Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Catégorie : Les courses Page 2 of 68

Alaphilippe, molta grinta!

Ha mes amis(es), quel moment de sport hier!!! Parmi les plus beaux dix derniers kilomètres qu’il m’ait été permis de voir depuis des années. Sur le bout de ma chaise pendant les 15 dernières minutes de la course!

Car là réside le réel exploit de Julian Alaphilippe, le nouveau champion du monde: il fallait tenir!

Ben il a tenu. Et Marion, sur France Télévision, s’est tue…

Comme nous tous, grand moment d’émotion en voyant Julian franchir la ligne en vainqueur!

On savait qu’il allait attaquer dans la Gallisterna, il l’avait annoncé comme il l’avait aussi annoncé sur certaines bosses durant des étapes du récent Tour. Mais Alaphilippe cette saison n’avait pas toujours tenu par la suite.

C’est ce qui est en fait le plus dur en cyclisme: il ne s’agit pas juste de « sortir », d’attaquer; après, il faut tenir la distance. Quand vous êtes à bloc par la violence de l’effort pour sortir, quand vous êtes seul, c’est loin d’être évident.

C’est ce qui m’a impressionné le plus hier pour Julian: il a tenu. 10 km, c’est long quand tu n’as que 10, 12 voire 15 secondes d’avance maxi. La détermination était visible sur son visage, la souffrance aussi. Il s’est arraché dans toutes les relances avant d’entamer la dernière descente. N’a jamais coupé son effort. Il savait, comme Jalabert le disait à la télé, que s’il atteignait la flamme rouge avec 10 secondes, c’était gagné.

Vraiment, une magnifique victoire solo, mais aussi la victoire de toute l’équipe de France qui a exécuté le plan de match à la perfection. Les Français ont appuyé quant il le fallait, ont laissé faire quant il le fallait, et on su placer Alaphilippe sur chaque phase critique de course. Quentin Pacher, Nans Peters, Rudy Molard et Guillaume Martin en particulier ont accompli un boulot exceptionnel, et le sélectionneur national Thomas Voeckler, très proche des coureurs, a su bien souder le groupe autour d’Alaphilippe, ce qui n’est facile. Demandez aux italiens, l’unité nationale leur a souvent manqué!

Un sans faute pour l’équipe de France. Ça fait vraiment plaisir, 23 ans après « la Broche ».

Wout Van Aert

Dans les deux derniers tours, le belge faisait peur tellement il avait l’air facile partout. L’équipe de Belgique couvrait tous les coups, c’était à se demander comment on allait pouvoir s’en défaire. Il n’y avait probablement qu’un puncheur comme Alaphilippe à quelques mètres du sommet de la bosse la plus difficile pour pousser le belge dans les cordes. Et rappelons que Julian avait déjà décroché Van Aert de la même manière, c’était sur le haut du Poggio il y a quelques semaines.

Une fois en chasse, Van Aert a certes passé des relais appuyés, mais les autres comme Hirschi ou Kwiatkowski s’en méfiaient de toute évidence. Et ils ne sont jamais revenus.

Van Aert était rentré sur Alaphilippe dans la descente du Poggio, non sans que le Français lève un peu le pied, mais pas cette fois!

Le belge termine ces Mondiaux avec deux 2e places, sur le chrono et la course sur route. Un peu plus et il était double champion du monde comme… la néerlandaise Anna Van Der Breggen, qui a remporté les deux courses féminines. Ouf!

Ceci étant dit, Van Aert était très déçu de sa 2e place hier.

Michael Woods

12e hier, le Canadien a assuré en faisant une belle place, mais je pense qu’il a manqué de rythme dans la dernière ascension, une bosse qui, pourtant, correspondait bien à ses qualités: les quatre premiers sortent du Tour. À ce niveau, 1 ou 2% de moins ca ne pardonne pas.

Woods a déclaré à Simon Drouin de La Presse avoir manqué de concentration au pied de la dernière ascension:

« J’ai manqué de concentration dans les deux ou trois minutes avant la dernière montée. À cause de ça, j’étais trop loin quand il a attaqué. Je termine donc dans le deuxième groupe. Ce n’était pas le but. Je suis un peu déçu. Je pense que j’aurais pu faire mieux. »

À ce niveau de professionnalisme, dans l’un des grands rendez-vous de la saison, et quand ta seule job est de gagner des courses de vélo, c’est décevant, surtout que tout le monde savait que ca se jouerait à cet instant précis.

Mike était lui-aussi déçu à l’arrivée, espérons que la leçon sera apprise.

Tadej Pogacar

Je n’ai pas trop bien compris pourquoi Pogacar, voyant qu’il était seul en haut de la Gallisterna dans l’avant-dernier tour, a insisté solo: les belges étaient bien organisés, le peloton encore assez gros, c’était assez évident que c’était peine perdue pour un seul homme sur un tel circuit.

Il me semble que Pogacar aurait eu avantage à couper son effort (il était devant que de quelques secondes), récupérer dans les roues puis tenter d’accompagner dans la Gallisterna du dernier tour?

Avec deux Slovènes dans le groupe de chasse derrière Alaphilippe, ça changeait tout.

Marco Pantani

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais la route dans la dernière ascension du circuit était couverte du nom de Marco Pantani. Il est vrai que l’épreuve se déroulait en Émilie-Romagne, pas très loin de Cesena, ville natale de Marco. Sa mémoire est bien vivante au coeur des Italiens!

Les Ardennaises

La suite c’est sans transition ce mercredi avec la Flèche Wallonne puis le week-end prochain avec Liège-Bastogne-Liège, deux très belles courses ou Alaphilippe sera encore un grand favori, cette fois-ci avec le maillot de champion du monde, donc probablement marqué à la culotte.

Il faudra aussi surveiller Mike Woods, manifestement dans une belle condition et qui voudra assurément être un acteur de ces classiques, appuyé par son équipe Education First. Il a une revanche à prendre.

Imola 2020: le parcours expliqué

Ganna, ce beau bestiau

Le deuxième plus court chrono (32kms) de l’histoire des Mondiaux du contre-la-montre a couronné hier un pistard spécialiste de la poursuite, l’Italien (qui jouait donc « à domicile » Filippo Ganna.

Rappelons que Ganna était parmi les favoris, fort de ses quatre titres de champion du monde de poursuite. Il détient le record du monde de la discipline, 4min 1,934sec. 60km/h de moyenne!

Et bientôt, le premier homme à descendre sous les 4 minutes dans la discipline? À voir.

Chose certaine, ce Ganna, c’est la classe. Une belle bête, bien posée sur sa machine, qui présente d’ailleurs un guidon de triathlète très particulier, peu conventionnel. Ce prolongateur est très relevé, épousant les avant-bras qui sont posés à 45 degrés vers le haut, et non à plat comme c’est souvent le cas. Ca semble être efficace!

Ganna a dominé le chrono, étant en tête à tous les temps intermédiaires pour finir 27 secondes devant son plus proche rival. Hier, il n’y a pas eu photo.

Deuxième justement, et c’est TRÈS impressionnant, Wout Van Aert, qui devance des spécialistes comme Stefan Kung, Geraint Thomas ou encore Rohan Dennis, excusez-du-peu. Dois-je vous rappeler que Van Aert a remporté deux étapes du Tour au sprint cette année, qu’il a écrémé le peloton dans la dernière ascension de plusieurs étapes de montagne de l’épreuve, et qu’il est également triple champion du monde de cyclo-cross!!!

Aujourd’hui, on sait que Van Aert sait aussi rouler. Ce type peut tout gagner, c’est certain, incluant le Tour s’il en fait un réel objectif et s’il s’y présente avec une équipe à son service. De quoi donner des idées justement à plusieurs équipes, qui pourraient voir en lui un réel grand leader.

Pour le reste, petite déception pour Tom Dumoulin, que je voyais mieux hier. Il termine 10e, à plus d’une minute de Ganna.

Mention très bien à Rémi Cavagna, 7e, le type (sympathique) a une sacré caisse.

Je termine en mentionnant que j’ai aimé le récent commentaire d’Éric à propos de ces Mondiaux du chrono, les 2e plus courts de l’histoire après ceux de 2017 en Norvège. Les Italiens auraient-ils dessiné un parcours favorable à un pistard habitué à une poursuite de 4 kms comme les Français avaient dessiné un Tour de France assez favorables à des coureurs français? La question mérite d’être posée!

Quoi qu’il en soit, place aujourd’hui à la course sur route des femmes. Ca devrait être assez débridé.

Et dimanche, les hommes. Les conditions météo ont changé, la pluie sera très certainement de la partie, ce qui compliquera les affaires. Des coureurs résistants comme Van Aert justement, fort de toute son équipe de Belgique, seront à surveiller de près. Les Slovènes aussi, avec en fer de lance Roglic et Pogacar. Feux d’artifice garantis.

Je serai devant ma télé!!!

Mondiaux à Imola: la course, les favoris

Drôle de saison, une semaine après la fin du Tour de France, nous voilà aux Championnats du monde!

Des Mondiaux qui se déroulent à Imola en Italie faut-il le rappeler, les Suisses et la ville de Martigny ayant fait faux bond dû à la Covid-19.

Aujourd’hui, c’est le chrono chez les hommes élite. Hier, c’est Anna van der Breggen qui s’est imposée chez les femmes, sans surprise. La surprise est plutôt venue de la chute spectaculaire de Chloe Dygart, la championne en titre.

Mes favoris aujourd’hui sont Tom Dumoulin, Stefan Kung, Filippo Ganna et surtout, surtout, Wout Van Aert. Le Belge ne semble pas avoir de limites! Deux Canadiens au départ, Hugo Houle et Alexander Cataford. Je vous avoue ne pas être certain duquel terminera devant l’autre, mais je suis certain qu’ils ne seront pas dans le top-5, ni même top-10.

La course sur route des femmes aura lieu samedi, celle des hommes dimanche. Rappelons que les catégories juniors et U23 ont été écartées de ces Mondiaux « light » pour raison de Covid.

Toujours une course spéciale que celle des Mondiaux, les coureurs portant à cette occasion le maillot de leur équipe nationale, et non pas celui de leur équipe de marque. Cela mène parfois à des situations de course inhabituelles, à priori inexplicables sauf si l’esprit se remet en mode « équipes de marque ». Wait and see dimanche!

La course est longue de 258 kms, soit 9 tours d’un circuit de 29 kms. Le circuit est usant, avec deux belles bosses d’environ 3 kms que les coureurs auront à affronter, dont des passages au delà de 14%. Pas un circuit pour purs grimpeurs donc, mais plutôt pour bons puncheurs qui sont capables de « tenir la distance » et d’enchainer les efforts violents à répétition. Y’a quand même presque 5000m de dénivelé à affronter!

Les conditions de course devraient être assez favorables, soleil annoncé dans la journée.

Les favoris

Wout Van Aert, encore lui. Il est un des rares coureurs à pouvoir prétendre s’imposer à la fois sur le chrono aujourd’hui et sur la course sur route dimanche. Il faudra surtout voir quel sera le soutien de son équipe de Belgique, au sein de laquelle évoluera également Greg Van Avermaet, lui aussi un candidat potentiel sur ce parcours. Enfin, Tiesj Benoot a également été vu en forme sur le récent Tour de France…

Pour les Danois, attention à Jakob Fuglsang, discret récemment mais en forme et toujours efficace sur des courses en circuit.

La Slovénie débarque à priori avec Roglic et Pogacar, forte de huit coureurs. Pour un si petit pays, c’est une grosse armada avec une vraie chance de victoire.

Les Italiens joueront les cartes Bettiol et Nibali, et les Français celle d’Alaphilippe surtout. Guillaume Martin pourrait brouiller les cartes.

Privés de Van Der Poel, les espoirs néerlandais sont du côté de Tom Dumoulin.

Côté Colombie, il faudra surveiller Lopez, Martinez et Uran, qui sortent tous les trois du Tour.

L’équipe d’Espagne tient la route, avec un Valverde en progression, mais aussi Bilbao, Landa, De la Cruz, Mas, Sanchez, Soler… beaucoup de beau monde. Je vois les Espagnols avec une vraie chance de briller sur ces Mondiaux… s’ils passent à l’attaque.

On compte plusieurs autres coureurs à surveiller parmi les nations moins représentées. Je pense à Richie Porte, Michal Kwiatkowski, Marc Hirschi l’attaquant et Alexey Lutsenko.

Quatre Canadiens au départ, soit Mike Woods, Hugo Houle, Alexander Cataford et Guillaume Boivin. Tous joueront la carte Woods, qui a affiché récemment une belle condition physique, fort d’une victoire d’étape sur Tirreno. Woods a une vraie carte à jouer dimanche comme en 2018, espérons qu’il sera dans le coup dans le final, et que Houle pourra le placer favorablement pour cette phase cruciale de course.

À la télé

Au Canada, c’est FloBikes. Mais on pourra aussi voir la course sur France Télévision, c’est à dire France3 dès 12h55.

Pour du live streaming, il y a toujours Tiz-Cycling qui marche bien.

Autour du Tour

Petit vidéo intéressant sur le thème « Autour du Tour ». Les coulisses du Tour, c’est aussi ça.

Bilan du Tour: les questions qui restent

Y’a pas à dire, ce Tour de France s’est terminé d’une façon spectaculaire, avec la prise de pouvoir inattendue de Tadej Pogacar la veille de l’arrivée, sur le chrono de la Planche des Belles Filles.

Une sacré perf!

Et comme c’est souvent le cas, des performances extraordinaires soulèvent des questions particulières. Cette édition du Tour n’y échappe pas.

Tadej Pogacar, peut-on y croire? Il a cumulé les exploits: records d’ascension pulvérisés à plusieurs reprises, plus jeune vainqueur du Tour depuis Henri Cornet en 1904, mais c’était dans un autre cyclisme, et une confiance en lui inébranlable, surprenante pour un jeune homme dans un sport aussi difficile et où l’on atteint souvent sa pleine maturité qu’au milieu de la vingtaine.

Plusieurs voix se sont élevées pour douter: Romain Feillu, Stéphane Heulot, tout récemment Guillaume Martin qui était au coeur du peloton du Tour, et surtout Antoine Vayer, fort des radars de watts.

Pogacar n’ayant échoué jusqu’ici aucun contrôle antidopage, il convient d’être prudent… mais aussi lucide. Ses perfs sur le Peyresourde, Marie-Blanque et à la Planche des Belles Filles sont assurément hors normes, il fait mieux que les meilleurs coureurs de l’ère Armstrong (Armstrong compris…), s’approchant des… 7 watts par kilo, ce que certains qualifient avec raison de « performance mutante ».

Le cyclisme slovène ainsi que l’entourage direct de Pogacar au sein de cette équipe UAE Team Emirates ne sont pas rassurants non plus. Manager général, Mauro Gianetti, un personnage peu recommandable en matière de dopage…

Autre question, Pogacar saura-t-il confirmer? Bernal, lui, pas vraiment. Pogacar a pris une autre dimension samedi dernier, désormais il devra vivre avec la célébrité, la pression des médias, les sollicitations, les attentes. Sur les épaules d’un jeune de 22 ans, c’est beaucoup.

Chose certaine, la précocité de plusieurs coureurs cyclistes professionnels est bluffante ces temps-ci: Egan Bernal, Tadej Pogacar, Remco Evenepoel, Cian Uijtdebroeks… Jusqu’ici, on voyait des talents poindre mais ils se développaient doucement jusque 23-24 ans avant de se lancer à l’assaut de la Grande Boucle, je pense aux Bernard Hinault, Laurent Fignon, Greg LeMond, Miguel Indurain (plus tardif encore), etc. Ca ne semble plus être le cas, et je n’ai pas d’explications.

Les autres

J’ai aimé la grâce de Primoz Roglic dans la défaite. Il n’a pas perdu son sourire. A salué la perf de son jeune compatriote. Il est allé jusque Paris, montant sur le podium avec son enfant. En gros, il nous a dit « la vie continue ». Et j’ai trouvé ca bien.

Les Colombiens: la plupart se sont effondrés en 3e semaine, Lopez compris sur le chrono. Quintana est au prise avec une sale histoire de perquisition dans sa chambre d’hôtel, les produits trouvés ayant conduits à la garde à vue de deux membres de son staff direct. Uran a été… Uran. Mention bien à Martinez, qui a gagné une belle étape. Les Colombiens auraient-ils manqué de cols au-delà de 2000m d’altitude pour faire la différence? C’est ce que la perf de Lopez semble indiquer: intouchable sur la Loze, à 2300m d’altitude, il s’est effondré sur la Planche.

Movistar: vous les avez vu, vous? J’ai cru apercevoir Marc Soler dans un contre sur une étape, quelque part, sinon rien. L’équipe s’impose au classement par équipe, apparemment une priorité pour eux. Tout le monde s’en fout. Pour une équipe avec un aussi gros budget, le bilan est maigre selon moi.

Les Français. Ils ont été battus par la malchance plus que sur leur condition physique. Bardet, Pinot, Martin sont tous allés au tapis. Alaphilippe a fait un beau Tour, c’était difficile de faire aussi bien que l’an dernier. Pour Pinot, saura-t-il rebondir? Il a été très digne dans la défaite. Pour moi, il a peut-être besoin de changer d’équipe! C’est le choix qu’a fait Bardet pour l’an prochain, une belle remise en question. Avec Madiot et Grappe, Pinot a peut-être atteint ses limites plus mentales que physiques.

Wout Van Aert. Celui-là a réussi tout un Tour de France, montrant toute l’étendue de son registre cycliste. De quoi lui donner des idées pour la suite! Peut-il aspirer gagner le Tour un jour? Je pense que oui, même s’il ne sera jamais un pur grimpeur. Si Miguel Indurain l’a fait, il peut le faire.

Les équipes qui, selon moi, ont réussi leur Tour: UAE Team Emirates, Jumbo-Visma, Trek-Segafredo, Deceuninck, Astana, Mitchelton-Scott, SunWeb, Lotto-Soudal, EF, Bora-Hansgrohe, AG2R La Mondiale.

Les équipes qui sont passées au travers: Direct Énergie, Arkea-Samsic, Movistar, Bahrain-McLaren, Cofidis, Ineos-Grenadier, B&B Hôtels, FDJ, Israel-Start-Up Nation, CCC, NTT.

Ambiance Tour!

En attendant un bilan complet du Tour prévu demain, je vous invite à découvrir ce beau petit reportage autour des supporters du Tour. On sera plusieurs à se reconnaitre parmi certains, moi le premier, alors que j’étais enfant.

Parce que le Tour, c’est beaucoup plus qu’une simple course cycliste. C’est chaque année un petit bout d’âme de la France et de ses habitants.

Sourires garantis!

Pogacar, c’est Merckx!

Ha! mes amis(es), quelle étape hier!

J’ai revécu le chrono du Tour 1989 entre Versailles et Paris, entre LeMond et Fignon.

Hallucinant!!!!!!!!!

Pogacar a fait aussi bien que Merckx, je ne croyais jamais écrire ca.

Un chrono d’anthologie. Roglic battu de presque deux minutes, et Dumoulin, champion du monde du chrono en 2017, relégué à 1min21. Il y avait Pogacar et les autres hier.

Durant l’étape, on était tranquille au départ, puis moins à mi-parcours, puis sur le bout de notre chaise au départ de la Planche des Belles Filles, et carrément sans mots au final.

Et au final justement, maillot jaune, maillot blanc, maillot à pois pour Pogacar, du jamais vu depuis Merckx.

Jamais je n’aurais cru pareil exploit réalisable. Je vous avais dit que Roglic avait Tour gagné. Je me suis trompé. Comme tout le monde!

Reste à voir ce que diront les analyses de watts sur ce chrono, ce qui nous permettra de nuancer le portrait général de cette performance unique de Pogacar. Selon moi, il doit bien avoisiner les 7 watts par kilo sur la dernière montée, ce qui le situerait dans une zone « mutante ». À voir…

Reste que cette 20e étape du Tour 2020 demeurera comme une grande, grande performance sportive dans l’Histoire du sport.

Chapeau bien bas également à Richie Porte qui a bien su profiter de l’écroulement de Miguel Angel Lopez pour monter sur le podium.

Un podium qui, avant-hier, me paraissait bien improbable. Pogacar l’a fait.

Le changement de vélo

Manifestement, il fallait changer de vélo hier sur ce chrono, au début de la Planche des Belles Filles. Et je ne suis pas sûr que Roglic avait planifié changer de vélo… Van Aert l’avait fait, Dumoulin était resté sur son vélo de TT, et a perdu 40 secondes sur son équipier belge. Je pense que Roglic et son staff se sont ajustés en cours d’étape, voyant que Pogacar changeait de vélo en réalisant une grande perf. C’était panique à bord du côté de Jumbo-Visma au pied de la Planche, et Roglic a commencé à s’effondrer à ce moment selon moi.

Crève-coeur

C’est toute l’équipe Jumbo-Visma au grand complet qui aura du mal à s’en remettre, après deux semaines passées à rouler en tête de peloton pour protéger Roglic. Et contrairement à Fignon en 1989, Primoz Roglic et toute son équipe devront souffrir une étape aujourd’hui en regardant le triomphe de leur adversaire… pendant plus de 100 bornes.

Je ne voudrais pas être à la place de Roglic aujourd’hui. Surtout que la UAE Team Emirates a également gagné le Tour du Luxembourg hier avec Diego Ulissi!!!

Le plus jeune vainqueur?

On peut dire que Tadej Pogacar est le plus jeune vainqueur du Tour. Henri Cornet, vainqueur en 1904 à 19 ans, avait bénéficié de nombreux déclassements pour s’imposer. Pogacar mieux que Bernal l’an dernier, oui, c’est fait!!!

Un chrono compliqué

Pour les premiers du général, le chrono d’aujourd’hui sera compliqué.

LA question: changer de vélo ou pas?

Les 15 premiers kms sont roulants, très roulants, puis c’est faux-plat ascendant, rien pour changer de machine. Mais au pied de la Planche des Belles Filles, le vélo de TT deviendra assurément un handicap.

Je pense que les 10-15 premiers du général ainsi que les spécialistes ayant des ambitions sur ce chrono voudront changer de machine. Ça sera intéressant à suivre. On peut facilement perdre 15-20 secondes si le changement n’est pas effectué correctement.

L’enjeu de cette avant-dernière étape est évidemment le maillot à pois car sauf surprise majeure, le podium du Tour ne bougera plus. Il faudrait que Pogacar ait une grosse défaillance, une grosse fatigue pour perdre sa 2e place au profit de Lopez. Pogacar sait rouler contre la montre!

Deux monstres

Je sais pas vous, mais j’ai trouvé monstrueux la vitesse à laquelle pouvaient rouler Rémi Cavagna en début d’étape hier, puis Andersen en fin d’étape. Parfois de grands moments au delà des 60 km/h, faut le faire sur un vélo. Impressionnant! On n’ose imaginer ces deux-là en duo sur un Trophée Baracchi!!! Hinault-Moser c’était déjà du très lourd, mais Cavagna-Andersen, ça serait intéressant.

Tour atypique

Tour atypique cette année: ils sont 4 coureurs à avoir remporté deux étapes, soit Caleb Ewan, Wout Van Aert, Tadej Pogacar ainsi que Soren Kragh Andersen. Tous 26 ans ou moins. Ajoutez à cette liste les autres coureurs de 26 ans ou moins qui ont gagné une étape (Peters, Hirschi, Martinez et Lopez) et vous totalisez 12 victoires d’étape pour 8 coureurs!

La course aux pois

Le maillot jaune est plié, Primoz Roglic gagnera le Tour dimanche prochain sur les Champs, l’affaire est entendue… sauf chute avec fractures ou commotion, ou une grosse malchance.

Comme prévu, l’étape d’hier vers La Roche-sur-Foron n’a à peu près rien donné au général, sauf de couler un peu plus Rigoberto Uran. C’est Landa qui en a profité. À part ça, rien à signaler, les cols n’étaient pas assez durs malgré un dénivelé total supérieur à 4 000m.

Les Ineos ont sauvé leur tour, Kwiatkowski remportant l’étape et Carapaz s’emparant du maillot à pois, dépossédant Pogacar.

La course au maillot de meilleur grimpeur est cependant loin d’être terminée, et ça restera le principal intérêt samedi dans le chrono de la Planche des Belles Filles avec 10 points à aller chercher pour le coureur qui sera le plus rapide dans l’ascension. Sur le papier, ils sont trois à pouvoir espérer s’imposer dans ce classement: Carapaz, Pogacar et… Roglic lui-même! Mais évidemment, le jeu se complique car si Roglic s’impose, il faudra que les deux autres ne marquent que peu de points.

Ne jouant pas le général, Carapaz aura le luxe de « roulotter » jusqu’au pied de la Planche pour garder des forces, pour ensuite y aller « full gaz ». Pogacar et Roglic devront se livrer à fond dès le départ.

Bref, ca sera intéressant jusqu’au bout.

Demain vers Champagnole, plusieurs équipes voudront sauver leur tour, la première heure risque d’être animée, puis les équipes de sprinters entreront en action car elles voudront que ca arrive au sprint bien entendu. Bora-Hansgrohe, SunWeb, Deceuninck devraient rouler dans la dernière heure de course pour tout ramener.

Le chrono samedi présentera deux intérêts: outre la course aux pois, il faudra surveiller les changements de vélo parmi les meilleurs du général. Ils partiront probablement sur un vélo de chrono, et pourraient changer au pied de la Planche des Belles Filles pour un vélo plus traditionnel. Toujours un moment délicat car mal fait, tu peux perdre un paquet de secondes.

Van Aert, surpuissant

Je sais pas si vous avez remarqué mais le troisième à franchir la ligne hier, c’était Wout Van Aert. Ouf! Le gus a déjà claqué deux étapes, il a bossé comme un dingue pour Roglic depuis trois semaines, et il termine 3e d’une étape de plus de 4 000m de dénivelé, excusez-un-peu.

Van Aert a fait des prochains Mondiaux en Italie un objectif. Pour moi, ca sera le client #1, surtout que le parcours est annoncé un peu moins difficile que celui originalement prévu en Suisse. S’il présente une équipe de Belgique à son service, avec notamment les Tiesj Benoot et Greg Van Avermaet, il sera l’archi-favori.

Les Mondiaux, c’est déjà le week-end prochain!

Romain Feillu

Le jeune retraité livre son opinion sans détour, sans langue de bois, sur les perfs des deux coureurs slovènes sur ce Tour de France. Éclairant, lui qui connait bien le milieu professionnel. Quand je vous dis qu’il faut simplement garder un petit doute sur ce qu’on voit cette année…

Le vélo de Pogacar

Je ne suis pas un fan de Colnago même si c’est un fabriquant de cadres typiquement italien, mais le montage me plait beaucoup.

Roglic a gagné le Tour

Sauf incident, Primoz Roglic sera le vainqueur du Tour à Paris dimanche.

Sa démonstration au col de la Loze hier est sans équivoque: il a prouvé être capable de dominer son plus proche rival, son compatriote Tadej Pogacar.

Ce dernier a semblé plafonner au plus fort de la bataille et de la pente, dans les trois derniers kilomètres si éprouvants de l’étape hier. Quasiment revenu dans la roue de Roglic à 200m de la ligne tout en haut du col de la Loze, il a littéralement « explosé », jugeant probablement mal la longueur de l’effort final à produire. Il a perdu 18 secondes dans les 200 derniers mètres!

L’étape d’aujourd’hui vers La Roche-sur-Foron n’est pas assez exigeante selon moi pour menacer Roglic, qui pourra compter sur le soutien de son équipe surpuissante, Sepp Kuss en premier lieu.

Si danger il y a, c’est désormais pour la 2e place, Lopez étant revenu à 29 secondes de Pogacar et il dispose d’une meilleure équipe. Pogacar pourra cependant compter sur un excellent David de la Cruz, et les cols aujourd’hui ne sont pas assez difficiles pour faire une grosse différence même s’il faudra se méfier de cette montée du Plateau des Glières. La fatigue accumulée pourrait jouer des tours.

Derrière Uran et Quintana ont sombré, mais le ridicule revient à Mikel Landa: il a fait roulé son équipe Bahrain-McLaren toute la journée hier, faisant le jeu des Jumbo-Visma, et il a été totalement inexistant dans le final, là où c’était le temps de finir le travail. Il a surement perdu toute la confiance de son équipe. Lamentable!

L’autre intérêt de l’étape d’aujourd’hui, ca sera la lutte pour le maillot à pois: si Pogacar a dépossédé Cosnefroy hier, il ne dispose que de 3 petits points de priorité sur Roglic, qui devrait toutefois se concentrer sur la défense du maillot jaune. Gageons que Pogacar restera dans les roues durant les ascensions et jouera les points en haut des cols aujourd’hui.

Avec l’abandon de Bernal hier, le maillot blanc est plié. Case closed. Le mal de dos, conjugué à un mal de genou émergent, auront eu raison de Bernal sur ce Tour. Mais la vie est parfois bien faite: la Colombie peut se consoler avec la victoire d’étape de Lopez. Reste à savoir où on reverra Bernal cette saison: Vuelta? LBL?

Sinon, ce col de la Loze a livré la marchandise, les premiers coureurs arrivant tous un à un, comme l’an dernier sur le Tour de l’Avenir. Gageons que le Tour de France y retournera dans les prochaines années, car le spectacle y est garanti. Et quelles belles images!

Le Tour se joue aujourd’hui!

Comme prévu, il ne s’est rien passé hier pour le général du Tour.

Kamna a sauvé le Tour des Bora-Hansgrohe, Peter Sagan plafonnant visiblement. J’ai bien peur que le maillot vert soit hors de sa portée désormais.

Pour moi, le Tour se joue aujourd’hui. Si vous avez une seule étape à regarder, c’est celle d’aujourd’hui.

Le col de la Madeleine depuis La Chambre, c’est long, mais assez régulier. Les bien placés au général qui ne sont pas bien seront irrémédiablement lâchés. Les meilleurs devraient passer au sommet ensemble, probablement derrière un groupe d’échappés composés de quelques bons grimpeurs.

Tout se jouera sur les 28 derniers kms de l’étape, d’abord jusque Méribel où les Jumbo-Visma n’auront pas de mal à appliquer la technique du rouleau-compresseur, question d’écrémer.

Après, sur la Loze dans les 6 derniers kms, ça sera différent, la pente étant plus abrupte et irrégulière. L’altitude pèsera aussi, l’arrivée étant à 2304m.

Misez Sepp Kuss sur ces derniers kms pour préparer l’offensive de Roglic. Kuss, il a pas beaucoup travaillé jusqu’ici et je pense que demain, la Jumbo comptera sur lui dans les derniers kms de l’étape.

Ça, c’est si Pogacar ne part pas avant!

La Loze offre en effet des passages à 20%, largement de quoi avantager l’excellent grimpeur qu’il est.

La stratégie est simple. Pour Pogacar, il faut absolument combler une partie des 40 secondes le séparant de Roglic, question d’avoir un coup à jouer samedi prochain dans le chrono de la Planche des Belles Filles. Ce serait le scénario idéal, car Pogacar n’a pas une grosse équipe si jamais il devait se parer de jaune aujourd’hui. Pogacar peut même se permettre d’attendre les derniers mètres de l’étape pour jouer les bonifs, si jamais personne n’est devant à ce moment.

Pour Roglic, je suis sûr qu’il veut se donner davantage de marge par rapport à son remuant compatriote. Il voudra lâcher Pogacar pour lui prendre au moins 20 secondes. Avec une bonne minute d’avance avant le dernier chrono, il serait plus tranquille. Car on ne sait jamais, une crevaison dans le chrono et il fait soudainement beaucoup plus chaud…

La 3e place du podium devrait aussi se jouer aujourd’hui entre Uran, Porte, Lopez, Landa et Yates. Moins de 45 secondes les séparent, ca pèsera pas lourd à deux kilomètres de l’arrivée demain!

Les images de la haute montagne seront aussi superbes (voir ce beau petit vidéo ci-bas). Mon Dieu que je m’en ennuie!

Roglic, peut-être pas si tranquille que ca…

Comme prévu, l’étape du Grand Colombier aura créé des écarts qui se chiffrent en minutes.

Elle aura surtout été le fossoyeur des ambitions d’Egan Bernal sur ce Tour, défaillant dans la dernière ascension et terminant à plus de 7 minutes. On sentait bien depuis un moment qu’il était loin de sa condition l’an dernier.

Exit également Nairo Quintana. Sale journée pour les Colombiens!

Du coup, on voit très clair pour le général.

Ils sont quatre à pouvoir rêver du podium, Roglic, Pogacar, Uran et Lopez. On pourrait ajouter Richie Porte et Mikel Landa, qui ne sont pas loin et qui semblent monter en puissance pour cette 3e semaine.

Et le maillot jaune Roglic n’est peut-être pas aussi solidement ancré sur les épaules du slovène qu’on le croit!

Hier, c’est clair que Roglic voulait gagner l’étape. Quant ton équipe roule toute la journée comme les Jumbo-Visma l’ont fait, façon US Postal, tu veux terminer le travail ne serait-ce que pour leur dire « merci » et pour leur montrer que tout ce boulot n’était pas en vain.

Au lieu de ca, Pogacar a « cassé le party » en s’imposant au sprint.

Je suis certain que Roglic ne la trouve pas drôle du tout, et qu’il commence à être sérieusement agacé par son compatriote qui lui fait de l’ombre. Roglic a dû se réjouir de la première victoire d’étape de Pogacar dans les Pyrénées, on partage le gateau entre slovènes, mais là, il doit trouver que le jeune champion est un peu trop gourmand.

Et Roglic aurait bien raison d’être inquiet! Pour plusieurs raisons.

Vous me direz oui mais Pogacar n’a pas d’équipe. Un problème? Je ne crois pas, quand tu es fort tu n’as besoin de personne et la 2e place de Pogacar n’est actuellement menacée par personne. Il peut donc se permettre de profiter du travail des Jumbo-Visma, et de les sauter sur la ligne pour prendre les bonifs comme il l’a fait hier. Avec un petit 40 secondes de retard et un chrono l’avant dernier jour, c’est la bonne stratégie car il n’a pas besoin d’en faire plus.

Le chrono, justement. Doit-on rappeler que Pogacar a battu à la régulière Roglic dans le chrono des Championnats de Slovénie fin juillet dernier? (de peu il est vrai, 9 secondes après 16 kms) Pogacar est un sacré rouleur et grimpeur, s’il devait être à 30 secondes ou moins de Roglic le matin du chrono de la Planche des Belles Filles, c’est jouable.

Et c’est probablement la stratégie de Pogacar en ce moment: suivre mardi vers Villard de Lans (étape pas assez sélective pour le général), devancer Roglic de quelques secondes à Méribel-col de la Loze mercredi avec l’arrivée en altitude, suivre jeudi (pas assez sélectif pour le général), et jouer son va-tout samedi prochain dans le chrono.

Pour Roglic, c’est plus compliqué: en roulant comme les Jumbo-Visma le font, ils font le jeu de Pogacar en éliminant ses adversaires direct qui l’obligeraient à payer de sa personne. Je pense que Roglic voudra assommer son jeune compatriote mercredi vers l’arrivée au col de la Loze, question de se donner une bonne longueur d’avance avant le dernier chrono. On n’est jamais trop prudent…

Pour la troisième marche du podium, ca va probablement être une sélection par l’arrière: c’est à celui qui résistera le plus longtemps derrière Roglic et Pogacar.

Les autres maillots

Sans surprise, la course aux pois s’est considérablement resserrée hier, Pogacar en particulier faisant un gros rapproché sur Cosnefroy (plus que 2 petits points de retard!). Misez en effet Pogacar. Et de toute façon, le meilleur grimpeur de ce Tour de France, c’est le jeune slovène, aucun doute là-dessus.

Pour le vert, Bennett résiste mieux que prévu, et Sagan perd des occasions. Il n’a pu coiffer Bennett hier sur le sprint intermédiaire. Je pense que Bennett sait désormais que s’il passe l’étape de mercredi dans les délais, c’est gagné, sauf mauvaise surprise (chute, incident mécanique).

Le blanc, lui, semble acquis: Pogacar bien sûr. Bernal a craqué.

La mesure des watts

Pour ceux qui doutent de la précision des calculs de watts faits par Frédéric Portoleau, ce dernier avait prédit une ascension du Grand Colombier en 46 minutes pour les meilleurs.

Et 46 minutes ce fut… Convaincus? Je le suis, tout en affirmant que c’est les conclusions qu’on en tire avec lesquelles il faut être prudent.

Autour du Tour

Pour en apprendre davantage sur Primoz Roglic et son ascension dans le cyclisme depuis quelques années, ce bon petit vidéo qui résume bien les étapes de sa carrière:

Et pour découvrir un peu plus sa personnalité, cette petite entrevue avec Greg LeMond, datant de trois ans:

Giro 2020: parce qu’il n’y a pas que le Tour de France, le Giro arrive vite et c’est une très belle course aussi. Très sympathique, ce video promotionnel, car il fait un beau clin d’oeil à l’histoire de la course et ses champions:

Page 2 of 68