Affaire Landis: ca devient une affaire de crédibilité

La nouvelle du jour est évidemment la défense de Landis, « rendue publique sur son site web »:http://www.floydlandis.com/blog/. Vous pouvez donc télécharger les documents présentant sa défense, documents qui plaident pour un arrêt immédiat des procédures à l’encontre du coureur américain. La Flamme Rouge s’est procuré les documents et en a lu les grandes lignes pour mieux connaître les justifications d’une telle demande. Sans être un grand expert en la matière, et donc en toute modestie, voici ce qu’on peut en dire selon nous.

1 – Le rapport soumis par les avocats du bureau Howard L. Jacobs se fonde en partie sur des éléments de non-respect des procédures. C’est évidemment l’angle d’attaque de 99% des coureurs impliqués dans des scandales de dopage et voulant blanchir leur nom puisque la contestation scientifique des méthodes de détection est beaucoup plus difficile.

2 – Le rapport apporte essentiellement deux éléments de défense, l’une portant sur le non-respect d’une procédure, l’autre sur la validité empirique du test utilisé.

D’une part, pour être déclaré positif à la testostérone, les différences dans quatres marqueurs métaboliques qui servent à identifier la prise de testostérone auraient toutes dues être d’un certain niveau. Or, seule une différence d’un marqueur métabolique présenterait le niveau suffisant.

D’autre part, le résultat du test permettant d’affirmer qu’il y a eu prise de testostérone exogène présenterait des anomalies difficilement explicables lorsqu’on considère les résultats des autres marqueurs. On met alors directement en cause le laboratoire de Chatenay-Malabry qui aurait – selon Landis et ses avocats – commis une erreur lors du test, que cette erreur soit de mesure ou d’interprétation.

Force est d’admettre, à première vue et sans être un grand expert sur le sujet rappelons-le, que l’argumentaire de Landis soulève des doutes: pourrait-il y avoir eu des erreurs lors du test anti-dopage ? Est-il vrai qu’il faut que les quatre marqueurs présentent une différence substantielle et qu’un seul de ces marqueurs chez Landis le ferait effectivement ?

Notre avis, c’est que la balle est forcément dans le camp de l’AMA et du laboratoire de Chatenay-Malabry maintenant. Ces deux institutions doivent rapidement répondre point par point à la défense présentée par Landis. Rapidement parce que l’opinion publique, déjà très perturbée et confuse par toutes les affaires de dopage dans le sport, pourrait se mettre à douter de la fiabilité des méthodes de détection, minant ainsi la crédibilité de ceux qui luttent contre le dopage. Ne serait-il pas en effet terrible d’apprendre que même ceux qui sont responsables de la lutte anti-dopage « dopent » leurs tests ? Comment poursuivre les efforts en vue d’assainir le sport si on ne peut avoir une confiance quasi-aveugle dans les méthodes de détection utilisées ?

Nous sommes convaincus, à La Flamme Rouge, que les méthodes de détection actuelles reposent sur des études scientifiques poussées et fiables. Que les scientifiques de l’AMA et des labos accrédités sont des gens sérieux et dignes de confiance. En ce sens, l’AMA et le labo français devraient n’avoir aucune difficulté à répondre rapidement et point par point à la défense présentée par Landis. Une telle réponse aurait pour effet de consolider la crédibilité de l’AMA et de ses laboratoires accrédités comme de limiter les leviers sur lesquels les avocats d’athlètes positifs pourront jouer dans l’avenir pour les défendre.

L’affaire Landis est déjà une affaire très médiatique, possiblement parmi les plus gros scandales européens de dopage de l’histoire du sport. Ce cas risquant de devenir un exemple, un jalon dans l’épopée de la lutte contre le dopage, il nous apparaît très important de ne pas laisser Landis et ses avocats miner la crédibilité et la fiabilité des méthodes de détection. Car n’est-ce pas là au fond toute la stratégie du camp Landis en rendant public sur internet – moyen de diffusion rapide d’information s’il en est – tous ces documents aujourd’hui ?

8 Commentaires

  • Bark
    Soumis le 13 octobre 2006 à 1:33 | Permalien

    Surpris…

    Oui je suis également surpris que les arguments de Landis n’aient pas été contredis jusqu’ici par l’AMA, le labo français…et les journalistes spécialisés notamment de l’Equipe.
    Les arguments de Landis sont connus depuis 1 mois déjà et toujours pas de réaction.
    Je vous rassure, dans l’Equipe d’aujourd’hui on attaque encore le dopage avec un papier incendiaire sur LA et un article assez gentil sur Basso.
    Et l’affaire Puerto qui tourne à la farce!!!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Thierry Lemaire
    Soumis le 13 octobre 2006 à 2:12 | Permalien

    Je corrige, il s’agit d’une “enquête” sur la main msie d’Armstrong sur le cyclisme aux États-Unis et c’est d’ailleurs très intéressant. Il y a aussi un autre article sur la Phonak et comment le contrôle positif de Floyd Landis a indirectement mis au chomage 50 personnes.
    L’article sur Basso n’est pas “assez gentil” il est simplement neutre, c’est un article sur les faits, sans parti pris.
    Ne confondez pas le métier du journaliste avec celui d’un procureur.
    Quant aux arguments de Landis, ils sont connus depuis le jour de son contrôle positif. Mais il a eu tellement de versions différentes que c’est difficile de choisir.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Rafael
    Soumis le 13 octobre 2006 à 2:23 | Permalien

    Le labo n’a pas le droit de répondre. C’est la procédure et Floyd le sait bien. L’objectif est de créer un écran de fumée médiatique qui permettra d’entretenir le doute aux yeux du public américain lorsque le déclassement et la suspension auront été confirmés. Bien joué de sa part. Cela dit on ne peut jamais totalement exclure qu’un labo booste un peu ses résultats. Surtout quand il s’agit de coincer le vainqueur du Tour.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Bark
    Soumis le 13 octobre 2006 à 5:05 | Permalien

    A M. Lemaire,

    vous ne corrigez rien. Pour une enquête, y’a rien de nouveau qu’on ne sait déjà sauf à rester les yeux collés à l’Equipe. En parlant de neutralité, ce papier est quand même insultant pour un pays comme les USA. Dire que LA a le pouvoir de contrôler tout même la justice aux USA est limite une grosse connerie.

    Oui, il y’a un article sur la Phonak, avec le méchant Landis et le gentil Lelalangue qui n’a rien à se reprocher. Comme par hasard, il a été proposé à Phonak par ASO…

    Si l’article sur Basso n’est pas gentil, quels sont les faits nouveaux qui ont permis de le faire passer de “dopé” à ”…” dans l’Equipe. Y’a rien de neuf…sauf bien sûr les décisions du CONI italien et du juge Espagnol. Mais sur le fond du dossier, rien de neuf. On reste sur les mêmes faits qui ont permis à ASO et aux équipes d’exclure Basso. Ainsi donc hier on ne se basait pas sur les faits???
    “Ne confondez pas le métier du journaliste avec celui d’un procureur.” Amusant comme remarque dans le paysage avec les affaires Outreau I,II,III, Baudis…Je crois que vous devez faire la leçon à vos collègues si vous êtes vraiment journaliste!
    Les arguments de Landis sont connus!
    De quels arguments parlons nous?
    Quand il a parlé de bière, on a bien eu droit à des articles pour montrer le ridicule de la chose.
    Là, il parle de la procédure, de marqueurs, etc
    Et comme le doute profite à l’accusé (oui oui …), je rejoins Laurent pour dire qu’on a tous besoin d’éclaircissements sur cette affaire…
    A Rafael, on n’a pas souvent besoin de demander son avis à Dick Pound de l’AMA pour qu’il s’exprime sur ce genre d’affaire…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Rafael
    Soumis le 13 octobre 2006 à 5:28 | Permalien

    Les éclaircissements, on les aura en février au terme de la procédure. En attendant, l’échantillon A est positif et l’échantillon B, ouvert et analysé en présence des représentants de Landis est positif. C’est tout. Landis peut dire ce qu’il veut mais contrairement à Basso et même contrairement à Armstrong, il ne s’agit pas de “preuves circonstancielles” pour user d’un anglicisme. Lui a été formellement contrôlé positif par un labo accrédité par l’UCI et l’AMA. Une erreur sur un échantillon est toujours possible (voir Vincent Vittoz) mais sur les deux ça semble quand même improbable.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Erwan
    Soumis le 13 octobre 2006 à 10:27 | Permalien

    Le dopage n’est pas un sujet nouveau. Alors regarder bien ce documentaire qui date de 46 ans, bien avant l’affaire simpson, et demander vous si un tel reportage serait encore possible et certains protagonistes aussi francs?
    Ce reportage et à tous les égards édifiant!!

    Alors bien sur le dopage n’existe pas que dans le vélo, mais que l’on arrete de vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes et surtout, surtout qu’une fois pour toutes les hypocrites de tous poils cessent de gémir qu’ils ne savent pas, qu’ils n’ont rien vu, qu’il existe bien des brebis galeuses mais…, etc, etc.

    Si les marchands du temple restent en place dans les instances et l’encadrement du cyclisme ils réussiront à tuer à plus ou moins long terme ce noble sport. Mais je suppose qu’ils se moquent bien du sport, de la noblesse de l’esprit sportif et qu’ils sont mus par des intérêts beaucoup plus vils et cupides.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Erwan
    Soumis le 13 octobre 2006 à 10:30 | Permalien

    Le dopage n’est pas un sujet nouveau. Alors regarder bien ce documentaire qui date de 46 ans, bien avant l’affaire simpson, et demander vous si un tel reportage serait encore possible et certains protagonistes aussi francs?
    Ce reportage et à tous les égards édifiant!!

    http://www.ina.fr/archivespourtous/
    ?vue=notice&from=themes&code=C05242
    08102&num_notice=1&total_notices=1index.php

    Alors bien sur le dopage n’existe pas que dans le vélo, mais que l’on arrete de vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes et surtout, surtout qu’une fois pour toutes les hypocrites de tous poils cessent de gémir qu’ils ne savent pas, qu’ils n’ont rien vu, qu’il existe bien des brebis galeuses mais…, etc, etc.

    Si les marchands du temple restent en place dans les instances et l’encadrement du cyclisme ils réussiront à tuer à plus ou moins long terme ce noble sport. Mais je suppose qu’ils se moquent bien du sport, de la noblesse de l’esprit sportif et qu’ils sont mus par des intérêts beaucoup plus vils et cupides.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Thierry Lemaire
    Soumis le 14 octobre 2006 à 9:49 | Permalien

    Monsieur Bark,
    La première personne à avoir émis des doutes sur l’affaire d’Outreau, c’est Florence Aubenas, une journaliste.
    Vous avez parfaitement raison de toujours rester critique par rapport à l’information, d’où qu’elle vienne. Je vous soutiens totalement là-dessus, mais vous avez tendance à voir un complot à chaque ligne écrite par un journaliste.
    L’article sur Basso ne sert pas à dire “nous l’équipe, nous pensons que basso est dopé” ou “nous l’équipe nous pensons que basso est propre” Il n’a d’autre but que de donner une information qui est parfaitement juste, à savoir que la veille de l’article, le CONI a demandé à classer cette affaire.
    Et au passage, ce n’est pas ce journaliste de l’équipe qui a empêché Basso de courir le Tour de France, c’est son équipe CSC qui l’a suspendu en vertu d’une charte qu’elle a signée. (évidemment, j’imagine bien que ASO leur a mis la pression)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Fouillez nos archives!