgré tout dans une équipe « piège » mais qui lui garantissait certains avantages.

    0
    0
  5. jmax

    Pour ce qui est du braquet dans les cyclo cross, j’ai eu la chance d’assister aux courses, il y a un quart de siècle, d’un grand spécialiste: Bruno Lebras. Le gars était assez fin, pédalait tout en souplesse, ce lui permettait de passer l’obstacle quasiment dans le mouvement et de repartir aussi naturellement sans perte de vitesse. Uns fois, il s’est retrouvé en course de cyclocross avec B. Hinault et Thierry Marie qui eux tiraient des très gros développements. Je me rappelle toujours de Lebras prenant un tour à Thierry Marie qui était planté sur un énorme braquet après le passage à pied d’un obstacle et Lebras qui l’a passé tout en souplesse sur l’élan du passage à pied de l’obstacle. Peu de temps après, T. Marie s’est embourbé et a chuté…

    0
    0
  6. Vincent

    Laurent pour le cyclo-cross, « tournée les jambes » comme tu dis peut être possible autant avec des gros braquets et des petits! C’est juste la vitesse au bout du compte qui change! L’important c’est trouvé un braquet avec lequel tu te sens bien! Sur le plat en terre battue c’est sur que le gros braquets c’est le mieux dans la boue tu restes collé! Sur le gazon; ça dépend de l’état du terrain, avec plein de trous c’est le gros braquets, quand c’est glissant; un peu plus souple! Pour les relances, un petit braquet c’est pas l’idéal à moins que t’aime jouer du dérailleur!

    Le choix des pneus est quasi plus important que ta cadence!

    0
    0
  7. Caroline

    Mes enfants ont commencé le cyclo-cross (CX) cet année et ils étaient eux aussi au Parc Britannia pour le Madisson. Ils adorent cet discipline qui ne permet pas de tricher en se reposer dans le peloton. C’est un effort constant qui est très demandant au niveau cardio-vasculaire.
    Il faut souligner l’atmosphère extraordinaire qui règne dans les courses du côté d’Ottawa où l’on sent une franche camaraderi entre tous et pas nécessairement un sentiment de « Je dois être le meilleur » mais amusez-vous!!

    0
    0
  8. Bertrand

    Ce samedi première course du superprestige « GVA ». Et elle aura lieu à la citadelle de Namur en Belgique.

    http://www.sport.be/fr/cyclisme/article.html?Article_ID=393773

    Un super moment en perspective!

    Possible à voir sur la télé belge: La Deux. Et aussi sur la télé Néerlandophone VTM. Il y a certainement des possibilités de vision sur internet voir sur le site de la RTBF:
    http://www.rtbf.be/sport/cyclisme/cyclo-cross/le-cyclo-cross-de-namur-en-direct-53493

    IMPATIENT D’Y ETRE!!!

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.