De retour

Après une dizaine de jours d’absence nous ayant permis de prendre du recul par rapport aux récents événements dans le monde du cyclisme, La Flamme Rouge reprend ce soir le service normal en revenant sur le récent Tour de France et en vous parlant de dopage au Québec. 1 – Merci de tous vos commentaires au cours des deux dernières semaines. Vous êtes nombreux à avoir exprimé votre dégoût de la façon dont les récentes affaires de dopage ont été gérées à la fois par l’UCI et ASO. Nous vous rejoignons sur ce plan: pourquoi avoir demandé à Rasmussen de quitter le Tour et ne pas avoir exigé la même chose à Contador, "lui aussi l’objet de très sérieux soupçons par rapport à l’affaire Puerto en Espagne?":http://veloptimum.net/velonouvelles/7/ART/7juil/AFP30B.html 2 – Suite au retrait de l’équipe Astana, c’est l’équipe Discovery qui aura été encore une fois LA grande équipe du Tour: deux coureurs sur le podium à Paris (Contador 1er, Leipheimer 3e), deux victoires d’étape ainsi que 4 coureurs parmi les 7 premiers du dernier contre-la-montre. Rien de moins! Voilà qui devrait aider Bruyneel à dégoter un sponsor pour l’an prochain. Ceci étant dit, rien n’est pour autant gagné pour remplacer le sponsor Discovery, Contador étant malheureusement Espagnol aux yeux des Américains. Nous étions aux États-Unis pour la fin du Tour et c’est à peine si les journaux nationaux comme le USA Today en ont parlé… 3 – Contador est-il un vainqueur légitime du Tour de France 2007? Selon nous, non. Sa victoire ne veut rien dire à nos yeux. "Soupçonné dans l’affaire Puerto":http://veloptimum.net/velonouvelles/7/ART/7juil/AFP30B.html, le coureur espagnol a lui-aussi affiché une facilité déconcertante dans les cols en juillet. Surprenant, très surprenant, et les analyses de puissance dégagée devraient suivre bientôt, ce qui nous en dira plus sur les performances de ce coureur. 4 – Le cyclisme sort-il grandi du Tour 2007? Selon nous, il sort en fait nettement affaibli. C’est le foutoir complet entre coureurs, sponsors, organisateurs de course et instances dirigeantes. La crédibilité du sport est au plus bas. Rien n’indique que les mentalités changent. Le premier coureur français pointe à la 27e place et c’est le vétéran Stéphane Goubert, 37 balais! Bref, le navire du cyclisme se fissure de partout. Dans tout ce noir, d’où viendra la lumière? À l’heure actuelle, on ne connaît pas de réponse à cette question et c’est bien ce qui nous décourage. Mais nous partageons tout à fait "les propos intéressants de Daniel Baal":http://veloptimum.net/velonouvelles/7/ART/8aout/Monde3.html, publié dans le journal Le Monde. Quant à Louis Bertrand, commentateur sur le Canal Évasion, il ne se contente, comme beaucoup d’autres, que de soulever LA question: _quelle est la solution?_ M. Bertrand et les autres, il existe beaucoup de solutions, mais il manque de volonté! *Que les équipes commencent par être sérieuses en excluant de leur encadrement les médecins et soigneurs*. Ces derniers doivent désormais être totalement indépendants, fournis par l’UCI et en charge d’une équipe différente à chaque année. Messieurs les coureurs n’accepteraient pas ce mode de fonctionnement? Alors on ne leur délivre pas de licence de course. Ils peuvent aller pointer à l’usine le lundi matin si cela leur plait davantage… Ces médecins indépendants seraient évidemment en charge d’un strict suivi longitudinal de même qu’en charge de contrôles inopinés en connaissant en tout temps le lieu où les coureurs sous leur responsabilité s’entrainent. Des rapports réguliers seraient remis à l’AMA et l’UCI pour analyse. Comme pour le taux d’hématocrite, des variations innatendues de certains paramètres comme la testostérone conduiraient à une suspension temporaire du droit de courir, le temps que les paramètres redeviennent normaux. Il faut ensuite *revoir les protocoles de contrôles antidopage sur les courses*. Il est abérant que les coureurs disposent d’une heure pour aller pisser après l’arrivée… Les contrôles doivent se faire de façon plus strictes, c’est aussi une question de crédibilité. *Il faut ensuite augmenter sensiblement les peines pour les premiers contrôles positifs*. La peur du gendarme fonctionne très bien… 4 ans de suspension pour un premier contrôle positif. Radié à vie pour une récidive. *Il faut ensuite instaurer un système de financement pour les analyses anti-dopage et pour la recherche afin de trouver de nouvelles méthodes de détection*. Un pourcentage de tous les revenus générés par le cyclisme professionnel (droits télé pour les organisateurs de courses, primes de victoires pour les coureurs, ventes de revues et journaux spécialisés, etc.) doit être ré-affecté vers le financement de la lutte contre le dopage, sous-financé actuellement. *Il faut enfin réduire les charges imposées aux coureurs*. Pourquoi ne pas adopter le principe d’un jour de repos par semaine de course, portant à trois ces jours de repos sur les grands tours? La mise en oeuvre de ces mesures serait selon nous un grand pas vers un sport plus clean et plus crédible. 5 – Nous avons été ravi de lire l’article intitulé _J’aime le Danemark_ de Pierre Foglia publié dans La Presse du lundi 23 juillet dernier (cahier Sports). On lisait à la toute fin de l’article ceci: _J’écrivais un peu vite l’autre jour que lorsque tout le monde triche, personne ne triche. En fait, il y en a qui trichent mieux que d’autres._ En effet M. Foglia, un peu vite. Comme d’habitude lorsque vous parlez de cyclisme dans vos chroniques. 6 – Dans le cahier Sports de La Presse du samedi 28 juillet dernier, le bien connu chroniqueur Réjean Tremblay y allait d’un pavé dans la mare du cyclisme québécois. On pouvait en effet y lire _Vous pensez que ca se dope juste au Tour de France? Venez donc faire un tour aux Mardis cyclistes de Lachine. Regardez la bouille de certains dans le peloton. Allez jaser tranquillement avec le père des Mardis, Tino Rossi. Prenez un verre de rouge italien avec lui et écoutez les histoires qu’il raconte. Parce que lui, les vraies histoires, il les connaît._ Nous sommes surpris de n’avoir vu aucune réaction à ces commentaires. Jusqu’ici, hormis quelques affaires ces dernières années dont la plus célèbre est évidemment l’affaire Jeanson, le cyclisme québécois a été relativement épargné par les affaires de dopage. La question se pose: est-ce que les coureurs ayant une licence de course de la Fédé se dopent? Selon Réjean Tremblay, la réponse semble être oui, du moins pour certains qui participent aux Mardis de Lachine. Nous croyons qu’il faut évidemment faire une fois de plus dans la nuance. D’une part, le budget des coureurs cyclistes du Québec n’est pas celui des coureurs professionnels. Le dopage qui est à la portée des coureurs du Québec n’est donc pas celui qui est à la portée des coureurs pro. Il faut ensuite probablement distinguer les catégories: les probabilités de trouver des coureurs dopés sont probablement plus élevées dans la catégorie _élite_ ou _seniors 1-2_ et moindres dans les autres catégories. Ceci étant, le niveau de performance sur le circuit de courses au Québec est nettement à la hausse et ceci, depuis quelques années. Plusieurs coureurs de notre équipe ayant des systèmes SRM de mesure de la puissance, nous sommes à même de faire quelques analyses sommaires de la puissance requise pour performer sur les courses provinciales. Les résultats sont, cette année, très surprenants, les puissances développées par certains coureurs Maîtres A (30-39 ans) et Maîtres B (40-49 ans) étant très, très élevées. Certaines lectures lors du GP de Charlevoix ou de la Coupe des Amériques sont reversantes sinon… stupéfiantes. Sans y voir un signe systématique de dopage, la progression de certains d’une année à l’autre demeure surprenante. Nous sommes convaincus, à La Flamme Rouge, que si peu de cas de dopage parmi les cyclistes québécois sont trouvés, c’est parce que très peu de contrôles sont organisés, faute de moyens. Nous sommes également convaincus que si des contrôles avaient lieu plus fréquemment, nous aurions droits à de belles surprises, comme au plus haut niveau (mais avec des produits différents bien sûr). Comme disait un journaliste, _Plus le coureur va vite, plus on doute_. C’est vrai à tous les niveaux de compétition…

59 Commentaires

  • patrick B
    Soumis le 26 juin 2007 à 9:33 | Permalien

    Il y a des repentis, entre autres Manzano, Chiotti, Riis, Roussel. Richard Virenque n’en fait absolument pas partie, tout comme, entre autres, Hervé, Moreau, Zabel, Musseuw.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • the K man
    Soumis le 26 juin 2007 à 11:50 | Permalien

    Il est possible d’entendre sur le site oueb de eurosport.fr le “live audio” du Tour de France en direct. En fait c’est la retransmission de l‘étape tel qu’elle apparaît à la télé les images en moins. Cela me permet de me faire le film de l‘étape dans ma tête… Bon Tour

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Vinnnch
    Soumis le 27 juin 2007 à 7:33 | Permalien

    En tout cas je n’en reviens pas de la réaction des cyclistes espagnols et italiens. Ils voudraient dire “Oui on s’est dopé” qu’ils ne s’y prendraient pas autrement.

    Par ailleurs, je ne comprends pas trop que des coureurs censément très engagés contre le dopage (ex : Voeckler, Chavanel, Moncoutié…) ne se soient pas précipités pour signer cette charte…
    Pour info la liste actuelle des coureurs :
    http://www.uci.ch/templates/UCI/UCI3/layout.asp?MenuId=MTI1NDc
    On y constate la présence, entre autres, de… Ricco et Simoni.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Bark
    Soumis le 27 juin 2007 à 8:27 | Permalien

    Mathias Kessler (ASTANA) positif à la testo
    Info UCI

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Flos
    Soumis le 27 juin 2007 à 8:30 | Permalien

    Chez astana, combien vont signer ? Kessler vient de se faire pincer comme Landis à la testostérone…
    (Substance pour faire de gros volumes d’entrainement en vue du tour ?) En tout cas, je vais regarder le tour assez distraitement cette année et vais enregistrer plutôt que rester enfermé par un beau soleil…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • alain39
    Soumis le 27 juin 2007 à 9:58 | Permalien

    Ca pete de toute part, le bateau prend l’eau et les soultiers italiens et espagnols ont beau se demener et ecoper a vive allure, rien n’y fait ils sont en train de couler.
    La couleur Astana va finir par passer au gris clair pour finir au blanc transparent.
    Les Ricco et Simoni jouent la fausse transaprence car etant deja pris dans le nouveau dossier de dopage du giro qui vient de faire voler le podium en eclats.
    Ils essayent de se racheter une virginite et ca peut toujours aider dans un dossier ciontentieux en vue de demontrer une eventuelle bonne foi.
    Les remarques de valverde et cancellara sur “Velo Club’ sont des aveux de dopage et surtout Valverde qui nous fait l’Armstrong en invoquant un complot contre sa personne sans qu’il puisse en donner la raison.
    Magnifique, du grand guignol.
    Tout ca pour dire que tous ces coureurs doivent etre rayes de la carte c’est a ce prix que nous pourrons reconstruire un cyclisme sain.
    Les toubibs vereux doivent egalement tomber pour exercice illegal de la medecine, mise en danger volontaire de la vie d’autrui, fausses factures et tres certainement fraude fiscale puisque beaucoup de paiements se faisaient en liquide et ont donc ete non declares.
    Quand au directeurs sportifs il est evident que bon nombres devront aller pointer au chomage et rembourser les sponsors pour avoir non respectes les termes de leurs engagements.
    Moi je vous le dis dans les prochains mois si les differents protagonsites mettent en route la machine judiciaire, les prisons seront le dernier salon a la mode pour parler velo.
    Bah tous ces gens poourront se reconforter en regardant le tdf a la TV.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 27 juin 2007 à 12:00 | Permalien

    Christian Prudhomme, dans Le Monde, sans ironie: “Après 1998, l’UCI a réduit la distance des grands Tours à 3 500 km. Avec le succès que l’on sait. C’est le rythme qui fait la différence. Donc plus c’est court, plus le rythme est élevé, et donc plus c’est dur.”
    La raison alors invoquée par l’UCI était de rendre les grands tours moins… durs afin de réduire la tentation du dopage.
    Un exemple de plus pour illustrer la duplicité de l’argumentaire au service d’intérêts pré-déterminés et bien sûr non assumés.
    Plein de bon sens, Jacques Goddet rappelait souvent qu’on se dopait sur 100 m comme sur le marathon.
    Et peut-être que Prudhomme trouverait plus dur encore un Tour avec 21 étapes de 5 km chronos, au titre de l’extrême intensité de la poursuite, à moins qu’il nous fasse croire que le Tour 1926 a été gagné le coude à la portière par Lucien Buysse.
    Non, décidément, même si j’accorde un léger mieux à Prudhomme qu‘à Verbruggen, ces individus ne sont que des sophistes qui exploitent leur entregent et leur culture à des fins personnelles de pouvoir et d’enrichissement.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • TOUTOUILLE26
    Soumis le 27 juin 2007 à 2:19 | Permalien

    prudhomme et l’uci, je crois qu’il y a plus qu’un leger mieux de difference!!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Alexandre Charest
    Soumis le 27 juin 2007 à 2:25 | Permalien

    alors! est-ce que l’on disqualifie les coureurs impliqué dans ce scandale du pool? 😉

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Thierry Lemaire
    Soumis le 27 juin 2007 à 5:33 | Permalien

    Où est le sophisme dans ces propos de Prudhomme ? Il dit que ce n’est pas la difficulté du parcours qui provoque le dopage. Je suis totalement d’accord avec lui.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Simon Garneau
    Soumis le 27 juin 2007 à 7:39 | Permalien

    C’est bien beau cette charte mais qu’est-ce que ça prouve ? OK on vas ressortir les tricheurs qui ont eu affaire avec Fuentes, et les autres, c’est l’inhumité ? Le suivi longitudinal me semble la solution approprié afin de pouvoir suivre mon sport préféré et m’exalter sur les performances des meilleurs. Présentement, c’est impossible, on doit calculer les puissances dans les montées afin de distinguer s’il s’agit de résultats basés sur l’entrainement ou construit à partir de cobayes de laboratoires. Le rêve est brisé. J’aime parlé de ce sport, mais pas de l‘élite. L’injustice est grande pour ceux qui sont propre. Ce sport a besoin de grand leader parmi l’UCI pour faire le ménage et s’assurer que les gagnants ne sont pas des tricheurs. Comment se peut-il qu’il y ait une telle incompétence. coup donc sont-ils nommés à vie ?

    signé: Le Simon No 2 au pool

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 27 juin 2007 à 10:42 | Permalien

    Ces propos de Prudhomme ne concernent pas le dopage, au contraire de ceux de Verbruggen. Le sophisme de Prudhomme consiste à conclure qu’un Tour plus court est un Tour plus dur. Celui de Verbruggen d’affirmer qu’un Tour plus court est un Tour avec moins de dopage. Dans les deux cas, la conséquence est une dénaturation du Tour dans le but, non avoué, d’un espoir d’un plus grand suspens sur la fin pour Prudhomme, et d’une perte de prépondérance de l‘épreuve pour Verbruggen. Et la finalité tant pour ASO que pour l’UCI est d’optimiser des rentrées publicitaires dont dépendent, notamment, leur propres rentrées et leur propre entregent.
    Mais cette dénaturation du Tour est une perte majeure pour le cyclisme. Comme Eddy Merckx osait encore le dire avant qu’il ne se compromette trop avec l’UCI, le Tour doit rester une épreuve au sens physique du terme. Et force est de constater au regard de l‘évolution des parcours (même depuis 30 ans), alors que l’amélioration du niveau des coureurs aurait du mener vers une plus grande difficulté, et de la physionomie de la course, que le Tour se joue de moins en moins sur la capacité à reproduire des efforts à intensité élevée et de plus en plus sur celle de produire quelques efforts à intensité très élevée. Je crois que c’est une trahison de l’histoire que d’avoir réduit le Tour à deux ou trois courses de côtes et à un ou deux chronos d’une cinquantaine de km. Et qu’on ne me parle pas d’audience, puisque les media et ASO s’accordent par intérêt à nier la réalité qu’elle est en forte baisse, réalité évidente pour qui est un tant soit peu observateur, et ce depuis avant même les grosses affaires de dopage.
    Eh Simon, Le Simon n°2 du pool s’il vous plait, les coureurs dopés, on les passe à la guillotine ou à la chaise électrique, avant de les inhumer?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Thierry Lemaire
    Soumis le 28 juin 2007 à 3:16 | Permalien

    Patrick B, visiblement tu n’as pas compris ce que disait Prudhomme. Il dénonce ceux qui pensent qu’il faut dénaturer le Tour pour lutter contre le dopage. Ce n’est pas le parcours qui fait le dopage.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Simon Garneau
    Soumis le 28 juin 2007 à 4:04 | Permalien

    Suivi longitudinal Patrick, peut-etre tu n’as lu mon propos au complet. Ce que je dis, Suivi longitudinal… trop simple !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 28 juin 2007 à 4:45 | Permalien

    Thierry, je continue à ne voir aucune allusion sur le dopage dans ces propos de Prudhomme. Peut-être n’ai je pas compris, peut-être est-ce toi…
    Simon, je ne faisais qu’un petit peu d’humour, sans fiel, sur ta façon d’orthographier le mot “immunité”, que tu as écrit “inhumité”, mais aucune remarque sur le fond. Je suis tout comme toi pour la publicité du suivi longitudinal et pour la levée du secret médical, jusqu‘à un certain point bien défini, pour les sportifs professionnels.
    La Jeannie vient de non pas perdre mais de ne pas remporter la victoire pour 4 petites secondes. Elle a plein de qualités, la Longo, mais jamais celle de reconnaitre et de féliciter spontanément sa vainqueuse; voir sur directvelo.com sa litanie d’excuses jusqu’au petit chat qui risque de devenir célèbre. Certains diront que c’est un défaut nécessaire aux champions, donc une qualité. Et bien non, le grand Merckx, qui a aussi ses défauts, savaient parfaitement féliciter son vainqueur même en cas de circonstances défavorables, par exemple Thévenet dans le Tour 75 où le Canibale a du affronter une agression physique au Puy de Dôme, une coallition des autres protagonistes dans la vallée du Guil et une chute avec fracture de la maléole à Valloire (et la victoire du bourguigon n‘était alors pas assurée).

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Vinnnch
    Soumis le 28 juin 2007 à 5:36 | Permalien

    Petacchi suspendu par son équipe pour doapge. C’est fou ça, c’est le SEUL coureur non français que j’aie mis dans mon pool !!! Je me disais que les psrinteurs qui ne passent pas les cols, après tout, auraient pu être propres. Eh ben non… 🙂

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Roger13
    Soumis le 28 juin 2007 à 8:35 | Permalien

    Que la FR arrête de parler de Virenque ou même de Millar comme des repentis. Les vrais repentis, eux, paient beaucoup plus lourdement leur franchise. Ce qu’on ne leur pardonne pas, c’est de mettre à jour la décrépitude totale d’un système qui est le reflet de celle du système social en général (Menthéour le dit aussi justement). On apprécie que le fautif se désigne comme le principal coupable qui a choisi librement de déroger aux règles de la morale d’un système encore légitime. Il y a encore des naïfs qui croient que les sponsors contribuent à faire le “ménage”. Réfléchissons, si ce “ménage” est avant tout réalisé par les opérations de police, c’est que le problème est POLITIQUE. A haut niveau (social ) on ne peut pas accepter que beaucoup de “gens” perçoivent trop nettement les vrais règles du jeu et qu’ils fassent trop facilement le lien évident avec celles qui régissent l’ensemble de la société. Ils y a des consignes pour que des actions spectaculaires soient menées afin de faire croire que tant bien que mal la morale est finalement sauve. Le but n’est pas de mettre fin au dopage généralisé mais mettre fin à la croyance du dopage généralisé. A tous les niveaux la compétition est féroce et impitoyable, entre pays pour s’accaparer les ressources naturelles, pour conquérir les marchés….. l’espionnage industriel est lui aussi interdit, il n’y a pourtant pas une seule grande entreprise digne de ce nom qui puisse se permettre d’y renoncer.
    Le coup de balai présent peut certes bouleverser la hiérarchie actuelle, mais il y a bien peu de chances pour que les grandes équipes à venir puissent se permettent de renoncer au dopage.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 28 juin 2007 à 11:22 | Permalien

    Et la signature de la charte n’y changera pas grand chose. Par celle-ci, les dirigeants externalisent les charges de justice sur les media et les coureurs, renonçant même à la notion de droit au profit de celle d’une pseudo-respectabilité fondée sur un honneur obligatoire. Aucun coureur ne pourra ne pas signer cette charte. Cela me fait penser à ces “contrats” de bonne conduite qu’on fait signer, de force, aux enfants de 10 ans qui entrent dans ces collèges à la pointe de la “modernité”.
    Cette “modernité” dont on nous abuse jusqu‘à l’indigestion est une insulte aux civilisations du passé. Si les sociétés ont mis en place des règles de justice et de police respectant des principes communs, ce n‘était certainement pas par bêtise. Croire faire l‘économie d’un certain volontarisme POLITIQUE est une fumisterie, et le faire croire une manipulation bien décrite par Roger13.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Thierry Lemaire
    Soumis le 28 juin 2007 à 6:10 | Permalien

    Voici la phrase que tu cites “Après 1998, l’UCI a réduit la distance des grands Tours à 3 500 km. Avec le succès que l’on sait.”
    Peut-être étais-tu au pôle nord en 1998, mais à part la victoire de la France en Coupe du monde, cette année est synonyme d’affaire Festina.
    La réaction de l’UCI a été de raccourcir le tour.
    Et la remarque de prudhomme “avec le succès que l’on sait” est ironique, puisque c’est armstrong qui a gagné les 7 tours suivants.
    J’ai l’impression d’enfoncer des portes ouvertes en t’expliquant ça. tu n’avais vraiment pas compris ou tu te fiches de moi et je suis tombé dans le panneau ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 28 juin 2007 à 9:18 | Permalien

    Thierry, je ne me fiche pas de toi, au contraire de toi qui ironise sur ma position géographique en 1998.
    Simplement, il m’arrive d‘être long à la compréhension.
    J’admet que “avec le succès que l’on sait” puisse être compris comme “le dopage a cependant continué”. Mais je ne partage pas ta compréhension, d’ailleurs mal exprimée, du genre “cela n’a pas empêché Armstrong de l’emporter 7 fois”. Je ne crois pas que c‘était l’allusion de Prudhomme. Et je crois que le Armstrong-bionique était tellement au-dessus du lot qu’il aurait gagné 7 Tours qu’elles que soient leurs parcours (ce que conteste certaines personnes, qui voient notamment dans l‘étape de Morzine 2000 un signe qu’il pouvait être mis en difficulté sur une bagarre en endurance longue). Et s’il s’agit de la part de Prudhomme d’assimiler ces 7 victoires à l‘évident surdopage de son auteur, je rappelle alors l’hypocrisie de l’ironie: Armstrong a toujours été sacralisé par ASO, jusqu‘à la lamentable volte face d’un Jean-Marie Leblanc que Prudhomme et ASO fêteront encore une fois pour je ne sais quelle nouvelle dernière, et il obtiendra une nouvelle accréditation pour le Tour qui serait une nouvelle fois refusée aux Willy Voet et autres Christophe Bassons. ASO place le fric avant la morale, c’est d’ailleurs sa fonction, et n’affiche quelques positions morales que si elles rapportent du fric. Fera-t-elle appel à Jérome Chiotti, Jesus Manzano, Antoine Vayer, Jean-Pierre de Mondenard ou même Bjarne Riis dans une opération soutenue de réelle dénonciation du dopage, avec une réelle tentative d‘énumaration des conséquences pour la santé? Non, pas tant qu’il y aurait un risque de perte d’audience. Mais Walter Godfroot, qui “ignorait le mot hématocrite en 1996”, Richard Virenque, qui moquait “Babasse” et qui alla jusqu‘à attaquer en justice Willy Voet, ou encore Patrick Lefévère, qui continue à nous faire croire qu’il était incompétent au point de diriger une équipe sans remarquer que nombre de ses membres (Musseuw, Vandenbroucke, Gianetti, Camenzind…) étaient d‘épouvantables chaudières, eux, seront bel et bien les bienvenus.
    Effectivement, le dopage a peu à voir avec la difficulté du parcours, idée que je défends aussi, notamment par la citation de Jacques Goddet. Ce qui me gène, c’est que, une fois ce principe posé par Prudhomme lui-même, il nous pond un deuxième Tour de France avec très peu de km contre la montre, une bonne première semaine plate comme la main, des Alpes tronquées et des Pyrénnées somme toute assez légères. Donc, il poursuit l’oeuvre de dénaturation du Tour commencée par son prédécesseur et par l’UCI. En conséquence, puisque la nouvelle direction d’ASO n’a pas été capable de revenir à un Tour de France qui dure réellement 3 semaines, je pense bonne l’idée de le ramener à 2 semaines. Sur une bonne semaine, le Tour de Suisse et le Tour d’Allemagne sont déjà aussi riches que le Tour. En réduisant ce dernier, on pourrait valoriser d’autres courses, par exemple le Tour d’Autriche.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Thierry Lemaire
    Soumis le 29 juin 2007 à 1:05 | Permalien

    Ok, l’affaire “citation” est close.

    Je ne suis pas dupe du Tour de France et de son organisation. Mais il faut voir Prudhomme un peu comme Juan Carlos. Ils sont tous deux arrivés au pouvoir par le bon vouloir d’un prédécesseur peu recommandable (Leblanc ou Franco), mais ça n’empêche que les choses ont changé grâce à eux.
    Aurait-on pu imaginer une seule seconde que Leblanc exige des équipes la veille du départ du tour qu’elle excluent les 10 premiers du tour précédent ?
    Comme dirait notre ancien premier ministre : “la pente est rude, mais la route est droite”

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 29 juin 2007 à 3:52 | Permalien

    OK, et j’accorde un peu plus qu’un léger mieux à Prudhomme qu‘à Verbruggen et à Leblanc (et un très gros mieux qu‘à Raffarin!).

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • fred
    Soumis le 30 juin 2007 à 6:12 | Permalien

    Au suivant : Jörg Jaksche avoue son implication dans l’affaire puerto.
    Je sens que Valverde sera le prochain à tomber.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Bark
    Soumis le 30 juin 2007 à 6:39 | Permalien

    L’organisateur du Giro déclare investir 1 million d’euros dans la lutte contre le dopage en Italie en financant les programmes d‘éducation des jeunes.
    Combien pour l’exemplaire ASO en France?
    Si quelqu’un a la réponse, je suis preneur.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 30 juin 2007 à 7:02 | Permalien

    Lorsque l’avocat de Jaksche annonce que son client ne se contenterait pas «de faire des aveux sur ses propres transgressions, mais contribuera à faire la lumière complète sur le milieu (du dopage) et ses instigateurs», il se place (bizarrement?) en situation de subir des pressions… ou des offres pour son silence, complet ou partiel…
    Attendons la nature et l’importance de ces révélations…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • ZERTI
    Soumis le 30 juin 2007 à 11:29 | Permalien

    Extrait de l‘équipe. Vino ne manque vraiment pas de toupé. Il parle comme il court, devant et sans peur. :
    Dans un entretien accordé au quotidien L’Equipe, Alexandre Vinokourov, désigné comme le favori du prochain Tour de France, qui s‘élance samedi 7 juillet depuis Londres, confirme sa collaboration depuis son départ de la T-Mobile en 2005 avec le sulfureux Docteur Michele Ferrari, l’un des premiers à reconnaître l’utilisation de l’EPO dont il déclare qu’elle n’est “pas plus dangereuse que du jus d’orange” et avec lequel Lance Armstrong a travaillé durant des années. “Personne ne m’a poussé à aller vers Ferrari. J’ai seulement écouté des gens comme Mario Cipollini, qui en disaient le plus grand bien. Armstrong aussi travaillait avec lui. Je ne voulais pas me priver de cette expérience. (…) Ses plans d’entraînement sont pointus et performants (…) C’est étrange, mais j’ai parfois l’impression de retrouver dans ses méthodes de travail celles que j’ai connues du temps de l’URSS.” Une relation dont il comprend mal qu’elle puisse choquer dans le contexte actuel: “Pourquoi avoir honte quand on sait que des coureurs français continuent de travailler avec le docteur Mabuse, qui a plus de soucis avec la justice que Michele Ferrari? Mais là personne ne s’en offusque”.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 1 juillet 2007 à 1:08 | Permalien

    C’est à croire que Vinokourov a un problème avec les coureurs français (rappelons qu’il a débuté sa carrière en France chez Casino). Il y a peu de temps, lors d’une interview télévisée, il affirmait que si les meilleurs du peloton ne pouvaient participer au Tour pour cause de suspicion de dopage ce serait pour avantager les français de façon à ce que l’on en trouve 10 aux 10 premières places… Une fois de plus, c’est la théorie d’un complot qui est avancée, comme Armstrong avant lui et Landis…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 1 juillet 2007 à 4:01 | Permalien

    Vinokourov s’est construit sur les structures françaises du cyclisme. Il nous sort sans vergogne l’argument des enfants qui n’ont pas grandi: il n’y a aucune honte à mal agir dès lors que d’autres le font! On peut s’autoriser toutes les conneries imaginables, et cela s’est fait et se fait encore, avec ça. Par ailleurs, son allusion aux tueurs à gages lorsqu’il évoque Jörg Jaksche est odieuse. Parce qu’il n’est pas anodin que sa pensée s’oriente ainsi, parce qu’Astana a présenté son équipe avec des hommes en armes, parce que cet état qu’il représente (Astana est une équipe d‘état) est dirigé par un tyran d’ailleurs en première ligne de cette présentation, parce qu’on sait tous qu’il pourrait être largement mouillé par le témoignage de Jaksche, parce qu’un précédent a déjà eu lieu lorsque Kashechkin avait évoqué la puissance des groupes pétroliers sponsors pour menacer de représailles les reponsables d’une éventuelle non-invitation de son équipe à la Vuelta 2006. Vinokourov franchit un pas vers l’ignominie en menaçant quiconque se mettrait en travers de sa route avec les moyens du grand banditisme. L’heure est vraiment très grave dans le sport “moderne”.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 1 juillet 2007 à 6:11 | Permalien

    Le prologue du Tour aura-t-il lieu à Londres? La question se pose…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • TOUTOUILLE26
    Soumis le 1 juillet 2007 à 11:51 | Permalien

    comme il m’a enervé thierry adam à s’enthousiasmer devant les pseudos exploits de moreau; il m’a rappelé le gars qui commentait en 2004; je crois que je vais jeter un coup d’oeil au tour de temps en temps, pas plus sous peine de choper des boutons!! au secours, remettez le sur la moto

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 1 juillet 2007 à 12:45 | Permalien

    L’idée de France Télévision est d’associer un “journaliste” à un ancien champion. Malheureusement, probablement à cause d’un recrutement désastreux notamment du au piston (cadeau de papa: un poste à la télé!) et à la nullité des recruteurs (voire le principe de Peter), la “confrérie” des journalistes contient un certain nombre d’incapables. Où les caser? Par exemple, au sport. Et voilà qu’on récupère Henri Sannier, Nelson Montfort, Thierry Adam, Patrick Chène, etc… (seul Gérard Holtz comprend la course). En fait, loin d‘être d’excellents journalistes (ce n’est pas leur formation!), les anciens champions que sont Laurent Jalabert, Bernard Thévenet, Laurent Fignon (certes parfois très irritant par sa suffisance), Jacky Durand, Cyrille Guimard et l’excellent Roger Pingeon sont bien meilleurs que les soit disant “professionnels”; Une fois de plus, le meilleur serait… Eddy Merckx. Rappelons donc Thévenet à côté de Jalabert et plaçons Charly Mottet sur la moto, on verra de bien meilleurs commentaires.

    Et un scandale de plus dans le cyclisme, français cette fois n’est-ce-pas M. Adam, avec l’affaire Herbreteau. Lorsque les affaires de dopage se règlent en catimini, le pire est à craindre…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Bark
    Soumis le 1 juillet 2007 à 2:10 | Permalien

    Si Vino pouvait nous donner les noms des courreurs français qui s’entrainent avec le Dr Mabuse!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • bikelarue
    Soumis le 1 juillet 2007 à 6:18 | Permalien

    Incroyable vos propos lorsque le sujet est le dopage.

    Je suis certain que plusieurs lecteurs de LFR sont à “bout” .

    Vous devriez essayer de trouver des solutions au dopage et pas seulement en parler. Poser des gestes concrets!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 1 juillet 2007 à 10:42 | Permalien

    Nos (?) propos sont surtout précédés de ceux de Vinokourov. Quant à l’affaire Herbreteau (contrôlé positif il y 6 mois sans même que son club n’en soit informé, champion de France Elite 2 hier!), l’obscurantisme de la FFC sera une des premières causes des nombreux propos qui ne manqueront pas de sortir.
    Tes propos sont bien vagues, Bikelarue. De quels propos parles-tu, qui signifie le mot “incroyable”, tu sembles être à bout et généralises ton cas à d’autres lecteurs de LFR, à bout de quoi? D’entendre des avis différents du tien. Mais quel est ton avis? Contrairement à ce que tu écris, de nombreux commentateurs (que tu regroupes sous un “vous” qui ne correspond à aucune réalité d’unité) ont proposé des solutions au dopage.
    Et si tu trouves qu’on parle trop de dopage, ce n’est pas mon cas. Je trouve moi qu’on parle de nombreux autres sujets sur ce site. Bien que l’interview de Vino (une page dans l’Equipe), les déclarations annoncées de Jaksche et l’affaire Herbreteau, importante dans son fonctionnement, sont inévitablement à la pointe de l’actualité.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • TOUTOUILLE26
    Soumis le 2 juillet 2007 à 12:10 | Permalien

    de toute facon, le velo est gere par des incapables depuis des annees; nous on nous donne du dopage et on se gene pas pour en parler; moi ca me divertit; si tu trouves qu’on en parle trop, calcul le pourcentage d’articles de cyclisme qui a pour sous titre dopage dans la presse; leur nombre est edifiant; ca fait 10 ans que c’est comme ca; les solutions on Les connait, et la charte est une bonne chose: si on donne une annee de salaire, a moins d’en avoir plein les fouilles comme moreau qui se charge depuis des annees, ca peut en faire reflechir plus d’un…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • TOUTOUILLE26
    Soumis le 2 juillet 2007 à 12:13 | Permalien

    Florent Brard (Caisse d’Epargne), la veille des championnats de France : “Je ne suis pas Moreau. Lui, c’est une vieille locomotive qui fume noire mais qui monte toujours”
    meme les coureurs le disent, et de quelle maniere!!! trop drole!!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 2 juillet 2007 à 1:02 | Permalien

    Ca y est, Jaksche est un repenti. Et un vrai. C’est édifiant. Et n’en déplaise à certaines autruches, le dopage est à la pointe de l’actualité cycliste. Merci à lui d’entretenir la période de grand déballage qui avait besoin d’un second souffle. Ce déballage est un passage obligé vers une clarification du droit. Le cyclisme est en avance sur d’autres sports. C’est une bonne chose.
    Ceci dit, la lutte contre le dopage ne sera jamais définitivement gagné. Son point d‘équilibre évoluera selon le rapport des forces, forces humaines et forces techniques. Peut-être même que Walter Godfroot sera au départ du Tour, mais au moins se fera-t-il discret.
    Henri Desgranges, durant le Tour 1920: “ce n’est pas tant aux coureurs qui se droguent que doit aller la vigueur de nos blâmes, mais aux managers et à certains docteurs” (il était une fois le Tour de France, 1919-1939, Jean Roussel, citant le quotidien l’Auto).

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Vinnnch
    Soumis le 2 juillet 2007 à 2:52 | Permalien

    Bonjour Patrick,

    sur quelles info te bases-tu à propos des aveux de Jaksche ? Moi je n’ai rien vu de neuf depuis samedi. Peux-tu mettre un lien s’il te plaît ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • TOUTOUILLE26
    Soumis le 2 juillet 2007 à 3:13 | Permalien

    http://www.sports.fr/fr/cmc/scanner/cyclisme/200726/jaksche-triste-touche-a-tout-_139589.html?popup

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • zerti
    Soumis le 2 juillet 2007 à 3:22 | Permalien

    les sources de l’equipe:
    le 22/04/2007
    Jaksche nie s‘être dopé
    «Je suis prêt à tout moment à me soumettre à un test ADN», . Des documents retrouvés au cabinet de Fuentes mentionne un «Bella Jorg», mais Jaksche dément être désigné sous ce nom.

    L’Allemand a également pris la défense de Jan Ullrich, qui a mis un terme à sa carrière en février, et que lui-même a failli imiter début mars. «Cela me peine beaucoup, la façon dont on a détruit la personne Jan Ullrich. Je ne crois pas qu’il a triché, et j’ai des informations de plusieurs sources qui le confirment», a-t-il assuré. Les deux hommes se sont côtoyés dans l‘équipe Deutsche Telekom en 1999/2000.

    et le 30 avril 07
    «Bella, c’est moi. C’est mon sang qui a été trouvé dans trois pochettes (chez le Dr Fuentes), je suis le “Numéro 20” dont il est question sur les documents, j’ai été client du Dr Fuentes en 2005 et 2006 à Madrid»,

    Ceux qui ne croient pas au dopage dans le cyclisme n’ont qu‘à lire que la première partie. N’oubliez pas que Jaksche n’a gagné qu’une seule grande course et qu’il n‘était qu’un bon cooéquipié de :
    -cyclistes propres pour les aveugles
    -futures cancéreux pour les lucides…

    vivement que la police s’en mêle et qu’elle nétoie tout le peleton durant l‘été car si on attend encore l’uci, on en a pour 20 ans.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • TOUTOUILLE26
    Soumis le 2 juillet 2007 à 3:32 | Permalien

    dans l’article:
    “Le vélo est un sport difficile, qui engendre beaucoup de douleurs. Un footballeur peut trottiner pendant 90 minutes sur le terrain puis marquer un but décisif dans les prolongations et il devient un héros. En vélo, même lorsque tu es au top de ta forme, 99 fois sur 100, tu te fais lâcher. Tu as mal tout le temps et au final, tu ne récoltes que quelques succès.”…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 2 juillet 2007 à 4:00 | Permalien

    Vinnch
    Le lien proposé par Toutouille est très bien.
    Toutouille
    Ta citation de Jaksche dans ton commentaire 41 est très juste. Le vélo est vraiment un sport très dur, et plus dur encore que la course à pied du fait des chutes, conditions météo, lourdeur des entraînements y compris par mauvais temps.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • zerti
    Soumis le 2 juillet 2007 à 4:33 | Permalien

    Je commence serieusement à penser que l’Equipe choisi les informations qu’elle diffuse. Sports.Fr est souvent plus franc qu’eux. Est ce parceque es articles sont complets dans le journal papier?
    comparez les liens :
    http://www.sports.fr/fr/cyclisme/giro/index.html
    http://www.sports.fr/fr/cmc/cyclisme/200726/jaksche-triste-touche-a-tout-_139589.html
    http://www.lequipe.fr/Cyclisme/breves2007/20070630_141837Dev.html

    Concernant la difficulté, c’est encore plus dur de suivre sans rien prendre un peloton qui roule à 45km/h pendant 3 semaine.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • TOUTOUILLE26
    Soumis le 2 juillet 2007 à 5:28 | Permalien

    le velo est infiniment plus dur que le football, pour avoir fait pas mal des 2, et le velo est extremement difficile des le niveau departemental, contrairement au foot par exemple

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 2 juillet 2007 à 5:38 | Permalien

    C’est effectivement assez évocateur. Il est étonnant que les déclarations de Jaksche soient si peu relayées dans le texte. Même si la réponse n’est pas entièrement là, puisque sports.fr semble (?) avoir publié l’essentiel, quelles sont les limites de la reproduction d’un reportage paru dans un journal par un autre media. Bien sûr, le mieux serait d’acheter Der Spiegel. Dans le même genre, on est frustré de ne pas avoir de traduction des ouvrages de Jeff D’Hondt et Floyd Landis (si si), ni des déclarations intégrales de Jesus Manzano. Pour info, et sans faire a priori de lien de cause à effet, L’Equipe et le Tour de France font partie du même groupe.
    Ce que dit Jaksche, c’est que suivre le rythme d’une épreuve comme le Tour sans rien prendre est impossible. Est-ce vrai? Nous devons reconnaitre notre ignorance quant à savoir s’il y a des coureurs qui ne prennent rien, ou qui prennent peu. Cette ignorance est essentielle dans toutes nos approches du problème, et on se fourvoie dans chaque discours où on se base sur la connaissance de la réponse.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • patrick B
    Soumis le 2 juillet 2007 à 1:27 | Permalien

    Dans les cols alpins, je me suis aperçu que la vieille locomotive que je suis fumait noire mais ne montait plus (déjà qu’elle montait mal lorsqu’elle fumait blanc!). Si Florent Brard ou Christophe Moreau pouvait me donner quelques conseils (non, non, je n’ai pas dit Walter Godefroot).
    Oui, je sais, l’entraînement, la diététique, la gymnastique, le sommeil… Promis, dès demain, je fais le métier au sens propre du terme, et on reparlera dans trois mois!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • alain39
    Soumis le 2 juillet 2007 à 6:13 | Permalien

    Ca change.
    une petite note d’optimisme dans ce monde de brutes a savoir que je suis heureux de voir que certains coureurs reconnaissent le dopage et en parlent de plus en plus librement.
    Brard Jaske en sont les derniers exemples et j’ai le sentiment que ce phenomene va en s’amplifiant.
    C’est un pas enorme dans un monde qui jusque la etait regi par l’omerta. Cela denote un changement de mentalite et a terme cela devrait aller dans le sens d’une lutte plus renforcee contre le dopage.
    Car si les coureurs veulent aussi le nettoyage ils ont les moyens de prendre des sanctions sportives.
    La physionomie des courses pourraient changer avec des manoeuvres visant a evincer les tricheurs.
    Au titre des sanctions l’UCi devrait raisonnablement penser a poursuivre tous les toubibs, pharmaciens et hopitaux qui ont trempe dans le dopage.
    Les tricheurs devraient egalement des a present etre sanctionnes financierement en reversant le montant des primes indument percues.
    Enfin un controle longitudinal obligatoire gere par l’UCI devrait etre mis en place sans tarder et ce avec un financement venant des sponsors et les organisateurs du pro tour.
    Avec un tel poids sur les epaules des tricheurs il leur deviendra quasiment impossible de se doper et ce tant en raison des pressions et sanctions que de l’absence de la penurie de reseau de dopage. Car n’oublions pas que ce dopage scientifique est le fruit de reseaux medicaux de 1er plan. Nous sommes loin de la, piqure de Kenacort faite par un generaliste nous sommes en plein dans le dopage hyper professionnalise avec des reseaux impliquant les laboratoires pharmaceutiques et des medecins tres specialises. les labos eux aussi peuvent etre impliques dans la lutte grace a la tracabilite des produits concernes.Si tous les acteurs se trouvent au prise d’une lutte acharnee ils cesseront de fournir les cyclistes et se contenteront de sports moins regardant.
    Le marche du dopage est tres vaste et si le cyclisme devient trop dangereux ils se rabatteront sur des sports moins exposes.
    Non je reste optimiste car il existe des moyens legaux et scientifiques qui permettent de lutter efficacement contre le dopage et il incombe aux differents acteurs concernes de prendre les mesures adequates.
    Tout ceci est interessant et peut etre sommes nous en train de vivre un veritable tournant dans la pratique professionnelle de notre sport favori.
    L’avenir nous le dira, mais surtout ne baissons pas les bras devant l’ampleur de la tache, Paris ne s’est pas construit en un jour.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Lambert
    Soumis le 7 août 2007 à 6:46 | Permalien

    Non mais n’importe quoi sur votre article du dopage au Quebec. Vous etes tellement dans le champ que ca en est pathetique ! Vous commencez a penser comme beaucoup de cycliste amateur se prenant pour des champions : Chaque cycliste qui va plus vite que moi est dopé ! Entrainez vous et apres venez chialer contre le dopage. Pas l’inverse.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Buju_B
    Soumis le 7 août 2007 à 7:57 | Permalien

    Bonjour et bon retour.

    Concernant ton point 1/, une précision quand même : même si Johan Bruynel n’est pas tout propre, il n’empêche qu’il soulève un point pertinent lorsqu’il remet en question la fiabilité des propos de Franke, vu que celui-ci soutenait quand même Danilo Hondo suite à son (premier !) contrôle positif …

    cf le lien ci-dessous

    http://www.cyclingnews.com/news.php?id=news/2005/nov05/nov05news

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Johnny Boy
    Soumis le 7 août 2007 à 8:17 | Permalien

    VOUS ÊTES SOMMÉS DE VOUS EXCUSEZ.

    Si ce n‘était que vos propos sont repris ailleurs (veloptimum) ca passerait, mais voilà que dorénavant on vous accorde une certaine crédibilité alors allons-y.

    Personne n’a réagi aux propos de Réjean Tremblay? Sachez que bon nombre de cycliste lui ont écrit directement, sans réponse bien sur.

    M. Tremblay note que ces propos proviennent de M. Rossi. Or, tout le monde qui a déjà parlé avec M. Rossi vous le témoigneront : il dit n’importe quoi. Et pour vanter les mérites de sa course, il ira jusqu‘à ajouter que l’on s’y dope car “c’est aussi gros qu’une étape du Tour de France!”

    Ensuite, vos allusions malhonnêtes par rapport aux cyclistes québécois: De un, s’il y a des coureurs qui prennent des “trucs” au Lachine, c’est peut-être autant pour tenir la journée au bureau que pour chuter au 3e virage d’un vulgaire critérium régional. Et alors, certains vont vite dans certain contre-la-montre et poussent des watts? Il faut arrêter de croire tout ce qu’un Hurluberlu déchu comme Antoine Vayer raconte. S’il y a bien une place ou les performances sont humaines, c’est bien dans une course régionale!

    Pour ce qui est de vos insinuations sur seniors 1 et 2 qui sont ne sont pas testés, encore une fois vous êtes mal informés car au moins les 10 meilleurs au Québec sont sujets à des contrôles inopinés très fréquents, donc sans avertissement, à la maison de la part du CCES (agence anti dopage canadienne, que vous connaissez surêment peu).

    Alors voilà, qu’un journaliste sportif assez abruti rapporte les propos d’un organisateur encore plus abruti qui croit que cela valorise son épreuve de dire que certains s’y dope, passes encore. Mais que vous en rajoutiez, vous qui “faites de la compétition” au Québec, cela passe moins. Vous vous devez d’offrir des excuses au cyclisme Québecois.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Bark
    Soumis le 7 août 2007 à 8:27 | Permalien

    Nuance au quebec, certitude quand il s’agit d’un courreur de la DSC.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • alexandre_o
    Soumis le 7 août 2007 à 10:51 | Permalien

    Il y a quelques années, à la finale des Mardis à Lachine, un contrôle antidopage avait été mis en place après la course. Je me rappelle clairement l’annonceur appeler un coureur sur les hauts parleurs au moins 5 fois dans l’espace de 20 minutes après la course lui demandant de se présenter au kiosque. C‘était fatiguant à ce moment là mais j’ai souvent repensé à ça par après et je me suis vraiment posé des questions. Ce coureur qui est très connu dans le cyclisme québécois et canadien est normalement toujours aux alentours après la course mais ce soir là, il avait complètement disparu pendant de longues minutes ce qui a même retardé la remise des médailles. Bizarre.

    Même si je suis d’accord avec Danny au sujet du légendaire Tino Rossi, je crois quand même que le cyclisme canadien et québécois n’est pas propre à 100% tout comme d’autres disciplines sportives. Je crois qu’il est juste de souligner que le problème du dopage ne se limite pas seulement aux pros en Europe mais qu’il est plus proche de nous que l’on ne pense. Je ne crois franchement pas que des excuses de la part de LFR sont nécessaires. Au contraire, la réaction me semble démesurée. A-t-on touché une corde sensible?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • blastinthepak
    Soumis le 7 août 2007 à 11:08 | Permalien

    Je trouve ça intéressant que la question du dopage soit soulevée par un journaliste et sur ce site internet, et je suis surpris de voir certains s’indigner. Je cours sur la scène provinciale depuis plusieurs années, il faudrait être naif pour croire qu’il n’y a pas de dopage au Québec. On ne parle pas ici de gros dopage, quoi que certaines rumeurs cours parfois, mais plutôt de petits stimulants pour faire croire au coureurs qu’ils sont au championnat du monde, lorsqu’ils tournent au tour du parc Lasalle à Lachine pour un gros 30$ au premier, ou encore dans un parc indutriel à Laval. Pour ma part, je me suis fait proposer qu’une seule fois des petits produits, et imaginez-vous donc que c‘était par un vieux con de plus de 45 ans qui course toujours sur le circuit québécois.
    Eh oui, le dopage existe au Québec!!!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • surlegun
    Soumis le 7 août 2007 à 4:55 | Permalien

    Je suis vraiment d’accord avec Johnny. Il faut arreter de voir des choses ou il n’y en a pas. Si, des coureurs ce dopes a Lachine. Je peux vous dire qu’ils ne vont vraiment pas vites. Ce sont de petits coureurs sans talent.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • bikelarue
    Soumis le 7 août 2007 à 5:30 | Permalien

    J‘étais au départ du championnat provincial du 10 km de course à pied l’automne dernier à Mtl.

    L’annonceur nous rappel qu’il reste 30 secondes avant le départ. Au même moment pas moins de 8 coureurs sortent chacun une pompe de salbutamol et inalent chacun leur dose!!!!

    Le dopage est partout, hier dans la presse c‘était les musiciens et aujourd’hui les danseurs.

    LFR dit vrai selon moi et le dopage il y en aura toujours. Nous allons encore en parler dans 10 ans voir dans 20 ans. Money talks!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • alarrieredupack
    Soumis le 7 août 2007 à 7:06 | Permalien

    Et que dire de l‘équipe junior au gros budget l’an dernier (hint hint)qui sort chacun leur pompe juste avant le départ du crit de Charlevoix…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • snorro
    Soumis le 7 août 2007 à 7:46 | Permalien

    Ce n’est pas pour faire les vierges offensées mais y’a rien de plus stable depuis 10 ans que les résultats de clm à Granby. Je regarde mes résultats et leurs écarts et je constate des changements progressifs sur 2-3 ans puis des descentes pour quelques coureurs de ma classe. C’est exactement ce qui m’est arrivé et c’est du à un entraînement très intensif puis à un relachement après que le trip de compé soit passé. Je suis un ‘‘B’‘ et j’ai pris 3 ans pour enlever 2 minutes à mon clm de Granby. On ne parle pas ici de progression fulgurante me semble. Il en est de même pour la majorité de ceux que je connais. Lorsque les flots viellissent et un petit divorce avec ça :)) , les B se mettent à se défouler ds le vélo (plusieurs se tapent de 15-20 heures d’entraînement structurés par semaine,pis on a un peu plus de cash à cet age et des roues pleines, des vélos performants… (j’espère que ça fait pas chier personne?)… c’est très fréquent et le résultat est que cette classe a souvent des résultats de clm comparable au A et au sén 3-4. That’s life et c’est pas de la dope!! On devrait se rappeller que de rouler à 43 klm/h sur du plat pendant 25 mins risque fortement de vous faire monter sur un podium à Granby… je vois rien de surperdopé dans cette performance … il y a plusieurs bons coureurs qui reviennent lorsqu’ils atteignent 40 ans… le potentiel et là même à cet age, ajouter 3 ans d’entraînement… le tour est joué… sans dope.

    Un peu de discernement ne fait pas de mal! Je ne dirais jamais qu’il n’y a aucune tricherie mais dire que les performances sont hors du commun… ça déconne fort!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Sherpa
    Soumis le 8 août 2007 à 6:23 | Permalien

    Une corde sensible touchée ou la naiveté? Au Qc, on ne parle pas d’EPO chez les maitres, mais certains ont surement essayé les precurseurs de testosterone ou l‘éphedrine. Soyons réalise messieurs les offusqués, lisez avec attention la liste des produits interdits, elle est longue et contient beaucoup de produits donnant un petit coup de pouce pour l’entrainement quand on est fatigué. Parce que c’est ça aussi le dopage, maximiser l’entrainement et non stimuler la performance le jours de l‘épreuve.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Rolan de Gilead
    Soumis le 8 août 2007 à 4:36 | Permalien

    Aussi longtemps qu’on va tolérer que des coureurs roulent plus vite que d’autres, le doute sera présent. 😉

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!