Le cyclisme en crise

« C’est toujours le bordel dans le cyclisme »:http://www.cyclismag.com/article.php?sid=1614 qui continue d’afficher de profondes divisions sur fond de dopage. Retour sur les deux camps qui s’affrontent et sur les derniers coups d’éclat.

*Dans le premier camp*, on retrouve l’UCI et son très contesté ProTour ainsi que les équipes (on serait tenté de dire beaucoup d’équipes, mais pas toutes…) et les coureurs qui continuent de minimiser avec acharnement les problèmes de dopage dans le vélo et ce, malgré les scandales qui s’accumulent à un rythme affolant. Les seuls outils de bataille de ces individus et instances dirigeantes sont la négation des évidences, la minimisation voire le camouflage des scandales, les batailles juridiques sur fond de vices de procédure à grand renfort d’avocats et de juges ainsi que la discréditation de ceux qui ont un discours différent.

Les plus récents coups d’éclat sont à porter au crédit de Messieurs Armstrong et McQuaid. Armstrong a déclaré aujourd’hui que le Tour de France « _mérite un meilleur dirigeant_ » que Jean-Marie Leblanc. Cette déclaration, véritable preuve d’une frustration qui ne cesse de grandir chez le champion déchu, est évidemment en réaction avec la giffle qu’il a reçu jeudi lorsque Leblanc, évoquant les satisfactions délivrées par les champions depuis son arrivée à la direction du Tour en 1989, n’a évoqué le champion américain qu’une seule fois, et encore indirectement, sans même citer son nom. Armstrong en a même rajouté, déclarant « _encore une fois, Jean-Marie Leblanc m’a lancé une pique indue et continue à ignorer la vérité. Alors qu’il veut peut-être effacer les sept dernières années, je ne garde que de grands souvenirs de ma participation dans le plus grand événement sportif du monde_ ». Pathétique.

« McQuaid n’a quant à lui rien trouvé de plus intelligent à faire que de rompre aujourd’hui les négociations avec la Société du Tour »:http://www.lequipe.com/Cyclisme/20051028_174254Dev.html quant au ProTour 2006, se déclarant « _surpris et indigné_ » des propos tenus jeudi par Patrick Clerc, le président d’Amaury Sport Organisation qui est propriétaire du Tour. Mieux, McQuaid dit regretter d’avoir subi, « _au même titre que les équipes, les coureurs et le reste de la famille cycliste, un cours magistral sur la gestion du sport cycliste… et ce devant l’opinion publique et les médias internationaux_». Mais de quelle famille du cyclisme parle-t-on? Rappelons que McQuaid avait également déclaré suite à la cérémonie entourant le dévoilement du parcours 2006 du Tour qu’il pensait personnellement que « _Patrice Clerc est allé un peu trop loin, que ce n’est pas nécessaire d’être si dramatique, de penser qu’il y a une telle crise dans ce sport_ ». Allucinant, alors que les scandales s’accumulent et que l’opinion publique devient de plus en plus critique face au cyclisme.

*Dans le deuxième camp*, on retrouve essentiellement les coureurs et les équipes françaises (Bouygues et La Française des Jeux essentiellement, dans une moindre mesure Ag2R) ainsi que l’Agence Mondiale Antidopage, la Société du Tour et, dans une moindre mesure, la Fédération Française de Cyclisme. Dans ce camp, la lucidité : le cyclisme va mal, il est gangrené par un dopage à grande échelle et des réformes baclées qui pourraient le couper de ses racines profondes. Aussi, « on adopte un discours radicalement différent de l’autre camp et seul moyen d’avancer, on essaie de faire sans lui »:http://www.cyclismag.com/article.php?sid=1613. On serre également les rangs après l’électrochoc de l’Affaire Armstrong qui semble avoir définitivement convaincu (enfin!) la Société du Tour qu’un gros problème existe et qu’il faut agir en rompant avec le passé : « on annoncait plus tôt cette semaine que l’AMA aidera le Tour l’an prochain avec ses contrôles anti-dopage »:http://www.lequipe.com/Cyclisme/20051027_131649Dev.html. Le Tour, jeudi, a par ailleurs donné un témoignage indirect de soutien au cyclisme français qui vit un sale quart d’heure, parlez en à Jérome Pineau.

Bref, l’action concrète, lucide et engagée se situe aujourd’hui dans ce camp qui semble vouloir vraiment travailler à un cyclisme meilleur. Lequel des deux camps a le plus à coeur le devenir du cyclisme professionnel ? Pour nous, le choix est évident et on espère que le public ne se laissera pas berner par les propos racolleurs d’un champion déchu ainsi que d’un nouveau président de l’UCI totalement déconnecté de la réalité.

5 Commentaires

  • didier girsch
    Soumis le 29 octobre 2005 à 1:52 | Permalien

    sans chercher à tout prix l’ironie,il est quand mème paradoxal que les organisateurs-proprietaires-diffuseurs du tour recherchent une virginité perdue et donnent une leçon de morale à tel ou tel.difficile d’oublier leur aveuglement sur les pratiques à peine occultes des participants à leur épreuve.on verra l’an prochain s’il y a des controles en début d’étape…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • BeGooD
    Soumis le 29 octobre 2005 à 2:29 | Permalien

    Faut arreter maintenant avec Amstrong ! Tout le monde la toujours su…dont Jean Marie Leblanc…alors arretons de parler que de lui, et ptite note, Saviez vous que les tests de dopage ont a peu pres 5ans de retard sur le dopage en lui meme ? En 2010 on devrait avoir une nouvelle bombe ” Amstrong a pris X substance en 2005 !” Ben oui bravo au journal l’equipe pour sa decouverte, serieux !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • nick
    Soumis le 29 octobre 2005 à 5:28 | Permalien

    Si Leblanc avait pris ses responsabilités en temps voulu (1999 déjà avec l’aide de l’UCI), on n’en serait pas là.

    Il n’en était pas à un coup d’essai. En 1997, il avait refusé d’entendre parler d’EPO (mise en place de contrôles, je crois : cf. enquête d’Eric Maitrot), et en 1998, Festina, avec un étonnement digne des meilleurs pontes de l’Actor’s studio.

    C’est marrant parce que Armstrong, son ex-protégé (qui lui doit, au fond, 7 Tours), l’a attaqué : paraît qu’il veut oublier le palmarès incomparable du champion. Faut dire qu’il doit être mort de honte – faut-il rappeler son fameux : “Si j’apprenais que la carrière d’Armstrong n’était qu’une escroquerie, je quitterais le cyclisme” – , JML et qu’il vaut mieux jouer le mutisme… L’Equipe (propriété d’ASO), nous dit que le pauvret a été abusé dans sa bonne foi. C’est dégueulasse de faire ça à un organisateur si probe. Armstrong est vraiment un pourri. En +, c’est sa dernière cette année (ça devait déjà l’être l’an dernier), alors espérons qu’ils lui gâcheront pas la fête, ces “moutons noirs du vélo”. Ca ferait mauvais effet après tant de bons et loyaux services au sein de la Grande Boucle.

    Mais que fera Prudhomme ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Mortirolo94
    Soumis le 1 novembre 2005 à 9:56 | Permalien

    C’est vrai qu’il faut vraiment en finir avec LEBLANC, cet autocrate roi de la mauvaise foi, et que les faits auront systématiquement contredit.

    1/ Cet homme aura raboté les montagnes, en traçant quasi systématiquement des tours avec relativement peu de cols, avec la spéciale LEBLANC, le dernier col à 50 km ( ou plus ) de l’arrivée – Cf l’étape de PAMPELUNE en 96 -.
    A l’écouter, il ne faut pas que les tracés soient trop durs, cela incite au dopage… C’est pourtant dans le tour 92 – sans véritable étape pyrénnéenne, quel scandale – qu’on a eu pour la première fois des gros doutes avec INDURAIN et DE LAS CUEVAS écrassant le clm de Luxembourg et surtout CHIAPUCCI qui fait un numéro à SESTRIERES et qui est toujours au top le lendemain…
    Et rappelons que le Tour 98 était peu difficile….

    2/ Comment un dirigeant aussi haut placé a t il pu ne découvrir l’EPO qu’en 94, alors que n’importe quel lecteur de l’équipe savait ( voir les articles de BRUNEL ) qu’elle circulait depuis 90/91…

    3/ en 99, il déclarait, à juste titre, que l’important en vélo c’est le classement et non la vitesse… Il faut se pincer pour ne pas exploser de rire quand il explique les recors de vitesse réalisés depuis…

    4/ Et le tour 2003, propre parait il…
    Depuis on a su pour ARMSTRONG, HAMILTON ET MILLAR….

    Un dernier mot pour la lamentable non invitation de Pantani en 2001, qui ne marchait certes pas fort , mais les choses changent en quelques semaines…. Tout ca pour inviter des équipes françaises performantes…..

    1990 – 2006 , ca aura été trsè très long…. beaucoup trop long….

    Mais le tour survivra à ce charlatan , et PRUDHOMME a dit lui même qu’il avait des idées , il me semble même qu’il a évoqué le PUY DE DOME, superbement ignoré par le Despote, qui préférait tracer de magnifiques étapes de moyenne montagne, sans comprendre que dans ces étapes, il ne se passe jamais rien, c’est comme ça.. ( NB / il faut vraiment être très chauvin pour dire que Jalabert a failli faire basculer le Tour en 95 à Mende…)

    Allez MR PRUDHOMME, pour faire rager LEBLANC, un Tour de la Démesure en 2007 : BONNETTE RESTEFONDS, GRAND COLOMBIER, COL DU CHAT, GRANON et révons un peu, le MORTIROLO….

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 1 novembre 2005 à 12:10 | Permalien

    Le grand colombier…. son passage de 1.5km à 19%.

    OUF Beaucoup de dégats derrière !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!