Aderlass: ca continue

De l’histoire ancienne, le dopage dans le cyclisme?

Détrompez-vous: si à l’ère des micro-doses les piqués positifs sont moins nombreux car on sait désormais faire, la réalité demeure.

Seulement, aujourd’hui il y a un plus grand décalage entre la compétition et le moment où on découvre le pot aux roses. Simplement parce que ce ne sont plus les contrôles qui permettent de prendre les coureurs, mais bien les enquêtes ou les descentes de police. Et des enquêtes, ben ca prend du temps.

La dernière enquête se nomme Aderlass, et a été révélée lors des derniers Mondiaux de ski de fond à Seefeld en Autriche. On se souvient tous des photos qui ont circulé sur Internet montrant un fondeur l’aiguille dans le bras.

L’affaire Aderlass implique un réseau allemand de dopage, qui opérait depuis Thuringe. Le médecin oeuvrait auparavant au sein d’équipes cyclistes professionnelles, dont Gerolsteiner et Milram.

La nouveauté? On apprenait hier via Le Monde qu’Alessandro Petacchi, le sprinter italien dominant dans les années 2000, est sur la liste de Mark Schmidt, le médecin en question.

Évidemment, Petacchi a démenti.

Sauf que. Sauf que c’est le médecin Schmidt lui-même qui a balancé les noms, s’étant mis à table. Difficile de contredire!

Petacchi commente actuellement le Giro pour des télés italiennes. Faudra voir ce qu’il advient de sa carrière. Remarquez, l’un n’empêche pas l’autre, voyez Laurent Jalabert ou Richard Virenque en France…

Bref, soyons lucides, le dopage dans le cyclisme existait encore il y a quelques années seulement, et existe très certainement encore aujourd’hui, même si on ne « pique » plus les stars du peloton qui ont certainement accès à des protocoles au point, rodés, fait de micro-doses indétectables aux contrôles (ceux qui veulent se convaincre de l’efficacité de cette méthode, à voir ou revoir cet excellent reportage de la télé française sur ce dopage par micro-dose), sinon de nouveaux produits comme cette poudre d’hémoglobine, découverte aussi grâce à l’affaire Aderlass.

Le cyclisme colombien commence d’ailleurs à faiblir puisqu’on enchaîne, depuis quelques mois, les piqués positifs parmi les coureurs ressortissants. Le dernier en date est Juan Molano, suspendu en plein Giro par son équipe UAE il y a 48h pour variations atypiques dans son profil biologique.

Ce dopage dans le vélo est à tous les niveaux, encore récemment le champion du monde granfondo chez les 40-49 ans qui était déclaré positif à l’EPO.

Assez désolant tout ca, surtout que l’on sait que les budgets pour la lutte contre le dopage sont en baisse et que la gouvernance internationale du sport tarde à clarifier l’indépendance de l’AMA face à d’autres institutions comme le Comité international olympique.

Mais consolons-nous, cyclistes que nous sommes: on commence à mesurer toute l’ampleur du dopage parmi les… marathoniens qui tombent comme des mouches depuis quelques mois, les marathoniens kenyans en particulier. Comme quoi on ne court pas le marathon en 2h02 en buvant de l’eau claire…

128 Commentaires

  • Yvon
    Soumis le 15 mai 2019 à 1:01 | Permalien

    Encore un système de dopage mis à jour.Et toujours un médecin. Une des solutions et de virer à vie les gens qui se font prendre et l’entourage de l’équipe puisque les dopés reviennent aussi forts. Petacchi n’avait pas une excellente réputation. Laurent Virenque n’assure plus lus commentaires on aurait voulu lui raccourcir ces émoluments de 60 pour cent.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 15 mai 2019 à 2:11 | Permalien

    Basso – Birillo dans l’affaire Puerto – , en 2006, s’est défendu en clamant que les poches de sang à son nom ne lui avaient jamais été réinjectées. Et pour cause, les transfusions autologues sont caractérisées par un délit pénal, en Italie. Il risquait gros.
    Petacchi dit qu’il n’a jamais vu le toubib allemand, et qu’ il n’a pas non plus mis les pieds en Allemagne.
    Dans cette histoire, il faut poser le contexte géographique : une partie de l’Italie est proche des Balkans. Ces parangons de vertu ont très bien pu être victimes d’odieux vampires qui seraient venus la nuit leur pomper un peu de sang !
    Petacchi, c’est 5 ans à la Fassa Bartolo, équipe de blanches colombes (Ferreti, Frigo, Volpi, Vandenbroucke, Casagrande…etc) puis un an et demi chez Milram où officiait le toubib Schmidt, comme le dit Laurent, avant de faire les belles années de la Lampre.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • marius
    Soumis le 15 mai 2019 à 3:06 | Permalien

    Le feuilletonnage recommence et va s’intensifier pour le Tour de France. Rien de tel, pour vendre du papier.
    Le dopage sanguin est un cancer, l’hegemonie douteuse de certaines équipes, met en péril, la survie des autres qui respectent les règles.
    Règles dont certains protocoles de cas positifs ou anormaux sont démontés par les plus riches. Comme font certaines firmes chimiques en finançant à coup de millions, leur vérité scientifique afin de démontrer l’inocuité de leur produit (le Glyphosate par exemple).
    Le World Tour est un système quasi fermé, qui assure une visibilité parfaite, mais il ne génère pas de revenus automatiques, comme en Formule 1 avec les droits télés.
    Exemple, la prestigieuse écurie Williams, navigue dans les profondeur du classement, avec des performances d’une F2.
    Malgré cela, ses comptes sont bénéficiaires.
    Côté World Tour, exemple chez Ag2R équipe du MPCC, l’absence de résultats commence à peser sur l’équipe. 4 succès cette année, aucun en World Tour.
    Donc pas ou peu de visibilité pour les sponsors.
    On comprend mieux l’absolu nécessité d’être présent et à l’avant sur le Tour de France.
    Depuis le temps que les affaires s’enchaînent après le cataclysme 1998, rien ne bouge. On attrape et on condamne très fortement des petits poissons amateurs (les moteurs électriques), mais les gros se payent des sbires pour découper les mailles du filets. Les labos recherchent des produits qui ne sont plus utilisés, quand aux moteurs électriques, les démasquer chez un big, aurait tué la poule aux œufs d’or : problème résolu avec le scan intégral des vélos.

    Je fais partie de ceux comme beaucoup ici qui exècre toute forme de dopage, cela va à l’encontre de mes valeurs.

    S’il y avait une véritable volonté politique, le dopage et la triche seraient limités à la portion congrue.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +7 (from 7 votes)
  • marius
    Soumis le 15 mai 2019 à 3:28 | Permalien

    Tout frais de ce matin à la gazzetta, 3 nouveaux noms.
    Le slovène Kristijan Koren, 32 ans, coure le Giro à la Bahrain-Merida.
    Le slovène Borut Bozic, 38 ans, s’est retiré fin 2018 mais fait partie du staff des directeurs sportifs chez Bahrain-Merida, absent du Giro
    Le croate Kristijan Durasek, 31 ans, coure le tour de Californie à la Uae-Emirates.
    Pour Koren et Bozic, les faits reprochés datent de 2012-2013.
    Pour Durasek, ils seraient plus récents.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Tchmil
    Soumis le 15 mai 2019 à 4:39 | Permalien

    Je ne sais pas si le fait que le milieu du marathon soit autant touché doit consoler ?

    Sans enquête policière nous n’aurions jamais su l’existence de ce docteur Schmidt. Ses « clients » sont des coureurs des années 2010 à aujourd’hui, mais plutôt des équipiers, voir des petits leaders (Denifl, Preidler ou Durasek). Donc on est très loin de toucher au sommet des grands leaders et leur réseau bien établi (même si Schmidt ce n’est pas rien!).

    J’aime bien me souvenir du film de Ghislain Lambert pour penser le cyclisme, où quand il se rend chez le réputé médecin pour en sortir avec une botte de radis noirs : il y a des étapes et une hiérarchie à respecter avant de jouer avec les champions…

    Sur le Giro, finalement, seul Nibali perd un équipier dans l’histoire. C’est pas la fin du monde non plus 🙁

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 15 mai 2019 à 7:24 | Permalien

    Si je ne suis pas d’accord avec ce que dit Piroux dans un autre article de LFR sur le dopage, avec un cheminement qui appelle involontairement à la légalisation du dopage – le fait de dire « on ne peut pas faire un tour à l’eau claire-, je pense que les tricheurs auront toujours un temps d’avance. Pour plusieurs raisons, dont notamment les moyens financiers dont certains tricheurs disposent (tendance récente remontant au milieu des 90), mais surtout parce qu’il y aura toujours des dingues pour accepter de prendre des produits dopants, alors que ces produits, destinés initialement aux malades, n’en sont qu’à leur phase de développement bien avant d’être agréés à des fins commerciales.
    Je pense par exemple, à Mauro Gianetti qui a failli y rester.
    A partir de là, comment anticiper, comment tracer et détecter des produits qui n’ont pas d’existence officielle ?
    La seule solution, à mon sens, reste l’éducation, la mise en garde pour la santé – et encore…! – comme certains voudraient le voir faire en France pour l’alcool, et surtout, rappeler qu’il ne s’agit que de sport, donc …d’un jeu !
    Pas gagné !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • nikko
    Soumis le 15 mai 2019 à 7:50 | Permalien

    « d’un jeu ! » qui peut apporter fortune et gloire…
    Peine perdue EAP.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Thierry mtl
    Soumis le 15 mai 2019 à 8:16 | Permalien

    Dumoulin abandonne le Giro. Il constitue la principale concurrence à Ineos pour juillet. Il s’y présentera plus frais. Dommage pour le Giro, mais une bonne nouvelle pour le Tour.

    Il est ironique de constater que la jeune génération actuelle d’allemands (la Bora Bora 2019) est plus forte que celle qui s’est fait dénoncer hier. Incroyable, ils sont clean et ils sont bien meilleurs. Le problème du cyclisme allemand, c’était donc le Dr Schmidt.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Jean michel
    Soumis le 15 mai 2019 à 12:12 | Permalien

    On veut y croire encore, on essaye, on resiste, mais finalement, LFR , meme si c’ est le blog le plus intelligent du cyclisme, a une faiblesse, c’ est de rever d’un cyclisme pro encore romantique, de panache, de forcats de la route…Le grand public veut du spectacle, les teles nous abreuvent de news aussi ininteressantes que les autres, meme moi je me surprend a perdre du temps devant la tele attendant de l’emotion . Normal que le doping perdure, c’ est toute la corporation qui tient debout grace a lui, du neo-pro au directeur sportif, ASO etc…
    C’ est- presque – bien que le cyclisme sur route n’attire plus les jeunes (sauf ceux qui veulent ou doivent faire comme papa ou le grand frere) , cela va devenir vraiment un sport de vieux qui se souviennent du bon temps…Tant que les cadets, minimes ne sont pas encore touches, mais il y a des sports plus modernes, plus attrayants…il ne va plus rester que des champions hyper dopes pour representer le cyclisme dans la globalisation , rien derriere….

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +6 (from 6 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 15 mai 2019 à 2:01 | Permalien

    Oui, Nikko, tu as malheureusement raison.
    Je me souviens d’une étude américaine des années 80 que je n’ai jamais retrouvée. En gros, on soumettait la question suivante a un panel de gens non sportifs : renonceriez vous à l’obtention une médaille olympique acquise en vous dopant sachant que ces mêmes produits dopants constitueraient la cause de votre mort 10 plus tard?
    Une très grande majorité des gens interrogés prenaient la médaille !
    Chacun son choix!
    Bonne remarque, Thierry. A la fin des années 80, j’ai couru plusieurs fois avec l’équipe allemande junior. On était stupéfaits devant leurs musculatures. Un soir, a l’hôtel, un coureur m’a expliqué comment ça marchait. C’était pourtant bien la RFA et non pas la tant décriée RDA. Schmidt est issu de ce système.
    Bien vu Jean Michel. Mais le cyclisme apporte des qualités morales, psychologiques et mentales que n’apporte pas le foot, par exemple, pourtant sport ultra-predominant en France.
    La priorité de la fédération devrait être de rendre ce sport à nouveau attrayant pour les jeunes, et non pas de focaliser sur l’élite française et quelques épreuves de masse qui ont rien à voir avec les vraies courses. La sécurité des licenciés serait aussi à étudier, tant dans l’entraînement qu’en course.
    Je suis en train de penser que j’ai un très bon contact dans cet organisme. Pourquoi ne pas lancer un plaidoyer avant qu’il ne soit trop tard ?
    A noter que dans les petites catégories amateurs, les coursiers préfèrent courir en FSGT qu’en FFC : courses plus longues, moins de critériums, catégories plus adaptées au niveau de chacun, licence beaucoup moins onéreuses…
    Encore une victoire d’un français…de l’étranger : Cavagna au tour de Californie. Il y a un moment qu’il tournait autour…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Thierry mtl
    Soumis le 15 mai 2019 à 7:01 | Permalien

    Une autre victoire d’Ackermann aujourd’hui.
    Bora est contente de lui avoir donné la place de Sam Bennet. Bora savait déjà à Noel que Ackermann, un allaemand comme Bora, ferait mieux que Bennet.

    En conférence de presse après la course, Ackermann a demandé de ne pas avoir plus de trois questions. Il a refusé de répondre à la troisième. Velonews lui demandait des commentaires sur l’affaire Schmidt et si les coureurs en parlaient dans le peloton.

    Ackermann a répondu que ce n’était pas une question pertinente. Personne n’en a posé une autre.

    c’est la nouvelle génération. Éduquée à regarder répondre Lance Armstrong.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • mica
    Soumis le 16 mai 2019 à 12:25 | Permalien

    EAP: Tu dis que le foot est le sport « ultra-prédominant » en France, je crois que c’ est aussi vrai au niveau mondial…..et l’ on a encore rien vu car le foot. féminin arrive vraiment maintenant.
    Pour ce qui est des qualités morales, psychologiques
    et mentales, certains feront valoir les valeurs de partage, sacrifice, anti individualisme des sports d’ équipe….ça ce discute. Certes, le vélo peut
    parfois être un sport d’équipe….mais pour diverses raisons notre sport au plus haut niveau est « sulfureux » et cela ne s’ arrange pas actuellement, sauf pour la petite minorité des organisateurs-vendeurs-commentateurs…dont, beaucoup en Europe sont directement issus de ASO.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -3 (from 5 votes)
  • marius
    Soumis le 16 mai 2019 à 2:20 | Permalien

    Un extrait de la course de Nans Peter sur la 4ieme étape.

    « Trois coureurs ont été échappés. A 100 kilomètres de l’arrivée il y avait un écart de dix minutes. A partir de là c’était du pilotage. A fond. Tête dans le guidon. Tout le monde était à bloc. Des mecs s’écartaient dans tous les sens. C’était dangereux, les routes pourries typiques du Sud de l’Italie, des traversées de villes … du n’importe quoi! Je me suis demandé pendant 50 bornes : Qui est capable de rouler en tête de peloton aussi vite? Dans le peloton, abrité et dans l’aspiration, j’étais à fond! »

    Chacun en tirera sa vérité.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +7 (from 7 votes)
  • mica
    Soumis le 16 mai 2019 à 4:59 | Permalien

    Une notion un peu nouvelle, dont je n’ avais pas encore entendu parler.
    J’ ai cru entendre, sur une radio sérieuse, que A. Démarre aurait été victime d’ « aqua-planing » lors de son sprint d’ hier.
    Cela, finalement, est tout à fait possible et peut s’ expliquer par les raisons suivantes:
    -D ‘abord, une route très lisse et détrempée.
    -Ensuite, et c’ est selon moi la raison principale, l’ allègement très important de la roue arrière. Cet allègement est du à la position « danseuse ». La roue arrière motrice doit transmettre un couple très important. (Puissance = Couple x Vitesse de rotation).
    Si la puissance est particulièrement importante (1300 W ?) et la vitesse encore relativement insuffisante, la force à la périphérie de la roue peut faire que celle ci « dérape » ou « décroche » sur route mouillée et même en ligne droite; ce qui était le cas à l’ arrivée hier.
    Voila, c’ est de la mécanique….non pas de la méca. d’ atelier , mais de cette théorie, préalable à toute la physique.
    Si, vous qui pratiquez, avez un « retour d’ expérience sur le sujet, faites le savoir.
    Pour le dérapage « ordinaire » sur route, tournante, mouillée, gravilloneuse , ou..aie! verglacée chacun de nous connait…..mais, en ligne droite et à cause du couple c’ est autre chose….

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -4 (from 10 votes)
  • Soumis le 16 mai 2019 à 8:26 | Permalien

    le phénomène d’aquaplaning est théoriquement impossible en vélo étant donné la vitesse et la section d’un boyau. C’est la raison pour laquelle, sur route mouillée, l’on peut utiliser des pneus ou boyaux lisses.

    Néanmoins, le caoutchouc des pneus ou boyau adhère moins sur une route mouillée (certains fabricant proposent des caoutchoucs qui glisseraient un peu moins sur le mouillé). Il faut en tenir compte dans la manière dont le coureur va se mettre en danseuse. En danseuse, il faut reculer le bassin pour charger la roue arrière et ne pas déraper. Les coureurs maîtrisent généralement ce geste technique.

    Comme le risque d’aquaplaning est inexistant, la solution consiste à gonfler avec moins de pression. Moins gonflé, un pneu ou un boyau aura plus de surface en contact avec le sol et donc une meilleure adhérence. Ceci engendre une légère perte de rendement.

    La pluie rend également particulièrement glissant les bandes blanche, les plaques d’égout, et des portions qui sont envahies de toutes les saletés que charrie la pluie.

    C’était qu’elle radio, la radio sérieuse ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • marius
    Soumis le 16 mai 2019 à 9:15 | Permalien

    Tout cela est vrai Eric.
    Par contre, traverser une énorme flaque d’eau à 50 km/h, comme il y avait hier dans le final, est une expérience qui ne doit pas être évidente. Sous la pluie, c’est aussi le freinage patins sur jantes qui est plus faible. Les coureurs en freins à disques sont avantagés dans ce cas. Par contre, trop de freinage, on bloque, on glisse, on tombe.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 2 votes)
  • mica
    Soumis le 16 mai 2019 à 10:25 | Permalien

    Eric: la radio sérieuse était France inter, lors d’ un flasch sur le sport.
    Ils ont employé le terme d’ aqua planing qui avait peut étre été employé par Démarre lui même.
    Il ne s’ agit certes pas d’ aqua planing, mais d’ une roue arriére qui se met à « patiner », comme on peut l’ avoir en vtt sur une montée en terrain lourd (par exemple)
    En effet pour avoir aqua planing, il faudrait des sections de pneus trés larges…en tout cas, merci de suivre!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 5 votes)
  • mica
    Soumis le 16 mai 2019 à 12:31 | Permalien

    Lbi: dans un sujet précédent tu disais à propos de Roglic que « prendre la roue d’ une moto à 80Km/ h en descente…..peu d’ entre nous le feraient », c’ est sur et en tout cas pas moi, dèja qu’ a 45 ce serait problématique.
    Remarque que sauter 6 m 10 à la perche, aussi peu d’ entre nous le feraient….ou courir le marathon en à peu prés 2 h .

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 6 votes)
  • mica
    Soumis le 16 mai 2019 à 1:13 | Permalien

    Scénario assez classique sur le Giro : « on » laisse les 3 ou 4 premières étapes pour les sprinteurs, puis, pour changer un peu « on » en laisse un peu pour les soit disant « baroudeurs » afin de sortir de la routine; Si , en plus, c’est un gars du pays qui prend le maillot de leader, c’ est parfait!
    J’ ai regardé la fin de l’ étape cet aprés midi et j’ ai trouvé les coureurs de devant (une dizaine) assez heurtés, déhanchés, aucun n’ était dans la facilité, certainement suite à la longue échappée, peut étre d’ un vent défavorable, et un terrain pas facile.
    Mais on avait connu naguère des coureurs plus « onctueux »….peut être a voir aussi avec les braquets utilisés.
    Autre chose, Je lisais l’ éditorial du site vélo club (qui est mis en lien sur LFR) l’ éditorialiste se gaussait,et il avait bien raison, de la mode nouvelle des déclassements aux arrivées (Viviani…et même aux 4 j. de Dunkerke) il est vrai que si l’ on veut chercher la « petite bête » dans les sprints, on déclassera à tour de bras et le dixiéme gagnera!
    Il notait aussi que, En Californie Van Garderen avait été « repéché » au temps suite à une chute survenue à 7 ou 8 Km de l’ arrivée( autrement dit ils ont intégré les 8 Km à la régle des 3 Km…du n’ importe quoi!)
    Il ajoutait et avait bien raison que les organisateurs Italiens et commissaires avaient neutralisé les derniers 9 Km de l’ étape d’ hier, particulièrement pluvieuse il est vrai….mais ce n’ est pas la 1ere fois qu’ il pleut sur une course cycliste. On a même vu des victoires et des plus belles remportées sous la neige….je ne demande certes pas cela et il est normal que les règlements évoluent; mais ou allons nous avec ces décisions douteuses et prises au jour le jour?
    D’ autant que ces mêmes commissaires sont par ailleurs tellement laxistes. (ça c’ est moi qui le dit!)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 9 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 16 mai 2019 à 1:38 | Permalien

    La dérogation est la (pseudo) force des faibles. Je déroge donc j’existe, enfin je le crois.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 16 mai 2019 à 2:02 | Permalien

    Mouai…peu crédible.
    Enfin, ça plane pour lui.😁
    Je ne partirai même pas dans les explications tant empiriques que mecanico-scientifiques, ce jeune homme souffre, amha, d’une maladie franco-francaise : l’excuse plus ou moins bidon pour expliquer une contre performance, ou le fait de ne pas avoir atteint son but.
    Je trouve que Démarre est à sa place sur ce Giro. Dans sa tête, il est un super coureur. Madiot ne doit rien arranger. Et puis un sprinter se doit d’y croire.
    Mais si je ne lui enlève pas ses qualités, force est quand même de constater qu’il est un cran en dessous des grands sprinters, génération Greipel, Kittel, Cavendish, comme celle des Viviani, Gaviria…etc.
    Par contre, la FDJ a un super train qui ferait le bonheur d’un Sagan, par exemple. Il y a parfois quelques loupés dans les arrivées, du genre un poisson pilote (Garnieri) qui se retrouve 2 mètres devant le peloton et se retourne pour chercher son équipier. Observez bien à quel niveau ça coince, qui laisse le trou où se fait enfermer…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • Soumis le 16 mai 2019 à 2:39 | Permalien

    Effectivement, France inter peut être qualifié de radio sérieuse.

    Je ne pense pas que l on puisse mettre sur le même pied d égalité la décision des organisateurs Italiens qui me semble judicieuse tant sur la forme que sur le fond, avec le repêchage de Van Garderen sur le tour de Californie qui n est juste ni sur le fond et encore moins sur la forme.

    Je me demande si Laurent Martel ne pourrait pas nous écrire un publi-reportage sur l Épopée du Tour de France 1987 …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 16 mai 2019 à 3:06 | Permalien

    Mais non, le sort s acharne, il ne pleuvait que sur Démarre. Ah… s il avait eu une route sèche…

    Attention Mr Arnaud Démarre,la marionnette de Virenque est usée, la votre va la remplacer aux guignols de l info.

    Je ne sais pas si ce n est pas tant si peu crédible que celà…

    Peut être que Démarre est tellement obsédé par la recherche d une excuse bidon qu il a réellement dérapé de la roue arrière pendant le sprint.

    Ou peut être encore qu il est un très bon sprinter et que le seul petit truc qu il lui manque pour rivaliser avec les grands sprinters énoncés par EAP, c est justement cette capacité à se remettre en question et à toujours être réellement insatisfait quand il perd.

    Cela dit,je lui souhaite de gagner demain et également de gagner sans une aide illicite. Il a la tronche de l emploi (une bonne tête pour faire vendre du billet de loterie).

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 6 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 16 mai 2019 à 3:15 | Permalien

    Pourquoi un publi-reportage sur le tour 87, Eric ?
    Y’a pas déjà un bouquin qui existe sur le sujet ?
    Mica, je trouve la décision des organisateurs du Giro salutaire. Le sprint a pu se dérouler normalement, et en prenant les temps sur la ligne à l’entrée du dernier tour, ils ont évité que tous les candidats au général ne se voient obligés de frotter dans des conditions apocalyptiques, eux et leurs équipiers, pour que les leaders puissent rester au contact des premiers sur la ligne d’arrivée.
    Aujourd’hui, avec les roues carbone, le freinage sur route mouillée devient un sport extrême.
    Un cadre concernant les conditions météo en course, revendiqué par Gilbert au tour de Californie…2016 (?), ne me parait pas illégitime. Cela faisait plusieurs jours que les étapes se déroulaient entièrement sous une chaleur de 40°C. Des problèmes de santé peuvent en découler, immédiatement ou dans le futur.
    On ne peut pas d’un côté vouloir un sport propre et d’un autre, autoriser des conditions d’exercice qui mettent directement en danger la santé…la vie des coureurs, même si ces deux éléments n’ont pas un lien direct à la base;

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • Yvon
    Soumis le 16 mai 2019 à 9:11 | Permalien

    Est ce que la plainte du coureur italien qui dit que son échappée a été rattrapper par une voiture et une moto tirant le peloton, est ce la même chose dont parlait Nans Peter quand il demandait qui pouvait tirer le peloton à cette vitesse. Merci pour la réponse.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Lbi
    Soumis le 16 mai 2019 à 9:21 | Permalien

    Bien d accord avec toi Jean Michel.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 16 mai 2019 à 11:16 | Permalien

    Puisque l’on parle du Tour de France 1987, le plus beau depuis 1948 à mon sens, il y avait eu une bagarre terrible sous un orage diluvien du côte de Blagnac. Heureusement que la course n’avait pas été annulée ou les temps non pris en compte.
    Ce qui pose problème dans ce Giro, c’est qu’il a choisi de copier le Tour en plaçant de trop nombreuses étapes sans difficultés suffisantes pour établir des hiérarchies physiques. De là vient le danger. De là viennent trop d’accidents, comme dans le Tour (en plus des problèmes de trop de véhicules).
    Hormis le verglas et la neige sur la route, mon idée est que la course doit passer. Là est une richesse du vélo, une épreuve physique.
    Perso, j’aimerais voir une étape du Tour sur les petites routes des Cévennes lors d’un épisode cévenol (grosse pluie), ou une arrivée à Cassis par 5 fois la boucle du Cap Canaille par un jour de très grand mistral, ou une étape alignant sans répit une quinzaine de petits cols de la Drôme Provençale un jour de très forte canicule. Tiens, sur le Giro il y a quelques années, il y avait eu une étape très dure dans les Apennins sous une forte chaleur. Scarponi y avait brillé et terminé épuisé. C’était magnifique.
    Le Giro comme le Tour et la Vuelta (différemment) manquent d’imagination. Il y avait du mieux au Giro… Bien sûr, il y aura quelques belles étapes à la fin, mais ils ont pris un risque : si la neige devait raboter une grosse étape, il ne resterait plus grand chose.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • Soumis le 17 mai 2019 à 3:03 | Permalien

    Un pubireportage, dans un vague souvenir de mes années d étudiant, c est justement un reportage à objectif de promotion du livre.

    Sinon, EAP,je suis parfaitement d accord avec toi.

    Je le suis encore plus avec Patrick. Avec un soupçon de réserve toutefois pour les températures supérieures à 40°C. Il faut quand même prendre en compte les risques sur la santé des coureurs.

    Les efforts intenses en milieu surchauffé, il faut laisser cela aux pompiers.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • mica
    Soumis le 17 mai 2019 à 3:05 | Permalien

    Yvon: la réponse a ta question, personne ne l’ a vraiment.
    Ce qui est sur c’ est que le coureur Italien doit se plaindre avec raison, pour N. Peter, c’ est tout aussi possible.
    Ce qui est encore plus sur, c’ est que les motos et voitures interférent (et je ne parle même pas de la file des voitures des DS)
    Je pense aussi à ces 2 motos qui généralement ouvrent la voie au peloton, même quand il n’ y a pas de spectateurs….à elles seules, elles jouent un rôle favorable…c’ est ainsi que l’ on voit parfois lors d’ une échappée des équipiers, dans le peloton, faire signe à ces motos ouvreuses de s’ éloigner afin de ne pas favoriser un retour du dit peloton! Scène assez paradoxale , ce sont les coureurs, eux mêmes, qui tentent de faire « la police ». (on ne parlera même pas de ces motos, venues d’ on ne sais ou qui doublent et redoublent le peloton créant un flux aéro quasi continu.)
    Quoi qu’ il en soit les « aspirations ordinaires » arrangent bien souvent tout le monde et d’ abord les organisateurs, pour insuffler et maintenir une moyenne décente ( horaires télé oblige, et « défilement des images plutôt à 50K/h qu’ à 40).
    Et là, les commissaires ne pipent mot!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -5 (from 9 votes)
  • lbi
    Soumis le 17 mai 2019 à 3:49 | Permalien

    Attention LBA, tu sais que tu es extrême; tu manques de sérotonine!
    Le but n’est quand même pas de mettre tout le monde en danger, ça l’est déjà assez comme ça. Tu le sais car un temps, je crois que tu ne faisais plus de ffc ou autres et te concentrais sur des montées, car tu as eu une grosse chute.
    C’est déjà assez dangereux comme ça, tu le sais. Suivre Nibali ou Roglic dans une descente, c’est déjà mettre sa vie en danger. Point besoin de neige, d’épisode cévenol ou de vents violents de la vallée du Rhone!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • lbi
    Soumis le 17 mai 2019 à 3:51 | Permalien

    Eric, 40 degrés, ça ne pose pas trop de problème à 40 ou 50 km/h; en montée, ça chauffe et c’est plus problématique, pas assez de refroidissement…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 17 mai 2019 à 5:35 | Permalien

    J’adore les épisodes caniculaires sur le vélo. Néanmoins, au delà d’un certain seuil, et dans la durée, les atteintes à l’appareil respiratoire peuvent être importantes, et notamment déclencher des crises d’asthme.
    LBA, rappelle toi d’une descente d’un col sous la neige, à 5 ou 10 km/h, complètement pétrifiés par le froid : une course dans ces conditions difficiles, pour ne pas dire extrêmes, aurait pu s’apparenter aux jeux du cirque. Pas terrible !
    Lbi : mettre sa vie en danger en suivant Nibali et/ou Roglic en descente. Oui et non…tout le monde est sensé savoir où se situent ses propres limites, non ?
    OK, c’est un peu péremptoire…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • lbi
    Soumis le 17 mai 2019 à 5:50 | Permalien

    Rappelez vous voeckler qui loupe un virage en italie sur le tour de france; il va dans une cour.
    S’il y a un mur, il meurt ou est handicapé à vie.
    La descente est dangereuse… et jamais assez sécurisée. Même en temps normal, quand je vous de gros blocs de pierre saillants qui servent de parapet….

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 17 mai 2019 à 6:31 | Permalien

    Je ne parlais que de météo. Les plus de 40 degrés, dans les pays du cyclisme, ça n’existe pas, ou c’est rarissime. Quant à la neige sur la route, j’ai dit : non!
    Pour ce qui est des descentes et, surtout, des véhicules, évidemment qu’on ne doit pas faire n’importe quoi. N’oublions pas que quand Pollentier a réalisé son exploit vers l’Alpe d’Huez au Tour 1978, il avait démarré dans Chamrousse et la course empruntait la descente du Luitel. Pour qui se souvient de l’état de la route et de son tracé, il fallait oser. Je pense qu’on ne devrait pas.
    Mais pour le froid, les coureurs sont quand même bien équipés et peuvent se changer en courses.
    Et puis, les Pyrénées en 1926, les Alpes en 1948, l’étape du Galibier en 1998, ils l’ont fait et c’est très bien.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 17 mai 2019 à 6:41 | Permalien

    Aux faits.
    Sympa de voir Nans Peters s’exprimer dans ce Giro. Et je ne sais pas vous, mais je trouve ce Fausto Masnada diablement impressionnant.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Soumis le 17 mai 2019 à 7:38 | Permalien

    Oui, LBA, tu as raison, +de 40°C cela reste rarissime dans les pays du vélo.

    Dans 100 pour 100 des cas, le problème est résolu en avançant l horaire de départ.

    Je me rappelle l été 2003, je travaillais toute la nuit sur le feu du Neron puis je partais en fin de matinée au Perrier pour prendre le départ à 15H00 de la montée du Parquetou. L organisateur nous doublait dans la montée et récupérait nos casques au passage.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 17 mai 2019 à 7:46 | Permalien

    La première fois que j ai courru contre Nans Peter, c était à la montée de Saint Christophe en Oisans.

    Il m avait devancé, mais, à contrario de Geoffrey Bouchard, je ne pensais pas qu il réussirait à passer Pro.

    C est effectivement très sympa de le voir participer et tenter sa chance dans l échappée.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 2 votes)
  • thierry mtl
    Soumis le 17 mai 2019 à 9:29 | Permalien

    Gaviria quitte le Giro aujourd’hui, quelques jours après que son compatriote colombien (Molano) chez UAE, soit suspendu pour des paramètres sanguins anormaux.

    Maux de genoux, paramètres suspects ou contrainte d’approvisionnement pour Fernando ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 3 votes)
  • slam99
    Soumis le 17 mai 2019 à 10:32 | Permalien

    Ah, Thierry, il faudrait écouter la RAI pour connaître le fin mot de l’histoire. C’est qu’ils s’y connaissent en la matière! Ils ont peut-être retiré Petacchi de l’antenne pour soupçon de dopage, mais on l’a remplacé par… Stefano Garzelli, convaincu de dopage en 2002. Il prétend encore aujourd’hui avoir été contaminé par du poulet avarié. Disons qu’il n’est sans doute pas impertinent de souligné qu’il fut le gregario de luxe de Pantani pendant des année, puis qu’il fut plus tard leader de nombreuses courses à étapes sous les couleurs notamment de Mercatone Uno et de Mapei. Un sacré coureur quand même ce Garzelli, vainqueur du Giro 2000. Son surnom? Il Piratino, ça ne s’invente pas.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • mica
    Soumis le 17 mai 2019 à 11:44 | Permalien

    slam99: eh, oui, tout est dans la même veine pour ce cyclisme…ses dirigeants et commentateurs, aucun n’ est crédible!
    En France nous avons à peu prés les mêmes.
    Avez vous entendu, cet après midi, alors que gallopin était légèrement décroché Guimard lui conseiller, sérieusement de prendre le sillage de la moto caméra pour revenir!
    il a dit à peu prés ça: « Allez, il faut essayer maintenant de prendre le sillage de la moto de la RAI…Ah non, elle ne va pas assez vite »
    Tout ça pour banaliser, en quelque sorte cette pratique tellement répandue, certains diront que c’ est sans importance, ou que c’ est de l’ humour; Pour moi, c’ est grave. une sorte d’ incitation à la triche (bonjour l’ éducation des jeunes….)
    Sous couvert de plaisanterie (mais là ce n’ en était pas) on peut dire n’ importe quoi!
    Remarquez que Gallopin est revenu sans cet artifice et terminé 2 emme de l’ étape ce qui est bien!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -4 (from 10 votes)
  • thierry mtl
    Soumis le 17 mai 2019 à 11:47 | Permalien

    @ Slam

    Oui, je connais bien la carrière de Garzelli. Il devait entreposer son poulet dans le Frigo de Dario…

    p.s. : C’est une blague pour initiés.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Soumis le 17 mai 2019 à 11:56 | Permalien

    Pour en revenir à Demare , (ici je peux m’exprimer tout le temps alors que fréquemment je vis la censure sur l’Equipe° pour ne pas la nommer !) … Pour moi c’est un très bon sprinter (un des meilleurs en puissance pure) mais psychologiquement en retard , trop hésitant , trop dans la réflexion , la politesse , la bienséance , la bonne éducation , là où les Bataves , les Anglosaxons et les ritals sont dans l’opportunisme , le culot , l’agressivité !!! Il serait bon pour lui de ne pas répondre aux interviews° si c’est pour se lamenter gentiment, poliment , non … Même là , il joue perdant , soumis , impuissant … Tu as perdu , tu te casses vers le bus , tu t’enfiches des protocoles (ils comprendront ou non !) et tu te remets à « l’ouvrage » pour le lendemain ! il a un bon (gros?) salaire , un « train » pour lui et ses premiers bons résultats appartiennent au « passé simple ou composé » , c’est selon ! et perso, je resterai toujours admiratif devant le talent de Mc Ewen le « démerdard » qui faisait le chat en passant par un trou de souris et en bouffant tout le monde sur la ligne …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 5 votes)
  • mica
    Soumis le 17 mai 2019 à 12:40 | Permalien

    Noir vélo: la censure de l’ équipe….çà ne me surprend pas du tout!
    L’ équipe, l’ équipe 21, le Parisien libéré, ASO, et même France 2, pour un temps encore pour ces derniers, c’ est la même chose, les mêmes pratiques souvent douteuses. Ils ne vont pas te laisser t’ exprimer clairement…Il ne faut pas se faire d’ illusions!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: -1 (from 9 votes)
  • mica
    Soumis le 17 mai 2019 à 12:47 | Permalien

    thierry mtl: ah oui, l’ inénarable Dario Frigo gonflé aux hormones comme un vulgaire poulet et tout le cocktail EPO, cortico, pot Belge, cocaine, hormones de croissance….je dois en oublier….un fameux exemple là aussi pour les jeunes….

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 4 votes)
  • Soumis le 17 mai 2019 à 1:10 | Permalien

    Noir vélo, pour vendre des billets de loterie de la Française des Jeux, le gars idéal, c est un gentil garçon, poli, beau gosse et qui s arrête en souriant devant les journalistes pour répondre aux questions.

    Finalement un bon gars quand il n est pas accroché au montant de la voiture.

    Mais oui, probablement un manque d agressivité pour un sprinter.

    Néanmoins, je pense qu il est accrocheur et dur au mal. Je pense qu il va essayer de terminer le Giro et restera en ambuscade pour une victoire d étape et le maillot amarillo jusqu’à la fin.

    Les coureurs sont comme ils sont, Démarre est sûrement plus sympa et facile à vivre qu un Cavendish.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • Soumis le 17 mai 2019 à 1:27 | Permalien

    C est super
    En plus d etre fort il est humain et sympa
    Pas commr l autre boxer
    C est tout a son honneur
    Quelle est la finalité du velo? Gagner a tout prix? Ratonner comme l a fait gallopin en laissant l autre travailler puis oser lui faire le sprint?? Et regretter que l autre n ait pas été assez fort? Pour moi c est une mentalité de merde, tu roules pas et tu viens pas niquer l autre sur la ligne.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 7 votes)
  • noirvélo
    Soumis le 17 mai 2019 à 1:29 | Permalien

    @ Eric ,

    ok avec toi , je reconnais aussi qu’il est dur au mal, qu’il sait se mettre « minable »… En fait , depuis ses débuts je l’ai toujours apprécié ce garçon mais mon constat, bien que dur, je le reconnais , est assez conforme à ses qualités et à ses défauts , du moins je le crois . Je pense aussi qu’il est un peu moins mature que ses concurrents , mais à bientôt 28 ans il a encore deux ou trois ans pour mûrir … Alors espérons !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Lbi
    Soumis le 17 mai 2019 à 1:30 | Permalien

    Dario avait une liaison avec la femme de raimondas, c est pour ça…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • marius
    Soumis le 17 mai 2019 à 1:51 | Permalien

    C’est quand même pas un fer à repasser Arnaud Demare.
    Sur 3 sprints massif, il fait 5, 2, 3.
    Y’a pire non?
    Il est meilleur sur les sprints longs, sauf à tomber sur un Kittel, Greipel des grands jours. Pas explosif non plus pour gicler de la roue.
    Il a ses chances pour en gagner une.
    Garzelli, c’était un funambule en descente, avec des vélos beaucoup moins performants, sur des boyaux de 19.
    Un mot d’humour pour finir.
    « Je vous jure chef, c’est le poulet que j’ai mangé qu’était dopé, pas le contraire ».

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 17 mai 2019 à 2:51 | Permalien

    Pour moi, le meilleur, c’est notre tennisman Gasquet, positif à la cocaïne, car il avait roulé une pelle à une fille en boite de nuit, la veille du contrôle, fille qui avait consommé de la cocaïne et dont d’ailleurs, personne n’a jamais entendu le moindre témoignage !!!
    Je tape un peu sur Démarre, pas aimé la montée de la Cipressa avec sa pointe à vitesse. Mais l’homme parait sympa, ses performances ne sont pas inhumaines, comme il y a deux ans quand il avait soudainement fléchi à l’aube de la 2ème semaine du tour. Il est à sa place sur le Giro, et beaucoup échangerait la leur avec la sienne !
    Moi aussi, tiens d’ailleurs !
    Thierry mtl : la fiche Wikipedia de Garzelli est un vrai dictionnaire du dopage : Pantani, Piepoli, Casagrande, Ullrich, Riis, Zberg, Simoni, Di Luca, Popovych, Schleck…
    C’était l’époque des coursiers chauves à 25 ans.
    Et dire qu’on se demande pourquoi les jeunes ne viennent plus vers ce sport…
    Bon, Latour remet en route à Plumelec, le 1er juin.
    TdF 2018 : chers Julien Jurdie, Lavenu…Roque avec le chpt de France CLM et pion passé avec Nans ¨Peters.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Yvon
    Soumis le 17 mai 2019 à 2:53 | Permalien

    Le meilleur descendeur italien était à cette époque Savoldelli qui je crois a gagné le Giro deux j’ai suivi le tour gagné par Garzelli la descente n’était pas son point fort. Son surnom venait en partie de son crâne sans cheveux et ses qualités de grimpeur un peu en dessous de Pantani qui l’avait aidé à gagner.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 17 mai 2019 à 3:04 | Permalien

    J’étais justement en train de regarder la fiche de Salvodelli.
    Le meilleur en descente, certainement. Mieux qu’Hinault, Lemond, Fignon, Mottet ? Mieux que Régis Clère ou Frédéric Vichot ?
    Sagan n’est pas un manche non plus, mais visiblement Mohoric serait encore meilleur que Nibali et Roglic. Faut le faire…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Dany
    Soumis le 17 mai 2019 à 3:12 | Permalien

    ETAPE 14 : Briançon – Aix-les-Bains 263 km. 16 juillet 1948
    Raphaël Geminiani a parfaitement résumé cette étape qui est restée dans les annales : « Le Galibier au milieu d’une tourmente de neige, la Croix-de-Fer dans la gadoue, le col de Porte en plein brouillard et la Chartreuse (Cucheron et Granier) sous la neige. »
    Bartali a ajouté : « Je n’avais jamais connu une étape aussi pénible. » http://www.lagrandeboucle.com/spip.php?article947

    Quant à la chaleur,le gros problème est la deshydration; Pantani l’a bien expliqué et je trouve dommage d’en arriver à des transfusions d’eau glucosée( Moser au Tour dItalie)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • marius
    Soumis le 17 mai 2019 à 3:58 | Permalien

    Toutes mes confuses, j’ai confondu Garzelli et Savoldeli, surnommé il falco, le faucon, pour sa vitesse en descente.
    Bardet a un sacré coup de guidon aussi. Tout le monde se souvient de sa descente du col d’Allos au Critérium du Dauphiné 2015, où il remporte l’etape. Ou sa descente à tombeau ouvert du relais du chat, dans le Tour 2017, celle ou Richie Porte se rate et tape le talus.
    Je connais cette descente et évite de mi frotter, trop dangereux.
    Qui se souvient de Jacques Michaud, excellent descendeur à son époque, qui, grâce à ce talent, tient à distance Arroyo, dans la très technique descente de Joux-Plane sur Morzine et s’en va remporter l’étape sur ce Tour 1983.
    Finalement, de très nombreuses victoires se sont construites sur des exploits en descente. Cela mériterait un billet non ?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • Soumis le 17 mai 2019 à 4:08 | Permalien

    @ noirvélo,

    Alors qu’est ce que ce serait si tu n’avais pas « toujours apprécié ce garçon ».

    Moi je lui ai toujours préféré Bouhanni, par ses origines algérienne qui dénote en cyclisme , pour son gout pour la castagne, ses aptitudes à obtenir des victoires en « se débrouillant », sa hargne et surtout la haine qu’il suscite auprès de certains journalistes et d’une partie du public.

    A coté, Démare, c’est le gendre parfait.

    Pour sur que c’est quand même pas un fer à repasser Arnaud Démare.
    « Sur 3 sprints massif, il fait 5, 2, 3. »

    Mais on a justement parfois l’impression qu’il est déjà content de ne pas être un fer à repasser.

    Je pense que c’est pour cela qu’on a envie de le bouger, de le brusquer… De lui dire, allez Arnaud, soit méchant, bouffe les !!!

    Bien-sur, en tout bien tout honneur et sans forcement gagner à tout prix …

    Tiens, peut être que si Bouhanni revenait à un bon niveau, avec leur rivalité, Arnaud Démare trouverait le petit + qui pourrait faire de lui un grand sprinter qui alignerait les victoires.

    En attendant, je souhaite à Arnaud Démare une belle victoire d’étape sur ce Giro et le maillot du classement par points.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +7 (from 7 votes)
  • marius
    Soumis le 17 mai 2019 à 4:35 | Permalien

    @Eric
    Je te rejoins, je pense que Bouhani intrinsèquement est (ou était?) plus rapide que Demare, il a cette capacité à sortir de la roue son adversaire par une accélération foudroyante.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • Thierry mtl
    Soumis le 17 mai 2019 à 6:00 | Permalien

    Eap
    Parlant de Leonardo Piepoli… vous saviez que c’est l’entraîneur de Formolo et Betiol ?
    Le monde est petit

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 17 mai 2019 à 11:27 | Permalien

    Lequel Piepoli avait brillé dans le Colle San Carlo, monté à une vitesse stratosphérique avec Ivan Basso (on n’a peut-être jamais atteint une telle vitesse ascensionnelle sur une grosse demi-heure, je crois me souvenir de 1900 m/h). C’était en 2006 et le grimpeur de poche l’avait emporté à la Thuile en prenant plus de risques dans la descente que son adversaire en rose. Piepoli était dans l’équipe sponsorisée par les chaudières Saunier Duval, dirigée par Manolo Saiz, en compagnie de Ricardo Ricco, Iban Mayo, Gilberto Simoni et Juan Jose Cobo. Comme Ullrich, Basso allait être interdit du Tour de France qu’ils auraient dominer, la porte du succès s’ouvrant à Floyd Landis. Le Giro revient enfin au terrible San Carlo cette année, et ce sera la première étape de montagne et il aura fallu attendre le jeudi de la deuxième semaine. Evidemment qu’à ce compte là, autant réduire la course à deux semaines et enrichir le calendrier d’une belle épreuve en Autriche, par exemple. Parce que certes, Démarre, Ackermann, Viviani et autres Gaviria font partie du cyclisme, mais si les Giri des dernières années étaient intéressants, c’est justement qu’il leur avait été réservé une portion raisonnable. D’ici la montagne, il reste encore de quoi envoyer quelques leaders (et autres) à l’hôpital par les effets de bagarres de placement en parcours urbain concernant l’ensemble du peloton, histoire que, comme au Tour, on se satisfasse qu’il se passe toujours quelque chose sur la route.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +9 (from 9 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 18 mai 2019 à 1:20 | Permalien

    Echanges.
    Eric, tu ne peux avoir oublié notre course derrière Nans Peters en course de côte à Autrans. Ce devait être en 2010 et le gamin de 16 ans avait dominé les quadras dont certains avancés. Peut-être que sans la bouée de graisse autour du ventre…
    A l’époque, son frère Léo marchait fort, mais on a vite compris que le cadet marcherait plus fort encore.
    Il est vraiment plaisant à regarder en course. Et son expression écrite redonne de la fraicheur à un milieu qui se sclérose sous la « communication ».
    EAP, ce ne sont pas tant les adversaires de Garzelli qui apparaissent tous dopés que l’époque et sa médiatisation. Les hommes ne changent pas, les techniques si.
    Dany, cette étape du Tour 1948 fut d’autant plus dure qu’elle était encadrée d’autres étapes très dures. Où Bobet naissant avait donné du fil à retordre au grand Gino. Le Tour le plus difficile d’après (deuxième) guerre. Plus encore que celui de 1987, la référence moderne.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • noirvélo
    Soumis le 18 mai 2019 à 1:47 | Permalien

    @ Eric,

    je suis d’accord avec toi et même si je n’apprécie pas Bouhanni pour nombre de ses attitudes, je reconnais qu’il est plus sprinter  » mentalement  » qu’Arnaud lorsqu’il est en « phase » !!!, c’est un méchant , un hargneux , un « boxeur » …Et au niveau « proprement sprint » , j’ai toujours trouvé qu’ils se valaient mais dans des registres différents … En attendant , nous avons deux forts potentiels en panne de résultats (quoique Arnaud est plus présent et plus visible actuellement que son collègue ).
    Et puis on devrait les faire rouler pour le SMIC avec grosse prime aux résultats , il y aurait du « réveil café expresso » … et express ! LOL …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 18 mai 2019 à 5:59 | Permalien

    Encore un final très dangereux pour l’étape du Giro aujourd’hui. Ils accuseront la pluie. Mais la pluie n’est pas un événement exceptionnel. Les organisateurs et la télévision veulent des chutes pour faire de l’audience, mais ne l’assument pas.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 6 votes)
  • Thierry
    Soumis le 18 mai 2019 à 6:52 | Permalien

    Super étape de montagne hier en californie.
    La montagne est trop loin en Italie cette année.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 18 mai 2019 à 7:21 | Permalien

    Les 2 virages à angle droit, l’un à 800 et l’autre à 200 mètres de la ligne de l’arrivée du jour, en descente, interrogent effectivement sur le but des organisateurs. J’hésite entre « La société du spectacle » et les jeux du cirque !
    Quand j’entends Chasse dire qu’il ne se passe rien durant les premières parties d’étape, alors qu’hier, par exemple, les gars ont roulé à bloc pendant les 80 premiers kms, je me dis qu’il n’est jamais monté sur un vélo, d’une part, et que d’autre part, la course, et le cyclisme moderne, font qu’il ne peut y avoir des attaques et des défaillances à chaque kms de course. S’il cherche à tous prix à lutter contre l’ennui, il devrait regarder un matche de basket, ça va plus vite, les renversements de situations dans les dernières minutes y sont fréquents, ou alors, qu’il regarde une série policière américaine avec des morts toutes les 2 minutes.
    Je force volontairement le trait.
    Démarre interviewé avant le direct de l’E21 : Eric a raison, gendre parfait, content d’être là. Bonne chance pour ce Giro.
    Bouhanni, sprinter pur, à mon sens, doué. Mais ce ne sont pas les plus doués qui réussissent dans ce sport, qui demande tant de constance, d’abnégation et de qualités mentales. Froome, à la base, est un petit coureur. Ce n’est pas sa classe naturelle, seule, qui l’a conduit où il en est, dopage ou pas. Alors que tant d’autres qui devaient tout bouffer, ont passé la majorité de leur carrière dans le ventre mou du peloton, parfois ponctuée de quelques coups d’éclat jamais durables.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 5 votes)
  • Soumis le 18 mai 2019 à 9:07 | Permalien

    LBA,

    Comment que oui,je m en rappelle. Je l avais d ailleurs déja évoqué sur ce site.

    Il avait posé une mine dés les premiers pourcentages un peu plus raide et avait nettement gagné. Enfin tout est relatif.
    Au même âge, Geoffrey Bouchard était probablement meilleur.

    Ce jour là, c est surtout toi qui m avait impressionné. Car il n y avait pas que des quarantenaires (quarantaine que tu avais déjà assez largement dépassé), que personne ne te relayait et que malgré cela, personne n avait réussi à te doubler sur la ligne.

    Léo était nettement moins doué,naturellement très musculeux, généreux dans l effort et sympa.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 3 votes)
  • Soumis le 18 mai 2019 à 9:12 | Permalien

    Au sujet des arrivées dangereuses, les coureurs devraient se rebeller et protester, d une manière ou d une autre.

    Une bonne grève!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 18 mai 2019 à 9:22 | Permalien

    L’an dernier, j’ai fait une dizaine de kms en ville et zone péri-urbaine avec Jacopo Guarnieri, qui regagnait son bus après un chrono. Guarnieri est le coureur qui lance les sprints pour Démarre.
    Pour moi, ce gars est fou : il s’engage dans les rond-points à pleine vitesse sans regarder à gauche. Il déboule dans les voitures, se fait abondamment klaxonner et insulter, répond en italien et continue sa route jusqu’au prochain rd-pt. Jamais vu ça. A un tel point, que je ne serai pas surpris qu’il finisse comme Scarponi, ce que bien sûr, je ne lui souhaite pour rien au monde.
    Il se peut qu’il soit en tête de paquet au moment de virer en fin d’étape aujourd’hui. Bon présage pour Démarre s’il arrive à aller au bout.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 18 mai 2019 à 9:36 | Permalien

    Eric, c’est un peu différent, mais en 2016, sur le Giro, les AG2R ont visiblement menacé de se mettre en grève, ou du moins de ne pas prendre le départ d’une étape, si on ne le leur changeait pas leurs boyaux, avec lesquels ils ne tenaient pas la route. Je crois que c’est l’année où JC Péraud a pris un beau gadin au sortir d’un rd-pt alors qu’il était en tête de peloton, comme s’il avait « dévissé » !
    LBA, c’est dans la tête : s’il ordonne à ses jambes, enfin ses 2 pistons, de pousser plus fort…elles n’ont pas le choix, les pauvres !

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Soumis le 18 mai 2019 à 10:23 | Permalien

    Arnaud Démare :  » Il me manque le grain de folie  »

    Oui EAP, il faut surement être un peu fou ou au moins un peu Jacopo …

    Clairement, descente puis virage à 200 mètres, ce n était pas pour Arnaud aujourd’hui.

    Avec les équipiers qui se relèvent dans les derniers mètres avant le dernier virage dans un but manifeste de gener les adversaires, un sprint dans de telles conditions, c est très chaud.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 18 mai 2019 à 10:42 | Permalien

    Images de la faute d’un équipier de Démarre pour gêner des adversaires de son sprinter.
    http://videosdecyclisme.fr/videos-giro-tour-italie-2019-etape-5/
    Ces comportements ne sont jamais sanctionnés. Ce qui signifie que les équipes qui ne le pratiquent pas son lésés.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 18 mai 2019 à 11:12 | Permalien

    lésées

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • noirvélo
    Soumis le 18 mai 2019 à 11:57 | Permalien

    8e étape du Giro , tout ce que j’ai dit sur Demare s’est partagé sur le plateau de l’Equipe … Je n’en suis pas fier , mais la réalité est là, Arnaud ne se place pas, n’anticipe pas , n’évalue pas et ne se projette pas, tout simplement parce qu’il n’ose pas avant tout ! il a peur et ses « déceptions » après course commencent à faire jaser… Viviani dans sa roue (mal placé donc!) fait deux après s’être bougé le c.. et Ewan se débrouille tout seul pour se placer et gagner magistralement le sprint ( à la Mc Ewen!) …
    Autrement super étape avec du mouvement , des situations cocasses (merci Ciccone & Frapporti !) et la bonne ambiance du plateau « télé »! bref , après mes cent bornes ce matin , samedi presque plein …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 18 mai 2019 à 1:09 | Permalien

    La martingale, Noirvélo ? Météo bien sentie, belle sortie, belle étape, joutes verbales …such a perfect day, comme chantait Lou Reed ?
    Démarre, on peut en parler des jours et des nuits.
    Il est à sa place sur ce Giro, tout simplement. Aujourd’hui, il n’a pas les jambes. Basta.
    S’il parvient à gagner, en ciblant bien ses courses, c’est tout à son honneur.
    Les commentateurs de l’E21 disaient qu’il lui faut toujours un temps d’adaptation pour donner sa pleine mesure. Moi, j’ai l’impression qu’il ne passe pas la 2ème semaine, ou très mal. C’est à deux doigts de la vérité : il termine dernier hier, il est moyen aujourd’hui…mardi, on entre dans la 2ème semaine…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 3 votes)
  • noirvélo
    Soumis le 18 mai 2019 à 1:56 | Permalien

    @ EAP ,

    nous ne sommes pas là pour le juger, éventuellement le taquiner , le « faire se bouger » s’il nous lit !!! il est comme il est et il n’est vraiment pas mal ! (j’aimerais juste une de ses cannes même pour grimper !!) comme tu dis , wait and see pour la 2e semaine …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 19 mai 2019 à 8:36 | Permalien

    Oui, Noirvélo. Pas de jugement, des constats basés sur des faits. Je le dis pour la 3ème fois : il est à sa place. Il fait partie des ces jeunes coureurs en qui les médias sportifs placent beaucoup d’espoirs, – et de pression – parfois indûment.
    Un ami me disait ce matin que Démarre, comme d’autres avant lui (Cavendish, Kittel (?), Bouhanni ou …Jalabert), est en perte de confiance, marqué psychologiquement. Le truc qui fait la différence en situation de sprint, le 1/10ème de seconde qui fait que tu mets le cerveau en « off » pour passer dans un trou de souris, ou alors ton instinct de survie t’impose de penser que le mec devant toi peut te fermer brusquement la porte et t’envoyer racler le bitume avec tes incisives.
    Donc, malgré le KOM de la Cipressa 2016, le côté gendre idéal, je dis bravo et encouragements Monsieur Démarre.
    Ce gars me donne l’impression d’être relativement clean, au regard de ses perfs et surtout de ses contre-performances.
    Sa plus grosse tare est peut-être d’être manager par Madiot…Grr….
    On en parle au DS FDJ du Giro, EAP ?
    Twit d’Antoine Vayer : Roglic, Mohoric, Pogacar, Koren, un nid en Slovénie, avec de drôles d’oiseaux ? 8 des 19 coureurs slovènes ayant évolué dans le World Tour, depuis dix ans, ont été suspendus pour dopage, avant ou après leur passage dans l’élite du cyclisme. Soit 42 %
    Pogacar vient de gagner le tour de Californie.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 4 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 19 mai 2019 à 9:30 | Permalien

    Nous avons politiquement fait le choix du non-choix : la compétition à outrance dans tous les domaines. La carrière politique, par exemple, n’est plus qu’un moyen de faire individuellement de l’argent. Le vélo de même. Le dopage est un moyen.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 19 mai 2019 à 9:56 | Permalien

    La compétition sportive devrait être en mesure de réguler les pires aspirations, les plus sordides, de domination d’un être humain sur un/des autre(s). Souvent, quand je vois certains comportements au boulot, je me dis… »si tu faisais des courses de vélo, tu verrais les choses autrement ! »
    Mais la compétition cycliste n’est pas très humaine non plus, car elle repose sur la domination physique, génétique ou naturelle. Elle glorifie le vainqueur et traite les suivants avec dédain…
    Question dopage, tricheries, la compétition cycliste me semble n’être qu’un microcosme de la société.
    Reste à trouver sa voie, sa philosophie…son bonheur à vélo!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 19 mai 2019 à 10:54 | Permalien

    Compétition et sport sont deux notions incompatibles. Là où y a réellement compétition, c’est-à-dire concurrence pour des enjeux conséquents, il n’y a pas de sport, un loisir, et il n’y en aura jamais.
    Personnellement, je suis le Giro par facilité. Quand je le regarde la télé, c’est juste une fuite pour ne pas produire d’effort.
    (tiens, on montre à l’instant à la télé les 8 coureurs qui ont gagné deux chronos sur le Giro dans l’histoire. Et bien, les sept qui précèdent Roglic étaient dopés à fond. Ils étaient des compétiteurs, pas des sportifs).

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
  • marius
    Soumis le 19 mai 2019 à 11:38 | Permalien

    Je vous rejoins entièrement vous deux, mais j’évite de ressasser le dopage, je regarde mais n’en pense pas moins.
    Si on reparlait du Giro?
    Avant le départ, j’avais prédit que Roglic après le second CLM, aurait 2 à 3 min sur des coureurs comme Nibali ou Yates.
    Le mieux classé des favoris après Roglic c’est Nibali à 1’44’’.
    Yates est à 3’46’’ (il va pouvoir aller faire trempette dans l’Adriatique demain, humour made in Nibali). Carapaz est à 3’16’’. Lopez est à 4’29’’. Je remarque que Nibali confirme son prologue et perds1min de moins qu’en 2019. Çà laisse encore la possibilité de voir une course ouverte. Cool le maillot blanc de Nans Peters, il a fait le job.
    Mais quelle météo pourrie ils ont…

    Aujourd’hui se disputait la première manche de VTT XCO à Albstadt.
    Mathieu Vandenbroucke termine second sur un terrain bien humide,
    malgré son gabarit massif et puissant, qui est plutôt un inconvénient dans les longues montées. Chez les filles, la course a été ennuyeuse avec la domination de la nouvelle « Nino Schurter féminin « , l’américaine Kate Courtney.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 19 mai 2019 à 11:57 | Permalien

    Waow le spectacle actuellement en différé sur la Chaine l’Equipe avec la 1ère manche de la coupe du monde VTT!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • marius
    Soumis le 19 mai 2019 à 12:18 | Permalien

    Désolé de t’avoir spoilé…c’etait en direct sur Redbull TV, visible sur internet. Ils diffusent toutes les manches de XC ainsi que la descente.
    J’ai pas compris pourquoi ils ont mis des portions en bois. Terrain trop défoncé pour rouler ?
    J’adhère pas.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 19 mai 2019 à 12:25 | Permalien

    Je retiens le propos de Nans Peters : « chaque année, pour m’améliorer, je participe au championnat de France CLM, même si je sais que je ne peux pas gagner… ».
    Bien spoilié, Marius…pour moi, à l’heure qu’il est, MDVP vient de lâcher Schurter ! (pas grave)

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 19 mai 2019 à 12:59 | Permalien

    Les planches horizontales servent à avoir des glissades télévisées avec de belles chutes et éventuellement une course relancée. Il y en a eu chez les femmes.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • marius
    Soumis le 19 mai 2019 à 1:05 | Permalien

    Le commentateur t’as spoilé lui aussi, quand il annonce Sarrou 3ieme avant l’arrivée…décidément.
    Ils remettent ça dimanche prochain à Nove Mesto.
    Et promi, motus…
    Nino Schurter paye son pic de forme de fin mars, qui lui a permis de remporter la très difficile Cape Epic.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 19 mai 2019 à 2:01 | Permalien

    Il est amusant de penser qu les deux derniers Isérois passés pros, Nans et Geofrey, ont participé à plusieurs courses de cote. Geoffrey participait également au CLM de Paladru.

    A l époque, ces courses étaient raillées par le milieu du vélo.

    « Les courses de côte c est pour s amuser. »

    Certains dirigeants préféraient faire faire 400 km de bagnole à leur poulain pour participer à une obscur course régionale en circuit, alors qu il y avait un beau CLM en bosse à moins de 10 bornes de la maison.

    Les coureurs montaient en Nationale sans avoir acquis la science du rythme puis, sur de vrais courses avec des cols et parfois un CLM, bachaient puis redescendaient l année suivante en Régional.

    Oui, participer à des CLM est formateur. On y acquiert le sens du détail, la connaissance de soit.

    MDVP, juste impressionnant.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 19 mai 2019 à 2:30 | Permalien

    On s’y confronte aussi à du haut niveau. A Prapoutel, par exemple, Garnier, Cattet, Gallego, Wagon et autres, ce n’était pas rien (et ça doit toujours être le cas). Et Ankri et Leurat à la soixantaine ou presque, putain que ça allait vite.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 19 mai 2019 à 2:45 | Permalien

    Tu me fais vraiment plaisir, Eric : c’est ce que j’ai essayé de faire entendre aux entraîneurs de mon club, concernant les jeunes. En vain !
    Les mecs font faire des préparations de dingue à des cadets/juniors qui vont faire un chrono de 8 kms dans une course par étape, mais jamais ils ne les font participer à un CLM ou une grimpée chronométrée de fin de saison.
    Au delà de ce que tu dis, il y a le protocole de préparation, la ration/boisson d’attente, l’échauffement à programmer, le timing pour être au départ chaud, pas trop tôt, pas trop tard…et surtout la gestion de l’effort, la concentration, l’ambiance.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +3 (from 3 votes)
  • Lbi
    Soumis le 19 mai 2019 à 3:38 | Permalien

    Les montées c est surtout un truc de vieux qui n ont pas de rythme 🙂
    L avantage c est qu il y a pas 200km de voiture, mais rien ne remplace des courses ffc avec relances a chaque virage, sens du placement ( a l avant…ou a l arrière du peloton, ou l on peut être etonnamment bien: on arrête de pédaler, on ne freine pas, on relance a peine).
    Certes, les montées demandent une grosse dose d effort, clm, mais il manque 90 pour cent du vélo (plat, descentes, peloton,chutes!…).

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Lbi
    Soumis le 19 mai 2019 à 3:40 | Permalien

    J ajoute que certains y vont car les ffc manquent vraiment, et sont de plus en plus loin. Pareil pour les cyclos.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Soumis le 19 mai 2019 à 4:02 | Permalien

    EAP,

    C est certain qu il y a des savoir faire et de la connaissance de soit. C est ce que je résume par le sens du détail. Choix d un protocole en adéquation avec l objectif mais également mon niveau de préparation, Le timing, les braquets, la position, comment prendre un bon départ mais sans y laisser des plumes, ou poser sa roue, les virages qui passent ou ne passent pas sans freiner, les endroits judicieux pour les changements de plateaux, la gestion du dernier km.

    LBA,

    Prapoutel est un bon exemple de la course qui t oblige à progresser, trop plate pour courir en mode autiste, trop longue et trop raide pour y sauter dans toutes les roues mais trop courte pour se permettre de laisser prendre le moindre metre à un prétendant à la victoire.

    J y avait fini 4 en 2003 et 3 en 2004 au scratch, juste devant Michel. Puis premier des plus de 40 en 2008, juste devant Nono.

    L an dernier je termine 72 du scratch et seulement 10 des + de 50. Le vélo est un sport impitoyable.

    Malheureusement, depuis 2015, nous ne terminons plus dans les épingles à cheveux en sens interdit. L arrivée est moins tactique. C est une grande ligne droite bien raide où tu vois la banderole d arrivé bien longtemps. Horrible.

    Le 16 juin, je serai sur cette même route. Avec une équipe de moniteurs ESF, nous ouvrirons la route aux pros du Dauphiné lors de l étape qui arrive à Pipay. Tu nous verras probablement à la télé 😉

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Soumis le 19 mai 2019 à 4:14 | Permalien

    LBA,

    Tu regarderas les résultats de Prapoutel 2018.

    Il y a un gamin de 14 ans, Colin Savioz, qui ne termine qu à 2 minutes 25 secondes d Antony Cheytion.

    Je n avais jamais vu ça avant…

    En plus, il fait son âge et il est tout décontracté.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 19 mai 2019 à 4:27 | Permalien

    Je vois que tu es encore capable de monter jusqu’en haut, et même jusqu’à Pipay (plus haut que Prapoutel). Ce n’est plus mon cas, et toi le Bourrin isérois? Le gamin de 14 ans, plutôt Peters ou plutôt Bouchard?
    C’était vraiment chouette, le VTT tout à l’heure à la télé. Ca m’a rappelé qu’aux JO de Rio, Sagan avait fait un double début de course énorme à VTT avant de rouler sur la jante.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 19 mai 2019 à 4:32 | Permalien

    Il est tout gamin …

    Je n’arrive pas à savoir s’il aura arrêté le vélo dans deux ans ou si c’est un futur champion.

    Dans tous les cas, c’est la première fois que je vois ça …

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Le Bourrin Ardéchois
    Soumis le 19 mai 2019 à 5:07 | Permalien

    Pour revenir au Giro.
    Qui a des images du changement de vélo catastrophique de Campenaerts à 1 km de l’arrivée du clm du jour?

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Lbi
    Soumis le 19 mai 2019 à 7:00 | Permalien

    Un pépin pour l’ex sauteur a skis et la voie est libre pour le fuoriclasse…

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • Soumis le 20 mai 2019 à 1:10 | Permalien

    LBI,

    Il n était pas question de minorer l importance des courses en circuit dans la formation d un cycliste.

    Simplement, il y a de nombreux jeunes pourtant expérimenté qui n ont jamais participé à une course de côte. On préfère leur faire faire 6 heures de bagnole…

    Or, il u a aussi un sens du placement, une gestion de ce que tu peux te permettre ou pas, des choix à faire, une manière d aborder les virages (en mode agressif ou en mode je bois et passe mon relais), un sens de l observation. Il y a même parfois des plats et des descentes qui se gèrent d une manière différente de ce qui est prescrit dans les courses en ligne.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  • mica
    Soumis le 20 mai 2019 à 1:15 | Permalien

    Les contributeurs de la région de Grenoble: merci pour votre échange intéressant sur les courses de cotes en ligne ou CLM.
    Il semble que votre région en a possédé beaucoup et en a encore; il est vrai que votre position géographique y est pour quelque chose et je vois que la plupart d’ entre vous participent largement et avec bonheur.
    Pour ma part, je serais tjs. favorable aUX clm qui sont tant délaissés en France. Hier, Nans Peters a fait une assez bonne perf., mais 43 emme et premier Français n’ est tout de même pas extraordinaire (a quelques 4 ou 5 Mn quand même)
    Ce clm possédait sur les 12 derniers Km une cote assez dure quand, je pense que les vrais rouleurs mériteraient de vrais parcours plats et rectilignes…au moins de temps en temps.
    Je ne sais pas vous, mais, d’ entrée, j’ ai eu le sentiment que Yates « tirait trop gros »….il s’ est planté, contrairement au CLM de Paris Nice, ou, sans enjeu, il avait gagné…en ne se prenant pas pour un rouleur qui veut « emmener du gros » sans en être capable…..Mrs les entraineurs, ne dites plus : »il faut mettre du braquet », mais dites: « Tournez les jambes » (attention, je parle là, principalement pour les CLM plats et pour le sprint)
    Les coureurs qui « se plantent » sont trop nombreux…..j’ ai mal pour eux!

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 2 votes)
  • wolber
    Soumis le 20 mai 2019 à 1:48 | Permalien

    Qui a vu des images des 4 jours de Dunkerque? Les lotto et Groenewegen , l ogre, de retour d un stage en altitude ont réalisé une promenade de santé.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Lbi
    Soumis le 20 mai 2019 à 2:13 | Permalien

    Tout dépend de la finalité ..
    Si tu veux fabriquer des coursiers ou des pros, il faut faire des ffc.
    Il y a pas de mystère. La course de côte n apprend rien, une ffc apprend a faire des virages ou a boire!
    Prends n importe quel jeune qui marche en course de côte, sans avoir fait de fdc, il saute au premier tour, a la dixième relance a 50kmh, au premier frottement avec d autres coursiers.
    Par contre, je suis d accord avec le côté gestion de son propre effort, du timing, de l alimentation (eviter de manger des boites de suchard la veille 🙂 🙂 🙂 ).

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +2 (from 2 votes)
  • Lbi
    Soumis le 20 mai 2019 à 2:13 | Permalien

    Sur ce plan important , ça permet de se connaître bien… pour les chronos individuels.
    D ailleurs la dernière montée de l alpe que j ai faîte, on a repris un jeune a l arrêt au 2 eme virage, il etait parti au sprint..

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  • Edgar Allan Poe
    Soumis le 20 mai 2019 à 2:19 | Permalien

    Les grimpées chrono sont en net recul, comme les courses FFC. En plus, le calendrier n’est pas coordonné, et on retrouve plusieurs organisations différentes sur une même date !
    Ouvertes à tout le monde, elles présentaient l’avantage de voir s’affronter les gars du coin qui s’étaient lancés un défi, les coursiers des différentes fédérations, les jeunes, les vieux, les pros…parfois, et même les dopés suspendus par la FFC, ce qui n’était pas génial. J’ai souvent bataillé en junior contre une chaudière suspendue à vie, qui avait l’iris de l’œil jaunâtre! Il doit être mort depuis !
    La faiblesse des français en CLM – pour moi, un seul a la capacité de se battre au niveau international – fait qu’aucun coureur en France n’est capable aujourd’hui de gagner une grande course par étapes.
    Attendons le TdF qui a raboté les CLM…
    Nans Peters n’a que 25 ans, comme Latour, et il a au moins le mérite de vouloir progresser dans ce domaine, et donc d’accepter « les contraintes » à satisfaire à cet effet, ne serait-ce que de s’aligner sur des chronos et de les faire à fond.
    Pinot ou Alaphilippe en situation de leadership sur une course par étapes pourraient éventuellement performer, ou limiter les dégats.
    Yates emmène un braquet énorme au plat, et mouline dans les bosses. Toutes proportions gardées, c’est ce que je fais actuellement. Mal aux cannes en moulinant trop longtemps au plat, et pas assez de force pour emmener des braquets dans les bosses, je suis en méforme !
    A voir en montagne, ce gars là est capable de nous réserver des surprises…faut-il rappeler qu’il était déjà suspendu à 23 ans, Paris Nice 2016, Terbutaline, traitement des asthmes aigus, sans AUT.
    Désolé de ce constat.

    VA:F [1.9.22_1171]
    Rating: +4 (from 4 votes)

Soumettre un commentaire

Pas d'accord? Une précision à ajouter? Une erreur à signaler?

Contribuez vous-aussi au succès de La Flamme Rouge en laissant un commentaire constructif: vos commentaires sont très importants pour moi! Depuis 2003, ils ont contribué significativement à enrichir et à dynamiser ce site.

Régulièrement dès avril 2013, La Flamme Rouge publiera sur sa page principale un commentaire s'étant distingué des autres soit par son originalité, son apport au débat, sa critique constructive, son humour ou encore sa pertinence.

Vos commentaires engagent cependant votre responsabilité. Ayez s'il vous plait la courtoisie de signer votre commentaire de votre nom (La Flamme Rouge s'engage par ailleurs à préserver la confidentialité de votre adresse courriel). En tout temps, soyez pertinent et concis par rapport au sujet traité par l'auteur de ce site, et usez toujours d'un langage décent, poli et respectueux d'autrui.

L'auteur de ce site se réserve le droit de censurer sans avertissement les commentaires considérés hors sujet, de mauvais goût, diffamatoires, irrespectueux envers autrui, portant atteinte à l'intégrité d'une personne ou encore haineux.

Les champs requis sont marqués par *

*
*

Fouillez nos archives!