Tous les jours, la passion du cyclisme

 

Attention à l’influence des médias américains!

Merci à tous nos lecteurs pour vos commentaires. On distingue clairement trois groupes, les pro-Armstrong, ceux qui en ont marre de le voir ainsi dominer outrageusement et ceux qui se posent des questions. Dans ce débat, on vous rappelle que La Flamme Rouge n’est pas pour ou contre Armstrong, comme nous n’étions pas pour ou contre Jeanson ou d’autres. Encore une fois, nous sommes pro-vérité, et rejoignons donc en quelque sorte le 3e groupe.

Durant ce Tour, plusieurs commentaires ont mis l’emphase sur le fait que l’US Postal roulait pour un seul homme afin d’expliquer les performances surprenantes. Cela nous donne l’occasion de revenir sur un élément important, celui de dénoncer le matraquage sans pareil de certains médias, OLN tout particulièrement, à l’endroit d’Armstrong et de son équipe. Depuis 3 semaines, on est franchement très décu de la performance de Phil Liggett et Paul Sherwen qui nous ont prouvé hors de tout doute, par leurs commentaires, être entièrement acquis à l’Américain. Hier encore, les glissements furent nombreux, trahissant ce qui nous apparaît comme un nécessaire devoir d’objectivité de la part de ceux qui décrivent la course. Liggett, en particulier, nous semble en avoir beaucoup, beaucoup perdu depuis quelques années.

Tout cela pour dire qu’il faut se méfier des « paquets bonbons » véhiculés par certains médias quant à la préparation de l’US Postal. « Very hard work« , « My Tour begins October 1st« , « At US Postal, it is all for one« , « Too much leaders is not a good thing« , « I am the one who spent the most time checking the route and training« , etc. À force de se les faire répéter, on vient à croire ces formules toutes préparées et vides de sens et c’est très dangereux.

Ces médias sont-ils allés voir comment Ullrich, Hamilton, Mayo, Virenque, ou d’autres se sont préparés de la même façon qu’ils ont suivi Armstrong ces derniers mois? Non, bien évidemment. Très objectivement, beaucoup d’autres équipes apparaissent à nos yeux avoir fait strictement pareil, voire peut-être mieux. N’oublions pas que nous parlons du niveau professionnel ici! Ce qui est certain, c’est que l’US Postal n’est pas la seule équipe à préparer méticuleusement le Tour.

Là ou une différence existe, c’est plutôt quant à la tactique de course des équipes lors des étapes. Et les meilleurs à ce jeu ne sont pas forcément l’US Postal, loin de là. On y reviendra très prochainement.

Enfin, sachons également prendre du recul : aucune équipe n’a jamais autant dominé un Tour de France. On pourra même se surprendre du travail de l’US Postal ces jours derniers, Landis en particulier, puisque Armstrong avait le maillot jaune : c’était donc aux autres de l’attaquer, d’assurer le tempo dans le but de lcher l’Américain. Rappelez-vous l’ère Indurain : Miguel, une fois le maillot jaune sur les épaules, se contentait de suivre en montagne et c’était normal, il était devant ses rivaux au général. On voyait les Banesto rouler avec Miguel que si un adversaire dangereux au général (souvent Chiappucci ou Pantani, voire Rominger) s’était échappé.

Aujourd’hui, l’US Postal assure le train très tôt dans l’étape, même s’il n’y a personne de dangereux pour Armstrong devant. Et le train est si soutenu que les autres favoris ne peuvent rien faire ! Devant une telle tactique qui, pour être répétée à chaque jour, nécessite à l’évidence une équipe extraordinaire, on peut se poser des questions!

Partager

Précédent

Superman Landis

Suivant

À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire…

48 Commentaires

  1. Andy

    Lance cour exactement comme Eddy courait dans son temps. Moi devant les autres en arrrières.

  2. Andy

    Lance cour exactement comme Eddy courait dans son temps. Moi devant les autres en arrrières.

  3. Andy

    Lance cour exactement comme Eddy courait dans son temps. Moi devant les autres en arrrières.

  4. Un cycliste bronchiteux asthmatique

    Houla, faire le rapprochement entrele grand Eddy et Armstrong est quelque peu osé voire hors de propos.

    De tout ce que j’ai pu voir et lire sur le règne de M. Merckx, une chose est sôre: il a outrageusement dominé son époque. Mais une autre chose est certaine, ça ne lui tombait pas tout cuit dans le bec.

    Pour preuve j’en veux ce fameux Tour 70 ou justement dans l’étape du Vercors s’était fait “piéger” par manque d’attention et manque de condition pour retourner la situation. Qu’a t’il fait?? Un clm de 200 bornes dès le départ en échappée avec un groupe d’autres coureurs et les autres favoris (Ocana, Thévenet, Jansen et j’en oublie) chassant comme des dératés durant toute l’étape, ne parvenant pas à reprendre les (environ) deux minutes d’avance des échappés.

    Quand avons nous vu Lance Armstrong faire ceci dans toute sa carrière? La méthode Armstrong se résume en deux mots, j’assomme dans le 1er clm ou la 1ère étape de montagne et j’achève dans la seconde. Quel suspense. Personne ne pux y résister.

    Car autre différence avec ce que nous assistons ces jours-ci, certes Eddy Merckx a été impérial sur certaines courses (Tour 69, Ronde 67 par exemple), mais combien de courses est-il allé cherché sans pour autant surclasser ses rivaux? A la différence d’Armstrong, Merckx apparaissait battable (quoi qu’on en dise). Sinon des gens comme Ocana, Thévenet, Guimard, Van Looy, Poulidor (lui qui sortait de la domination d’Anquetil, subissait celle du plus grand cycliste de tous les temps) se seraient depuis longtemps lassés et résignés. Mais ce fut loin d’être le cas.

    Alors comparer M. Merckx à Armstrong, par pitié non. Si Armstrong a certes gagné 6 Tour de France, ça ne reste que son seul fait de gloire (mis à part son titre de champion du monde dans une autre vie et le Dauphiné). Le coureur de tous les records restera à tout jamais Eddy Merckx, qui lui faisait une saison complète (piste comprise!!). Que certains s’en inspirent. Mais il est vrai que les méthodes de “préparation” actuellement en vigueur ne permettent plus d’effectuer ce genre de performance. Surement trop de risques.

    PS: Tout ce que je viens de dire vaut pour Indurain (en pire, car lui n’a même jamais gagné ni attaqué dans une étape en ligne d’un de ses 5 tours victorieux).

  5. Un cycliste bronchiteux asthmatique

    Houla, faire le rapprochement entrele grand Eddy et Armstrong est quelque peu osé voire hors de propos.

    De tout ce que j’ai pu voir et lire sur le règne de M. Merckx, une chose est sôre: il a outrageusement dominé son époque. Mais une autre chose est certaine, ça ne lui tombait pas tout cuit dans le bec.

    Pour preuve j’en veux ce fameux Tour 70 ou justement dans l’étape du Vercors s’était fait “piéger” par manque d’attention et manque de condition pour retourner la situation. Qu’a t’il fait?? Un clm de 200 bornes dès le départ en échappée avec un groupe d’autres coureurs et les autres favoris (Ocana, Thévenet, Jansen et j’en oublie) chassant comme des dératés durant toute l’étape, ne parvenant pas à reprendre les (environ) deux minutes d’avance des échappés.

    Quand avons nous vu Lance Armstrong faire ceci dans toute sa carrière? La méthode Armstrong se résume en deux mots, j’assomme dans le 1er clm ou la 1ère étape de montagne et j’achève dans la seconde. Quel suspense. Personne ne pux y résister.

    Car autre différence avec ce que nous assistons ces jours-ci, certes Eddy Merckx a été impérial sur certaines courses (Tour 69, Ronde 67 par exemple), mais combien de courses est-il allé cherché sans pour autant surclasser ses rivaux? A la différence d’Armstrong, Merckx apparaissait battable (quoi qu’on en dise). Sinon des gens comme Ocana, Thévenet, Guimard, Van Looy, Poulidor (lui qui sortait de la domination d’Anquetil, subissait celle du plus grand cycliste de tous les temps) se seraient depuis longtemps lassés et résignés. Mais ce fut loin d’être le cas.

    Alors comparer M. Merckx à Armstrong, par pitié non. Si Armstrong a certes gagné 6 Tour de France, ça ne reste que son seul fait de gloire (mis à part son titre de champion du monde dans une autre vie et le Dauphiné). Le coureur de tous les records restera à tout jamais Eddy Merckx, qui lui faisait une saison complète (piste comprise!!). Que certains s’en inspirent. Mais il est vrai que les méthodes de “préparation” actuellement en vigueur ne permettent plus d’effectuer ce genre de performance. Surement trop de risques.

    PS: Tout ce que je viens de dire vaut pour Indurain (en pire, car lui n’a même jamais gagné ni attaqué dans une étape en ligne d’un de ses 5 tours victorieux).

  6. Un cycliste bronchiteux asthmatique

    Houla, faire le rapprochement entrele grand Eddy et Armstrong est quelque peu osé voire hors de propos.

    De tout ce que j’ai pu voir et lire sur le règne de M. Merckx, une chose est sôre: il a outrageusement dominé son époque. Mais une autre chose est certaine, ça ne lui tombait pas tout cuit dans le bec.

    Pour preuve j’en veux ce fameux Tour 70 ou justement dans l’étape du Vercors s’était fait “piéger” par manque d’attention et manque de condition pour retourner la situation. Qu’a t’il fait?? Un clm de 200 bornes dès le départ en échappée avec un groupe d’autres coureurs et les autres favoris (Ocana, Thévenet, Jansen et j’en oublie) chassant comme des dératés durant toute l’étape, ne parvenant pas à reprendre les (environ) deux minutes d’avance des échappés.

    Quand avons nous vu Lance Armstrong faire ceci dans toute sa carrière? La méthode Armstrong se résume en deux mots, j’assomme dans le 1er clm ou la 1ère étape de montagne et j’achève dans la seconde. Quel suspense. Personne ne pux y résister.

    Car autre différence avec ce que nous assistons ces jours-ci, certes Eddy Merckx a été impérial sur certaines courses (Tour 69, Ronde 67 par exemple), mais combien de courses est-il allé cherché sans pour autant surclasser ses rivaux? A la différence d’Armstrong, Merckx apparaissait battable (quoi qu’on en dise). Sinon des gens comme Ocana, Thévenet, Guimard, Van Looy, Poulidor (lui qui sortait de la domination d’Anquetil, subissait celle du plus grand cycliste de tous les temps) se seraient depuis longtemps lassés et résignés. Mais ce fut loin d’être le cas.

    Alors comparer M. Merckx à Armstrong, par pitié non. Si Armstrong a certes gagné 6 Tour de France, ça ne reste que son seul fait de gloire (mis à part son titre de champion du monde dans une autre vie et le Dauphiné). Le coureur de tous les records restera à tout jamais Eddy Merckx, qui lui faisait une saison complète (piste comprise!!). Que certains s’en inspirent. Mais il est vrai que les méthodes de “préparation” actuellement en vigueur ne permettent plus d’effectuer ce genre de performance. Surement trop de risques.

    PS: Tout ce que je viens de dire vaut pour Indurain (en pire, car lui n’a même jamais gagné ni attaqué dans une étape en ligne d’un de ses 5 tours victorieux).

  7. Un cycliste bronchiteux asthmatique

    pour le clm de 200kms de Merckx, il s’agissait évidemment de l’étape du lendemain, arrivant à Marseille.

  8. Un cycliste bronchiteux asthmatique

    pour le clm de 200kms de Merckx, il s’agissait évidemment de l’étape du lendemain, arrivant à Marseille.

  9. Un cycliste bronchiteux asthmatique

    pour le clm de 200kms de Merckx, il s’agissait évidemment de l’étape du lendemain, arrivant à Marseille.

  10. Mario

    “aucune équipe nêa jamais autant dominé un Tour de France”

    Laurent Fignon, sur Eurosport, vient tout juste de raconter qu’en 1984, il a remporté 5 étapes et avec son équipe ils ont enlevés 10 étapes. On peu quand même parler de domination ici.

  11. Mario

    “aucune équipe nêa jamais autant dominé un Tour de France”

    Laurent Fignon, sur Eurosport, vient tout juste de raconter qu’en 1984, il a remporté 5 étapes et avec son équipe ils ont enlevés 10 étapes. On peu quand même parler de domination ici.

  12. Mario

    “aucune équipe nêa jamais autant dominé un Tour de France”

    Laurent Fignon, sur Eurosport, vient tout juste de raconter qu’en 1984, il a remporté 5 étapes et avec son équipe ils ont enlevés 10 étapes. On peu quand même parler de domination ici.

  13. Andy

    Je n’ai jamais dit que Lance Armstrong était meilleur que Merckx, loin de moi penser ceci. J’ai vu courir Merckx en Europe et à Montréal lors des championnat du monde. J’ai même eu la chance de diner en compagnie de ce monsieur à Bruxelle en Belgique. J’y étais pour un voyage d’affaire et un jour j’étais assi tout seul a une table dans un restaurant et je vois Monsieur Merckx qui s’approche et me demande s’il peut s’assoir a ma table, car il n’avait aucune table de libre. Est ce que je peux vous dire que je ne me suis pas trop vanté de mes performances de cycliste. Un monsieur charmant et adorable. Il y aura toujours un seul homme comme MONSIEUR EDDY MERCKX dans le sport du vélo.

  14. Andy

    Je n’ai jamais dit que Lance Armstrong était meilleur que Merckx, loin de moi penser ceci. J’ai vu courir Merckx en Europe et à Montréal lors des championnat du monde. J’ai même eu la chance de diner en compagnie de ce monsieur à Bruxelle en Belgique. J’y étais pour un voyage d’affaire et un jour j’étais assi tout seul a une table dans un restaurant et je vois Monsieur Merckx qui s’approche et me demande s’il peut s’assoir a ma table, car il n’avait aucune table de libre. Est ce que je peux vous dire que je ne me suis pas trop vanté de mes performances de cycliste. Un monsieur charmant et adorable. Il y aura toujours un seul homme comme MONSIEUR EDDY MERCKX dans le sport du vélo.

  15. Andy

    Je n’ai jamais dit que Lance Armstrong était meilleur que Merckx, loin de moi penser ceci. J’ai vu courir Merckx en Europe et à Montréal lors des championnat du monde. J’ai même eu la chance de diner en compagnie de ce monsieur à Bruxelle en Belgique. J’y étais pour un voyage d’affaire et un jour j’étais assi tout seul a une table dans un restaurant et je vois Monsieur Merckx qui s’approche et me demande s’il peut s’assoir a ma table, car il n’avait aucune table de libre. Est ce que je peux vous dire que je ne me suis pas trop vanté de mes performances de cycliste. Un monsieur charmant et adorable. Il y aura toujours un seul homme comme MONSIEUR EDDY MERCKX dans le sport du vélo.

  16. Eric Fruutero

    >pour le clm de 200kms de Merckx, il s’agissait >évidemment de l’étape du lendemain, arrivant à >Marseille.

    Et c’etait en 71, pas 70.

    Y’a 2 semaines, retour de vacances en passant par la cote de Lafray… Je “voyais” Ocana debout sur les pedales, eparpillant tout le monde…

    Allez Ocana !

    🙂

  17. Eric Fruutero

    >pour le clm de 200kms de Merckx, il s’agissait >évidemment de l’étape du lendemain, arrivant à >Marseille.

    Et c’etait en 71, pas 70.

    Y’a 2 semaines, retour de vacances en passant par la cote de Lafray… Je “voyais” Ocana debout sur les pedales, eparpillant tout le monde…

    Allez Ocana !

    🙂

  18. Eric Fruutero

    >pour le clm de 200kms de Merckx, il s’agissait >évidemment de l’étape du lendemain, arrivant à >Marseille.

    Et c’etait en 71, pas 70.

    Y’a 2 semaines, retour de vacances en passant par la cote de Lafray… Je “voyais” Ocana debout sur les pedales, eparpillant tout le monde…

    Allez Ocana !

    🙂

  19. Erik Zabel

    5 Tours de France, 5 Giro, 1 Vuelta, 7 milan-San Remo, Liège-Bastogne-Liège,…En effet, Merckx est définittivement imbattable.

    De plus, quand je relis “100 ans de cyclisme”, je peux me rendre compte qu’il aurait largement pu gagner les Tours 68 et 73 auquels il n’a pas pu participer.

    Enfin, c’est dit, Armstrong va remporter son sixième Tour et devenir le recordman absolu mais avec l’évolution du cyclisme et la surdimmension du Tour, je suis prêt à parier que quelq’un battra son record d’ici une petite vingtaine d’année.

  20. Erik Zabel

    5 Tours de France, 5 Giro, 1 Vuelta, 7 milan-San Remo, Liège-Bastogne-Liège,…En effet, Merckx est définittivement imbattable.

    De plus, quand je relis “100 ans de cyclisme”, je peux me rendre compte qu’il aurait largement pu gagner les Tours 68 et 73 auquels il n’a pas pu participer.

    Enfin, c’est dit, Armstrong va remporter son sixième Tour et devenir le recordman absolu mais avec l’évolution du cyclisme et la surdimmension du Tour, je suis prêt à parier que quelq’un battra son record d’ici une petite vingtaine d’année.

  21. Erik Zabel

    5 Tours de France, 5 Giro, 1 Vuelta, 7 milan-San Remo, Liège-Bastogne-Liège,…En effet, Merckx est définittivement imbattable.

    De plus, quand je relis “100 ans de cyclisme”, je peux me rendre compte qu’il aurait largement pu gagner les Tours 68 et 73 auquels il n’a pas pu participer.

    Enfin, c’est dit, Armstrong va remporter son sixième Tour et devenir le recordman absolu mais avec l’évolution du cyclisme et la surdimmension du Tour, je suis prêt à parier que quelq’un battra son record d’ici une petite vingtaine d’année.

  22. UN cycliste bronchiteux et asthmatique

    oui désolé pour l’erreur d’année. C’est que je suis pas sous EPO alors la dette d’oxygène arrive vite. 🙂

  23. UN cycliste bronchiteux et asthmatique

    oui désolé pour l’erreur d’année. C’est que je suis pas sous EPO alors la dette d’oxygène arrive vite. 🙂

  24. UN cycliste bronchiteux et asthmatique

    oui désolé pour l’erreur d’année. C’est que je suis pas sous EPO alors la dette d’oxygène arrive vite. 🙂

  25. UN cycliste bronchiteux et asthmatique

    A propos d’OLN, je doute qu’il fasse part de cet épisode qui en dit long sur l’homme Armstrong.

    Il n’a pas hésité à rouler derrière Simeoni, à se mettre à la planche derrière cette terrible menace pour son maillot. Ah non suis-je bête, c’est tout simplement parce que Simeoni est un des principaux témoins à charge contre le Dottore Ferrari, le grand ami d’Armstrong. C’est beau l’amitié dans l’adversité.

  26. UN cycliste bronchiteux et asthmatique

    A propos d’OLN, je doute qu’il fasse part de cet épisode qui en dit long sur l’homme Armstrong.

    Il n’a pas hésité à rouler derrière Simeoni, à se mettre à la planche derrière cette terrible menace pour son maillot. Ah non suis-je bête, c’est tout simplement parce que Simeoni est un des principaux témoins à charge contre le Dottore Ferrari, le grand ami d’Armstrong. C’est beau l’amitié dans l’adversité.

  27. UN cycliste bronchiteux et asthmatique

    A propos d’OLN, je doute qu’il fasse part de cet épisode qui en dit long sur l’homme Armstrong.

    Il n’a pas hésité à rouler derrière Simeoni, à se mettre à la planche derrière cette terrible menace pour son maillot. Ah non suis-je bête, c’est tout simplement parce que Simeoni est un des principaux témoins à charge contre le Dottore Ferrari, le grand ami d’Armstrong. C’est beau l’amitié dans l’adversité.

  28. potsky

    Il ne faut pas se surprendre de l’attitude d’OLN. Le logo est sur le maillot des USP. La visibilité ça se paye.

  29. potsky

    Il ne faut pas se surprendre de l’attitude d’OLN. Le logo est sur le maillot des USP. La visibilité ça se paye.

  30. potsky

    Il ne faut pas se surprendre de l’attitude d’OLN. Le logo est sur le maillot des USP. La visibilité ça se paye.

  31. erickk

    Le plus cocasse dans l épisode un peu foufou de l’échappée en jaune est que Robocop a fait cela “pour l’intérêt du peloton”. On se demande pourquoi il n’a pas posé un tel geste un peu plus tôt dans le Tour quand Simeoni avait pris la poudre d’escampette.

    C’est assez facile l’avant derniere etape, une fois que les principaux favoris ont abandonné ou résigné de faire la morale…

    Cecidit je note non sans humour que “les coureurs l’ont remercié”, lesquels ? Landis et Hincapie HAHAHA !!!

    Tiens, rancune pour rancune, ca me rappelle un épisode qui me reste en travers la gorge (j’ai bonne mémoire sur ces points là) quand Basson se faisait insulté par Armstrong.

    Puisque j’en suis à déverser ma bile, rappellons la réaction courageuse d’un Didier Rous applaudissant lors du retrait de Basson ou d’un Jalabert voulant repartir daredare en Espagne lors de la grande lessive de 98.

    Hey, Lance. Dépense ton énergie à traquer les tricheurs, tu seras plus crédible plutôt qu’enfoncer les maladroits ou les scrupuleux qui

    se sont fait prendre.

    Et là pour le coup, je dois reconnaître que je n’ai jamais vu telle réaction de la part d’un allemand en rose. J’ai hte au procès en diffamation pour le bouquin.

    Erick, grande mémoire concernant les tricheurs…

  32. erickk

    Le plus cocasse dans l épisode un peu foufou de l’échappée en jaune est que Robocop a fait cela “pour l’intérêt du peloton”. On se demande pourquoi il n’a pas posé un tel geste un peu plus tôt dans le Tour quand Simeoni avait pris la poudre d’escampette.

    C’est assez facile l’avant derniere etape, une fois que les principaux favoris ont abandonné ou résigné de faire la morale…

    Cecidit je note non sans humour que “les coureurs l’ont remercié”, lesquels ? Landis et Hincapie HAHAHA !!!

    Tiens, rancune pour rancune, ca me rappelle un épisode qui me reste en travers la gorge (j’ai bonne mémoire sur ces points là) quand Basson se faisait insulté par Armstrong.

    Puisque j’en suis à déverser ma bile, rappellons la réaction courageuse d’un Didier Rous applaudissant lors du retrait de Basson ou d’un Jalabert voulant repartir daredare en Espagne lors de la grande lessive de 98.

    Hey, Lance. Dépense ton énergie à traquer les tricheurs, tu seras plus crédible plutôt qu’enfoncer les maladroits ou les scrupuleux qui

    se sont fait prendre.

    Et là pour le coup, je dois reconnaître que je n’ai jamais vu telle réaction de la part d’un allemand en rose. J’ai hte au procès en diffamation pour le bouquin.

    Erick, grande mémoire concernant les tricheurs…

  33. erickk

    Le plus cocasse dans l épisode un peu foufou de l’échappée en jaune est que Robocop a fait cela “pour l’intérêt du peloton”. On se demande pourquoi il n’a pas posé un tel geste un peu plus tôt dans le Tour quand Simeoni avait pris la poudre d’escampette.

    C’est assez facile l’avant derniere etape, une fois que les principaux favoris ont abandonné ou résigné de faire la morale…

    Cecidit je note non sans humour que “les coureurs l’ont remercié”, lesquels ? Landis et Hincapie HAHAHA !!!

    Tiens, rancune pour rancune, ca me rappelle un épisode qui me reste en travers la gorge (j’ai bonne mémoire sur ces points là) quand Basson se faisait insulté par Armstrong.

    Puisque j’en suis à déverser ma bile, rappellons la réaction courageuse d’un Didier Rous applaudissant lors du retrait de Basson ou d’un Jalabert voulant repartir daredare en Espagne lors de la grande lessive de 98.

    Hey, Lance. Dépense ton énergie à traquer les tricheurs, tu seras plus crédible plutôt qu’enfoncer les maladroits ou les scrupuleux qui

    se sont fait prendre.

    Et là pour le coup, je dois reconnaître que je n’ai jamais vu telle réaction de la part d’un allemand en rose. J’ai hte au procès en diffamation pour le bouquin.

    Erick, grande mémoire concernant les tricheurs…

  34. Johann Lissowski

    Armstrong vers son sixtième tout de France. Au delà des doutes maintes fois évoqués au sujet des performances physique de Lance Armstrong, doutes auxquels je souscris parfaitement, il me semble que l’attitude ignoble d’Armstrong au cour de l’étape d’hier mets enfin en lumière la bassesse de caractère de ce “champion” au point d’émettre certains doutes sur son intelligence. Car son attitude vis-à-vis de Simeoni rabaisse son quotien intellectuel au niveau de ses chaussettes.

    Armstrong sait que ses succès le rendent impopulaire. Il vas sans dire que son “coup de sang” vas le positionner vers des cîmes d’impopularité qu’aucun autre champion sportif n’a atteint. Mais je pense qu’il n’en a pas conscience. Ou qu’il se sent couvert par les suiveurs et le peloton.

    En effet, ce qui me chagrine le plus dans cette histoire, c’est l’attitude des coureurs et de certains journalistes. Alors que des coureurs comme Nardello et consorts n’ont cessé d’insulter Simeoni à son retour dans le peloton, Le “vélo club” de ce cher Gérard Holz ainsi que Josse lors du direct relataient l’évenement d’une manière presque banale, comme un simple fait de course alors que c’est un véritable scandale.

    Je sais, je ne suis pas dupe. L’audience du tour de France étant excellente, les journalistes et consultants de France 2 seraient sucidaires de se priver d’un nouveau contrat d’exlusivité dans quelques années. Mais quand même.

    L’embarras dont Jalabert a fait preuve lorsqu’il a répondu à Holz lorsque ce dernier lui demandait ce qu’il avait pensé de l’attitude d’Armstrong démontre qu’il ya vraiment quelque chose de pourri dans le monde cycliste. Car comment demander à un coureur comme Laurent Jalabert de faire preuve d’objectivité et d’émettre des critiques au sujet d’un Lance Armstrong alors que lui-même a fait, il y a quelques années, un stage chez le medecin d’Armstrong.

    Je rappellerai que Jalabert, honnête sprinteur au début de sa carrière, s’est mis, à partir de 1995, date à laquelle l’EPO est apparue, à monter les cols comme un grimpeur, défiant la logique qui voulait jusqu’à maintenant que l’on naisse grimpeur. Rappellez vous cette fameuse vuelta en 1995 qu’il remporta au nez de tous les grimpeurs espagnols. Je voudrais qu’on m’explique comment il a fait.

    Je terminerai sur un regret. Je regrette Laurent Fignon et son panache. C’est le dernier coureur français qui m’a fait vraiment vibrer sur le tour de France. Et l’autre jour, en découvrant à la télévision une image d’archive le montrant en train d’attaquer Lemond sur le tour 89, je n’ai pu m’empêcher de verser une petite larme en mémoire des moments ou ce coureur flamboyant faisait battre mon coeur de spectateur sportif plus que dans n’importe quel autre sport.

  35. Johann Lissowski

    Armstrong vers son sixtième tout de France. Au delà des doutes maintes fois évoqués au sujet des performances physique de Lance Armstrong, doutes auxquels je souscris parfaitement, il me semble que l’attitude ignoble d’Armstrong au cour de l’étape d’hier mets enfin en lumière la bassesse de caractère de ce “champion” au point d’émettre certains doutes sur son intelligence. Car son attitude vis-à-vis de Simeoni rabaisse son quotien intellectuel au niveau de ses chaussettes.

    Armstrong sait que ses succès le rendent impopulaire. Il vas sans dire que son “coup de sang” vas le positionner vers des cîmes d’impopularité qu’aucun autre champion sportif n’a atteint. Mais je pense qu’il n’en a pas conscience. Ou qu’il se sent couvert par les suiveurs et le peloton.

    En effet, ce qui me chagrine le plus dans cette histoire, c’est l’attitude des coureurs et de certains journalistes. Alors que des coureurs comme Nardello et consorts n’ont cessé d’insulter Simeoni à son retour dans le peloton, Le “vélo club” de ce cher Gérard Holz ainsi que Josse lors du direct relataient l’évenement d’une manière presque banale, comme un simple fait de course alors que c’est un véritable scandale.

    Je sais, je ne suis pas dupe. L’audience du tour de France étant excellente, les journalistes et consultants de France 2 seraient sucidaires de se priver d’un nouveau contrat d’exlusivité dans quelques années. Mais quand même.

    L’embarras dont Jalabert a fait preuve lorsqu’il a répondu à Holz lorsque ce dernier lui demandait ce qu’il avait pensé de l’attitude d’Armstrong démontre qu’il ya vraiment quelque chose de pourri dans le monde cycliste. Car comment demander à un coureur comme Laurent Jalabert de faire preuve d’objectivité et d’émettre des critiques au sujet d’un Lance Armstrong alors que lui-même a fait, il y a quelques années, un stage chez le medecin d’Armstrong.

    Je rappellerai que Jalabert, honnête sprinteur au début de sa carrière, s’est mis, à partir de 1995, date à laquelle l’EPO est apparue, à monter les cols comme un grimpeur, défiant la logique qui voulait jusqu’à maintenant que l’on naisse grimpeur. Rappellez vous cette fameuse vuelta en 1995 qu’il remporta au nez de tous les grimpeurs espagnols. Je voudrais qu’on m’explique comment il a fait.

    Je terminerai sur un regret. Je regrette Laurent Fignon et son panache. C’est le dernier coureur français qui m’a fait vraiment vibrer sur le tour de France. Et l’autre jour, en découvrant à la télévision une image d’archive le montrant en train d’attaquer Lemond sur le tour 89, je n’ai pu m’empêcher de verser une petite larme en mémoire des moments ou ce coureur flamboyant faisait battre mon coeur de spectateur sportif plus que dans n’importe quel autre sport.

  36. Johann Lissowski

    Armstrong vers son sixtième tout de France. Au delà des doutes maintes fois évoqués au sujet des performances physique de Lance Armstrong, doutes auxquels je souscris parfaitement, il me semble que l’attitude ignoble d’Armstrong au cour de l’étape d’hier mets enfin en lumière la bassesse de caractère de ce “champion” au point d’émettre certains doutes sur son intelligence. Car son attitude vis-à-vis de Simeoni rabaisse son quotien intellectuel au niveau de ses chaussettes.

    Armstrong sait que ses succès le rendent impopulaire. Il vas sans dire que son “coup de sang” vas le positionner vers des cîmes d’impopularité qu’aucun autre champion sportif n’a atteint. Mais je pense qu’il n’en a pas conscience. Ou qu’il se sent couvert par les suiveurs et le peloton.

    En effet, ce qui me chagrine le plus dans cette histoire, c’est l’attitude des coureurs et de certains journalistes. Alors que des coureurs comme Nardello et consorts n’ont cessé d’insulter Simeoni à son retour dans le peloton, Le “vélo club” de ce cher Gérard Holz ainsi que Josse lors du direct relataient l’évenement d’une manière presque banale, comme un simple fait de course alors que c’est un véritable scandale.

    Je sais, je ne suis pas dupe. L’audience du tour de France étant excellente, les journalistes et consultants de France 2 seraient sucidaires de se priver d’un nouveau contrat d’exlusivité dans quelques années. Mais quand même.

    L’embarras dont Jalabert a fait preuve lorsqu’il a répondu à Holz lorsque ce dernier lui demandait ce qu’il avait pensé de l’attitude d’Armstrong démontre qu’il ya vraiment quelque chose de pourri dans le monde cycliste. Car comment demander à un coureur comme Laurent Jalabert de faire preuve d’objectivité et d’émettre des critiques au sujet d’un Lance Armstrong alors que lui-même a fait, il y a quelques années, un stage chez le medecin d’Armstrong.

    Je rappellerai que Jalabert, honnête sprinteur au début de sa carrière, s’est mis, à partir de 1995, date à laquelle l’EPO est apparue, à monter les cols comme un grimpeur, défiant la logique qui voulait jusqu’à maintenant que l’on naisse grimpeur. Rappellez vous cette fameuse vuelta en 1995 qu’il remporta au nez de tous les grimpeurs espagnols. Je voudrais qu’on m’explique comment il a fait.

    Je terminerai sur un regret. Je regrette Laurent Fignon et son panache. C’est le dernier coureur français qui m’a fait vraiment vibrer sur le tour de France. Et l’autre jour, en découvrant à la télévision une image d’archive le montrant en train d’attaquer Lemond sur le tour 89, je n’ai pu m’empêcher de verser une petite larme en mémoire des moments ou ce coureur flamboyant faisait battre mon coeur de spectateur sportif plus que dans n’importe quel autre sport.

  37. Un cycliste bronchiteux et asthmatique

    ahhhh le tour 89… a mon sens le dernier beau tour vraiment palpitant, avec dans une moindre mesure (que voulez-vous, quand le charme est rompu…) celui de 2003.

    Mais simple précision, je me souviens que Jalabert lorsqu’il était amateur, était classé parmi les grimpeurs et gagnait ses courses la plupart du temps en partant dans les bosses, le plus souvent en solitaire. Donc relation de cause à effet avec la suite de sa carrière ou simple coincindence? Une chose est sure, le ptit père Manolo n’a jamais été clair en la matière.

  38. Un cycliste bronchiteux et asthmatique

    ahhhh le tour 89… a mon sens le dernier beau tour vraiment palpitant, avec dans une moindre mesure (que voulez-vous, quand le charme est rompu…) celui de 2003.

    Mais simple précision, je me souviens que Jalabert lorsqu’il était amateur, était classé parmi les grimpeurs et gagnait ses courses la plupart du temps en partant dans les bosses, le plus souvent en solitaire. Donc relation de cause à effet avec la suite de sa carrière ou simple coincindence? Une chose est sure, le ptit père Manolo n’a jamais été clair en la matière.

  39. Un cycliste bronchiteux et asthmatique

    ahhhh le tour 89… a mon sens le dernier beau tour vraiment palpitant, avec dans une moindre mesure (que voulez-vous, quand le charme est rompu…) celui de 2003.

    Mais simple précision, je me souviens que Jalabert lorsqu’il était amateur, était classé parmi les grimpeurs et gagnait ses courses la plupart du temps en partant dans les bosses, le plus souvent en solitaire. Donc relation de cause à effet avec la suite de sa carrière ou simple coincindence? Une chose est sure, le ptit père Manolo n’a jamais été clair en la matière.

  40. johann lissowski

    Certes. Mais comme tu le dit, je pense que Jalabert avait un profil type Bartoli, capable de monter des bosses comme celles de Liège-Bastogne-Liège. Des bosses courtes correspondant à son explosivité. Mais de là à mettre une valise à tous les grimpeurs espagnols sur la vuelta 1995, et sur des ascensions de 20 km, il ya un un monde. D’ailleurs, après cette vuelta, il s’est mis à grimper les cols du tour de France.

    Je pense que pour grimper, il faut certaines qualités innées, qualités que l’on développe ensuite. Regarde Virenque qui a toujours été un grimpeur. En 1992, lors de son premier tour de France, et alors qu’il n’avait probablement pas commencé ses cures d’EPO, on a tout de suite remarqué qu’il était un grimpeur (en tout cas pour le profane que je suis) en constatant qu’il arrivait à suivre Bugno et Indurain sur les pentes de l’Alpes d’Huez.

    Alors que Jalabert, lui, était dans le gruppeto.

    VIVE LAURENT FIGNON

  41. johann lissowski

    Certes. Mais comme tu le dit, je pense que Jalabert avait un profil type Bartoli, capable de monter des bosses comme celles de Liège-Bastogne-Liège. Des bosses courtes correspondant à son explosivité. Mais de là à mettre une valise à tous les grimpeurs espagnols sur la vuelta 1995, et sur des ascensions de 20 km, il ya un un monde. D’ailleurs, après cette vuelta, il s’est mis à grimper les cols du tour de France.

    Je pense que pour grimper, il faut certaines qualités innées, qualités que l’on développe ensuite. Regarde Virenque qui a toujours été un grimpeur. En 1992, lors de son premier tour de France, et alors qu’il n’avait probablement pas commencé ses cures d’EPO, on a tout de suite remarqué qu’il était un grimpeur (en tout cas pour le profane que je suis) en constatant qu’il arrivait à suivre Bugno et Indurain sur les pentes de l’Alpes d’Huez.

    Alors que Jalabert, lui, était dans le gruppeto.

    VIVE LAURENT FIGNON

  42. johann lissowski

    Certes. Mais comme tu le dit, je pense que Jalabert avait un profil type Bartoli, capable de monter des bosses comme celles de Liège-Bastogne-Liège. Des bosses courtes correspondant à son explosivité. Mais de là à mettre une valise à tous les grimpeurs espagnols sur la vuelta 1995, et sur des ascensions de 20 km, il ya un un monde. D’ailleurs, après cette vuelta, il s’est mis à grimper les cols du tour de France.

    Je pense que pour grimper, il faut certaines qualités innées, qualités que l’on développe ensuite. Regarde Virenque qui a toujours été un grimpeur. En 1992, lors de son premier tour de France, et alors qu’il n’avait probablement pas commencé ses cures d’EPO, on a tout de suite remarqué qu’il était un grimpeur (en tout cas pour le profane que je suis) en constatant qu’il arrivait à suivre Bugno et Indurain sur les pentes de l’Alpes d’Huez.

    Alors que Jalabert, lui, était dans le gruppeto.

    VIVE LAURENT FIGNON

  43. Philspector

    Le tour se termine et je me laisse aller à quelques reflexions et suggestions:

    1/ L’équipe de Lance Armstrong est l’une des plus fortes n’ayant jamais existée sur le tour de France. Il est évident qu’Armstrong doit une part de sa victoire à ses coéquipiers. Quand on voit le train infernal mené par les US Postal dans les cols, il était difficile à l’un des adversaires de “bras forts” d’attaquer ce dernier. PLus que la force brute d’Armstrong, il me semble bien que c’est à l’hallucinante puissance dégagée par Landis and co que ce dernier doit sa victoire. Le plus étonnant dans l’histoire, c’est de voir le rythme imprimée par Landis et Hincapie dans les étapes de montagne. Qul est donc ce secret qui tranforme en superman n’importe quel coureur qui enfilerait la cape de l’US POSTAL ? Peut-être que Heras le sait. Quelle est donc cette potion magique qui catapulte Rubierra et Azevedo, grimpeurs patentés de l’équipe, au top 10 d’un CLM de 55 km ? Et qui fait de Landis, un futur porteur du maillot à pois lors des dernières étapes de montagne ? L’engagement total et un dévouement à toute épreuve décuplant les forces vives de chacun dans l’équipe ? Alors pourquoi les petits gars de la Boulangère qui ont défendu le maillot jaune pendant 10 jours n’ont pu suivre le rythme en montagne? Je suis un téléspectateur qui se pose des questions et à ce jour, je n’ai pas de réponses.

    2/ La faiblesse de l’opposition. Certes, on n’a pas arrêté de dire que les adversaires d’Armstrong n’ont pas osé l’attaquer mais on n’a pas assez stigmatisé à mon avis la faiblesse de l’opposition. En effet, vous retirez Mayo, Hamilton, Zubeldia et Vinokourov et il vous manque les quatre coureurs qui ont posé des problèmes à Armstrong l’an dernier. Et ce n’est pas Ullrich, très beau coureur au demeurant mais manquant de caractère et de panache qui pouvait battre Armstrong. Ni Basso trop content de pouvoir suivre Armstrong dans la montagne. Ajoutez à cela une équipe US POSTAL marchant à je ne sais quoi, il était impossible de battre Armstrong sur ce tour.

    3/La statégie défaillante des Tmobile et des CSC Tiscali masquant peut-être un manque d’ambition. Il me semble que la seule façon de battre Armstrong aurait été une stratégie commune de ces deux équipes. LES TMobile qui avaient deux hommes dans les cinq premiers auraient pu envoyer soit Ullrich, soit Kloden à l’attaque dans une étape de Montagne. Ce qui aurait eu pour conséquence d’isoler Armstong de ses coéquipiers. Et de la forcer à un combat d’homme à homme (ce qui, je pense, n’aurait rien changé mais révons un peu) Or si on peut comprendre l’alliance de circonstance entre les CSC et les US Postal dans l’étape de Villars-de Lans (préserver la deuxième place de Basso) on reste déconcerté par la mentalité de gagne-petit des TMobile. Ullrich, le poulidor allemand, qui cultive les deuxième place, aurait pu faire preuve d’un peu plus de panache sur l’étape menant au grand-Bornand. Eh bien non, il est content de son tour “je reviendrais l’année prochaîne” déclare t’il. Je reste sans voix devant ce manque de volonté et d’abnégation. Ou peutêtre Ullrich démontre ici qu’il n’a jamais été un grand champion.

    4/ La soumission psychologique des autres équipes à l’égard d’US POSTAL. De tout temps, les grands champions sont apparus lorsqu’ils se sont opposés à l’ordre établi. C’est dans cette stratégie d’opposition que certains coureurs ont pu affirmer une personnalité exacerbé qui, cumulée à un talent inné ont donné de véritables champions de la route. Rappellez vous Fignon qui, à ses débuts, s’opposait au “Blaireau”. Ou Pantani, dernier coureur de caractère qui a osé s’opposer à l’US POSTAL.

    Or cette dimension psychologique nécessaire à tout futur vainqueur du tour de France n’existe pas chez les Mayo, Hamilton Ulrich et consorts. Pire, ils me semblent porter les US POSTAL sur un pied d’estale qui leur interdit toute velleité d’attaque.

    Mayo n’a aucune force de caractère. Il sufit de voir son attitude lors de la fameuse étape de montagne ou il a failli abandonner.

    Hamilton ? Il faut arrêter avec lui. C’est l’un des meilleurs amis de Lance Armstrong. Il se permet même, lors du tour 2003, de favoriser la victoire d’Armstrong lors de l’étape de Luz Ardiden en demandant aux coureurs qui l’accompagnaient d’attendre Armstrong qui venait de chuter. Armstrong lui, au dela des doutes que l’on peut avoir sur ses performances physiques, a cette dimension psychologique, ce tempérament de killer, cette personnalité bien affirmée qui lui intime l’ordre de ne pas attendre Mayo lorsque celui-ci est tombé lors de l’étape des pavés du Nord.

    Tant que n’apparaîtront pas des coureurs de tempérament type Fignon, Pantani, alors il n’y a aucune raison pour que cela change.

    Ullrich? Grand champion mais homme soumis à Lance Armstrong qui doit se justifier par des gestes de la main auprès d’Armstong lorsqu’il est allé chercher Landis lors de la dernière descente menant au grand Bornand.

    Alors, vivement l’éclosion d’un grand champion de caractère.

  44. Philspector

    Le tour se termine et je me laisse aller à quelques reflexions et suggestions:

    1/ L’équipe de Lance Armstrong est l’une des plus fortes n’ayant jamais existée sur le tour de France. Il est évident qu’Armstrong doit une part de sa victoire à ses coéquipiers. Quand on voit le train infernal mené par les US Postal dans les cols, il était difficile à l’un des adversaires de “bras forts” d’attaquer ce dernier. PLus que la force brute d’Armstrong, il me semble bien que c’est à l’hallucinante puissance dégagée par Landis and co que ce dernier doit sa victoire. Le plus étonnant dans l’histoire, c’est de voir le rythme imprimée par Landis et Hincapie dans les étapes de montagne. Qul est donc ce secret qui tranforme en superman n’importe quel coureur qui enfilerait la cape de l’US POSTAL ? Peut-être que Heras le sait. Quelle est donc cette potion magique qui catapulte Rubierra et Azevedo, grimpeurs patentés de l’équipe, au top 10 d’un CLM de 55 km ? Et qui fait de Landis, un futur porteur du maillot à pois lors des dernières étapes de montagne ? L’engagement total et un dévouement à toute épreuve décuplant les forces vives de chacun dans l’équipe ? Alors pourquoi les petits gars de la Boulangère qui ont défendu le maillot jaune pendant 10 jours n’ont pu suivre le rythme en montagne? Je suis un téléspectateur qui se pose des questions et à ce jour, je n’ai pas de réponses.

    2/ La faiblesse de l’opposition. Certes, on n’a pas arrêté de dire que les adversaires d’Armstrong n’ont pas osé l’attaquer mais on n’a pas assez stigmatisé à mon avis la faiblesse de l’opposition. En effet, vous retirez Mayo, Hamilton, Zubeldia et Vinokourov et il vous manque les quatre coureurs qui ont posé des problèmes à Armstrong l’an dernier. Et ce n’est pas Ullrich, très beau coureur au demeurant mais manquant de caractère et de panache qui pouvait battre Armstrong. Ni Basso trop content de pouvoir suivre Armstrong dans la montagne. Ajoutez à cela une équipe US POSTAL marchant à je ne sais quoi, il était impossible de battre Armstrong sur ce tour.

    3/La statégie défaillante des Tmobile et des CSC Tiscali masquant peut-être un manque d’ambition. Il me semble que la seule façon de battre Armstrong aurait été une stratégie commune de ces deux équipes. LES TMobile qui avaient deux hommes dans les cinq premiers auraient pu envoyer soit Ullrich, soit Kloden à l’attaque dans une étape de Montagne. Ce qui aurait eu pour conséquence d’isoler Armstong de ses coéquipiers. Et de la forcer à un combat d’homme à homme (ce qui, je pense, n’aurait rien changé mais révons un peu) Or si on peut comprendre l’alliance de circonstance entre les CSC et les US Postal dans l’étape de Villars-de Lans (préserver la deuxième place de Basso) on reste déconcerté par la mentalité de gagne-petit des TMobile. Ullrich, le poulidor allemand, qui cultive les deuxième place, aurait pu faire preuve d’un peu plus de panache sur l’étape menant au grand-Bornand. Eh bien non, il est content de son tour “je reviendrais l’année prochaîne” déclare t’il. Je reste sans voix devant ce manque de volonté et d’abnégation. Ou peutêtre Ullrich démontre ici qu’il n’a jamais été un grand champion.

    4/ La soumission psychologique des autres équipes à l’égard d’US POSTAL. De tout temps, les grands champions sont apparus lorsqu’ils se sont opposés à l’ordre établi. C’est dans cette stratégie d’opposition que certains coureurs ont pu affirmer une personnalité exacerbé qui, cumulée à un talent inné ont donné de véritables champions de la route. Rappellez vous Fignon qui, à ses débuts, s’opposait au “Blaireau”. Ou Pantani, dernier coureur de caractère qui a osé s’opposer à l’US POSTAL.

    Or cette dimension psychologique nécessaire à tout futur vainqueur du tour de France n’existe pas chez les Mayo, Hamilton Ulrich et consorts. Pire, ils me semblent porter les US POSTAL sur un pied d’estale qui leur interdit toute velleité d’attaque.

    Mayo n’a aucune force de caractère. Il sufit de voir son attitude lors de la fameuse étape de montagne ou il a failli abandonner.

    Hamilton ? Il faut arrêter avec lui. C’est l’un des meilleurs amis de Lance Armstrong. Il se permet même, lors du tour 2003, de favoriser la victoire d’Armstrong lors de l’étape de Luz Ardiden en demandant aux coureurs qui l’accompagnaient d’attendre Armstrong qui venait de chuter. Armstrong lui, au dela des doutes que l’on peut avoir sur ses performances physiques, a cette dimension psychologique, ce tempérament de killer, cette personnalité bien affirmée qui lui intime l’ordre de ne pas attendre Mayo lorsque celui-ci est tombé lors de l’étape des pavés du Nord.

    Tant que n’apparaîtront pas des coureurs de tempérament type Fignon, Pantani, alors il n’y a aucune raison pour que cela change.

    Ullrich? Grand champion mais homme soumis à Lance Armstrong qui doit se justifier par des gestes de la main auprès d’Armstong lorsqu’il est allé chercher Landis lors de la dernière descente menant au grand Bornand.

    Alors, vivement l’éclosion d’un grand champion de caractère.

  45. Philspector

    Le tour se termine et je me laisse aller à quelques reflexions et suggestions:

    1/ L’équipe de Lance Armstrong est l’une des plus fortes n’ayant jamais existée sur le tour de France. Il est évident qu’Armstrong doit une part de sa victoire à ses coéquipiers. Quand on voit le train infernal mené par les US Postal dans les cols, il était difficile à l’un des adversaires de “bras forts” d’attaquer ce dernier. PLus que la force brute d’Armstrong, il me semble bien que c’est à l’hallucinante puissance dégagée par Landis and co que ce dernier doit sa victoire. Le plus étonnant dans l’histoire, c’est de voir le rythme imprimée par Landis et Hincapie dans les étapes de montagne. Qul est donc ce secret qui tranforme en superman n’importe quel coureur qui enfilerait la cape de l’US POSTAL ? Peut-être que Heras le sait. Quelle est donc cette potion magique qui catapulte Rubierra et Azevedo, grimpeurs patentés de l’équipe, au top 10 d’un CLM de 55 km ? Et qui fait de Landis, un futur porteur du maillot à pois lors des dernières étapes de montagne ? L’engagement total et un dévouement à toute épreuve décuplant les forces vives de chacun dans l’équipe ? Alors pourquoi les petits gars de la Boulangère qui ont défendu le maillot jaune pendant 10 jours n’ont pu suivre le rythme en montagne? Je suis un téléspectateur qui se pose des questions et à ce jour, je n’ai pas de réponses.

    2/ La faiblesse de l’opposition. Certes, on n’a pas arrêté de dire que les adversaires d’Armstrong n’ont pas osé l’attaquer mais on n’a pas assez stigmatisé à mon avis la faiblesse de l’opposition. En effet, vous retirez Mayo, Hamilton, Zubeldia et Vinokourov et il vous manque les quatre coureurs qui ont posé des problèmes à Armstrong l’an dernier. Et ce n’est pas Ullrich, très beau coureur au demeurant mais manquant de caractère et de panache qui pouvait battre Armstrong. Ni Basso trop content de pouvoir suivre Armstrong dans la montagne. Ajoutez à cela une équipe US POSTAL marchant à je ne sais quoi, il était impossible de battre Armstrong sur ce tour.

    3/La statégie défaillante des Tmobile et des CSC Tiscali masquant peut-être un manque d’ambition. Il me semble que la seule façon de battre Armstrong aurait été une stratégie commune de ces deux équipes. LES TMobile qui avaient deux hommes dans les cinq premiers auraient pu envoyer soit Ullrich, soit Kloden à l’attaque dans une étape de Montagne. Ce qui aurait eu pour conséquence d’isoler Armstong de ses coéquipiers. Et de la forcer à un combat d’homme à homme (ce qui, je pense, n’aurait rien changé mais révons un peu) Or si on peut comprendre l’alliance de circonstance entre les CSC et les US Postal dans l’étape de Villars-de Lans (préserver la deuxième place de Basso) on reste déconcerté par la mentalité de gagne-petit des TMobile. Ullrich, le poulidor allemand, qui cultive les deuxième place, aurait pu faire preuve d’un peu plus de panache sur l’étape menant au grand-Bornand. Eh bien non, il est content de son tour “je reviendrais l’année prochaîne” déclare t’il. Je reste sans voix devant ce manque de volonté et d’abnégation. Ou peutêtre Ullrich démontre ici qu’il n’a jamais été un grand champion.

    4/ La soumission psychologique des autres équipes à l’égard d’US POSTAL. De tout temps, les grands champions sont apparus lorsqu’ils se sont opposés à l’ordre établi. C’est dans cette stratégie d’opposition que certains coureurs ont pu affirmer une personnalité exacerbé qui, cumulée à un talent inné ont donné de véritables champions de la route. Rappellez vous Fignon qui, à ses débuts, s’opposait au “Blaireau”. Ou Pantani, dernier coureur de caractère qui a osé s’opposer à l’US POSTAL.

    Or cette dimension psychologique nécessaire à tout futur vainqueur du tour de France n’existe pas chez les Mayo, Hamilton Ulrich et consorts. Pire, ils me semblent porter les US POSTAL sur un pied d’estale qui leur interdit toute velleité d’attaque.

    Mayo n’a aucune force de caractère. Il sufit de voir son attitude lors de la fameuse étape de montagne ou il a failli abandonner.

    Hamilton ? Il faut arrêter avec lui. C’est l’un des meilleurs amis de Lance Armstrong. Il se permet même, lors du tour 2003, de favoriser la victoire d’Armstrong lors de l’étape de Luz Ardiden en demandant aux coureurs qui l’accompagnaient d’attendre Armstrong qui venait de chuter. Armstrong lui, au dela des doutes que l’on peut avoir sur ses performances physiques, a cette dimension psychologique, ce tempérament de killer, cette personnalité bien affirmée qui lui intime l’ordre de ne pas attendre Mayo lorsque celui-ci est tombé lors de l’étape des pavés du Nord.

    Tant que n’apparaîtront pas des coureurs de tempérament type Fignon, Pantani, alors il n’y a aucune raison pour que cela change.

    Ullrich? Grand champion mais homme soumis à Lance Armstrong qui doit se justifier par des gestes de la main auprès d’Armstong lorsqu’il est allé chercher Landis lors de la dernière descente menant au grand Bornand.

    Alors, vivement l’éclosion d’un grand champion de caractère.

  46. runnsborg

    J’aime bien l’analyse de Philspector. En attendant qu’un champion de caractère (Cunego?) puisse enfin détrôner Armstrong, je veux souligner ce moment historique dans le monde du sport. Un 6e Tour de France! Tout un exploit!

    Sans me laisser influencer par les médias américains ou par qui que ce soit, je reconnais en Armstrong un athlète exceptionnel qui évolue, hélas, dans un sport rongé par des doutes sans cesse renouvellés depuis le triste scandale de 1998.

    Et s’il y a du dopage là-dessous, comme aime bien le laisser entendre une certaine presse, à mes yeux ça n’enlève rien à son mérite. Je serais tout de même surpris qu’ils prennent des produits nuisibles à sa santé car il a une très belle vie à vivre, une fortune assurée jusqu’à la fin de ses jours. Alors je crois que sa santé il y tient!

    Même que je devine qu’il fera un énergique centenaire.

  47. runnsborg

    J’aime bien l’analyse de Philspector. En attendant qu’un champion de caractère (Cunego?) puisse enfin détrôner Armstrong, je veux souligner ce moment historique dans le monde du sport. Un 6e Tour de France! Tout un exploit!

    Sans me laisser influencer par les médias américains ou par qui que ce soit, je reconnais en Armstrong un athlète exceptionnel qui évolue, hélas, dans un sport rongé par des doutes sans cesse renouvellés depuis le triste scandale de 1998.

    Et s’il y a du dopage là-dessous, comme aime bien le laisser entendre une certaine presse, à mes yeux ça n’enlève rien à son mérite. Je serais tout de même surpris qu’ils prennent des produits nuisibles à sa santé car il a une très belle vie à vivre, une fortune assurée jusqu’à la fin de ses jours. Alors je crois que sa santé il y tient!

    Même que je devine qu’il fera un énergique centenaire.

  48. runnsborg

    J’aime bien l’analyse de Philspector. En attendant qu’un champion de caractère (Cunego?) puisse enfin détrôner Armstrong, je veux souligner ce moment historique dans le monde du sport. Un 6e Tour de France! Tout un exploit!

    Sans me laisser influencer par les médias américains ou par qui que ce soit, je reconnais en Armstrong un athlète exceptionnel qui évolue, hélas, dans un sport rongé par des doutes sans cesse renouvellés depuis le triste scandale de 1998.

    Et s’il y a du dopage là-dessous, comme aime bien le laisser entendre une certaine presse, à mes yeux ça n’enlève rien à son mérite. Je serais tout de même surpris qu’ils prennent des produits nuisibles à sa santé car il a une très belle vie à vivre, une fortune assurée jusqu’à la fin de ses jours. Alors je crois que sa santé il y tient!

    Même que je devine qu’il fera un énergique centenaire.

L’auteur de ce blog encourage tous les lecteurs à laisser un commentaire en réaction à l’article du jour, cela contribue à enrichir le propos. Vous pouvez contribuer à la qualité de ce site en utilisant un langage décent, poli et respectueux d’autrui, et en étant pertinent et concis envers le sujet traité. L’auteur peut modérer les commentaires, et se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, diffamatoires, irrespectueux d’autrui, portant atteinte à l’intégrité d’une personne ou encore haineux.