Au tour de la Belgique…

Le cyclisme écope une nouvelle fois en public avec l’affaire Lefevere en Belgique. Cette histoire a désormais pris une ampleur considérable puisque "même le ministre des sports de Belgique a appelé le monde du cyclisme flamand à participer à une table ronde afin de discuter du problème":http://veloptimum.net/velonouvelles/7/ART/1jan/7sur7_24C.html. Vous avez bien lu, le ministre. Comment l’UCI peut-elle encore se regarder dans le mirroir, ses problèmes les plus criants étant désormais pris en charge par les autres ? Cette affaire est importante puisque même s’il ne s’agit que de déclarations qui seront difficiles à prouver lors d’éventuels procès judiciaires, Musseuw a avoué ses pratiques dopantes au même moment. Et comme son directeur sportif était Lefevere, voilà en quelque sorte une confirmation de l’exactitude des déclarations des derniers jours… Nous serions surpris que cette affaire amène à des suspensions après des procès. L’absence de preuves est un frein important pour la suite des choses. Mais l’affaire est suffisamment crédible pour que les organisateurs des trois grands tours, qui ont repris fort heureusement le contrôle de leurs épreuves, interdisent de départ l’équipe Quick Step et Patrick Lefevere en 2007. Gageons que l’UCI, pour sa part, nomera dans les prochains mois Lefevere à la tête de son comité anti-dopage… Par ailleurs, "les déclarations du coureur anonyme et encore en activité quant à l’usage de stupéfiants lors de soirées":http://www.velo-club.net/article?sid=36239#go n’est pas une surprise pour nous : le scandale Festina a déjà montré dans le passé que les coureurs font tellement usage de produits dopants pour mieux performer sur les courses qu’ils en deviennent progressivement accro. Ces drogues deviennent alors une nécessité quotidienne et ils ne peuvent plus s’en passer durant de longues périodes. On appelle ca de la toxicomanie. Enfin, on a beaucoup apprécié la réaction récente de… Jens Voigt, un coureur qui mérite décidemment tout notre respect. Voigt est très pessimiste pour l’année 2007 et pour l’avenir du cyclisme. Comment ne pas penser qu’il vise directement l’UCI en déclarant Whoever didn’t get the wake-up call after everything that happened last year is probably not capable of being helped. Plus encore, Voigt prouve être un homme intelligent en déclarant, à propos des contrôles antidopages (il en a déjà subi deux cette année): Anything that leads to an improvement of our image is good. We have to be ready to go a step further than other sports — even if it were better, when we didn’t have a reason to. On est loin des propos lamentables de Bettini ou de Valverde concernant les tests d’ADN.

Fouillez nos archives!