Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Classique des Appalaches: Woods, qui d’autre?

Le cyclisme est, parfois, une science exacte.

Comme Hinault à Sallanches en 1980: tout le monde savait qu’il allait gagner. Et il a gagné.

Ce fut exactement la même chose samedi sur la 1ere édition de la Classique des Appalaches. Woods avait annoncé la couleur dans l’entrevue qu’il m’a accordé la veille. Et Woods a gagné.

Rapidement (km 19 de 135), un quatuor s’est détaché à l’avant de la course. Que des pointures: Woods, Duchesne, Roy-Pelletier, Piccoli. Une classe à part.

On ne les reverrait plus.

Duchesne a mené grand train par moment, déclarant à l’arrivée « c’est de loin l’échappée où j’ai le plus souffert cette année« . Pour un gars qui vient de compléter une des Vuelta – course WorldTour – les plus difficiles de l’histoire, on appréciera.

Woods a porté l’estocade au moment où il l’avait annoncé, soit dans la montée finale du Mont Arthabaska. Il termine solo avec une petite trentaine de secondes d’avance sur Duchesne. Roy-Pelletier et Piccoli terminent moins d’une minute derrière.

Les autres sont tous à plus de 8 minutes. Au mieux.

Chez les femmes, Véronique Fortin de Gatineau, qui vient de s’imposer en août sur la Haute Route Dolomites, a franchi l’arrivée la première, solo comme Woods. Elle est suivie de Lex Albrecht 3 minutes derrière qui règle un groupe.

Deux vainqueurs prestigieux. Une participation significative. Un parcours épique, qui a livré la marchandise. Une belle météo. Une organisation parfaite, notamment grâce au travail de bénévoles enthousiastes et motivés. Y’a pas à dire, cette première édition est un franc succès (sans jeu de mots…).

Vivement la 2e édition!

Partager

Précédent

Classique des Appalaches: entrevue avec Mike Woods

Suivant

Collectif Parlee, 3e opus

  1. alain

    et une belle 10 ieme place pour le jeune David Drouin qui vient d avoir 20 ans, un costaud qui promet

    0
    0
  2. Dany

    « Comme Hinault à Sallanches en 1980: tout le monde savait qu’il allait gagner. »
    Sauf Baronchelli qui a dû l’apprendre en course par Anquetil dans la voiture officielle…Ce qui m’amuse c’est que quelques années auparavant Hinault avait dit qu’il était impossible pour les Français de battre les Italiens en championnat car ils avaient de gros moyens financiers…C’est la 1ere question que je lui aurais posé après sa victoire:les français auraient-ils désormais les moyens ? Baronchelli qui semblait costaud a lâché alors que Millar, l’avant-dernier à sauter, s’était permis l’exploit de revenir seul sur le peloton après crevaison…

    0
    0
  3. Félicitations aux vainqueurs!
    Mais qu’est-ce que vous bouffez en Outaouais?!! 🙂

    0
    0
  4. john molson

    C’est pas parfait quand l’organisation doit envoyer des PR spéciaux d’apres course…

    Belle course mais quand même mais qques défauts. Entre autre avoir misé sur un sectaculaire petard mouillé.

    Pensons simplement a la quantité d’argent versée en marketing au lieu de commencer petit et batir de ceci. Pensons encore une fois au vehicule support qui fournit des roues voilée… LOL (equipes toi de bonnes roues vs moins d’annonce pendant le tour de france par exemple).

    Par contre le syrop d’erable etait bon !

    0
    0

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.